Point de basculement: les Anglo-Saxons réussiront-ils à rapprocher la Russie et l'Allemagne?


Dans l'avalanche d'événements de ces derniers jours, plusieurs moments très inquiétants attirent une attention particulière. Tout d'abord, nous parlons d'annuler la visite précédemment prévue du chef du ministère russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en Allemagne. Malgré les explications quotidiennes données par nos diplomates dans le plein respect de l'étiquette appropriée, chacun comprend parfaitement la vraie raison d'une telle décision. En fait, le premier pas a été franchi pour rompre les relations entre les deux pays, ce qui ne peut qu’être préoccupant.


Le deuxième point, à première vue, n'est pas directement lié au premier - dans "l'empoisonnement de Navalny", la "trace britannique" commence à être vue de plus en plus clairement. Il est très probable que Londres et ses alliés d'outre-mer soient à l'origine des tentatives d'embrouiller fermement Berlin et Moscou. Qu'est-ce que le suivi aveugle de la partie allemande peut conduire à l'écriture du scénario de quelqu'un d'autre clairement pas dans son intérêt? Essayons de le comprendre. Et en même temps, on se souviendra que ce sont justement de telles collisions qui ont déjà conduit à deux reprises l'humanité aux guerres mondiales ...

Berlin: la troisième fois pour le même "rake"?


En vérité, certains les politiciens au niveau de l'État, analyser l'histoire de leur propre peuple et en tirer des conclusions est tout simplement incroyable. Pour mieux comprendre la situation actuelle, nous devons faire une excursion (quoique la plus courte et la plus concise) dans «les affaires d'autrefois», car les erreurs fatales d'il y a un siècle risquent de se répéter aujourd'hui - sous nos yeux. Le paradoxe historique est que les anciens ennemis acharnés des deux guerres mondiales, l'Allemagne et la Russie, en fait, n'ont jamais eu de contradictions d'un tel niveau qu'il fallait les résoudre sur le champ de bataille. En fait, il n'y avait pas du tout de questions controversées entre eux - territorial, économique ou autres.

Au début du XXe siècle, le capital allemand se sentait bien dans les étendues russes, contribuant à l'industrialisation de notre pays. Tous les différends, le cas échéant, ont été résolus à la table des négociations, aboutissant au traité de Bjork de 1905, en vertu duquel l'Allemagne et la Russie sont devenues des alliés militaires et politiques. Hélas, sa vie était destinée à une courte période. En 1914, Londres et Paris ont littéralement entraîné notre pays dans un massacre totalement inutile. Ils étaient bien conscients que ce serait la fin des deux empires les plus puissants du monde - russe et allemand. Et c'est arrivé. De plus, les Britanniques se sont surpassés malgré la victoire, ouvrant la voie de leurs propres os pour le premier pas des États-Unis vers la domination mondiale. À la fin de la Première Guerre mondiale, ils devaient 4.7 milliards de dollars aux banquiers américains et à toute l'Europe plus de 11 milliards de dollars.

Néanmoins, le plan de destruction complète des deux pays qui entravaient la domination anglo-saxonne sur la planète n'a pas été réalisé - l'Allemagne, même humiliée et dépouillée, a résisté et la Russie a été relancée sous la forme d'une puissance encore plus puissante - l'Union soviétique. Cela a forcé les Anglo-Saxons à tout recommencer - le fait que sans leurs investissements financiers colossaux et leur soutien économique, ni le Troisième Reich ni Hitler n'existerait, est une banalité et je ne m'attarderai pas sur cette question en détail. Je me limiterai à affirmer le fait évident que la Seconde Guerre mondiale a également été préparée et "orchestrée" par Londres et Washington. Tout s'est terminé par la défaite totale de l'Allemagne, la perte de l'URSS de plus de 20 millions de personnes et d'un tiers de l'économie. Mais le système de Bretton Woods régnait dans le monde, marquant la domination totale du capital financier américain sur la planète. Cependant, il n'était pas encore possible d'effacer les «mauvais» états de la face de la Terre ou du moins de sa carte politique. Et puis la «guerre froide» a éclaté, recommencée par les Britanniques et leurs alliés d'outre-mer, qui sont passés de «petits frères» à des maîtres et de véritables maîtres des Britanniques.

