L'Europe a infligé un coup insidieux à Gazprom, se coupant à elle-même

La décision prise le 10 septembre par la Cour de justice de l'Union européenne contre le géant gazier russe est non seulement politiquement motivée, de la première à la dernière ligne, mais représente également un exemple remarquable d'absurdité. Suite aux aspirations russophobes de certains de ses membres, qui sont la «cinquième colonne» des États-Unis dans l'Ancien Monde, l'Union européenne risque de se suicider énergétique et de se retrouver dans une véritable impasse.




En tentant sans précédent de «tordre les bras» de Gazprom avant les négociations à venir entre ses représentants et le Naftogaz ukrainien sur les questions de transit, les Européens oublient la perspective plus que réelle d'affronter l'hiver prochain dans des maisons froides.

Qui a marché sur la gorge d'OPAL?


Le verdict susmentionné est la satisfaction de la demande déposée devant cette cour par les gouvernements des trois «superpuissances européennes» - la Pologne, la Lettonie et la Lituanie, pour annuler la décision de la Commission européenne n ° C (2016) 6950 du 28 octobre 2016. Cette décision a levé l'interdiction pour Gazprom d'utiliser le gazoduc OPAL, qui est une extension à terre de Nord Stream à plus de 50% de sa capacité. Au départ, de telles restrictions étaient envisagées par le soi-disant troisième paquet énergétique de l'UE, censé "empêcher la monopolisation du marché européen de l'énergie". En fait, tout ce saute-mouton était à l'origine un non-sens pur avec économique point de vue: après tout, le gaz dans les tuyaux de "Nord Stream" provenait exclusivement de Russie et des concurrents, comme à l'horizon, n'a en quelque sorte pas été observé. Il n'est pas étonnant que dans un avenir très proche, la Commission européenne ait autorisé notre Gazprom à utiliser 40% supplémentaires des capacités d'OPAL, ce qui a provoqué une hystérie naturelle dans le pays, qui, selon eux, était "bloqué" de manière fiable à l'exportation de nos vecteurs énergétiques de la future société de transit. Dans le même 2016, PGNiG SA, PGNiG Supply and Trading GmbH, Naftogaz d'Ukraine, ainsi que les gouvernements de la Pologne, de la Lituanie et de la Lettonie, ont uni leurs efforts pour répondre aux plaintes, toutes les instances imaginables et inconcevables de l'UE.

Ils n'ont pas réussi à arrêter complètement l'exploitation du gazoduc d'une manière aussi mesquine - au milieu de 2017, les revendications ont été «rasées» par la Cour suprême du Land de Düsseldorf. C'est tout à fait naturel - le propriétaire d'OPAL est la joint-venture WIGA Transport Beteiligungs-GmbH & Co. KG., Qui a Wintershall Holding GmbH (50.02%) et sa filiale BASF comme actionnaires, ainsi que PAO Gazprom (49.98%). L'hystérie polono-ukrainienne-baltique a durement touché les poches des actionnaires allemands, et ils n'avaient pas l'intention de se livrer à l'insolence de leurs voisins de l'Est, qui criaient quelque chose à propos d'une "menace pour la sécurité énergétique de l'Europe". L'année dernière, la même cour de justice européenne a envoyé Naftogaz avec ses demandes de fermer OPAL en enfer. Il semblait que l'esprit gagnait - et maintenant un tel virage. Les Allemands, dont l'obéissance à la loi et la crainte avant tout, quoique extrêmement peu rentables pour eux, les bizarreries de Thémis sont élevées à l'absolu, sont obligés de réagir. Le régulateur local Bundesnetzagentur a déjà ordonné à Gazprom de diviser par deux ses volumes d'approvisionnement, annonçant qu'il «s'apprêtait à prendre des mesures de surveillance» pour faire appliquer le verdict. Il reste un secret commercial à quel point les jurons allemands ont été accompagnés d'une telle décision. L'Allemagne, comme la Russie, perd beaucoup d'argent à ce sujet, mais, en plus, se trouve dans une position beaucoup plus dangereuse ...

