Fin de l'embargo contre l'Iran: la Russie se prépare à changer l'équilibre des pouvoirs au Moyen-Orient


Le 18 octobre de cette année, l'embargo sur les armes contre l'Iran, établi par la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU du 20 juillet 2015, expire pour une période de cinq ans.


Il convient de noter que différents pays se préparent à cette date de différentes manières: Téhéran envisage de moderniser sa propre armée, Moscou et Pékin calculent combien et quels types de militaires équipement Ce pays du Moyen-Orient, en perpétuel conflit avec les États-Unis, Israël et une bonne moitié de ses voisins, est capable d'acheter, et Washington crie au monde entier qu'il ne permettra jamais les armes russes et chinoises en Iran. Quels plans sont destinés à se réaliser?

Comment les Américains se sont surpassés


À proprement parler, du point de vue du droit international, il ne peut y avoir de divergence en la matière. En fait, l'embargo, c'est-à-dire une interdiction stricte de la fourniture de toute arme à Téhéran, a été levé par la même résolution du Conseil de sécurité de l'ONU mentionnée ci-dessus, adoptée après la conclusion du Plan d'action global conjoint (JCPOA), qui a marqué l'abandon de Téhéran des ambitions nucléaires. À partir de ce moment, il a été dit que la fourniture d’un certain nombre d’armes à ce pays n’était possible qu’avec l’autorisation du Conseil de sécurité, qui doit approuver ou rejeter l’accord dans chaque cas particulier. Comme vous pouvez le deviner, dans les conditions de la domination quasi inconditionnelle des États-Unis à l'ONU, cette formalité apparemment pas trop sérieuse s'est en fait transformée en une barrière totalement insurmontable.

Dans le même temps, il s'agissait d'armes aussi importantes pour la défense de l'État que les avions militaires (avions et hélicoptères), les véhicules blindés, l'artillerie à canon de calibres de 75 mm, les navires de guerre de surface et sous-marins avec un déplacement de 25 tonnes et plus. Les missiles d'une portée supérieure à 300 kilomètres tombaient également sous les restrictions, mais uniquement ceux qui n'appartenaient pas aux systèmes de défense aérienne. La dernière clause a permis à la Russie d'achever enfin l'exécution du contrat de fourniture de systèmes de défense aérienne S-1 à l'Iran, ainsi que des complexes Pantsir-SXNUMX et Tor. S'ils n'avaient pas fait partie du système local de défense aérienne, les Etats-Unis essaieraient probablement inévitablement "d'essayer de protéger le ciel iranien" lors de la récente aggravation des relations entre les pays. Il n'est pas surprenant que, dans les conditions actuelles, Téhéran ait plus que concrètement exposé ses propres intentions de commencer des achats massifs d'armes russes. Et encore plus ...

Pas plus tard qu'en juillet de cette année, l'ambassadeur iranien à Moscou, Qassem Jalali, a annoncé que son pays considérait la Russie comme son "partenaire prioritaire" et, surtout, dans le domaine de la coopération militaro-technique. Selon le diplomate, des consultations sont déjà en cours de préparation à un niveau assez sérieux, au cours desquelles tout l'éventail des approvisionnements possibles sera discuté, ce qui, comme l'a souligné Jalali, "contribuera de manière significative au renforcement de la capacité de défense de l'Iran". Dans le même temps, des représentants de haut rang de Washington essaient de faire comprendre à chaque occasion que rien de tel ne se produira en aucune circonstance. Dans un premier temps, pour cela, les États-Unis ont essayé d'utiliser les capacités du Conseil de sécurité de l'ONU, en essayant de faire passer par lui une résolution appropriée sur l'extension des restrictions. En particulier, Brian Hook, représentant spécial des États-Unis pour l'Iran, l'a déclaré à plusieurs reprises depuis la tribune de l'organisation.