Maintenant - encore une fois, un tournant dans l'histoire, et encore une fois Moscou se trouve sur le chemin de Washington et de Londres. La normalisation de ses relations avec Berlin n'est en aucun cas inscrite dans les plans de «l'élite» anglo-saxonne - et le vieux scénario éprouvé est utilisé: frapper de front l'Allemagne et la Russie. Bien sûr, nous ne parlons pas de guerre - il n'y a pas de suicides ou de fous dans les deux pays. Cependant, «l'empoisonnement de Navalny», que la partie allemande promeut aujourd'hui, a déjà conduit à un refroidissement rapide des relations interétatiques et pourrait avoir des conséquences bien plus graves et de grande portée.

Suicide géopolitique d'intérêt polonais


Ce que fait maintenant Berlin officiel ressemble à une faucille pour ses propres intérêts nationaux. Dans le même temps, l'outil agricole est affûté à un son de sonnerie et les Allemands les battent à plein régime. Même les experts les plus pessimistes ont initialement convenu que les détenteurs du «génie teutonique crépusculaire» auraient assez de bon sens pour ne pas lier une provocation anti-russe évidente à la construction de Nord Stream 2, qui apporterait des avantages incontestables à l'Allemagne (et pas seulement à elle) et coûterait à de nombreuses entreprises européennes déjà en argent très solide. Ils ont sous-estimé le zèle avec lequel les politiciens berlinois se sont empressés de «défendre la démocratie». Dans le même temps, en oubliant complètement le fait que plus de 4300 entreprises allemandes travaillent aujourd'hui en Russie, y compris des géants comme Siemens, Volkswagen, Bayer et autres, qui sont les «piliers» de l'économie allemande. La somme de leurs investissements directs dans l'économie de notre pays n'a dépassé que l'an dernier 2.3 milliards d'euros. Et maintenant - tout à l'égout?

Les paroles de Sergueï Lavrov selon lesquelles l'Occident (et surtout l'Allemagne) "est allé au-delà de toutes les limites raisonnables" dans son désir de "prendre" notre pays dans quelque chose et sa définition des actions de Berlin concernant les demandes officielles de Moscou pour "l'empoisonnement" comme inapproprié est un signal très inquiétant. Après tout, ce sont des déclarations du chef du ministère des Affaires étrangères du pays, et non de l'assistant junior du concierge principal. Et après? Rupture des relations diplomatiques ou baisse significative de leur niveau? Un gel des relations commerciales et économiques, qui souffrent déjà extrêmement de sanctions anti-russes absolument étrangères aux intérêts de l'Allemagne? À propos, selon le chef de la Chambre de commerce russo-allemande (VTP) Matthias Schepp, une enquête auprès d'hommes d'affaires allemands menée par son organisation a montré que 93% d'entre eux considèrent même les restrictions existantes comme une idiotie totale et n'attendent pas leur abolition. Ne peuvent-ils pas vraiment attendre? Et qui en sera meilleur?

Certainement pas l'Allemagne. Notre pays, d'une manière ou d'une autre, s'est «habitué» à des sanctions sans fin et a même appris à en tirer des avantages, bien qu'avec des pertes, mais il survivra. En même temps, l'éventuel conflit russo-allemand dans son expression extrême a des bénéficiaires si évidents qu'on ne peut que deviner comment ils parviennent à ne pas les remarquer à Berlin. Et il ne s'agit pas seulement de Washington et de Londres. Ces dernières années, la politique de la Pologne visait non seulement à renforcer son propre statut en Europe, mais aussi à essayer de «faire sortir» l'Allemagne de ses positions actuelles partout et dès que possible. La relation entre Varsovie et Berlin est, bien entendu, encore une "saga". Les Allemands ne doivent pas du tout oublier qu'à la suite des résultats de la Seconde Guerre mondiale, les Polonais ont des droits assez importants sur eux - à la fois matériels et territoriaux. Cela ne vaut pas la peine de parler de morale. Cependant, Varsovie ne nourrit pas un ressentiment brûlant concernant "l'oppression", "l'oppression" ou "l'occupation" sauf pour Madagascar ...