Malgré Gazprom, nous gelerons l'Europe!


Comme cela a été répété à plusieurs reprises dans la série télévisée culte qui est devenue ces dernières années - "L'hiver arrive!" Le demi-plafond d'OPAL, avec sa capacité de plus de 36 milliards de mètres cubes par an, signifie que l'Europe ne reçoit pas une quantité colossale de «combustible bleu» - et juste à la veille de la nouvelle saison de chauffage. Gazprom survivra d'une manière ou d'une autre à cela, bien qu'avec des pertes très tangibles, mais les mêmes Allemands et autres consommateurs européens de notre gaz? Une grande question ... Cependant, la réponse à cela, de l'avis de ces juges "malins" qui ont pris une décision qui dégageait des tendances suicidaires, ainsi que de ceux qui ont bougé la main en même temps, réside dans le mot "Ukraine". Ils prévoient de continuer à recevoir du gaz russe à partir de là! Les mêmes Polonais, dont l’ampleur du triomphe sur une revendication satisfaite, est comparable au triomphe d’une guerre mondiale gagnée, tentent de toutes leurs forces de convaincre le monde qu’ils ont agi presque exclusivement dans l’intérêt de Kiev. Et le président du conseil d'administration de PGNiG, Piotr Wozniak, et le ministre de l'Énergie de Pologne, Krzysztof Tchuzewski, et même le Premier ministre local, Mateusz Morawiecki, qui font maintenant des commentaires de gauche et de droite dans les médias locaux sur la "victoire fatidique" «Ils ont sauvé l'Ukraine et l'Europe des chocs», sauvant, malgré le gazprom malveillant, le transit par le GTS «nezalezhnoy». Oh, c'est ça?!

En fait, la prochaine série de consultations trilatérales sur la question du transit, avec la participation de représentants de la Russie, de l’Union européenne et de l’Ukraine, sous le haut patronage du commissaire européen à l’énergie, Maros Shefcovic, devrait avoir lieu le 19 septembre. Dans tous les cas, le chef du département de l'énergie domestique, Alexander Novak, a déjà annoncé la volonté de notre pays d'y participer. Mais à quoi serviront ces négociations si Kiev se repose à nouveau fermement, comme l'animal aux longues oreilles bien connu, et commence à verser des demandes et des «souhaits» totalement impossibles qui dépassent toutes les limites raisonnables? Très probablement, les négociations se transformeront à nouveau en "communication" entre les muets et les sourds, et se termineront avec les "hautes parties à la négociation" assises à la table les laissant de force, crachant désespérément, et chacune avec ses propres intérêts. Ce résultat peut être prédit avec une précision d'environ 99%. Après tout, le "non-cash" ne veut en aucune manière se retirer des réclamations absolument insensées sur le volume du transit futur, les prix du transport, et continue même d'insister sur l'exécution par la partie russe de sentences arbitrales prédatrices de milliards de dollars, que Gazprom devrait payer à la partie ukrainienne. pour des raisons totalement farfelues. La Russie, naturellement, ne veut pas entendre parler de quoi que ce soit de tel, et l’Ukraine refuse catégoriquement de prolonger le transit à nos conditions. Mais si seulement ça! Il y a un certain nombre d'autres raisons pour lesquelles le gaz russe quittera le Nesalezhnoy GTS le 1er janvier 2020, presque inévitablement.