Cependant, dans ce cas, il y a un incident qui est le résultat des actions des Américains eux-mêmes, en un sens, se sont surpassés. Permettez-moi de vous rappeler que l'actuelle administration américaine (en particulier, Donald Trump) a annoncé son propre retrait du plan d'action global conjoint, que l'Iran aurait "non mis en œuvre" en 2018. Selon la lettre du droit international, à partir de ce moment même, Washington ne se préoccupe plus de tout ce qui touche au JDPP et ne peut exiger l'adoption d'aucune décision dans son cadre. Ce moment, d'ailleurs, a été annoncé par le représentant russe à l'ONU Vasily Nebenzya en mai de cette année - en réponse à une autre démarche de diplomates américains. Plus tard, le même point de vue a été exprimé par la mission permanente de la RPC auprès de cette organisation mondiale. Cependant, quand les Américains se soucient-ils de l'opinion de quelqu'un d'autre que la leur?

Changer l '«alignement» géopolitique d'un seul coup


Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, je me souviens, a diffusé en avril de cette année aux journalistes réunis lors d'un point de presse dans son département que les Etats-Unis "ne permettront pas la levée de l'embargo sur l'Iran". Ensuite, le chef de la diplomatie américaine a toujours misé sur le fait qu'il serait capable de «plier» le Conseil de sécurité de l'ONU sous lui-même, mais déjà à ce moment-là il évoquait la possibilité d'utiliser «d'autres options» du côté américain. Maintenant que le plan initial de Washington a essentiellement échoué (les membres permanents du Conseil de sécurité, la Chine et la Russie ne le laisseront jamais se réaliser - en particulier dans les réalités actuelles), les Américains semblent prêts à augmenter fortement les enjeux. Tout de même, Pompeo a annoncé récemment que "sans attendre l'action" de ses alliés à l'ONU, les Etats-Unis "ont décidé de se prendre pleinement en charge". Jusqu'à présent, on ne sait pas exactement de quoi nous parlons. L'armée américaine a-t-elle l'intention de couler des navires à destination de l'Iran s'ils les soupçonnent de transporter des armes? Abattre des avions qui peuvent transporter des marchandises militaires dans ce pays? Ou ont-ils l'intention d'une autre manière de pousser la situation vers le début de la troisième guerre mondiale?!

Cependant, il est plus probable que Washington ait l'intention, contrairement à la logique et à la loi, d'essayer d'utiliser le soi-disant «mécanisme spécial de règlement des différends dans le cadre du FDPA» prévu dans la même Résolution 2231. Sans entrer dans les détails, nous pouvons affirmer que son activation signifiera un "retour en arrière" de la situation à l'époque des sanctions anti-iraniennes les plus sévères et les plus complètes et des interdictions de toute coopération avec ce pays. «Logique» purement américaine: nous nous retirons de l'accord, mais nous y ferons appel quand cela nous conviendra! Ce n'est pas sans raison que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a réagi à de telles inclinations en citant un proverbe américain, dont l'analogue le plus proche dans notre discours est les mots bien connus sur le fait de manger du poisson et d'essayer de s'asseoir confortablement. Eh bien, en général, vous avez l'idée ...

Fait révélateur, M. Pompeo ne cache même pas le fait que l'objectif principal de l'activité vigoureuse développée par son département est la volonté «d'empêcher l'Iran d'acheter des véhicules blindés chinois et des systèmes de défense aérienne russes». Il ne s’agit pas d’armes en général, mais de produits du complexe militaro-industriel de pays assez spécifiques. Dans le même temps, le chef du département d'État est soit faiblement en contrôle de la situation (ce qui est peu probable), soit, excusez-moi, se moque simplement. En cas de début des livraisons de nos armes à Téhéran, il ne s'agira pas seulement de nouvelles divisions S-300 ou même de l'apparition de Triomphes beaucoup plus avancés de ce pays. Selon de nombreux experts, la première place pour l'Iran aujourd'hui est la création d'une force aérienne moderne et prête au combat. Ce que le pays possède actuellement ne peut être qualifié d’aviation militaire qu’avec une très grande étendue. F-4 "Phantom", F-5, F-14, ainsi que les MiG-29 et Su-24 soviétiques, dont l'âge a été calculé pendant de nombreuses décennies, peuvent être caractérisés par une citation d'une anecdote populaire sur un sous-officier ingénieux: "Ils volent, bien sûr, mais seulement très bas "! Ainsi, le «rêve numéro 1» pour l'armée iranienne est les chasseurs polyvalents russes Su-30SM et Su-35. Et c'est justement l'apparition de ces formidables véhicules militaires entre leurs mains qu'ils ne veulent catégoriquement pas tant à Washington qu'à Tel Aviv.

