Nord Stream 2: Kiev est prêt à arrêter le gazoduc à tout prix


La décision tant attendue prise le 30 octobre par l'Agence danoise de l'énergie a, à première vue, levé le dernier obstacle à l'achèvement du gazoduc Nord Stream 2. Cependant, ses adversaires, tant outre-mer qu'en Europe, n'ont absolument pas l'intention de renoncer à leurs tentatives de mettre un mot dans les roues de ce projet. Ils compensent leur petit nombre avec une obstination obstinée et une ingéniosité vraiment diabolique à inventer de plus en plus de nouvelles directions d'attaque sur le projet énergétique, qui est aujourd'hui le principal pour la Russie.


Pour le moment, il est possible de définir clairement trois «fronts» principaux sur lesquels des «batailles» plus ou moins féroces sont encore à venir pour Gazprom. Et, bien sûr, il y a des menaces cachées que certaines personnes réservent comme «armes de dernière chance». De quoi parle-t-on exactement et quelle peut être la gravité des conséquences de ces inclinations?

Washington n'apaise pas


Il n'y a peut-être aucun pays au monde qui, ayant en réalité le moins de relations avec le gazoduc en construction, le combattrait aussi férocement et systématiquement que les États-Unis. Parmi les hauts fonctionnaires et les éminents les politiciens Rares sont ceux qui ne voudraient pas dénoncer le "terrible danger" que représentent les approvisionnements réguliers et à grande échelle de "carburant bleu" russe pour "l'indépendance énergétique de l'Europe". Le dernier, si je ne me trompe pas, était le secrétaire américain à l'Énergie Rick Perry, qui a parlé d'un «coup écrasant à la sécurité» et d'un «renforcement des positions de politique étrangère de Moscou». Cependant, non - il y a eu également un discours du secrétaire d'État Mike Pompeo, qui a menacé l'UE de "dépendre totalement des caprices du Kremlin" après le lancement du gazoduc. Fait révélateur, dans le Vieux Monde lui-même, pas un seul État ne voit de problèmes pour lui-même depuis le lancement de Nord Stream 2, à l'exception des marionnettes déjà évidentes de Washington. Au contraire, que des bénéfices continus ... Mais de l'étranger, probablement, c'est mieux connu. Une ardente envie d'inonder l'Europe de leur propre GNL pousse les Américains à tout faire pour, sinon arrêter, au moins ralentir le projet russe au moins pour un temps. Ils pourraient - ils rongeraient ses tuyaux d'acier au fond de la mer avec leurs dents ...

Les mêmes Allemands, comme vous pouvez le voir, ont cuit les Allemands très durement - ce n'est pas pour rien que la semaine dernière au Bundestag, ils ont dit à haute voix que le gaz liquéfié américain "n'a pas besoin de l'Allemagne en principe". Par ailleurs, certains députés (le même Alexandre Noah) estiment que si les États-Unis introduisent de réelles sanctions visant à perturber la construction de Nord Stream 2, Berlin devrait immédiatement répondre avec des restrictions non moins sérieuses. Néanmoins, démontrant une fois de plus un excellent mépris pour l'opinion de ses propres «alliés» d'outre-mer, les États-Unis continuent de se précipiter avec les prochains projets «restrictifs». En particulier, Jim Risch, président du Comité sénatorial des affaires étrangères, a fait part de telles intentions aux journalistes en marge du Forum international sur la sécurité à Halifax. De plus, selon lui, la confrontation des sanctions avec Nord Stream-2 devrait être intégrée dans un document assez sérieux - la loi «Sur la défense nationale» du pays pour l'année prochaine. Dans le même temps, le sénateur a exprimé sa ferme conviction que les opposants à une telle initiative ne devraient pas se trouver sous le dôme du Capitole, déclarant a priori tous ceux qui ne sont pas d'accord (s'ils sont trouvés) «lobbyistes de la Russie» et presque ennemis de la nation américaine. Selon Riesch, ces restrictions seront tellement «coûteuses» pour les entreprises européennes impliquées dans la construction du gazoduc qu'il s'agira de les «fermer». En conséquence, «les Russes devront chercher d'autres entrepreneurs», et le chantier de construction résistera à nouveau pour une durée indéterminée. Bingo!

