La Turquie a réagi aux rapports d'abandon du S-400

La pression de l'Occident sur la Turquie, en lien avec la volonté d'Ankara d'acquérir des systèmes de missiles antiaériens russes (SAM) S-400 «Triumph», a déjà atteint le point de se bourrer carrément. Si récemment nous rapporté sur comment et. à propos. Le chef Patrick Shanahan a déclaré à haute voix que la Turquie devrait choisir entre le F-35 et le S-400 russe, mais maintenant l'édition allemande de Bild vient de venir et a annoncé à la Turquie qu'Ankara allait soi-disant abandonner le S-400.




La publication n'a pas pris la peine pendant longtemps de s'interroger sur la justification de leur composition et s'est simplement référée à des «sources informées». Les Turcs auraient peur des sanctions américaines et de l'aggravation économique situation dans le pays, donc ils sont déjà d'accord avec les conditions de Washington.

Pour le poids, Bild a précisé que les "sources informées" sont situées directement dans les cercles diplomatiques de la Turquie. De plus, la livre turque est en baisse, Ankara est donc déjà prête à refuser d'acheter le système de défense aérienne S-400 à Moscou.

Comme l'a dit le président turc, il ne viendra pas livrer le S-400 en juillet (2019 - ndlr), puisque l'acquisition entraînera des sanctions de Washington, et à la lumière de la baisse actuelle du taux de change de la lire, cela signifierait un effondrement économique de la Turquie

- dit la publication, faisant référence à la «source informée».

La réaction des autorités turques à cette calomnie flagrante a été rapide comme l'éclair. D'autant que fin mai 2019, une centaine de militaires turcs sont envoyés en Russie pour apprendre à faire fonctionner le S-400.

Vos sources sont fausses. Prenez les informations de moi: l'achat du S-400 est une affaire terminée

- a déclaré le chef du département des relations publiques de l'administration présidentielle turque Fahrettin Altun.

Il reste donc encore un peu à attendre que la première division S-400 se concrétise sur le sol turc. Et puis en Occident, une bacchanale d'information inimaginable va commencer, se transformant en hystérie.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 11 peut 2019 15: 29
    +2
    -Ha, qu'y a-t-il pour philosopher sournoisement ...
    -Dès que la Russie accordera à la Turquie des prêts monétaires (et un certain nombre de préférences pour l'approvisionnement en gaz) pour l'achat de S-400 russes ... -Ainsi, la Turquie acquerra immédiatement ces S-400 ... -Pourquoi ne pas profiter des gratis ... -oui et contre les Américains, la Turquie aura un autre atout pour le chantage et l'extorsion de nouveaux "avantages d'adhésion à l'OTAN" ...
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 11 peut 2019 21: 34
    +2
    Droite. Le maître du commerce oriental prend à YUS, à la Fédération de Russie et aux terroristes ...
    1. Pishenkov Офлайн Pishenkov
      Pishenkov (Alexey) 11 peut 2019 23: 27
      +1
      Je suis d'accord. Eh bien, il fait la bonne chose. Erdogan ne travaille pas pour la Fédération de Russie et les États-Unis, mais pour le bien de son propre pays. De nombreux hommes d'État doivent apprendre cela de lui, ici et en Europe.
      Et comme pour l'édition allemande, à cette occasion, vous pouvez également juger de tout ce qu'ils écrivent, y compris l'histoire du dopage. En général, quand je lis des publications européennes, je deviens fou littéralement - la propagande soviétique, dont tout le monde se souvient si souvent, repose en général à côté de cela, alors au moins ils ont essayé de la faire ressembler à la vérité, ou ils ont interprété les faits réels un peu en leur faveur, mais ici c'est juste des nouilles et c'est tout ... Dans les meilleures traditions du camarade Goebbels, même si, apparemment, elles l'ont déjà dépassé ...
  3. DPN Офлайн DPN
    DPN (DPN) 12 peut 2019 21: 40
    0
    Et là où, la Russie est maintenant sans la Turquie, je pense que la Russie s'est assise sur un crochet fort, le tout à crédit et non à 15-20%.