Pourquoi Loukachenko remportera les élections, mais pour la dernière fois


À partir d'aujourd'hui, l'enregistrement des candidats à la présidence ayant l'intention de concourir pour ce poste lors des élections prévues le 9 août se termine au Bélarus et la période de campagne officiellement autorisée commence. Cependant, cette date ne peut être qualifiée de début de course aux sympathies électorales des Bélarussiens - en fait, elle est déjà achevée. D'ailleurs, en stricte conformité avec la formule: "il n'y en a pas d'autres, mais ceux-ci sont loin" ...


La population du pays a clairement et sans ambiguïté compris que le candidat «unique et unique» pour le poste le plus élevé reste Alexander Lukashenko, qui occupe ce poste depuis 26 ans. Cela signifie-t-il qu'il remportera les élections actuelles, malgré le mouvement de contestation sans précédent en Biélorussie? Plutôt oui que non. Cela continuera-t-il à l'avenir? Plus probablement non que oui.

Les hauts ne peuvent pas, le fond en a marre


Peu importe avec quel mépris certains des «gens intelligents» actuels traitent une telle chose comme les «classiques du marxisme-léninisme», cet héritage est vraiment un réservoir de sagesse - du moins en ce qui concerne certaines questions très spécifiques. Qui d'autre, sinon Vladimir Ilitch, en savait beaucoup sur une question aussi difficile que le renversement du gouvernement actuel? Sa formulation d'une situation révolutionnaire est impeccable: elle est courte, directe et nette, comme un stylet mortel. Nous savons tous: "Les classes supérieures ne peuvent pas régner à l'ancienne, et les classes inférieures ne veulent pas vivre à l'ancienne ..." est brillante par sa simplicité et son évidence exhaustives et correspond exactement à la vérité à 100%. Comme d'ailleurs le troisième élément de cette formule, qui est beaucoup moins évoqué: «une augmentation significative de l'activité des masses», à laquelle elles sont poussées à la fois par la crise de l'État et par les représentants du «sommet» eux-mêmes. Cela ressemble-t-il à ce qui se passe actuellement en Biélorussie? Oui, à mon avis, il est tout simplement impossible de donner une définition plus claire et plus détaillée de la situation là-bas!

Cela peut être confirmé par une conversation que j'ai eue l'autre jour avec un de mes amis proches vivant dans ce pays. Même en plusieurs autres termes, moins corrects que léninistes, ce Biélorusse a brossé le même tableau: "Il a tout le monde!" Nous devons rendre hommage à Alexander Grigorievich - pour aliéner la majeure partie de son propre électorat, presque parfaitement formé depuis près de trois décennies, il a tout mis en œuvre. Et il a très bien fait. Nationalistes - "zmagars" et autres divers "opposants professionnels" qui rêvent de transformer la Biélorussie soit en une branche de la Pologne, soit en une sorte de folie du "paradis" balte qu'ils vénéraient, poussés dans l'Union européenne avec une carcasse ou un animal en peluche, détestaient passionnément le "papa" " toujours. On peut dire au niveau génétique. Mais qu'en est-il de tout le monde? Les autres sont précisément ceux qui, maintes et maintes fois, ont voté pour lui non pas à cause du bâton, mais à cause de leur sincère conviction dans leur choix. Tout d'abord, ils ont vu en Loukachenka un véritable garant - stabilité, paix, satiété (mais pas comme ils l'auraient souhaité), ordre dans la rue, un crime complet, pratiquement pas de crime.

En fin de compte - aussi banal que cela puisse paraître, "papa" était un symbole de confiance en l'avenir. De l'avis de beaucoup, dans l'intérêt de la propreté et de la sécurité des villes et villages biélorusses, de la qualité des routes locales et des entreprises d'exploitation, un certain manque de liberté aurait pu être toléré. En fin de compte - «il bat, ça veut dire qu'il aime» ... économique la crise a forcé tous ces gens, disons, à reconsidérer leur propre point de vue. Et ici, il est impossible de ne pas mentionner que Loukachenko lui-même a joué une énorme et méprisable blague avec lui-même - s'il annonçait la mise en quarantaine pendant la pandémie de coronavirus (qui, soit dit en passant, était exigée non seulement par les émissaires de l'OMS, mais aussi par de nombreux Biélorusses), maintenant il pourrait au moins lui en vouloir. partie des troubles qui ont envahi le pays. Mais non - l'obstination et la confiance en soi ont gagné, la prochaine étape étant une tentative de sculpter la mer. Maintenant, il est clair pour tout le monde que la principale raison de ce qui se passe n'est pas une pandémie, mais Alexander Grigorievich, qui s'est disputé avec la Russie. Et ceci fermement "coupé" de lui encore une autre catégorie assez importante de Biélorusses: ceux qui préconisaient sans réserve l'intégration la plus profonde possible avec notre pays dans l'État de l'Union. Afin de saisir l’essence de cette question particulière, vous devez connaître de vrais Biélorusses, et non de la «télévision». Oui, ils veulent vraiment des changements - vivre à l'intérieur du pays, où tout est «gelé», comme dans un morceau d'ambre, avec toute la beauté extérieure de cette image, c'est dur. Mais la grande majorité d'entre eux ne veulent pas changer de vie à l'instar de l'Union européenne, sachant très bien que le retour sur investissement d'un tel virage sera, au moins, la privation de tous les avantages sociaux considérables. Et certainement pas à la manière d'une Ukraine enragée, où la «liberté» s'exprime principalement sous la forme d'une anarchie totale à la fois du gouvernement et de divers gangs - du nationalisme au purement criminel. Ils veulent accroître la liberté (principalement économique) juste au niveau de la Russie! Croyez-moi, ça l'est. Cette catégorie même de citoyens, qui considérait jusqu'à présent Loukachenka comme le créateur de l'État de l'Union, est aujourd'hui la plus cruellement déçue de lui.

