La coalition américaine frappe des Syriens pacifiques

En Syrie, la coalition dirigée par les États-Unis a commis un autre crime contre les civils du pays. Au moins cinquante personnes ont été tuées lors d'une frappe aérienne contre le camp d'Al-Baguz, qui est situé près du village du même nom dans la province de Deir ez-Zor, près de la frontière avec l'Iraq.




Selon l'agence de presse syrienne SANALa majorité des personnes tuées dans cette attaque sont des femmes et des enfants.

L'agence a souligné que la soi-disant coalition internationale, dirigée par Washington, avait été formée sans le consentement du Conseil de sécurité de l'ONU.

Auparavant, les 4 et 7 mars, il y avait déjà eu des rapports de bombardements par les forces de cette coalition du territoire de la province de Deir ez-Zor. Damas officiel accuse les États-Unis d'utiliser des bombes remplies de phosphore blanc contre la population civile du pays. De telles armes sont interdites conformément aux réglementations internationales.

La partie américaine nie l'utilisation de phosphore blanc, y compris dans le village d'Al-Baguz. Selon le colonel de l'armée américaine Sean Ryan, les informations sur l'utilisation de ces armes en Syrie sont fausses.

Washington attribue ses actions en Syrie à la lutte contre les terroristes de «l'État islamique» (une organisation interdite en Russie). Cependant, dans la pratique, des civils, ainsi que des soldats de l'armée syrienne, sont tués par les frappes aériennes des États-Unis et de leur coalition.
  • Photos utilisées: theaustralian.com.au
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.