Un autre point important concerne les systèmes de missiles mobiles pour la protection du littoral K-300P Bastion-P. Ces complexes, dotés de 300 kilomètres de force de frappe et capables de déchiqueter en lambeaux des navires assez sérieux avec l'Onyx, mettront enfin un terme aux tentatives américaines de «fléchir les muscles» de leurs propres groupes de frappe de porte-avions au large des côtes iraniennes. Et ce ne sont là que quelques points principaux. Mais nous parlons certainement d'un éventail beaucoup plus large de fournitures - l'Iran aurait assez d'argent et la Russie aurait assez de volonté.

Cependant, le problème financier dans cette situation n'est peut-être pas le principal. L'apparition d'au moins les types d'armes susmentionnés en Iran changera instantanément presque tout «l'alignement» militaire dans la région du Moyen-Orient. Tout d'abord, les vautours extrêmement insolents de Tsahal devront plier les ailes, qui se permettent de lancer des missiles et des bombes où et quand bon leur semble, y compris sur le territoire qui relève de nos intérêts exclusifs de la Syrie. Les cheikhs des Emirats Arabes Unis, du Qatar et d'autres États locaux, qui sont des satellites fidèles des États-Unis, devront se comporter un peu plus modestement. De même que la Turquie, qui a trop pensé à elle-même ces derniers temps ... Et il est peu probable que les États-Unis eux-mêmes continuent d'essayer de parler à Téhéran exclusivement en position de force - réalisant ce moment même, Washington est tellement opposé à la levée du reste de l'embargo. Cependant, ce n'est pas tout. Qasem Jalali, déjà mentionné par moi, parlant des perspectives de coopération entre l'Iran et la Russie, a évoqué la possibilité de créer une nouvelle entité interétatique, quelque chose comme un "club géopolitique", qui pourrait inclure des pays qui sont catégoriquement en désaccord avec les revendications des États-Unis de domination mondiale et la force de cela est de subir le harcèlement des restrictions et sanctions imposées par Washington. Téhéran considère la Russie et la Chine comme leurs compagnons dans cette unification. Il est certainement possible «d'écrire» le Bélarus à la volée, ainsi que le Venezuela avec la Syrie et la Corée du Nord.

"Belle compagnie - rien à dire!" - quelqu'un peut commenter avec scepticisme cette perspective. Que pouvez-vous dire ici? Il faut partir de quelque part la construction du même monde multipolaire, dont la nécessité se répète depuis si longtemps au Kremlin?! Nous pouvons continuer à attendre les meilleures propositions, tout en endurant de plus en plus de provocations avec des «opposants empoisonnés», etc. Nous pouvons essayer de continuer à «négocier à l'amiable» avec l'Occident, que la Russie ne voit et n'a jamais vu que comme sa propre colonie. Ou - pour commencer par ceux qui sont prêts aujourd'hui à défier l'hégémonie américaine non pas en paroles mais en actes. Le choix nous appartient.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
24 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Alexzn Офлайн Alexzn
    Alexzn (Alexander) 17 septembre 2020 10: 20
    -7
    Il y a des tonnes de questions. La Russie a-t-elle besoin de renforcer l'Iran? Si oui, dans quelle mesure. Quel est l'équilibre entre les avantages et les risques du renforcement de l'Iran?
    Tout est extrêmement ambigu. Aider l'Iran simplement parce qu'il est l'ennemi des États est ridicule. La coopération avec l’Iran irritera la Turquie et irritera grandement le monde arabe et Israël. L'Occident collectif veut faire du commerce avec l'Iran, mais tant que les ayatollahs sont là, les menaces sont plus importantes que les avantages.
    1. 123 Офлайн 123
      123 (123) 17 septembre 2020 12: 09
      +8
      Il y a des tonnes de questions. La Russie a-t-elle besoin de renforcer l'Iran? Si oui, dans quelle mesure. Quel est l'équilibre entre les avantages et les risques du renforcement de l'Iran?