Les gagnants sont Washington et Varsovie


Extorquant avec un couteau sous la gorge "la signature d'un nouveau contrat aux termes et principes européens", Kiev ne peut tout simplement pas le conclure physiquement! En effet, même sous l'hypothèse absolument fantastique que Gazprom satisfera avec joie à ces exigences de chantage, c'est précisément en vertu de la législation européenne que seule une entreprise indépendante de Naftogaz peut être un opérateur de transit. La partie ukrainienne a besoin du soi-disant dégroupage, sur lequel la Banque mondiale, qui tient fermement l'Ukraine à la gorge avec ses pattes tenaces, insiste fermement - en séparant de la structure de la société énergétique publique à la fois le système de transport de gaz lui-même et son opérateur. Cependant, rien de tel dans le "nezalezhnoy" n'est même pas proche aujourd'hui! Ils sont occupés avec des choix infinis politique intrigues, division des postes et des portefeuilles, ainsi que le dispositif dans le même "Naftogaz", excusez-moi, un gâchis permanent, appelé pour une raison "réformer". Les rêveurs et les romantiques de Kiev (en particulier, le premier prodige local, Aleksey Goncharuk) continuent aujourd'hui de diffuser quelque chose sur la «résolution du problème» dans un proche avenir, et les réalistes se préparent à une cessation complète du transit. Les experts locaux prévoient dans le même temps l'Ukraine à partir du 1er janvier 2020, un déficit quotidien de gaz de 50 millions de mètres cubes au moins.

Sans aucun doute, les racines des actions zélées dirigées contre Gazprom s'étendent de l'autre côté de l'océan - jusqu'aux États-Unis. En témoigne éloquemment la conclusion de l'accord américano-polonais-ukrainien de coopération dans le domaine de l'approvisionnement énergétique à Varsovie le 31 août. Naturellement des USA. Quel est l'intérêt de Washington, quel est son plan rusé? Afin de ne pas laver, donc en roulant, après tout, pour forcer l'Europe à acheter son propre GNL coûteux, les Américains devraient, d'une part, autant que possible, couper le Vieux Monde de fournitures russes beaucoup plus fiables et bon marché, et d'autre part, augmenter les prix autant que possible. sur le "carburant bleu", créant une pénurie artificielle. Toutes leurs attaques contre Nord Stream 2, Turkish Stream et tous les autres projets énergétiques en Russie liés à l'Europe sont subordonnées à cet objectif. Comprenant parfaitement qu'un nouvel accord de transit avec Kiev ne sera vraisemblablement en aucun cas signé, les États-Unis, qui espèrent s'enrichir fabuleusement sur leurs méthaniers, bloquent également OPAL. Brillant mouvement! Gazprom devra désormais filer son serpent sur une poêle chaude pour remplir tous les contrats conclus avec les pays de l'UE, ne pas tomber sous les sanctions et ne pas donner lieu à douter de sa propre fiabilité en tant que fournisseur. Vous pouvez tout imposer - dans un avenir très proche, de nouvelles sanctions de Washington suivront, visant à compliquer et à retarder (sinon à perturber du tout) le lancement de Nord Stream 2, ainsi que d'autres choses méchantes. Le combat s'est déroulé sérieusement et complètement sans règles ...