En réalité, il s'agit très probablement simplement de la «réincarnation» des sanctions contre ceux qui fournissent ou «aident à fournir» le projet Gazprom en vendant, en louant ou d'une autre manière, «des navires pour la pose de canalisations à une profondeur de plus de 30 mètres. ". Le projet de loi les concernant a été élaboré cet été par les sénateurs Jean Shahin et Ted Cruz. Il envisageait non seulement l'interdiction de l'entrée des «coupables» aux États-Unis, mais aussi «le gel de leurs avoirs sous juridiction américaine». Certes, cette initiative, qui semble avoir commencé à être mise en œuvre en toute sécurité dans les murs du Congrès, s'est en quelque sorte imperceptiblement «suspendue» au niveau d'innombrables accords et approbations, avant même qu'elle n'atteigne la Maison Blanche. Très probablement, le même sort arrivera à une nouvelle démarche. Surtout quand on considère que la loi mentionnée par Riesch a suffisamment d'autres «pierres d'achoppement» qui sont tout à fait capables de transformer sa discussion en litiges sans fin et sans fin. Par exemple, la question du financement du mur à la frontière avec le Mexique, dont la construction est depuis longtemps devenue une obsession pour Donald Trump, la discussion sur l'avenir des installations américaines à Guantanamo, etc. Il y a aussi des moments fondamentaux, comme la «redistribution» entre les branches du gouvernement américain des pouvoirs pour mener des guerres, envoyer des troupes hors du pays et les renvoyer. Il n'y a aucun doute sur une chose: la question des sanctions contre Nord Stream 2 sera très largement exploitée par les politiciens américains lors de la prochaine campagne électorale. Seront-ils introduits? Douteux, mais pas exclu. Mais on parlera beaucoup de la «menace énergétique russe» ...

Varsovie entre dans une "attaque frontale" et Kiev prépare un coup subreptice


Il est clair que les USA, comme il sied à un "parrain" international, ne mènent pas de leur propre main les actions les plus ignobles contre le gazoduc, mais confient leurs propres "six". C'est le rôle que la Pologne a joué avec zèle ces dernières années, essayant une fois de plus de gâcher au maximum la construction. L'intérêt de Varsovie ici a deux sources: premièrement, ils s'attendent à devenir la «porte d'entrée du gaz» des États-Unis, fermement «assis» sur la fourniture de GNL d'outre-mer à l'Europe et ont leur propre assez gros profit sur ce point. Deuxièmement, les Polonais s'opposent et s'opposeront à tout projet russe simplement parce qu'il est russe. Ce n'est pas pour rien que Donald Tusk, qui a attiré les faveurs du président du Conseil européen, continue de parler de notre pays comme du principal "problème stratégique" de l'UE, n'hésitant pas à mentionner que pour une russophobie si obstinée, même ses propres collègues l'ont longtemps qualifié de "maniaque" ... Alors ordonnerez-vous de considérer le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, qui, dans sa propre rage anti-russe, a atteint le point que Nord Stream 2 est «le paiement des armes russes avec de l'argent européen»?! Cependant, Varsovie essaie jusqu'à présent de "battre avec le rouble" non pas Moscou, mais ses propres voisins de l'UE. En tout état de cause, l'Office polonais pour la protection de la concurrence et des consommateurs (UOKiK) a infligé une amende fantasmagorique de 45 millions de dollars à la société française Engie participant à la construction du gazoduc, qui a refusé de fournir à Varsovie des documents sur «le transport, distribution, vente, fourniture et stockage "de" carburant bleu "russe.

Pour les Polonais, voyez-vous, tout cela était vital pour «la très importante procédure antimonopole dans l'affaire Nord Stream 2». Les Français n'en avaient pas envie ... A Varsovie, d'ailleurs, ils ont directement déclaré que l'amende n'était que le début. En général, les conséquences de leur «enquête» seront «internationales». Ils disent, préparez-vous - en France, en Allemagne et au Danemark: la Pologne vous apprendra à tous à aimer l'Europe! En tout état de cause, outre Gazprom et la société française déjà mentionnée, Uniper, OMV, Shell, Wintershall figurent également dans la «procédure antimonopole» initiée par UOKiK. Bref, tout le monde, pratiquement tous les participants au projet qui ont osé commencer sa mise en œuvre sans obtenir l'approbation de Varsovie (qui n'aurait jamais suivi!), Et auraient ainsi violé la «législation européenne». Selon des experts faisant autorité, toute cette agitation, bien sûr, ne pourra pas arrêter la construction (les mêmes Français ont immédiatement déclaré toutes les revendications polonaises absurdes et ont l'intention de leur faire appel), mais jouer un sale tour est tout à fait. N'oubliez pas que c'est le litige polonais qui a conduit cette année à diviser par deux le volume de gaz russe fourni à l'Europe via le gazoduc OPAL. Le scandale de Varsovie est bien connu de tout le monde dans l'Ancien Monde, il ne fait donc aucun doute qu'ils continueront à boire notre sang autant qu'ils le pourront. En outre, il ne faut pas oublier que les Polonais mènent leurs activités russophobes en étroite alliance avec les pays baltes, ainsi qu’avec l’Ukraine. Ainsi, la Lituanie a déjà annoncé son intention de traduire en justice les exploitants du gazoduc en construction. L'Estonie réfléchit encore, mais il est fort possible qu'elle adhère également. Et Kiev ...

