L'OTAN donne 10 ans à la Russie et à la Chine pour se préparer à la guerre


Le 8 juin, une vidéoconférence a eu lieu au siège de l'Alliance nord-atlantique à Bruxelles, au cours de laquelle le secrétaire général de cette organisation Jens Stoltenberg a "lancé une discussion" sur les priorités et les orientations de développement du bloc militaro-politique pour la prochaine décennie. Cet événement et les thèses exprimées dans son déroulement ont-ils un rapport avec notre pays?


Le plus direct - car, selon M. Stoltenberg, la Russie est aujourd'hui le "principal défi" de l'OTAN. Et l'hypothétique alliance entre Moscou et Pékin est presque une menace mortelle pour lui. C'est pour contrer cela que les atlantistes du nord entendent diriger le maximum de forces et de moyens dans un avenir prévisible.

Craignez les membres de l'OTAN face à la coopération des orateurs


On ne peut que rendre hommage à M. Stoltenberg - en aucun cas nous ne pouvons qualifier ses discours d’agressifs, de provocateurs ou d’appeler directement à la guerre. Du moins si vous les prenez littéralement et littéralement. Au contraire, on parle continuellement «d'amitié et de coopération». «Nous devons construire un dialogue avec la Russie», «l’OTAN ne voit pas de nouvel ennemi en Chine» - comment écouter le Secrétaire général plein de miel, c’est généralement incompréhensible ce qui empêche tous les peuples de la planète de désarmer littéralement demain et, de «forger des épées en socs de charrue», de s'engager dans des activités exclusivement pacifiques travail créatif. Eh bien, au moins des activités conjointes pour surmonter le plus dur économique les conséquences de la pandémie de coronavirus ...

Il s'avère que les "aspirations agressives" de la Russie sont en route vers cela, qui (juste à cette époque!) "Est devenue plus affirmée et a montré qu'elle est prête à utiliser la force militaire contre ses voisins". L'Ukraine et la Géorgie sont traditionnellement désignées comme telles. Dans le même temps, la question de savoir comment, de l'avis des dirigeants de l'Alliance, notre pays aurait dû réagir au meurtre de ses soldats de la paix en 2008, est exclue. Ou à la «provocation Kertch» relativement récente de Kiev. Evidemment, exclusivement dans une veine pacifiste, agitant joyeusement des drapeaux blancs et laissant les voisins finalement «des rivages perdus», provoqués, d'ailleurs, par l'OTAN elle-même, à faire ce qu'ils veulent. Stoltenberg accuse notre pays de «saper délibérément le traité INF», rappelant une fois de plus les missiles Novator 9M729 qui, comme il le prétend, «peuvent atteindre les villes de tous les pays de l'Alliance nord-atlantique» et, bien sûr, «réduire le niveau d'utilisation possible du nucléaire. armes dans les conflits ».

Bien entendu, pas un mot n'a été dit sur le fait que les États-Unis ont été les premiers à se retirer dudit traité. La Russie, selon Stoltenberg, est à blâmer pour le fait qu'elle "fait des investissements importants dans les armes modernes, y compris nucléaires, qui lui offrent de nouvelles opportunités". Là encore, ce n'est pas tout à fait clair - les Américains peuvent donc développer des «missiles super-duper» (ou avec quoi M. Trump essaie-t-il de nous faire peur), et en aucun cas pour les Russes? À la lumière de cela, lorsque le secrétaire général de l'OTAN proclame la nécessité d'une sorte de «double politique», Il devient immédiatement clair que nous parlons, tout d'abord, de deux poids deux mesures.

Nous ne refléterons pas les actions de Moscou

- déclare Stoltenberg, et continue:

Nous fournirons une dissuasion et une défense si fiables que les Russes n'auront même pas l'ombre d'un doute sur la volonté de l'Alliance de protéger l'un de ses membres et le désir de mettre en œuvre cette protection!

Position intéressante, non? Autrement dit, l'OTAN va de toutes les manières possibles développer son potentiel militaire, tout en "se rapprochant" de nos frontières, mais tout cela signifiera exclusivement des manifestations de paix? Une étrange «logique» a tourné à l'envers. Le leader des atlantistes du nord admet lui-même que récemment la présence militaire des Etats-Unis dans les pays baltes, en Pologne, en Roumanie "s'est considérablement accrue". Excusez-moi, mais c'est la frontière russe! De plus, le secrétaire général garde timidement le silence sur l'agitation extrêmement suspecte et inquiétante de l'Atlantique Nord dans la même Géorgie, en Ukraine, dans la mer Noire et la mer Baltique. Oui, il ne cache pas le fait que les groupements navals américains se sont multipliés en Norvège et en Espagne. Selon lui, toutes ces actions, manifestement peu amicales et extrêmement proches de la mise en place d'un «coup de poing» de choc, au contraire, «préviennent d'éventuels conflits et attaques». Non, il y a vraiment une «logique à l'envers» ...