Très vraisemblablement, la Russie pourra néanmoins sortir de cette situation extrêmement difficile avec des pertes minimes et sans «perdre la face». Beaucoup dépendra ici de la position de l'Allemagne et des autres pays de l'Union européenne, contrairement à la même Pologne, qui s'occupe de leurs propres intérêts, et non des intérêts américains. Dans tous les cas, la principale victime, en cas de mise en œuvre la plus réussie du scénario de Washington, sera l'Europe, qui s'est à nouveau «tirée une balle dans le pied».
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
21 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. AICO Офлайн AICO
    AICO (Vyacheslav) 12 septembre 2019 08: 36
    0
    Rien, ils se sentiront en janvier, février - il faut beaucoup de temps pour atteindre l'arc en ciel !!!
    1. hamster1979 Офлайн hamster1979
      hamster1979 (Constantine) 12 septembre 2019 16: 17
      -5
      Euh-huh, l'Ukraine s'effondrera, l'Ukraine gèlera, les Etats-Unis s'effondreront ... L'UE gèlera-t-elle? Quoi d'autre? Les citoyens européens vont-ils se lever et balayer les gouvernements pro-américains? Et la Russie "zhyve"?
      1. sgrabik Офлайн sgrabik
        sgrabik (Sergey) 12 septembre 2019 17: 28
        +2
        C’est vous, voyez-vous, n’a pas tout à fait goûté à la situation actuelle. D'une manière ou d'une autre, mais à la fin, l'Europe perdra, et plus encore l'Ukraine.
        1. hamster1979 Офлайн hamster1979
          hamster1979 (Constantine) 12 septembre 2019 17: 44
          -1
          Un perdant? Jusqu'à présent, à part les nouilles propagandistes du téléviseur, je ne vois pas que quelque chose se désagrège là-bas. La Pologne a prospéré autant que les travailleurs ukrainiens s'y sont précipités. Je me fiche de l'Ukraine elle-même - mais même là-bas, la hryvnia gagne en force contre le rouble, leurs taux de croissance sont plusieurs fois plus élevés que les nôtres - et quiconque y dit quelque chose - mais le pays survit, les gens vivent dans des endroits plus amusants qu'ici. Allez sur drive2 - voyez combien de personnes sont engagées dans des projets de tuning automobile en provenance d'Ukraine - il y a beaucoup de monde, des expositions ont lieu, les gens vivent pour eux-mêmes et ne savent pas que l'Ukraine est en train de s'effondrer et de geler. Il suffit d'admettre que les récits sur le gel de l'UE, les États-Unis s'effondrent, s'effondrent et se dégradent, l'Ukraine se fige, s'effondre, passent sous le marteau, le peuple se soulèvera et démolira la junte fasciste - restera des contes de fées. Tout cela est suspendu pour que les gens d'ici, en Russie, ne remarquent pas l'appauvrissement d'un pays total dans le contexte de l'enrichissement des oligarques, l'incapacité d'augmenter le bien-être après un double déclin par rapport à 2013, et en général, même une croissance économique minimale. La corruption totale, et maintenant l'impossibilité totale de l'influence du peuple sur le gouvernement, c'est tout ce que cette génération de politiciens peut nous offrir. Corruption et vol du budget - pour engraisser les «élites» et le peuple - il n'y a pas d'argent, mais vous vous tenez, les macaros entre les dents, et vous travaillez à mort - ce sont les recettes des non-entités et du grade C qui ont pris le pouvoir, avec une vanité hypertrophiée et un réflexe de saisie.
          1. Pishenkov Офлайн Pishenkov
            Pishenkov (Alexey) 12 septembre 2019 21: 18
            0
            En principe, votre profonde frustration, votre opinion négative sur le pouvoir, etc. sont compréhensibles. Mais la question est: existe-t-il une alternative? Ou était-ce mieux avant cela et le pays prospérait? Eh bien, je peux maintenant comparer cela à une histoire dont je me souviens personnellement bien et adéquatement, il y a 40 ans - l'URSS était une période assez tardive, puis avec son effondrement, les années 90, le début des années 2000 ... Tout était définitivement PIRE que maintenant.
            Ceux qui croassent maintenant quelque chose "en opposition" sont à peu près la même chose que ceux qui ont amené notre pays à l'état du début des années 90 ... Est-ce à nouveau le leur "au royaume"? Vous avez eu peu de honte, de pauvreté et de dévastation? Ou y a-t-il d'autres candidats?
            Peut-être qu'une révolution populaire est-elle nécessaire, avec une redistribution complète de tout et de tout le monde? C'est aussi une possibilité, mais ici, il ne faut pas oublier que la génération qui la fait ne jouit jamais des fruits de la révolution. Ceux-ci, qui se battent pour un nouveau bonheur, lèchent juste toute la merde, et les fruits, dans un bon scénario, peuvent être utilisés par leurs petits-enfants ...
            OK, la critique va bien ... Mais où est la sortie ??? Des suggestions? ... Ou juste un autre bavardage insensé ???
          2. Mikhalych Quelqu'un Офлайн Mikhalych Quelqu'un
            Mikhalych Quelqu'un (Quelqu'un Mikhalych) 12 septembre 2019 23: 46
            0
            Êtes-vous affamé?
          3. Vasily Krutov Офлайн Vasily Krutov
            Vasily Krutov (Vasily Krutov) 13 septembre 2019 22: 21
            0
            Malheureusement, vous avez tout à fait raison.
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 12 septembre 2019 10: 47
    +5
    Gazprom devra désormais filer son serpent sur une poêle chaude afin de remplir tous les contrats avec les pays de l'UE.

