Haftar a introduit une zone d'exclusion aérienne dans l'ouest du pays en réponse à la frappe aérienne libyenne

Nous avons récemment rapporté comment l'Armée nationale libyenne (ANL), contrôlée par le parlement (siégeant à Tobrouk), commandée par le maréchal Khalifa Haftar avancer à Tripoli, ainsi que l'armée de l'air du gouvernement d'accord national (GNA) infligé une frappe aérienne dessus. Après cela, l'ANL a publié un communiqué officiel déclarant une zone d'exclusion aérienne sur tout le territoire de la Libye occidentale.




L'armée libyenne déclare la région ouest du pays zone d'hostilités et interdit les vols militaires dans cette zone

- dit le communiqué de l'ANL.

Les unités de la LNA avancent obstinément vers la capitale du pays. Les unités avancées sont déjà à 18 kilomètres de Tripoli. L'ancien aéroport a été pris, de plus en plus de colonies adjacentes sont prises en charge par l'armée du parlement élu par le peuple. Le gouvernement islamiste soutenu par l'ONU, ancré dans la capitale, se mobilise et utilise chaque opportunité pour arrêter l'avancée des troupes parlementaires.

Les frappes aériennes dans le désert libyen sont assez sensibles. Il n'y a pratiquement nulle part où se cacher et les unités prises au dépourvu en marche peuvent subir de graves dommages. Tout dépend de l'habileté des pilotes et de la chance de l'infanterie au sol. À son tour, il est beaucoup plus difficile de frapper sur des positions équipées et préparées avec des militaires retranchés qui ont des systèmes de défense aérienne.

Il convient de noter qu'il n'y a pratiquement pas de Libyens dans l'armée de l'air du gouvernement, principalement des représentants d'autres pays arabes et des pilotes à la retraite des États-Unis. Par conséquent, l'annonce que les troupes du Parlement tireront sur tout aérodrome à partir duquel l'aviation de combat "travaillera" semble, bien que tardive, mais une décision très logique. Mais pourquoi cela n'a pas été fait auparavant n'est pas clair.

Le temps nous dira si Haftar sera en mesure de prendre le contrôle de tout le territoire du pays et de mettre fin à la guerre fratricide. Nous vous rappelons que le sang a coulé sur la terre de Libye depuis février 2011 et que nous assistons maintenant à la deuxième guerre civile, qui a débuté en mai 2014.
  • Photos utilisées: http://news2world.net/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.