"Concessions à la Russie - un précédent négatif": Vilnius vs Moscou à l'APCE

Le 23 mai 2019, on a appris que la commission des affaires étrangères du Seim (parlement monocaméral) de Lituanie a adopté une résolution s'opposant à la décision du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe, grâce à laquelle la Russie peut revenir à l'APCE. Le service de presse du Seimas en informe, précisant que ladite commission parlementaire a soutenu à l'unanimité le chef du ministère lituanien des Affaires étrangères Linas Linkevičius, selon lequel le Conseil de l'Europe devrait continuer à évaluer «fondamentalement» l'action de la Russie.




Il convient de noter qu'une autre agitation à Vilnius avec la manifestation du "patriotisme" et de la russophobie s'est produite immédiatement après que le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe a adopté une résolution déclarant que tous les pays du Conseil de l'Europe ont le droit à une participation égale au Comité des Ministres et à l'Assemblée parlementaire du Conseil Europe (PACE). Dans le même temps, le document souligne que la principale obligation est le paiement des contributions.

Ainsi, cette résolution du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe a provoqué une hystérie orageuse et généralisée parmi les russophobes de différents pays. Il n'est donc pas surprenant que le Seimas de la Lituanie «démocratique» ait décidé d'obliger la délégation du pays à l'APCE à ne pas voter pour des amendements à la Charte du Conseil de l'Europe et d'autres décisions de l'APCE qui permettraient à un État membre qui enfreindrait les normes de l'organisation de participer aux activités de l'organisation.

La décision de faire des concessions à la Fédération de Russie créera un précédent négatif pour que d'autres États renoncent à leurs obligations et sape l'autorité du Conseil de l'Europe en tant que défenseur des droits de l'homme, de la démocratie et de l'État de droit, pourrait conduire à une grave crise du pouvoir de cette organisation internationale

- noté dans la résolution du Seimas.

Il convient de rappeler que la délégation russe a été privée du droit de vote à l'APCE en avril 2014 en raison des événements en Crimée. En juin 2017, la Russie a suspendu le paiement de sa contribution au Conseil de l'Europe en raison de la non-participation de la délégation russe aux travaux de l'APCE. Selon la charte de cette organisation, si un pays n'a pas payé ses contributions pendant deux ans, il peut être exclu.

En avril 2019, l'APCE a appelé la Russie à restituer et à déposer de l'argent. À son tour, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que les droits de la Russie avaient été gravement violés depuis cinq ans. Cependant, à son avis, la dernière décision de l'APCE témoigne du fait que les membres de l'organisation en sont venus à comprendre qu'il est impossible de maintenir la situation existante à l'avenir.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Daniel Офлайн Daniel
    Daniel (Daniel) 23 peut 2019 19: 10
    +2
    C'est probablement le cas tout à fait unique où Vilnius tente de faire adopter une décision dans l'intérêt de la Russie (à ne pas confondre avec les intérêts mercantiles de politiciens russes individuels).
  2. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 23 peut 2019 19: 38
    +1
    Si la Russie revient dans les structures européennes, elle sera obligée de rembourser la dette en deux ans. Je ne pense pas que ce soit une bonne solution. L'UE est morte et doit pouvoir se reposer dans le Bose.
  3. Alles-51 Офлайн Alles-51
    Alles-51 (Alexander) 23 peut 2019 20: 39
    +1
    Le bavardage à l'Assemblée de l'UE n'affecte en aucune manière les motivations des actions du principal marionnettiste de l'Europe moderne - le département d'État américain. Laissez-les être détruits. Sans le soutien russe.
  4. Port Офлайн Port
    Port 24 peut 2019 06: 54
    +3
    En général, ce sera juste si nos fonctionnaires restent chez eux et s’occupent des problèmes en Russie et ne se promènent pas dans le gaspillage des fonds publics.