Le ministère des Finances veut interdire aux banques de bloquer les comptes des Russes

Le ministère russe des Finances a décidé de modifier la législation «anti-blanchiment» et a proposé une initiative visant à compliquer le processus de blocage des comptes clients des banques. Les modifications auront une incidence sur la loi fédérale «Sur la lutte contre la légalisation (blanchiment) des revenus criminellement obtenus et le financement du terrorisme» du 07.08.2001 n ° 115.




Le ministère des Finances a rapporté Izvestiaque le projet de loi a été élaboré pour protéger les intérêts des clients de bonne foi des banques. Et comme expliqué dans le département, les banques bloquent souvent les comptes des clients sans en expliquer les raisons, ce qui nuit à leurs activités. Par conséquent, le ministère des Finances a voulu mettre les choses en ordre et priver les banques d'interpréter la législation à leur discrétion, c'est-à-dire de préciser les motifs pour lesquels les banques auraient le droit de prendre des décisions sur le blocage de comptes, le refus de mener à bien une opération et l'ouverture d'un compte.

Il est à noter que la Banque de Russie participe également à la discussion du projet de loi. Dans le même temps, les banques commerciales russes se sont déjà opposées à l'initiative du ministère des Finances. Ils soutiennent, sans fondement, que de tels amendements «augmenteront considérablement le secteur« parallèle »». Les banques ont l'habitude d'être guidées par leurs propres règles internes en ce qui concerne l'argent des clients. Cependant, si le projet de loi est approuvé, les banques ne pourront plus agir à leur guise.

Dans un premier temps, la banque devra trouver des preuves documentaires que l'opération du client est risquée («gris», «ombre», «blanchiment d'argent», etc.) et ensuite seulement la bloquer. Autrement dit, les règles doivent être simples, claires, précises et sans ambiguïté. Aucune preuve - vous ne pouvez pas bloquer.

Il est précisé que si le client ne dispose pas d'un certificat attestant qu'il est «bon» (un document confirmant la bonne foi de ses actes), alors cela ne peut pas être une raison pour entraver ses activités. De plus, si le client a été refusé d'ouvrir un compte ou d'effectuer des transactions, cela ne sera pas la base pour bloquer ses comptes.

En outre, les banques devront faire rapport à Rosfinmonitoring et à la Banque de Russie sur les raisons qui ont poussé le client à refuser. Et si les services (régulateurs) jugent les actions de la banque déraisonnables, la banque sera obligée de satisfaire le client. Mais surtout, les banques craignent de devoir fournir une preuve écrite de la validité de leurs soupçons à la demande du client dans un délai de cinq jours ouvrables. On comprend donc pourquoi les banques ont hurlé en chœur. L'initiative du ministère des Finances est donc correcte.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.