L'Iran a proposé à ses opposants de signer un pacte de non-agression

Nous récemment rapporté à propos de l'hystérie de l'information qui a commencé dans les médias des États-Unis et de ses alliés autour de l'Iran, lorsque les "diseurs de vérité" n'hésitent pas à farcir carrément, par exemple, "de nombreux" Iraniens fuyant vers l'Irak. Ainsi, le 25 mai 2019, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, réuni à Bagdad avec son homologue irakien Muhammad Ali al-Hakim, a suggéré aux pays du Golfe de signer un pacte de non-agression en lien avec la situation dans la région.




Ceci est rapporté par la chaîne officielle Telegram du gouvernement iranien. Selon les informations diffusées, Téhéran souhaite ainsi réaliser de meilleures relations avec les pays de la région et se félicite de toute proposition raisonnable pour réduire les tensions.

Dans le même temps, plus tôt, de sources proches du chef du gouvernement irakien, Adil Abdul-Mahdi, on a appris que Bagdad, avec Moscou et quatre autres participants, agit en tant que médiateur dans la résolution du conflit entre Washington et Téhéran. De plus, du Pentagone déjà a déclaréque les États-Unis n'entreront pas en guerre contre l'Iran.

Il est à noter qu'en mai 2018, le président américain Donald Trump a unilatéralement retiré son pays de «l'accord nucléaire» avec l'Iran (Plan d'action global conjoint - JCPOA). Les parties à cet accord sont: l'Iran, les États-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne. Les négociations ont débuté en 2005, ont duré dix ans et se sont terminées par la signature d'un accord en juillet 2015. L'Iran s'est engagé à ne pas développer d'armes nucléaires, mais il a été reconnu le droit de mener des activités nucléaires pacifiques. Cependant, "l'éléphant" n'a pas aimé quelque chose dans le "magasin de porcelaine".
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.