150 $ le baril: une première réalité ou un fantasme?


La «guerre du pétrole», qui s'est déroulée dans le contexte de la pandémie de coronavirus, a fait baisser les prix de «l'or noir». Maintenant, le coût d'un baril est de l'ordre de 40 $. En raison de l'augmentation du nombre d'infections au COVID-19 aux États-Unis, les citations diminuent progressivement. Malgré cela, un certain nombre d'experts, principalement occidentaux, déclarent que très bientôt le prix du pétrole augmentera pour atteindre 100-150 dollars le baril.


Ce sont des prévisions très audacieuses et optimistes, mais elles ont encore des raisons. Aujourd'hui, il y a un fort surstockage de pétrole bon marché sur le marché mondial. Les installations de stockage en débordent, et la demande de matières premières hydrocarbonées en général s'est considérablement réduite. Cela entraîne automatiquement un certain nombre de conséquences extrêmement négatives.

D'abord, dans le cadre de l'accord OPEP +, ses participants ont dû réduire drastiquement leur production. Cela signifie une conservation très coûteuse des gisements. Dans ce cas, les producteurs américains de pétrole de schiste sont dans la position la plus avantageuse, pour laquelle il est assez facile de reprendre leur production. La dé-conservation ultérieure des champs difficiles à récupérer en Sibérie dans notre pays sera beaucoup plus coûteuse. Et, par exemple, l'Angola ou le Venezuela, selon les experts, ne pourront pas du tout atteindre les volumes «d'avant la crise». De nombreux anciens dépôts dans différents pays ne reviendront jamais sur le marché.

deuxièmement, une forte baisse des prix du pétrole dans un contexte de baisse de la production mondiale a rendu le développement de nouveaux gisements non rentable. Cela est particulièrement vrai pour la production de réserves dites difficiles à récupérer. Si de tels projets étaient lancés aujourd'hui, ils pourraient atteindre les paramètres fixés dans trois à cinq ans. Aujourd'hui, ces programmes d'investissement ont été abandonnés.

Malgré toute la négativité, les analystes occidentaux y voient également des aspects positifs. Selon leurs prévisions, juste à l'horizon 2025, les faibles quitteront le marché, et les forts restants le partageront entre eux. Dans le même temps, les espoirs de reprise de la production et de la demande d'hydrocarbures sont associés au programme d'émissions monétaires mené par les banques centrales du monde entier. En d'autres termes, les financiers veulent inonder le feu de la crise économique mondiale avec de l'argent. Tout cela laisse penser à certains experts que les prix du pétrole dans trois à cinq ans pourraient atteindre 100 à 150 dollars.

Cependant, tout le monde ne le pense pas. De nombreux analystes de l'industrie russe appellent les prévisions de 100 à 150 dollars le baril une tentative de leurs collègues, comme ils le disent, "hyip". Et il y a des arguments pour cela.

Tout d'abord, c'est le facteur de schiste américain. Beaucoup ont rapidement enterré cette industrie américaine, mais elle aura son mot à dire. Il convient de rappeler que les États-Unis, contrairement, par exemple, à la Russie ou à l'Arabie saoudite, n'ont pas adhéré à l'accord OPEP +. Cela signifie qu'ils ne sont liés par aucune restriction sur les volumes de production. La réduction a effectivement eu lieu, mais cela est dû à des facteurs objectifs sur le marché mondial. Dès que les prix commenceront à augmenter, les producteurs de schiste rouvriront rapidement leurs puits et reprendront la part de ceux qui sont partis. Autrement dit, il ne faut pas s'attendre à des prix très élevés pour «l'or noir» en raison de son déficit.

Il y a une autre considération concernant l'Ancien Monde. La veille de nous dit que l'Europe a l'intention d'abandonner complètement l'utilisation des combustibles fossiles - à la fois le pétrole et le gaz - d'ici 2050. Il est prévu de les remplacer par des sources d'énergie renouvelables, ainsi que par de «l'hydrogène vert» fabriqué en Allemagne. Oui, ce programme est conçu pour 30 ans, mais au fur et à mesure de sa mise en œuvre, le volume des importations de matières premières hydrocarbonées diminuera. Et tous les acteurs du marché devront «garder à l'esprit» ce facteur lors de la mise en œuvre de leurs programmes d'investissement et de l'extension des pipelines.

Il s'avère que les prix de 100 à 150 dollars le baril, s'ils reviennent à court terme, ne seront pas longs. Et donc ils sont déjà destinés à entrer dans l'histoire comme le temps des «grosses années».
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.