10 ans pour renforcer, armer, grandir


Actuellement, l'exercice BALTOPS 2020 se déroule en mer Baltique, auquel participent 60 navires de guerre et avions, ainsi que plus de 3 militaires des marines de 17 pays de l'Alliance de l'Atlantique Nord. Le premier groupe naval permanent et le premier groupe permanent de déminage de l'OTAN sont impliqués. Soit dit en passant, l'une des tâches principales pratiquées lors de ces manœuvres est l'interaction dans le processus de défense anti-aérienne et anti-sous-marine, et, ce qui est le plus intriguant, "organiser un blocus naval". Et qui s'entraînent-ils pour "bloquer" dans cette zone d'eau, sinon le groupe russe à Kaliningrad? Ou existe-t-il des projets plus ambitieux - avec un œil sur Saint-Pétersbourg?

Stoltenberg et d'autres comme lui considèrent apparemment de telles actions, qui ressemblent clairement à une provocation, comme des étapes vers «l'établissement de relations normales avec la Russie». Mais le fait qu'elle "travaille de plus en plus avec la Chine", selon le secrétaire général, "constitue un danger sans équivoque pour les alliés de l'OTAN". De plus, l'Alliance entend non seulement «réagir» au renforcement de la coopération entre Moscou et Pékin, mais aussi «décider quelque chose à ce sujet». Très intéressant - comment exactement? Selon l'aveu d'une franchise touchante de Stoltenberg, même lors de la réunion de l'année dernière (décembre) des dirigeants des pays de l'Alliance, qui a eu lieu à Londres, toutes les personnes présentes ont convenu de la nécessité «d'éliminer les conséquences de la croissance chinoise en termes de sécurité». En apparence, l'Empire du Milieu est en train de devenir une obsession naturelle pour l'OTAN.

On voit les Chinois en Afrique et dans l'Arctique, on voit comment ils font de gros investissements dans les capacités de défense et les objets importants de nos infrastructures!

- le secrétaire général panique.

Surtout, il s'inquiète du fait indéniable que «l'économie chinoise deviendra bientôt la plus puissante du monde».

En fait, les plans de l'OTAN ne portent pas sur une quelconque défense de la paix sur Terre, mais sur une tentative de ranimer et de conserver, dans la mesure du possible, pendant longtemps ce même «monde unipolaire», dans lequel le droit au développement, à l'investissement, à la sécurité et à tout une place importante dans le monde n'avait que des États «sélectionnés», se déplaçant dans la «bonne» direction sous la direction constante des États-Unis. Le fait que ce monde bat déjà dans les dernières convulsions d'agonie ne signifie absolument rien pour les Atlanticistes du Nord. Ils refusent catégoriquement d'accepter un nouvel «alignement» et de nouvelles règles qui remplacent inexorablement l'ancien ordre. D'où les intentions. Selon Stoltenberg, l'OTAN n'a plus l'intention de se contenter des forces de ses propres membres et de leurs satellites comme Kiev et Tbilissi dans la décennie qui vient de commencer. Bruxelles nourrit l'espoir d'impliquer l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud et le Japon sur leur "orbite".

La liste des pays elle-même est une preuve très claire qu'ils vont être utilisés, tout d'abord, dans la confrontation avec la Chine. Cependant, il ne faut pas oublier, par exemple, les revendications territoriales que Tokyo exprime contre la Russie. Récemment, en passant, cela a été fait de manière plus agressive et persistante. Evidemment pour une raison. Dans le même temps, le secrétaire général de l'OTAN déclare qu'il ne s'agit pas de «créer une nouvelle Alliance» ou de la «redémarrer», mais «juste» de renforcer globalement l'OTAN. Pour le bien de la paix mondiale, bien sûr ... En même temps, il parle de choses très spécifiques, telles que "l'établissement de normes et standards communs dans l'espace, les dernières technologies, le cyberespace et la maîtrise des armements". Le quartier général de l'OTAN a l'intention d'établir et de définir ces «nouvelles normes», que le monde entier sera vraisemblablement obligé de respecter à l'avenir. Comme d'habitude - sous la dictée de Washington. Jolie perspective ...