      La question est juste Bien et c'est un sujet de discussion approfondie.

      Tout est extrêmement ambigu. Aider l'Iran simplement parce qu'il est l'ennemi des États est ridicule.

      C'est juste pour ça que c'est ridicule. Mais .... c'est au moins bénéfique et permet de changer le rapport de force dans la région.

      La coopération avec l’Iran irritera la Turquie et irritera grandement le monde arabe et Israël.

      La coopération entre le monde arabe et "Ichkérie" a irrité la Russie et la coopération d'Israël avec la Géorgie et l'Ukraine. Et alors? Cela a-t-il arrêté quelqu'un? Alors mangez est servi, dégustez. À propos, Israël aide la Géorgie à mettre en place une défense aérienne dès maintenant. Est-ce que quelqu'un calcule la réaction de la Russie en même temps?

      L'Occident collectif veut faire du commerce avec l'Iran, mais tant que les ayatollahs sont là, les menaces sont plus importantes que les avantages.

      Et la Russie veut faire du commerce avec les États-Unis, mais le hic est le régime anti-russe et il considère les menaces avant les avantages. Pensez-vous que le régime devrait être changé?
      Tout le monde sait depuis longtemps que l'Occident collectif veut déchirer et piller l'Iran comme ses voisins. L'Irak, la Syrie, la Libye bénéficient actuellement d'un «régime de libre-échange» avec l'Occident collectif.
      Dans ce cas, l'intérêt de la Russie est de faire en sorte que les désirs ne coïncident pas avec les possibilités.
    2. Oyo Sarkazmi Офлайн Oyo Sarkazmi
      Oyo Sarkazmi (Oo Sarcasmi) 17 septembre 2020 12: 57
      +7
      Citation: AlexZN
      La Russie a-t-elle besoin de renforcer l'Iran?

      Oui besoin. Jusqu'au niveau de la Turquie. Pour qu'ils puissent contrôler tout le golfe Persique et l'espace aérien au-dessus.
      L'Iran n'est certainement pas notre ami. Mais pas un ennemi non plus. Et la neutralité armée de l'Iran affaiblira la menace du sud pour la Russie.
    3. sgrabik Офлайн sgrabik
      sgrabik (Sergey) 17 septembre 2020 16: 43
      +6
      Nous devons enfin nous éloigner de la stupide habitude de faire quelque chose avec un œil constant sur les États-Unis. L'époque de la domination totale et inconditionnelle de l'Amérique dans le monde touche à sa fin et il ne faut pas se raccrocher obstinément à l'ancienne répartition des rôles, où la Russie s'est vu attribuer le rôle modeste et ridicule d'un pays arriéré - une station-service !!!
    4. boriz Офлайн boriz
      boriz (boriz) 17 septembre 2020 21: 31
      +6
      La Russie a-t-elle besoin de renforcer l'Iran?

      La Russie n'a pas besoin d'affaiblir l'Iran au profit de l'Occident.

      Aider l'Iran simplement parce qu'il est l'ennemi des États est ridicule.

      Pourquoi serait? Je veux dire, où est l'absurdité? L'ennemi de mon ennemi est mon ami.

      La coopération avec l’Iran irritera la Turquie et irritera grandement le monde arabe et Israël.

      N'en donnez pas 33 fois! À la fin des années 80, j'étais très contrarié que les Arabes aient fait baisser le prix du pétrole et nous l'avons ressenti par nous-mêmes. D'Israël, après que l'URSS l'ait aidé à avoir lieu - seuls des problèmes.

      L'Occident collectif veut faire du commerce avec l'Iran, mais tant que les ayatollahs sont là, les menaces sont plus importantes que les avantages.