Des déclarations sur leur ferme intention "d'arrêter Nord Stream 2 à tout prix", en s'appuyant sur "le soutien des partenaires européens", ont récemment été faites par presque tous les responsables du "nezalezhnoy" - du Premier ministre local Alexei Goncharuk au représentant commercial du pays Taras Kachka ... Les révélations du ministre ukrainien de l'Énergie, Oleksiy Orzhel, qui ont récemment admis à la télévision que Kiev avait l'intention de bloquer la construction en faisant appel «d'une manière ou d'une autre du point de vue de l'écologie», sont particulièrement intéressantes pour nous »(citation littérale). C'est-à-dire faire appel du permis délivré par le Danemark pour poser des canalisations dans ses eaux. Le plus désagréable est que ces mots ne sont pas de simples bavardages. Douloureusement méfiant, les "verts" se sont déplacés en Europe du Nord, que certaines forces entendent, semble-t-il, mobiliser de la manière la plus urgente pour la "dernière et décisive bataille" rien qu'avec le "Nord Stream-2". Des récits de longue date ont refait surface sur "8 XNUMX tonnes de munitions chimiques" prétendument "jetées au fond de la mer près de Bornholm par l'Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale" et même "quatre navires soviétiques avec des munitions chimiques y ont coulé". Il est intéressant de noter que les mêmes «verts» norvégiens pour une raison quelconque indiquent exactement les endroits où les tuyaux du gazoduc russe devraient se trouver comme un «lieu d'inondation», tout en criant avec force sur la «menace d'une catastrophe environnementale» qui se produira certainement lors de leur pose. Naturellement, il n'y a même aucune trace de preuves documentaires et généralement imputées de ces absurdités fantasmagoriques. A ce titre, les messieurs «écologistes» donnent des informations selon lesquelles ces dernières années des «objets explosifs» sont tombés dans les filets des pêcheurs de cette partie de la mer Baltique jusqu'à ... quatre fois! Et bien, étant donné l'intensité des combats dans cette région, il est étonnant de voir comment de telles «surprises» ne se présentent pas à pêcher tous les jours.

Néanmoins, si ce sujet est réanimé à nouveau, alors, très probablement, ils ont l'intention de l'utiliser comme dernier atout. Il est fort possible que ce soit ce à quoi le ministre ukrainien de l’énergie pensait. Quoi qu'il en soit, mais cette possibilité ne peut être complètement écartée. Toutes sortes de mouvements et partis «écologiques» - des plus solides aux franchement marginaux - ont aujourd'hui trop de poids en Europe. Si tout ce pack est abaissé à Nord Stream 2, cela ne semblera suffisant à personne. À la lumière d'une telle perspective, Greta Thunberg, qui a soudainement «émergé» de nulle part en Scandinavie, commence à avoir une apparence différente et est activement «promue» aujourd'hui comme loin d'être un simple projet environnemental. D'une manière ou d'une autre, mais la Russie doit être prête pour toutes les nouvelles «batailles» pour Nord Stream 2, qui, apparemment, ne s'arrêtera pas après la pose du dernier mètre de ses canalisations, ni même après la mise en service réussie du gazoduc.
9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Port Офлайн Port
    Port 25 novembre 2019 10: 57
    +6
    Dans tous les cas, le transit à travers l'Ukraine doit être arrêté, plus il y a de merde, plus tôt.
    1. lev1759 Офлайн lev1759
      lev1759 (Eugene) 26 novembre 2019 12: 53
      +2
      le transit par l'Ukraine doit être arrêté

