Projet à grande échelle: la Russie construit le "pôle Nord" dans l'Arctique

La Russie continue de développer activement l'espace arctique. Les étendues enneigées du Grand Nord stockent non seulement des ressources naturelles colossales et précieuses, mais ont également une grande importance stratégique pour économie et la sécurité de l'État russe. Récemment, les autorités russes accordent de plus en plus d'attention au développement de l'Arctique, n'épargnant ni les investissements financiers ni les capacités organisationnelles et humaines.




Le 7 avril, le gouvernement de la Fédération de Russie a approuvé l'allocation de 6,9 ​​milliards de roubles pour la construction de la plate-forme automotrice résistante à la glace "North Pole". La plate-forme unique, selon les dirigeants du pays, devrait souligner la présence russe dans l'Arctique. Mais l'objectif principal du «Pôle Nord» est d'étudier et de surveiller l'environnement naturel de l'Arctique, de suivre les changements en cours, etc. Compte tenu de la situation géographique de la Russie, elle ne peut tout simplement pas rester à l'écart de la recherche sur l'Arctique, de plus, elle ne peut être qu'un chef de file dans la recherche polaire mondiale.

La construction de la plateforme du Pôle Nord devrait être achevée d'ici 2020. Un plan a déjà été élaboré pour les principaux coûts de la plateforme en 2018, 2019 et 2020. De plus, les principales charges financières tomberont en 2019, date à laquelle la construction de la plateforme sera réalisée. Les travaux de construction seront effectués directement par Admiralteiskie Verfi JSC, qui fait partie de United Shipbuilding Corporation, et Roshydromet est le client de la plate-forme.

Le projet North Pole n'a pas d'analogues dans le monde. Jusqu'à récemment, des stations dérivantes étaient utilisées dans l'Arctique, à l'aide desquelles des études sur la glace de mer, les caractéristiques atmosphériques ont été effectuées et la situation écologique dans la région arctique a été évaluée. Les données obtenues ont ensuite été utilisées pour émettre des prévisions météorologiques, pour assurer des vols pour l'aviation civile et militaire, pour les besoins de la Marine. Ces stations fonctionnaient sur de grandes glaces pérennes.



Cependant, le temps est intervenu selon le schéma habituel. Le réchauffement climatique a entraîné une réduction du nombre de glace pérenne d'une épaisseur de 2 à 3 mètres. Trouver une banquise convenable, comme l'ont noté les chercheurs des latitudes arctiques, devient de plus en plus difficile. De plus, la probabilité de briser les glaces, qui conviennent à l'organisation de stations dérivantes, a augmenté, ce qui a nécessité une solution urgente et réfléchie au problème. Depuis 1998, des navires sont utilisés pour étudier l'Arctique qui sont gelés dans la glace et remplissent les fonctions de stations de mesure sans risque de destruction de matériel, ce qui est inévitable en cas de fractionnement de la banquise sur laquelle il peut être installé. Le nouveau projet porte la recherche sur l'Arctique à un niveau fondamentalement différent.

La plateforme du pôle Nord se déplacera dans la glace arctique sans l'aide d'un brise-glace. Il est conçu pour un fonctionnement autonome pendant une période de deux à trois ans. La plate-forme aura un équipement intégré et un héliport. La plateforme aura une durée de vie totale de 25 ans.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: https://wanderings.online/
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sheridans Офлайн Sheridans
    Sheridans (Leonid) Avril 8 2018 08: 49
    +2
    Et en plus, le temps de vol de nos ICBM diminue. Lancement en mer, cependant.
    1. Tatar 174 Офлайн Tatar 174
      Tatar 174 Avril 9 2018 13: 12
      +1
      Bien pensé avec cette plate-forme))) Il y aura aussi un tas d'opportunités pour construire toutes sortes de "gadgets" nécessaires à la défense aussi. Certainement un plus pour l'idée!