      Voici le drapeau dans leurs mains et un tambour autour du cou! Et les ayatollahs ne nous dérangent pas. Et si l'Iran se bat avec nos armes, nous aurons l'occasion d'influencer les forces islamiques contrôlées par l'Iran afin qu'elles n'entrent pas dans la Fédération de Russie et dans la zone d'intérêts de la Fédération de Russie.
      Eh bien, plus la charge du complexe militaro-industriel, la croissance du PIB, etc.
      Donc pas de questions posées.
      1. Boris Arbel (Latukha) Офлайн Boris Arbel (Latukha)
        Boris Arbel (Latukha) 17 septembre 2020 22: 44
        0
        D'Israël, après que l'URSS l'a aidé à se produire - seulement des problèmes Comprenez-vous ce que vous écrivez? Vous pourriez penser que l'URSS a créé Israël et certains Vani le pensent. Ils n'ont voté à l'ONU que pour accepter Israël en tant qu'Etat, 33 votes étaient pour (dont 3 de l'URSS), 13 étaient contre. Merci pour votre aide. Et puis vous avez commencé à aider tous nos ennemis (ceux qui veulent détruire Israël) et ainsi de suite à ce jour. Mais en général, vous, les grands amis, aimez aider divers pantoufles (perdants en yiddish) et huit quelque chose de bien fonctionnera. En attendant, les choses sont toujours là.
        1. boriz Офлайн boriz
          boriz (boriz) 18 septembre 2020 01: 40
          +8
          ... 33 votes pour (dont 3 d'URSS), 13 contre. Merci pour l'aide.

          S'il vous plaît contactez. Est-il normal que l'URSS soit un membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU avec un droit de veto? Il n'aurait peut-être pas voté.
          Mais avant même la reconnaissance d'Israël par l'ONU:

          S'exprimant lors d'une réunion de la session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies le 14 mai 1947, le représentant de l'URSS A.A. Gromyko a déclaré que «l'anglais
          le régime du mandat a transformé le pays en un État policier paramilitaire vivant en tension constante »et, compte tenu de toutes les catastrophes qui ont frappé le peuple juif pendant la Seconde Guerre mondiale, il est nécessaire de trouver rapidement une solution à la question du sort des juifs survivants. Parlant de l'avenir de la Palestine, A. A. Gromyko a noté que "les intérêts légitimes du peuple juif, ainsi que du peuple arabe de Palestine ne peuvent être protégés que si un État arabo-juif démocratique et indépendant à deux volets est créé".
          Cependant, comme l'a souligné le représentant soviétique, la décision finale sur l'avenir de la Palestine ne devrait être prise qu'après examen des conclusions de la commission spéciale des Nations Unies. Si elle confirme que les relations entre Juifs et Arabes en Palestine sont si dégradées que la création d'un État à deux volets est impossible, alors «alors il serait nécessaire d'envisager la deuxième option ...
          partition de la Palestine en deux États indépendants indépendants: juif et arabe.

          Sans cela, l'État d'Israël n'aurait pas eu lieu.

          ... le chef du département de la politique étrangère de l'Etat juif, M. Charette, a demandé la reconnaissance de l'URSS: «Je saisis cette occasion pour
          d'exprimer des sentiments de profonde gratitude et de compréhension du peuple juif pour la ferme position prise par la délégation de l'URSS auprès de l'ONU en faveur de la formation d'un État juif souverain indépendant; pour sa promotion constante
          cette idée, malgré toutes les difficultés….

          Golda Meir:

          Peu importe à quel point l'attitude soviétique à notre égard a radicalement changé au cours des vingt-cinq prochaines années, je ne peux pas oublier le tableau qui s'est présenté à moi alors. Qui sait si nous aurions résisté s'il n'y avait pas eu les armes et les munitions que nous avons pu acheter à la Tchécoslovaquie et les transporter à travers la Yougoslavie et d'autres pays des Balkans en ces jours sombres du déclenchement de la guerre, jusqu'à ce que la situation change en juin 1948?