      C'est la moitié de la bataille. Il est nécessaire d'entamer des négociations sur la construction de Nord Stream 3 ...
  2. Valentin Офлайн Valentin
    Valentin (Valentin) 25 novembre 2019 11: 02
    +6
    Et qu'aurions-nous dû attendre de Kiev, car ils ne savent pas comment faire autrement, et ils ne le veulent pas, mais en cachette, si mesquins - ils sont toujours là et avec grand plaisir. Je commence tout juste à me demander s'il y a encore de tels individus sur notre planète Terre qui surpasseront les Galiciens en horreur? Eh bien, avec l'Amérique, on comprend tout - il y a du pouvoir, il y a du pouvoir, il y a beaucoup d'argent, et ils voulaient cracher sur tout le monde, mais "nezalezhnaya" littéralement sans rien, un mendiant mendiant, et elle n'est même plus un carlin, mais certains monstre derrière le dos de l'oncle Sam.
  3. Afinogen Офлайн Afinogen
    Afinogen (Afinogen) 25 novembre 2019 11: 05
    +4
    ... et en Europe, ils n'ont absolument pas l'intention d'abandonner les tentatives de mettre des rayons dans les roues.

    Tout simplement incroyable, simple. Contre toutes les lois du bon sens. Vous tirez un gazoduc vers l'Europe, faites des efforts pour garder l'Europe au chaud et en bon état, mais ils ont également mis un rayon dans leurs roues. Eh bien, c'est clair, les Américains, ils vont bientôt s'enflammer de colère, ils sont prêts à se faire du mal, si seulement nous étions mauvais. Tout est simple ici - l'Europe a besoin de geler une fois, et immédiatement l'esprit se mettra en place, ils construiront eux-mêmes un autre gazoduc.
  4. Dzafdet Офлайн Dzafdet
    Dzafdet (Sergey) 25 novembre 2019 12: 21
    +4
    C'est de ta faute. Ukrov habitué aux cadeaux. Ils présentent maintenant des symptômes de sevrage. Il était nécessaire de fermer les robinets en 2000. Pendant 20 ans, ils ont volé des milliards de mètres cubes de gaz, mais tout le monde est modestement silencieux à ce sujet. Apparemment, tout le monde est sali ...
  5. Sapsan136 Офлайн Sapsan136
    Sapsan136 (Sapsan136) 25 novembre 2019 15: 02
    +5
    Cela ne ferait pas de mal à ces verts de penser aux ogives nucléaires américaines qu'ils ont perdues dans les eaux scandinaves et la Russie n'est pas du tout à blâmer ici ... Quant à la Pologne et à l'entreprise, l'Allemagne risque de se lasser du fait que les Polonais nuisent à son économie ... L'UE vivra et sans Pologne, frappée par la pauvreté, mais si les pauvres vivront en Pologne, en Lituanie, en Lettonie, en Estonie sans subventions de l'Allemagne et de la France - une grande question ...
  6. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 25 novembre 2019 16: 36
    -1
    Voici pourquoi vous avez besoin de bases militaires russes. La Russie, grâce à nos dirigeants - ravageurs, a volontairement quitté l'Europe, et maintenant nous ne voulons pas interférer avec nous. La première chose à faire est de ramener la plupart des terres russes d'Ukraine "au port natal"! Deuxièmement, tous ces problèmes ont été créés par la stupidité des dirigeants de Gazprom. Lorsqu'ils volent et travaillent de manière inefficace, il est nécessaire de changer, au moins, le leadership, et non de déclarer les faits.
  7. Vis Офлайн Vis
    Vis (Gennady) 25 novembre 2019 18: 39
    +2
    Probablement, l'entêtement des Américains s'explique par la volonté de devenir les seuls intermédiaires dans le commerce spot de gaz entre l'Europe de l'Ouest et Gazprom. Ils ont de l'expérience - ils ont volé du gaz russe aux Britanniques et l'ont amené à Boston pour le vendre, les laissant geler. Par conséquent, ils cuisinaient plutôt bien sur cette entreprise.
  8. bratchanin3 Офлайн bratchanin3
    bratchanin3 (Gennady) 26 novembre 2019 10: 57
    +4
    Eh bien, pourquoi se plaindre et se plaindre de l'ennemi, il faut se battre avec lui, c'est tout. Les Américains ont depuis longtemps déclaré la Russie leur ennemie, et le président «bronzé» des Américains, même de la tribune de l'ONU, l'a annoncé. Alors quoi, allons-nous nous plaindre de cela et pointer du doigt la justice? Vous devez compter vos ressources et réfléchir à vos actions!