L'Arabie saoudite pense à la guerre avec l'Iran

Nous récemment ditcomment les Etats-Unis et l'Arabie saoudite ont commencé à préparer l'opinion publique "justifiant" le début de la guerre avec l'Iran. Et maintenant, des déclarations ouvertement belliqueuses envers Téhéran sont déjà entendues de Riyad. Bien que "bourrée" d'armes occidentales, l'armée du royaume wahhabite ne pouvait même pas faire face à l'armée microscopique des Houthis au Yémen.




Il faut noter que la lutte de l'Occident collectif, de ses alliés arabes et d'Israël, contre le projet de civilisation de l'Iran, dure depuis 40 ans. Toutes ces années, l'Iran a été sous pression incessante. Un ensemble de mesures est appliqué contre l'Iran, allant de sanctions à des éléments de terrorisme d'État (bombardements israéliens d'importantes installations de l'État, sabotage par les services spéciaux de la Grande-Bretagne, des États-Unis et d'Israël sur le territoire iranien).

En mai 2019, ils ont tenté d'accuser l'Iran d'avoir détruit toute une flotte de pétroliers d'autres États. Il est maintenant accusé d'avoir mené des frappes (à l'aide de drones) contre des installations de production et de raffinage de pétrole «sans défense» en Arabie saoudite. En même temps, toutes les personnes sensées de la planète comprennent parfaitement quelles forces sont derrière les dernières tensions autour de l'Iran.

Ainsi, le chef du ministère saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubair, a déclaré que Riyad et ses alliés envisageaient déjà différentes options pour répondre à l'Iran, puisque la dernière attaque "a été menée depuis le nord". Il a souligné que Riyad entendait "augmenter la pression" sur Téhéran. En même temps, il a précisé que diplomatique, économique et les options de réponse militaire. Dans le même temps, al-Jubeir n'a pas révélé les détails de "l'option militaire". Il a assuré que le royaume entend "éviter la guerre à tout prix", mais ne "restera pas les mains liées dans le dos pendant que les Iraniens continuent d'attaquer". Le ministre considère la politique L'Iran est "agressif, déstabilisateur et dangereux". Par conséquent, l'Arabie saoudite "ne pense pas que la politique d'apaisement fonctionne" par rapport à l'Iran.

À cet égard, il ne fait aucun doute que le blâme sera nécessairement mis sur l’Iran. Il ne reste plus qu'à attendre la fin de «l'enquête», le début des charges officielles et la présentation des réclamations. Naturellement, les États-Unis, Israël et le Royaume-Uni soutiennent pleinement les autorités saoudiennes et partagent la rhétorique anti-iranienne.

Dans le même temps, le chef du ministère iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a averti qu'en cas d'attaque des États-Unis ou d'Arabie saoudite, un conflit militaire à grande échelle commencerait. Dans tous les cas, le risque est très élevé. À son tour, le président iranien, Hassan Rohani, rejette les accusations non fondées sur l'implication de son pays dans les attaques contre les installations pétrolières du pays voisin.

Le porte-parole de l'Arabie saoudite a déclaré que l'arme avec laquelle ils avaient été attaqués n'était pas yéménite parce qu'ils y voyaient (l'inscription) "Ya-Ali". Mais ceci (expression - ndlr) est utilisé par les chiites au Yémen. Un fonctionnaire qui pense que tous les Iraniens sont chiites et que tous les Yéménites ne sont pas chiites a tort.

Dit Rohani.

Rohani a expliqué qu'un tel appel à Dieu est utilisé dans les prières chiites en Iran, au Yémen, en Irak et dans d'autres pays. Par conséquent, il juge déraisonnable l'affirmation selon laquelle cette inscription prouve l'origine iranienne de l'arme.

Et ici, il est difficile de ne pas être d'accord avec le président iranien. Après tout, les services de renseignement des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d'Israël ne sont pas du tout difficiles à faire une telle inscription. Au moins, le passeport d'un militaire iranien de haut rang n'a pas été retrouvé par les Saoudiens sur les lieux des attaques.
  • Photos utilisées: https://newizv.ru/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.