          Accrocher des nouilles aux oreilles de Vanya n'est pas aussi facile que le pensent certains Moishes.
          1. Natan Bruk Офлайн Natan Bruk
            Natan Bruk (Natan Bruk) 18 septembre 2020 04: 45
            0
            Quel autre veto? Il n'y a pas de veto à l'Assemblée générale de l'ONU, par décision de laquelle Israël a été reconnu.
        2. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
          Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 20 septembre 2020 15: 35
          +4
          N'oubliez pas votre histoire, les Juifs rassemblés en URSS - des tankistes, des artilleurs, avec des fournitures d'armes tchèques et autres, ont défendu Israël en 1948. De plus, depuis les années 1950, quand Israël a fui sous l'aile des États-Unis, les relations se sont radicalement détériorées et, par conséquent, la persécution des Juifs en URSS a commencé, mais la mort de Staline a tout arrêté ... Le filleul d'Israël était définitivement I. Staline, demandez les faits. ...
  2. Breard Офлайн Breard
    Breard (Serg) 17 septembre 2020 10: 24
    -6
    Malheureusement, il ne suffit pas de "vouloir". Les Israéliens pleurnichent, et Vovan refusera les revenus évidents et la possibilité de fournir du matériel, et donc des composants, des armes, des munitions ..... la formation du personnel!
    1. Natan Bruk Офлайн Natan Bruk
      Natan Bruk (Natan Bruk) 18 septembre 2020 04: 50
      -4
      En fait, les Israéliens n'ont jamais pleurniché, mais ont donné des coups de pied aux ennemis qui essayaient de les détruire.Les clients soviétiques qui sont venus à l'ONU pour se plaindre des cruels Israéliens qui leur ont donné toutes les tasses islamiques se plaignaient au visage. Et la Russie peut fournir autant qu'elle le veut, d'autant plus. il y aura des pertes de réputation des armes russes, qui seront détruites si nécessaire.
      1. Alex Eustace Офлайн Alex Eustace
        Alex Eustace 18 septembre 2020 18: 37
        +1
        Je suis sûr que Staline serait très contrarié s'il découvrait en quoi un métis américain ingrat, dégoûtant et maléfique que l'Israël a créé avec son dépôt s'est transformé, et les Juifs sauvés de la destruction complète devraient l'honorer autant que Moïse - et vous n'êtes capable que de sales tours. enseigne la pitié!
        1. Natan Bruk Офлайн Natan Bruk
          Natan Bruk (Natan Bruk) 19 septembre 2020 10: 12
          -5
          Pour ceux qui portent le même non-sens - Israël n'a pas été créé à partir d'une "soumission de Staline", mais a été créé par les premiers sionistes. Staline n'a voté "pour" qu'à l'ONU, en partant de ses intérêts. Ce n'est pas Staline qui a sauvé les Juifs, mais l'Armée rouge, dans lequel les Juifs combattaient exactement de la même manière que les autres et Israël n'a jamais eu l'intention de devenir un métis soviétique.
      2. Woland Офлайн Woland
        Woland (Wolande) 18 septembre 2020 20: 22
        +2
        M. Bruk, les "clients" soviétiques n'ont pas pleurniché et notre visage n'est en aucun cas islamique. Vous avez une opinion tellement exagérée sur votre petit pays de la taille de la région de Moscou et de la moitié de sa population, uniquement parce qu'aucun pays décent n'a jamais été étroitement impliqué en Israël et qu'Israël n'est toujours en vie que parce que les oreilles des Américains se profilent derrière lui. ... Les États-Unis s'affaiblissent rapidement et bientôt cela ne dépendra plus de vous. Et les pays entourant Israël attendent cela depuis longtemps. Ensuite, nous verrons quelle arme subira des pertes de réputation et qui pleurera. Dans la guerre moderne, il n'y aura pas de batailles de chars et d'infanterie, pour tout votre état nain, deux nucléaires ou une douzaine de bonnes ogives à vide suffisent.
        1. Natan Bruk Офлайн Natan Bruk
          Natan Bruk (Natan Bruk) 19 septembre 2020 10: 23
          -2
          Monsieur Woland, ce pays de la taille de la région de Moscou a vaincu plusieurs armées arabes unies, qui étaient pleinement soutenues par le << grand-puissant >>, et lui-même a participé. En même temps, en 1967, les États-Unis n'ont pas aidé Israël en aucune façon, et de plus, ils ont respecté l'embargo sur les nuls. Israël a des armes. En 1973, j'ai aidé avec des armes, mais ces armes étaient moins nombreuses et pas de meilleure qualité que celles fournies par l'URSS aux Arabes, je ne parle pas de l'avantage numérique multiple. Alors ne vous faites pas la risée. Pour le développement général, Israël a des armes nucléaires et moyens de livraison ...
          1. Woland Офлайн Woland
            Woland (Wolande) 19 septembre 2020 17: 24
            +4
            M. Brooke, c'est vous qui vous faites la risée. Oui, l'URSS a aidé les armées arabes avec des armes et des conseillers, et a aidé Israël lui-même à travers la Tchécoslovaquie, comme indiqué dans les messages ci-dessus. Je répète ma thèse, Israël n'a jamais affronté de vraies armées au combat (les Arabes ne comptent pas - comment ils combattent en Syrie, tout le monde peut le voir). Quant aux armes nucléaires, technologie dont la France vous a secrètement donnée, ne vous flattez pas non plus. Vous n'avez que des armes tactiques. Et même ce n'est pas tellement. Aucun dôme de fer ne peut vous éviter d'être touché par des missiles balistiques. Vous et l'Iran avez parfois peur de secouer les genoux, car ils ont au moins des missiles opérationnels-tactiques. Ne soyez pas ridicule de la défaite des armées arabes unies. Un Hezbollah en 2006 a montré à Israël où les écrevisses hibernent. En cas de guerre chaude, Israël ne sera secouru ni par les Merkavas ni par des F-35 modifiés. Pour survivre, vous devez prier pour les États-Unis et Poutine, qui vous protègent toujours, sinon les cornes et les jambes resteront. Vous pouvez et devez être un patriote de votre pays, mais vous n'avez pas besoin d'être poussé au point d'absurdité par vos déclarations sur le Grand et Puissant Israël. "Fort mais léger", comme on dit
  3. Alexzn Офлайн Alexzn
    Alexzn (Alexander) 17 septembre 2020 13: 44
    -3
    Citation: 123
    Il y a des tonnes de questions. La Russie a-t-elle besoin de renforcer l'Iran? Si oui, dans quelle mesure. Quel est l'équilibre entre les avantages et les risques du renforcement de l'Iran?