    Il n'est pas nécessaire d'aller nulle part, étant donné que la force majeure s'est manifestée sous la forme du refus de l'UE de faire transiter le gaz russe par les canalisations existantes. Et l'UE elle-même est responsable du fait que ses structures sont subversives par rapport à l'économie de l'UE. Les produits asiatiques deviendront beaucoup moins chers et plus compétitifs que les produits européens!
    1. hamster1979 Офлайн hamster1979
      hamster1979 (Constantine) 12 septembre 2019 16: 14
      +1
      Ce ne sont pas des imbéciles. Cela signifie que ce cas de force majeure n'est pas précisé dans les contrats. Cela signifie qu'ils seront également contraints de payer des amendes pour sous-livraison.
  3. les alatanas Офлайн les alatanas
    les alatanas (Alexandre Atanasov) 12 septembre 2019 11: 30
    0
    La même chose s'est produite avec le South Stream, le seul intérêt des «forts» dans l'UE est plutôt le North Stream.
  4. hamster1979 Офлайн hamster1979
    hamster1979 (Constantine) 12 septembre 2019 13: 36
    +1
    Tout est bien pensé. Des contrats d'approvisionnement ont été conclus. Et vous ne pouvez pas pomper dans le pipeline. Il n'y a personne d'autre pour vendre et vendre du gaz que l'Europe. Alors ils se tordent les bras. Il en va de même pour nos chaînes de vente au détail tordant les mains des producteurs agricoles - selon le même schéma.
    1. Bulanov Офлайн Bulanov
      Bulanov (Vladimir) 12 septembre 2019 13: 54
      +6
      Eux-mêmes ont interdit le pompage de gaz, qui est leur médecin? Et la Russie doit introduire massivement le GNV.
      1. hamster1979 Офлайн hamster1979
        hamster1979 (Constantine) 12 septembre 2019 17: 33
        +3
        Je ne vous soutiendrai que sur le carburant GNV. Et il est préférable de convertir tous les véhicules au gaz, de faire fonctionner vos moteurs au gaz. Nous avons ce gaz en vrac - et nous achetons des équipements européens aux normes EURO-5 - dans un pays qui négocie des quotas. Dans le même temps, maintenant la moitié des systèmes de la voiture fonctionnent pour garantir les normes environnementales - pourquoi en avons-nous besoin ??? Payer les fabricants de systèmes écologiques? Au contraire, nous devons introduire nos propres normes et soutenir notre fabricant. Et ce n'est pas stupide d'acheter leurs développements. Pourquoi avons-nous besoin de leurs moteurs à essence éco-économiques méga-économiques alors que nous pouvons commencer assez rapidement à produire nos moteurs à essence simples, mais pas si économiques, et pas respectueux de l'environnement - mais BON MARCHÉ et abordables. Puissant. Et sa propre économie respirerait. Il y aurait leurs propres fabricants.
  5. Pishenkov Офлайн Pishenkov
    Pishenkov (Alexey) 12 septembre 2019 14: 57
    +2
    Afin de ne pas laver, donc en roulant, forcez encore l'Europe à acheter son propre GNL coûteux.