L'effondrement du «socialisme de base»


Tout d'abord, absolument inattendu pour le Minsk officiel, l'ampleur de la campagne de protestation et le niveau de soutien aux candidats alternatifs à Loukachenka (peu importe - banquiers ou blogueurs) suggèrent que la population locale fantastiquement patiente ne veut plus vraiment "aimer avant"! Et il y a quelque chose de ... Quelques chiffres pour comprendre la profondeur des problèmes là-bas: au 1er mai de cette année, la dette des principales entreprises biélorusses était calculée à un montant proche des 145 milliards de roubles locaux, après avoir augmenté de près de 9% depuis le début de l'année. À titre de comparaison, le PIB de l'ensemble de la Biélorussie en 2019 s'élevait à 132 milliards de roubles biélorusses. Dans l'actuel, 2020, il était prévu de le porter à 143 milliards et demi. Soit dit en passant, ce n'est guère réaliste - le pays devrait diminuer son PIB de 4% (Banque mondiale) à 6% (FMI). D'une manière ou d'une autre, le fardeau de la dette de l'économie bélarussienne (je ne parle pas de tous, mais uniquement des principaux sujets de l'économie nationale) a déjà dépassé le volume prévu du produit intérieur brut du pays il y a deux mois. La dette publique de Minsk a augmenté de 11.4% depuis le début de l'année.

Pas étonnant - sur la même période, la baisse des recettes en devises du Bélarus s'est élevée à près de 3.5 milliards de dollars. La raison n'a pas besoin d'explications particulières - plus de 40% des exportations biélorusses représentaient des produits pétroliers obtenus à la suite de la transformation des matières premières russes. Loukachenka a perdu la véritable «guerre du pétrole» déclenchée par lui dans la lutte pour l'abolition de la «manœuvre fiscale», et avec un crash et une honte. Fin juin, la société Belneftekhim a annoncé son intention d'acheter environ 1.6 million de tonnes «d'or noir» à des entreprises russes. Dans le même temps, cependant, ils n'ont pas manqué d'ajouter que "d'autres besoins seront satisfaits par l'approvisionnement des pétroliers".

Voulez-vous connaître le volume de ces "autres"? En avril, la situation était à peu près la même: sur 2 millions de tonnes de pétrole «maîtrisées» par les raffineries biélorusses, 1.56 million étaient d'origine russe. Étant donné que les Biélorusses extraient eux-mêmes du pétrole, il devient évident que les approvisionnements «alternatifs» sont minuscules, bluffants et absurdes. Soit 80 mille tonnes seront achetées à la Norvège, puis la même quantité sera à l'Arabie saoudite ... Ceci malgré le fait que selon les accords préliminaires, le pays aurait dû recevoir 2020 millions de tonnes de notre «or noir» en 24! Il est tout à fait évident que poursuivant la lutte insensée et «impitoyable» (comme il lui semble) avec la Russie, Alexandre Grigorievitch enfonce de ses propres mains les derniers clous dans le cercueil de la formation très socio-économique qui lui a fourni un règne aussi long et sans nuages. Il serait plus correct de l'appeler "socialisme zagrebny", où Moscou jouait le rôle de l'éternel "sponsor". Néanmoins, le "papa" continue obstinément de plier les siens - à en juger par les rapports plus que maigres des services de presse officiels sur sa dernière rencontre avec Vladimir Poutine, qui a eu lieu le 30 juin lors de l'ouverture du grand mémorial à Rzhev, il n'y a pas de "rupture" dans les relations entre les deux dirigeants et pas attendu. Une confirmation indirecte de cela peut être les «révélations» qui, trois jours plus tard, lors d'un briefing programmé pour coïncider avec le jour de l'indépendance de la Biélorussie, ont soudainement attiré l'ambassadeur de ce pays à Moscou Vladimir Semashko. Le diplomate a déclaré à l'auditoire que, il s'avère que lors de la réunion tenue à Sotchi au début de l'année dernière sur la création de l'État de l'Union, la partie russe a proposé un certain «plan» selon lequel elle voulait vilainement «retirer 95% des pouvoirs de Minsk au niveau supranational». En fait, priver soit l'innocence, soit la souveraineté, ou les deux à la fois. Comme nous pouvons le voir, les démarches anti-russes de la partie biélorusse se poursuivent, et ce aux plus hauts niveaux.