    La question est juste Bien et c'est un sujet de discussion approfondie.

    Tout est extrêmement ambigu. Aider l'Iran simplement parce qu'il est l'ennemi des États est ridicule.

    C'est juste pour ça que c'est ridicule. Mais .... c'est au moins bénéfique et permet de changer le rapport de force dans la région.

    La coopération avec l’Iran irritera la Turquie et irritera grandement le monde arabe et Israël.

    La coopération entre le monde arabe et "Ichkérie" a irrité la Russie et la coopération d'Israël avec la Géorgie et l'Ukraine. Et alors? Cela a-t-il arrêté quelqu'un? Alors mangez est servi, dégustez. À propos, Israël aide la Géorgie à mettre en place une défense aérienne dès maintenant. Est-ce que quelqu'un calcule la réaction de la Russie en même temps?

    L'Occident collectif veut faire du commerce avec l'Iran, mais tant que les ayatollahs sont là, les menaces sont plus importantes que les avantages.

    Et la Russie veut faire du commerce avec les États-Unis, mais le hic est le régime anti-russe et il considère les menaces avant les avantages. Pensez-vous que le régime devrait être changé?
    Tout le monde sait depuis longtemps que l'Occident collectif veut déchirer et piller l'Iran comme ses voisins. L'Irak, la Syrie, la Libye bénéficient actuellement d'un «régime de libre-échange» avec l'Occident collectif.
    Dans ce cas, l'intérêt de la Russie est de faire en sorte que les désirs ne coïncident pas avec les possibilités.

    Je suis d'accord, à bien des égards.
    Sur le dernier point, je crains que les désirs de la Russie ne coïncident pas avec les possibilités.
    1. 123 Офлайн 123
      123 (123) 17 septembre 2020 23: 01
      +3
      Je suis d'accord, à bien des égards.
      Sur le dernier point, je crains que les désirs de la Russie ne coïncident pas avec les possibilités.

