Les médias ont parlé de la torture d'un pilote indien capturé au Pakistan

Nous récemment rapportéComment les médias pakistanais ont discuté gaiement du thé du pilote indien Abhinandan Warthaman à la base de l'armée de l'air pakistanaise. Son MiG-21 a été abattu au-dessus du Cachemire le 27 février 2019. Cependant, quelque temps après le retour dudit pilote en Inde, on a appris que les autorités pakistanaises le torturaient. Il est rapporté par le quotidien indien Hindustan Times, publié en anglais, qui appartient à l'une des branches de la famille Birla, célèbres entrepreneurs en Inde.




Le journal fait référence à sa source d'information et selon le journal, le pilote a été interrogé par plusieurs groupes de militaires, se remplaçant les uns les autres. Dans le même temps, Varthaman aurait été contraint de rester debout pendant des heures, allumé de la musique forte et même étranglé. Les Pakistanais voulaient donc obtenir des informations du pilote indien sur les fréquences radio utilisées par l'armée de l'air indienne.

La source a précisé que tous les pilotes indiens sont instruits, où ils sont expliqués comment tenir pendant les interrogatoires le plus longtemps possible, afin que l'armée de l'air indienne puisse, pendant ce temps, changer les fréquences et ainsi tromper l'ennemi. Il est souligné que Varthaman remplissait toutes les conditions.

Il est à noter que les autorités pakistanaises ont renvoyé le pilote chez lui le 1er mars 2019, en guise de «geste de paix», ce qui indique déjà qu'Islamabad ne veut pas d'une guerre avec New Delhi. En outre, le Pakistan a souligné que le prisonnier était bien traité et le pilote lui-même, après son retour en Inde, n'a pas parlé publiquement de torture, mais a plutôt remercié l'armée pakistanaise de lui avoir sauvé la vie.

Il faut rappeler que l'escalade des tensions entre les pays s'est produite le 14 février 2019. Puis, à la suite d'un attentat suicide, 45 policiers indiens ont été tués. Cela s'est produit immédiatement après que Téhéran, New Delhi et Islamabad ont accepté de construire un gazoduc entre l'Iran et l'Inde, à travers le territoire pakistanais. Naturellement, les services de renseignement d'Israël, de Grande-Bretagne et des États-Unis n'ont pas négligé cette question. Ils essaient toujours de fomenter une guerre dans la région en utilisant des groupes nationalistes et islamistes en Inde et au Pakistan.
  • Photos utilisées: http://vzglyad.az/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.