Alors, quelle est la fin de l'autocratie de Loukachenka? Presque définitivement - non. Ayant chassé ses principaux concurrents «pour les huissiers de justice», le «papa» a montré de manière assez convaincante qu'Akella, qui a manqué à maintes reprises mortellement dans ses décisions, n'a pas du tout perdu ses crocs ni ses griffes. Il est toujours prêt pour un combat pour le pouvoir. Le moment d'économie pour Aleksandr Grigorievich est aussi le fait que l'Occident, qui est embourbé dans ses propres problèmes jusqu'aux oreilles et même plus haut aujourd'hui, a peu de chances de pouvoir (et veut même) organiser rapidement et efficacement un «Maidan» suffisamment compétent dans le pays. Les spéculations de Loukachenka lui-même sur la "trace russe", qui s'étend après Babariko, qui l'a effrayé jusqu'au hoquet, seront laissées à des spécialistes qui travaillent professionnellement avec les états maniaco-anxieux, la paranoïa et autres. Que diable est-il, "pro-russe", s'il est connu pour parrainer la publication d'opus de la plus importante russophobe biélorusse Svetlana Aleksievich et des injections plus que généreuses dans diverses organisations à but non lucratif non contrôlées par Moscou qui ne sont certainement pas contrôlées par Moscou?! Vous avez travaillé chez Belgazprombank, dites-vous? Eh bien, on ne sait jamais qui a travaillé où ... Et pour ce qui est de sa «catégorie de poids», comme l'appelait lui-même Loukachenko, «bourgeois à ventre rond» n'est pas un candidat de Moscou. Ainsi, les élections actuelles "papa" gagneront assez heureusement - pas même grâce à leurs propres ressources administratives, mais en raison de l'incroyable conservatisme des Biélorusses, dont beaucoup, ayant perdu courage et réflexion, voteront selon le principe: "ça ne va pas en pire". Mais les suivants ...

Continuant obstinément à suivre le chemin de Viktor Ianoukovitch, maintenant assis à Rostov, Loukachenka continue de creuser un trou pour lui-même et son pays. À l’actuel jour de l’indépendance des États-Unis, il a déclaré la nécessité de «bâtir des relations solides et constructives avec les États-Unis sur la base de valeurs et de priorités communes», qualifiant personnellement cette entreprise suicidaire de «l’un des principaux objectifs» de l’étranger. politique Minsk ". Appelant Washington à «élever le niveau de la représentation diplomatique», Alexander Grigorievich ouvre les portes de ses propres mains pour ne laisser pas même un «cheval de Troie» entrer dans son État, mais tout un troupeau d'entre eux. Il ne fait aucun doute que la "révolution de la couleur" en Biélorussie, avec le cours actuel de Loukachenko, est garantie dans les prochaines années. S'il continue le conflit avec la Russie, le niveau de vie de ses concitoyens chutera de plus en plus rapidement, et les «incendiaires» occidentaux auront alors le temps de se préparer et seront entièrement armés - avec des bidons d'essence et des torches allumées. Ianoukovitch a également été renversé non après les élections. J'ai raté mon temps, pauvre garçon ... Que reste-t-il à Moscou dans cette situation? Eh bien, il n'est certainement pas indifférent de regarder ce qui se passe, au risque d'avoir un autre «non-frères» à vos côtés et un nouveau tas de problèmes sur votre tête.
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir_Voronov Офлайн Vladimir_Voronov
    Vladimir_Voronov (Vladimir) 14 Juillet 2020 10: 06
    +2
    Une chose n'est pas claire, nos services spéciaux ont-ils vraiment oublié comment faire des «offres qui ne peuvent être refusées»? En effet, en 2000 "Cher Russe", ils ont fait une telle offre et ont promis la sécurité de la famille. Poutine sait tenir parole, il suffit de regarder la famille d'Eltsine, Ianoukovitch, voire Saakachvili et Parashenko ...