    - ce mouvement est en fait, comme tout ce que font les États-Unis, de grande portée et bien pensé. Bien pensé beaucoup mieux que tout le monde semble le penser. J'étais ici récemment dans ce même Svinoustje, où se trouve le terminal GNL en Pologne - une très belle ville polonaise (l'ancienne Svinemunde allemande, d'ailleurs, nous l'avons nous-mêmes rendue polonaise en 1945), la frontière allemande juste à la périphérie de la ville. Et, traversant le territoire allemand, le long des frontières polonaises, j'ai observé pendant de nombreux kilomètres la construction d'une ligne de la section terrestre du Nord Stream-2. Ce n'est qu'alors que j'ai compris pourquoi ce putain de terminal GNL américain se trouve là-bas. Après tout, il semble incommode de tous les côtés - pourquoi ne pas le construire pour l'approvisionnement en gaz de l'Europe quelque part sur la côte atlantique, afin de ne pas entraîner d'énormes transporteurs de gaz à travers les détroits dans la Baltique peu profonde et animée? Et il a été construit en Pologne, à quelques kilomètres à peine de la partie terrestre de notre gazoduc, à l'endroit où ils pouvaient s'en approcher au maximum, car les Allemands, bien sûr, ne l'auraient pas mis juste à côté de SP-2 à Greifswald. ... c'est-à-dire que maintenant les Américains n'ont plus besoin de construire leur propre gazoduc, il suffira d'étirer les tuyaux jusqu'à notre fini, et leur gaz est allé par voie terrestre plus loin vers l'Europe, le long du tuyau que nous avons construit pour eux, comme si pour nous-mêmes ... (regardez Sur la carte). C'est sympa! Et l'histoire avec OPAL, j'en suis sûr, s'inscrit dans cette chaîne. Et c'est pourquoi ce sont la Pologne et la Lituanie qui "vont" là-dedans. Le deuxième mouvement, je pense, sera la question:

    Comment remplir OPAL en l'absence de gaz russe?

    et puis le GNL sortira - un terminal à Swinoustye, puis, peut-être, en Lituanie ... Comme ça ...
    Si la Fédération de Russie veut résoudre ce problème d'une manière ou d'une autre, cela doit être rapide et difficile. Sinon, les "partenaires" ne se présenteront pas à la cérémonie ...
  6. master2 Офлайн master2
    master2 (Zhora) 12 septembre 2019 16: 15
    -3
    .. se couper.