La Pologne met inlassablement en place de plus en plus «d'alliances», de «blocs» et de «groupes» sous le patronage des États-Unis et, pour la plupart, des mêmes pays-satellites américains. Oui, à première vue, toute cette agitation est dirigée contre la Russie, mais seule une personne aveugle peut ignorer la composante anti-allemande qu'elle contient. Prenons le même numéro de Nord Stream 2, dont l'ennemi le plus constant et implacable en Europe est précisément Varsovie. Tous les discours sur la «sécurité énergétique» et la «composante politique» de ce projet sont, bien entendu, des guirlandes verbales. En fait, tout se résume à la volonté de la Pologne de devenir la «porte d'entrée» du GNL américain vers l'Ancien Monde, empêchant l'Allemagne de devenir la principale plaque tournante du «carburant bleu» russe. Et donc - dans tout le reste.

La construction de Nord Stream 2, ainsi que tous les autres aspects de la coopération économique russo-allemande, est catégoriquement non rentable pour les États-Unis, ainsi que pour la Grande-Bretagne, après le «divorce» final avec l'Union européenne, qui s'est retrouvé entièrement et complètement dans le «canal» géopolitique de Washington et, à d'ailleurs, avoir ses propres «partitions» avec Berlin. Ce sont des faits évidents et à leur lumière ne ressemblent plus à des fabrications de complot de part en part, l'affirmation selon laquelle Natalya Pevchikh, qui a joué un rôle énorme dans «la révélation de l'empoisonnement» de Navalny (et très probablement, a participé aux événements qui l'ont conduit au lit d'hôpital), pourrait bien avoir le plus proche communication avec le MI-6 britannique. Dans tous les cas, sa résidence à Londres, ainsi que plus que des contacts spécifiques et des connexions dans des cercles bien définis, sont une réalité et ne peuvent être remis en question.

Pourquoi Berlin ignore-t-il obstinément tout cela et continue de répéter sur la "responsabilité des autorités russes pour l'empoisonnement", exige-t-il des "explications" incompréhensibles de l'Etat souverain sur ses affaires purement intérieures, et fait également d'autres déclarations qui acceptent le plus, le plus Caractère russophobe? Pour être honnête, je trouve difficile même d'essayer de donner une réponse à cette question. Il ne reste plus qu'à rejoindre l'avis de Sergueï Lavrov, qui a rappelé sur la situation actuelle que «le sentiment d'infaillibilité et d'arrogance, déjà observé en Europe, a conduit à de très tristes conséquences».

