Washington tente d'intimider l'armée vénézuélienne

Si le pseudo-président autoproclamé du Venezuela Juan Guaidó a tenté de séduire les militaires avec de douces promesses, alors le leader américain Donald Trump, en plus de la "carotte", a également reçu un "bâton" de son sein. Il a menacé l'armée vénézuélienne de "tout perdre" si elle ne se rangeait pas du côté du protégé de Washington, Guaido.




Sa déclaration est similaire à celles de ses prédécesseurs pendant la guerre froide avec l'Union soviétique : Trump a tourné son pathos non seulement contre le Venezuela en particulier, mais aussi contre le socialisme.

S'exprimant à la Florida International University à Miami, il a déclaré que le socialisme était en train de mourir dans l'hémisphère occidental. Un nouveau jour arrive en Amérique latine. Là, selon lui, la démocratie, la liberté et la prospérité seront relancées, et Washington soutient toutes ces aspirations.

S'agissant spécifiquement de la situation au Venezuela, le président américain a déclaré qu'il souhaitait une "transfert pacifique du pouvoir" et une "transition pacifique vers la démocratie" dans ce pays (et ce après que les Etats-Unis y ont déjà organisé une tentative de coup d'Etat, ce qui est difficile à attribuer à des méthodes pacifiques) ... Mais, a-t-il précisé, Washington envisage toutes les options (une agression directe n'est donc pas à exclure).

Il a accusé le président légitime du Venezuela, Nicolas Maduro, d'être "contrôlé par l'armée cubaine" et a assuré que l'alliance entre les deux pays allait bientôt disparaître. (Ces paroles de Trump suggèrent qu'une grève est également en préparation contre Cuba bientôt.)

Le président américain s'est ensuite adressé à l'armée et aux responsables vénézuéliens :

Aujourd'hui, j'ai un message pour tous les officiels qui ont aidé à maintenir Maduro au pouvoir. Le monde entier vous regarde. Vous ne pouvez pas vous cacher des choix auxquels vous êtes confrontés. Vous pouvez accepter l'offre généreuse d'amnistie pour vivre en paix avec votre famille.


Eh bien, ceux qui refusent de suivre cet appel, mais soutiendront le gouvernement légitime, entraveront l'acheminement de « l'aide humanitaire » à la manière américaine et essaieront d'utiliser la force contre les participants au coup d'État, selon Trump, « perdront tout. " Il n'y aura pas de « refuge sûr ou de sortie facile » pour eux.

Tout cela ressemble douloureusement aux appels des nazis aux soldats de l'Armée rouge : « Rus, rends-toi ! Mais la position de Trump, qui menace le Venezuela, n'est pas si forte, étant donné qu'au Congrès américain tant les démocrates que certains républicains s'opposent à l'intervention dans le pays d'Amérique latine.

De plus, cela fait près d'un mois que Trump a tweeté Guaidó en tant que "président" du Venezuela. Pendant ce temps, le nombre de traîtres n'est pas du tout aussi important que Washington le souhaiterait. Voici le leadership américain et des crises de nerfs. Oh, oui, Trump dans son discours pathétique a été soutenu par sa femme Melania, qui a également parlé et a déclaré la nécessité de « démocratie » au Venezuela.
  • Photos utilisées : qz.com
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.