      Nous allons jeter un coup d'oeil. La Russie n'a besoin ni d'un régime pro-occidental ni d'une deuxième Libye à ses frontières méridionales.
  4. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 17 septembre 2020 13: 54
    0
    Question bullshit. L'argent ne sent pas.
    Nous vendrons des armes, et eux, et tout "occident collectif". Seulement cela ne changera pas grand-chose.
    Alors que les Juifs ont bombardé, ils continueront à bombarder. Comme ils ont menacé, ils continueront de menacer.
    1. GRF Офлайн GRF
      GRF 17 septembre 2020 15: 53
      -3
      Je ne suis pas sûr des approvisionnements américains, c'est probablement pourquoi ils s'en soucient.
      Les Iraniens n'ont même pas regretté un avion civil, pensant que l'ennemi volait vers eux, donc s'il y a quelque chose, alors ils ne commenceront pas à menacer alors ... Et les Juifs devront à nouveau chercher de nouvelles routes ...
      La situation va donc changer.
      1. Natan Bruk Офлайн Natan Bruk
        Natan Bruk (Natan Bruk) 18 septembre 2020 04: 54
        0
        Quels sont les itinéraires, où sont les itinéraires? De quoi parlez-vous? Et vous n'avez pas besoin de beaucoup d'habileté contre les avions civils, ce n'est pas pour combattre avec Heil-Avir.
        1. GRF Офлайн GRF
          GRF 18 septembre 2020 14: 22
          0
          Concernant le changement d'itinéraires, il est normal que "l'intelligent ne montera pas la colline, l'intelligent contournera la montagne":

          https://topcor.ru/16438-rossija-pomogla-zakryt-zapadnuju-granicu-sirii-ot-vvs-izrailja.html

          Quant à la compétence, ce n'est pas nécessaire: toujours comme il se doit, quelqu'un là-bas a fait sauter MH17 pour que même la justice ait été choquée ...
          alors, attendez et voyez ...
  5. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 17 septembre 2020 18: 20
    -4
    -L'Irak de la Russie est un véritable ennemi ... -Parce que la Russie l'a déjà clairement indiqué; qu'Isis est un groupe interdit en Russie ... -Et l'Iran ... n'est pas un groupe, mais tout un "état-Ishil" ... -Eh bien ... alors quelles autres explications peut-il y avoir ???
    - Quelle peut être la fourniture d'armes russes à l'Iran ???
    - Oui ... - "l'argent ne sent pas"; mais ces approvisionnements en armes n'enrichiront pas du tout la Russie… - Avec ces approvisionnements, la Russie ne fera que renforcer la position de la Chine en Iran… - Et alors quoi ???
    Et puis l'Iran commencera illimité et malgré toutes sortes d'interdictions (et avec le plein soutien de la Chine) à fournir son excellent (et très bon marché) pétrole (et gaz) ... - "à tous ceux qui le veulent" ... - Et il commencera à déplacer ses concurrents vers dans ce domaine ... - et la Russie elle-même, y compris ... -C'est tout le profit russe pour les armes fournies ... est arrivé ... -Les armes ont été fournies, par exemple ... -pour 1,5 milliard de dollars; et les pertes liées à la perte du marché pétrolier ont été acquises pour des dizaines de milliards ...
    - Oui, et la fourniture d'armes était ponctuelle; et la perte du marché ... est une "triste constante" ...
    - De plus, la Russie elle-même a aujourd'hui un besoin urgent d'armes modernes ... - L'ensemble de la route maritime du Nord russe doit être renforcée et équipée ... - L'OTAN est devenue complètement insolente et mène des manœuvres dans la zone aquatique de la zone économique exclusive (ZEE) de la Russie. ...
    - Et l'Iran n'autorise même pas les avions russes à survoler son territoire ...
    -Alors, quelle est la prochaine ??? - Quel genre d'affaires la Russie peut-elle avoir avec l'Iran ???
    1. Le commentaire a été supprimé.
  6. Terry18 Офлайн Terry18
    Terry18 (Andrey Evdokimov) 19 septembre 2020 10: 04
    -1
    D'une manière générale, l'Iran considère la Syrie, qui borde Israël, comme une zone de ses intérêts exclusifs. La Russie a une place là-bas pour l'Iran pour son propre argent et l'a débarrassée d'elle-même.