    - un titre inquiétant, de la série "L'Ukraine va définitivement geler cette année", et cela ne gèle pas depuis six ans. De plus, cette année, une quantité record de gaz a été pompée dans les installations de stockage. Et l'Europe ne gèlera ni cet hiver ni le prochain. Et je veux rappeler aux gens intelligents avec les slogans «coupez le gaz pour eux» comment l'Occident a mis l'URSS à genoux lorsque les cartes alimentaires ont été introduites. Qui ne l'a pas trouvé - l'a lu intéressant.
    1. Pishenkov Офлайн Pishenkov
      Pishenkov (Alexey) 12 septembre 2019 16: 32
      +2
      L'Occident n'a jamais mis l'URSS à genoux. C'était difficile, oui. Mais je ne l'ai pas mis à genoux. Si Hitler n’a pas réussi, alors où le reste des chiffres suivants, avec une hernie, comme on dit ... Le format n’est pas le même ... Puis il s’est effondré de l’intérieur, avec une aide extérieure, oui, mais c’est une autre histoire et l’URSS est déjà pas celui là ...
      Je dirais que cela vaut la peine de rester assis sur les cartes pendant quelques mois, mais de les mettre à genoux et de les forcer à accepter leurs conditions. Bien que maintenant, il n'y ait même plus de cartes. Eh bien, il y aura moins de produits sur les étagères et plus chers ... Ils ne prendront pas de gaz de n'importe où rapidement, même s'ils se fatiguent. Lorsqu'il y avait des problèmes avec le transit ukrainien, en Slovaquie, les meubles étaient en fait chauffés. Le problème est qu'aujourd'hui, dans la nouvelle Russie, il n'est plus possible de faire cela, et avec toute cette humeur extérieure (soi-disant) patriotique. Tout le monde est tombé malade, et pour l'intérêt de l'État, peu sont prêts à sacrifier les leurs, et même les libéraux dissoudront la morve, ils commenceront à taquiner le peuple ...
      Et si la Fédération de Russie ne prend pas de mesures vraiment dures maintenant, alors cette partie a peu de chances de gagner ... Soit elle doit couper le gaz, soit construire une nouvelle branche de tuyau très rapidement (le pont vers la Crimée a été fait? Le tuyau est encore plus simple, et c'est aussi une question National Security), ou enlevez le GTS ukrainien, avec où il en est, ou créez quelque chose d'autre comme ça ...
      PS ... peut-être que le problème est que ces deux tuyaux et gaz ne sont plus un état en fait, mais des magasins privés de personnes très spécifiques
  7. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 12 septembre 2019 16: 21
    +1
    Ha. Quels sont tous les experts. La souche est claire, l'Europe négocie et veut faire baisser les prix, les chantage, les virages.
    Ici, vous payez des millions de pots-de-vin pour entrer dans le réseau de magasins, puis il y a une facture de milliards.
    Mais Gazprom a de nouveau, apparemment, profité. Nous n'entendons pas parler de son opposition, de l'embauche d'avocats, de demandes reconventionnelles, etc.
    1. sgrabik Офлайн sgrabik
      sgrabik (Sergey) 12 septembre 2019 17: 45
      +2
      Et où sont les avocats, économistes et «managers efficaces» «vantés» auxquels Gazprom paie des honoraires énormes et les «parachutes dorés» pour leur unicité et leur irremplaçabilité, comment ont-ils laissé surgir des conditions aussi défavorables? Mais parce que nous avons l'habitude de travailler le moins possible, mais d'en obtenir le plus possible, le résultat est évident !!!
  8. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 12 septembre 2019 17: 19
    +4
    La pipe Opal est européenne et la solution est également européenne. Vous devez donc le faire. Européens. GazProm ne fournira que la quantité de gaz spécifiée dans les contrats. Et l'Europe a besoin de bien plus. Mais c'est leur propre liaison sexuelle. Qu'ils achètent du gaz polono-américain. Vous ne pouvez pas l'interdire. Le marché est le marché. Il n'y aura guère d'amende pour la pénurie de gaz dans le cadre des contrats, et si c'est le cas, il sera plus facile de payer pour la pénurie de gaz. Pour une raison quelconque, je suis sûr que les Européens ne se noieront pas dans les euros et les dollars. Mais les industries chimiques et autres en Europe mourront. Et aucune amende sur GasProm ne les sauvera.
    Je n’envisagerais pas du tout la question de l’Ukraine. Aucun transit que ce soit. Pas de transit du tout. Après tout, une économie de marché. Eh bien, je ne veux pas avoir de contrat avec l’Ukraine. Est-il écrit quelque part que la Fédération de Russie est OBLIGÉE de conclure un contrat avec l'Ukraine?
  9. Zenitovets Офлайн Zenitovets
    Zenitovets (Ivan) 12 septembre 2019 18: 34
    +1
    Oui, pour l'amour de Dieu, ils gèleront, pas nous! Et laissez-les sortir ...
  10. Joe Cook Офлайн Joe Cook
    Joe Cook (Joe Cook) 13 septembre 2019 00: 42
    +1
    Bien entendu, je ne connais pas tous les détails des contrats, mais pour moi, il est impossible de conclure un contrat de transit. Et en Europe, en exécution du contrat, voici OPAL, prenez ce qui est exigé par le contrat. Vous pouvez également baisser un peu le prix. Vous ne voulez pas prendre, votre entreprise. Que nous ruisselons tous avec eux. Pour chaque euro à plier? Merde! Si vous continuez ainsi, ils limiteront les déplacements par chemin de fer, par mer et par air. Nous remplirons les wagons de 50%.