«Partenaire nécessaire»: le Canada continue de considérer la Russie comme une menace, mais est prêt à coopérer


Joshua Krucker écrit sur les perspectives des relations russo-canadiennes, principalement dans l'Arctique, sur le site Web Modern Diplomacy. Bien que les relations entre les deux pays aient été mauvaises pendant presque toute leur histoire, le potentiel d'une coopération bilatérale limitée demeure.


Le Canada est célèbre pour sa position anti-russe active depuis de nombreuses décennies. Dans une nouvelle série de confrontations internationales qui a débuté après 2014, Ottawa s'est distinguée par une attitude particulièrement agressive, dépassant souvent même ses plus proches alliés à cet égard.

Pendant le mandat [du premier ministre] Stephen Harper, Ottawa a poursuivi un la politique boycott de presque tous les événements et tables bilatéraux et multilatéraux auxquels le Canada et la Russie ont participé auparavant

- a affirmé dans le texte, ajoutant que les observateurs appelaient ces tactiques "la politique d'une chaise vide".

Dans le même temps, les Canadiens ont été contraints de maintenir un dialogue avec les Russes, par exemple, sur des questions d'activités dans la zone circumpolaire. À la fin de 2019, peu avant les élections, le déjà nouveau gouvernement de Justin Trudeau a publié son point de vue sur la politique du Canada à l'égard de l'Arctique. Elle s'est avérée beaucoup plus conciliante que son prédécesseur.

Oui, bien sûr, même cette nouvelle politique continue de mettre l'accent sur la souveraineté canadienne sur le Nord et la coopération avec l'OTAN comme deux éléments extrêmement importants.

Ainsi, la coopération internationale est revenue au premier plan dans les questions arctiques. Ottawa le considère désormais comme indispensable et cherche activement à contribuer à une unité commune, quoique avec réserves, dans la région. Bien entendu, cette approche inclut la Russie comme partenaire indispensable. En 2019, le Canada l'a clairement indiqué.

Malgré la volonté du Canada de coopérer et de dialoguer avec la Fédération de Russie sur les questions du Nord, Ottawa continue de remplir ses obligations internationales et les place au premier plan de sa politique arctique. Cela comprend l'adhésion du Canada à l'OTAN, la participation au NORAD, sans parler d'une relation spéciale avec les États-Unis.

Le texte note que la Russie demeure une menace potentielle pour la souveraineté et les intérêts du Canada dans la région arctique, ce que personne n'a oublié. Néanmoins, Trudeau ne salue pas les conflits ouverts et envoie des signaux indiquant que la coopération et le dialogue avec la Russie sont de la plus haute importance.
  • Photos utilisées: Garde côtière canadienne
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 7 septembre 2020 09: 10
    0
    Le moignon est clair. L'un des principaux concurrents tant dans le nord que dans les produits nordiques.
    Il en a été ainsi, il en sera ainsi. Le reste est de l'eau.
  2. Nikolay Malyugin Офлайн Nikolay Malyugin
    Nikolay Malyugin (Nikolay Malyugin) 7 septembre 2020 09: 35
    0
    Dans les années 70, un autre Trudeau est venu à Norilsk et a rencontré Kosygin. La télévision locale a diffusé une production canadienne. C'était très différent du nôtre. Il n'y a eu aucun accord. Il y avait des rumeurs pour lesquelles cela n'a pas fonctionné. Mais cela ne vaut pas la peine d'écrire à ce sujet.