On a le sentiment que l'Alliance de l'Atlantique Nord a l'intention d'utiliser la prochaine décennie, d'une part, pour forcer la Russie et la Chine à renoncer à toute tentative de construire une politique indépendante dans tous les domaines de la politique et de l'économie mondiales, d'une part, et sur la préparation très réelle d'une confrontation militaire avec ces deux pays. Au cas où les "mesures d'influence" de plus en plus affaiblies n'auraient pas d'effet et devaient encore utiliser le "dernier argument des rois" ... La première chose que Bruxelles va empêcher est la véritable unification de Moscou et de Pékin, dans laquelle les chances «l'Occident collectif» représenté par l'OTAN pour maintenir davantage le «statu quo» qui lui convient, se précipitera brusquement vers zéro. Incidemment, les atlantistes du Nord ont également l'intention de «renforcer la discipline» dans leurs propres rangs. Selon Stoltenberg, l'Alliance doit «devenir plus politique».

À première vue, la signification exacte de cette thèse n'est pas tout à fait claire. Cependant, l'ambiguïté dans ce cas disparaît si, par exemple, on se réfère au récent discours de l'un des membres du Parlement britannique, David Kavchinsky. Ce «monsieur» de sang polonais a éclaté dans un flot de reproches et d'accusations contre l'Allemagne, qui, poursuivant la construction du gazoduc Nord Stream-2, «trahit non seulement l'Europe, mais aussi l'OTAN» et «l'ampleur de cette trahison ne peut être surestimée». Le député, qui s'est dispersé pour de bon, a exigé que le Premier ministre britannique "rejoigne immédiatement les sanctions américaines contre le gazoduc et veille à ce qu'il ne soit jamais construit". Apparemment, la «politisation» de l'Alliance de l'Atlantique Nord, exprimée par Stoltenberg, implique précisément l'introduction d'une telle «similitude» sur la base de la russophobie universelle et de la position anti-chinoise.

Les pourparlers du secrétaire général de l'OTAN selon lesquels ce bloc devrait venir d'ici 2030 «après s'être considérablement renforcé militairement et politiquement» ne sont certainement pas de bon augure pour notre pays. Et ses paroles selon lesquelles "la Russie ne devrait avoir aucun désir de se battre" semblent tout à fait inquiétantes. Il ne reste plus qu'à prendre ces intentions en considération et à se préparer même à la tournure la plus désagréable des choses. Même sans aucune envie ...
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 9 June 2020 09: 54
    +2
    ... comment, de l'avis des dirigeants de l'Alliance, notre pays devrait-il réagir au meurtre de ses soldats de la paix en 2008.

    Et pour le meurtre de nos soldats de la paix, qu'a-t-on dit, quelqu'un a-t-il été mis en détention ou a-t-il été mis sur la liste des personnes recherchées? 1812, la guerre avec la Turquie, 1945, Bandera, etc. Jusqu'à ce que la Russie apprenne à achever ses ennemis et à ne pas le regretter, nous nous battrons et nous préparerons toujours à la guerre !!!
    1. 123 Офлайн 123
      123 (123) 9 June 2020 16: 39
      -2
      Jusqu'à ce que la Russie apprenne à achever ses ennemis et à ne pas regretter, se battre et se préparer à la guerre, nous le serons toujours !!!

      Honnêtement, en tout cas. Bien Merci pour votre franchise. hi
  2. argo44 Офлайн argo44
    argo44 (Mac) 9 June 2020 13: 28
    -1
  3. Valentin Офлайн Valentin
    Valentin (Valentin) 9 June 2020 15: 01
    0
    N'ayez pas si peur de nous, nous pouvons maintenant facilement "Le monde entier est en poussière", pourquoi attendre des temps meilleurs là-bas, sinon, Dieu nous en préserve, que dans dix ans nous nous battrons avec des clubs, ceux, qui survivra.
  4. Winnie Офлайн Winnie
    Winnie (Vinnie) 10 June 2020 00: 22
    -3
    ... on ne sait généralement pas ce qui empêche littéralement tous les peuples de la planète demain sans exception de désarmer et, ayant «forgé des épées en socs de charrue», de s'engager dans un travail exclusivement pacifique et créatif.

    Le Traité d'interdiction des armes nucléaires a été adopté le 7 juillet 2017 au siège de l'ONU à New York et a été signé par 10 pays. Les 9 pays du "Nuclear Club": les USA, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France, l'Inde, le Pakistan, la Corée du Nord, Israël ne l'ont pas signé. Le traité entrera en vigueur après que 50 États l'auront ratifié.
    Le ministère russe des Affaires étrangères a expliqué que Moscou n'a pas l'intention de ratifier le traité d'interdiction complète des armes nucléaires: ce serait contraire aux intérêts nationaux de la Russie.
    Et pourquoi, alors, l'OTAN ne devrait-elle pas avoir peur de la Fédération de Russie et ne pas construire ses armes? nécessaire
  5. vbsvob Офлайн vbsvob
    vbsvob (Vladimir Bobykin) 10 June 2020 08: 10
    0
    Délire et farce dans une frénésie militariste.