Une source révèle la réaction du Kremlin aux manifestations à grande échelle en Biélorussie


Des manifestations à grande échelle ont lieu en Biélorussie depuis plus d'un mois. Malgré cela, le président russe Vladimir Poutine a invité son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko à Sotchi pour s'entretenir avec lui sur des questions urgentes, écrit l'agence de presse américaine Bloomberg.


Les forces de sécurité biélorusses ne tiennent pas la cérémonie avec les manifestants et plus Loukachenka réprime les manifestations, plus Poutine soutient l'allié assiégé. L'Union européenne et les États-Unis condamnent la répression et ne reconnaissent pas les résultats des élections, mais jusqu'à présent ne menacent que de sanctions. Par conséquent, Poutine est convaincu que l'opposition ne renversera pas Loukachenka. Cela a été déclaré par cinq sources proches du Kremlin, qui ont demandé à ne pas être nommées.

La visite doit avoir lieu le 14 septembre 2020, ce sera la première rencontre personnelle entre Poutine et Loukachenko après les élections présidentielles en Biélorussie le 9 août 2020. Le président de la Russie est sans aucun doute préoccupé par la «question biélorusse». Ce qui se passe en Biélorussie fait écho aux événements en Ukraine et en Arménie, lorsque les dirigeants pro-Kremlin ont été évincés du pouvoir, et ont commencé quelques semaines après que la Russie ait amendé la Constitution, selon laquelle Poutine pourrait prolonger son mandat jusqu'en 2036.

Selon des proches du Kremlin, les hauts dirigeants russes sont perplexes devant l'ampleur des troubles en Biélorussie. Moscou ne fait pas confiance à Loukachenka, mais ne peut accepter l'arrivée au pouvoir de l'opposition à la suite de manifestations de rue. Par conséquent, le Kremlin sera soutenu par Minsk, tout en encourageant les étapes vers une éventuelle succession de pouvoir.

Il y a un mois, Poutine a annoncé que, si nécessaire, il enverrait la police russe en Biélorussie pour mettre fin aux troubles. Puis il a immédiatement clarifié que cela n'était pas encore nécessaire. En revanche, des représentants des médias russes ont été envoyés à Minsk pour remplacer les employés en grève de la Société nationale de la télévision et de la radio d'État de la République du Bélarus.

Dans une interview accordée aux médias russes le 9 septembre 2020, Loukachenko a déclaré que "si la Biélorussie s'effondre, la Russie sera la prochaine". Par conséquent, la réaction de Poutine à ce qui se passe dans le pays voisin est tout à fait compréhensible, il ne veut pas que les manifestations se propagent à la Russie.
  • Photos utilisées: http://kremlin.ru/
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 13 septembre 2020 20: 59
    0
    Les forces de sécurité biélorusses ne tiennent pas la cérémonie avec les manifestants.

    Des manifestants intéressants - pas un seul drapeau biélorusse? C'est peut-être pour cela qu'ils ne participent pas à la cérémonie, car ce ne sont pas des manifestants biélorusses?
  2. peep Офлайн peep
    peep 13 septembre 2020 21: 34
    +2
    C'est donc dans les «lumières de la démocratie» écrites - les États-Unis, l'Allemagne et la France, dont les dirigeants condamnent avec tant de zèle et sans discrimination le «dictateur» Loukachenko, Les forces de sécurité américaines, allemandes et françaises ne se tiennent PAS en cérémonie avec leurs manifestants, ne s'arrêtant pas devant les meurtres publics de sociopathes particulièrement extrémistes!
    À la périphérie de Berlin occupée par les États-Unis le 29 août, les chars de l'armée Leopard-2 se tenaient dans une colonne prêts avec les moteurs en marche, prêts au premier signal des autorités à se précipiter pour enrouler les manifestants de Berlin sur les rails, et, traversant les rues de Berlin, de nombreux véhicules blindés spéciaux de la police allemande étaient beaucoup plus gros qu'ils ne l'avaient fait. Policiers biélorusses!
    Mais les médias occidentaux "inappropriés", pour certaines raisons, ils n'étaient même pas indignés par cela et l'indignation policière continue avec les coups et les arrestations de citoyens «libres» près du Reichstag ou dans les rues de New York et Paris «démocratiques» ??! quelle
    Ce «marais» occidentalisé sous les drapeaux et les symboles d'odieux sbires fascistes, qui cherche à mener un coup d'État anti-biélorusse du Maïdan dans l'intérêt des néocolonialistes des États-Unis et de leurs vassaux européens, n'est pas le peuple biélorusse, mais les agents de l'Occident sont de véritables ennemis de la population multinationale biélorusse travailleuse (exactement la même chose que et a commis un coup d'État en Ukraine!)!
    IMHO