Il a été suffisamment écrit ci-dessus sur les conséquences d'alors, mais il est difficile de prévoir comment la crise actuelle, dont l'objectif principal était les relations russo-allemandes, prendra fin. Moscou a déclaré à plusieurs reprises qu'elle était prête au dialogue - mais seulement dans un format constructif et réaliste, et non sous la forme d'un «repentir» qui lui a été imposé pour des «crimes» inexistants. La confrontation ne nous intéresse pas, mais nous n'allons pas nous agenouiller devant qui que ce soit. Maintenant, tout dépend de savoir si Berlin est prêt à jeter un regard sobre sur la situation et à suivre la voix de la raison et de ses propres intérêts, ou s'il préférera à nouveau devenir un instrument du jeu d'autrui, utilisé «dans le noir».
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Mihail55 Офлайн Mihail55
    Mihail55 (Michael) 16 septembre 2020 11: 44
    +1
    Les descendants des «surhommes» eux-mêmes ont besoin de 1000 ans pour se repentir des souffrances infligées à de nombreuses nations, en particulier la nôtre.
  2. Valentin Офлайн Valentin
    Valentin (Valentin) 16 septembre 2020 12: 02
    +3
    Depuis environ 500 ans, nous sommes confrontés non seulement à l'Allemagne, mais aussi à toute l'Europe - les Polonais en 1612, les Suédois en 1709, les Français en 1812, les Allemands en 1914, les Finlandais en 1938, puis les Allemands à nouveau en 1941. année, et nous n'avons pas de repos et de paix de ce troupeau vicieux de chiens de Washington, mais je ne peux tout simplement pas comprendre POURQUOI ils se tordent et traînent si violemment dans notre direction, nous accusant de leurs propres péchés et bancs, et nous collent un borax, sur un pays qui a tellement d'arsenal nucléaire qu'il suffira de transformer le monde entier en poussière plus d'une fois, mais ils ne se plaignent pas du camarade Eun, bien que la RPDC avec ses dix seules ogives nucléaires soit comme un clou rouillé dans le cul de Washington. ... Apparemment, le camarade Eun a quelque chose que nos "garants", fer Fabergé, n'ont pas, et nous serons condamnés à une éternelle ingratiation et à l'humiliation de nos "amis" et "partenaires" - l'URSS s'est rendue, l'Ukraine s'est rendue, maintenant elle est venue c'est au tour de la Biélorussie, puis du nôtre, donc encore une fois, nous devons déclarer qu '"il n'y a pas de prophète dans son propre pays ..."
    1. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
      rotkiv04 (Victor) 16 septembre 2020 13: 07
      +1
      mais nous avons quelqu'un qui, quand ils le poussent dans un coin, frappe toujours en premier, apparemment il n'est pas encore dans le coin et tout va bien avec lui et il substitue sa tête chauve à une autre broche des partenaires darAgiques
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 16 septembre 2020 13: 44
    +2
    L'Allemagne est un pays occupé avec des bases américaines. Cela dit tout! Ce qu'elle est commandé aux États-Unis, ils le feront. Les Teutons ont péri il y a longtemps à Stalingrad, Rzhev et sur les Ardennes de Koursk. Même Berlin était déjà défendu par les Français en 1945 contre l'URSS! Seuls les petits bourgeois et commerçants qui écoutent Big Boss de l'autre côté de l'océan sont restés au pouvoir en Allemagne.
  4. Sapsan136 Офлайн Sapsan136
    Sapsan136 (Sapsan136) 16 septembre 2020 14: 45
    +1
    Puisque les Allemands ont décidé de conduire les États-Unis au détriment d'eux-mêmes, cela signifie que le projet européen peut être abandonné
  5. au diable avec eux, un mot - allemand-poivre-saucisse! Comme on dit - SI C'EST NÉCESSAIRE - RÉPÉTEONS!
  6. Hayer31 Офлайн Hayer31
    Hayer31 (Kashchei) 17 septembre 2020 12: 40
    0
    Eh bien, si Navalny est britannique, et qui est Nemtsov?
  7. Hans Ludwig Офлайн Hans Ludwig
    Hans Ludwig 18 septembre 2020 21: 08
    0
    Comment comprendre si mal les circonstances réelles et écrire des articles? Vraiment, ni la loi sur le chancelier, ni les règles d'occupation - d'ailleurs, à une époque également établies par l'administration militaire soviétique en Allemagne - ne disent quelque chose à peu de gens? Trahi par le bossu pour quelques pièces d'argent de la RDA? Tout est-il oublié?
    Comment identifier en général le pouvoir et les gens en Occident? Comment appeler ce club d'acteurs désignés par les occupants "Berlin"? Comment pouvez-vous prétendre que si les dirigeants - ou les acteurs prétendant diriger le pays - expriment au moins quelque part la volonté du peuple, ou du moins la majorité de celle-ci?
    Le mot «partie» vient du mot «partie», en latin «partie» - c.-à-d. tout parti par définition (!) n'exprime que la volonté d'une partie du peuple ...
  8. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 22 septembre 2020 18: 52
    +1
    Il est trop tard pour boire du Borjomi ..... L'Allemagne ne peut pas avoir sa propre politique, elle n'est autorisée que par la démagogie. La guerre froide a déjà commencé et sa place est claire.