Le destin de Nord Stream 2 attend Balkan Stream


En décembre dernier, le président américain Donald Trump a imposé des sanctions sur Nord Stream 2, et depuis lors, le gazoduc russo-allemand à 93% est un poids mort au fond de la Baltique. Chaque jour, il est de plus en plus probable que le même sort puisse attendre le pipeline vers l'Europe dans la direction sud, le Turkish Stream.


Après les événements de 2014 à Kiev, le Kremlin a commencé à chercher des solutions de contournement pour l'approvisionnement en hydrocarbures autour de l'Ukraine. Dans le sud, il y avait deux pays de transit potentiels, la Bulgarie et la Turquie, et tous deux avaient «tort». Sofia officielle tout à fait délibérément en faveur des producteurs de gaz américains et au détriment d'elle-même a obscurci la construction du South Stream, à la suite de laquelle le Turkish Stream est apparu. Il était prévu de construire deux lignes du pipeline d'une capacité totale de 31,5 milliards de mètres cubes par an. L'un pour les besoins propres d'Ankara, l'autre pour le marché du sud de l'Europe. Là encore, la Bulgarie allait devenir un pays de transit.

La situation géopolitique dans la région s'est développée de telle manière que la Turquie elle-même a imposé de facto des sanctions contre «sa» chaîne du gazoduc russe, préférant acheter du «carburant bleu» à son ami Azerbaïdjan, ainsi que du GNL à d'autres fournisseurs. Gazprom s'est retrouvé inopinément en vol. Il avait encore quelques espoirs pour une ligne de transit appelée "Balkan Stream", mais il semble qu'il sera déçu ici aussi.

Il y a quelque temps, le président Vladimir Poutine a parlé avec une grande irritation de l'attitude négligente envers la construction du "Balkan Stream" de la part de la Bulgarie. Sofia encore, sous toutes sortes de prétextes, ralentit le processus de construction. Ainsi, la Serbie voisine, qui va devenir le premier destinataire du gaz russe, a déjà construit sa propre section du gazoduc. La Bulgarie a déjà commencé à recevoir du carburant de Gazprom, mais n'est pas pressée d'achever la ligne de transit. Le Premier ministre Boyko Borisov jure que l'acte sera accompli d'ici la fin de l'année, mais cela soulève des doutes raisonnables. Il y a une forte impression que le sort de Nord Stream 2 est en préparation pour Balkan Stream. Jugez par vous-même.

D'abordLa Bulgarie, avec l'aide des États-Unis, a lancé un programme hâtif de diversification de ses approvisionnements en gaz, dont elle reçoit désormais 100% de la Russie. D'ici la fin de l'année, elle devrait recevoir au moins la moitié de ces 3 milliards de mètres cubes d'autres fournisseurs. Le ministère de l'Énergie bulgare a officiellement annoncé en janvier 2020:

La Bulgarie et les États-Unis ont un vaste champ de coopération dans le domaine du gaz naturel liquéfié (GNL). Selon le ministre Petkova, d'ici la fin de cette année, 50% de la consommation de gaz naturel du pays sera diversifiée.

Comme alternative au carburant russe, le gaz azerbaïdjanais reçu via le gazoduc TANAP, ainsi que le GNL, seront utilisés. Sofia a également l'intention d'acquérir une participation de 20% dans un terminal GNL en Grèce.

deuxièmement, mi-juillet, Washington a été averti de la menace de nouvelles sanctions contre les projets russes Nord Stream 2 et Turkish Stream. Très probablement, cela se fera après l'annonce des résultats de l'élection présidentielle aux États-Unis, avant le début du nouvel exercice dans le cadre du budget de la défense.

troisièmement, l'entrepreneur pour la construction du "Balkan Stream" est un certain consortium saoudo-italien Arkad, qui s'est déjà montré pas de la meilleure façon, retardant la période de mise en œuvre. Si, sous la menace de sanctions américaines, le processus de construction de Nord Stream 2 a été abandonné par un entrepreneur suisse respecté, à quel genre de réaction peut-on s'attendre?

En mettant tout cela ensemble, une image très pessimiste se dégage. En septembre, 474 kilomètres des 468 kilomètres nécessaires du «Balkan Stream» avaient été posés. Dès que les quelques pour cent restants du pipeline seront terminés, les États-Unis imposeront de nouvelles sanctions contre le Turkish Stream, et Arkad quittera également. Gazprom, en tant que client du projet, aura le droit d'exiger une pénalité de l'entrepreneur, mais Bulgartransgaz a averti à l'avance que, selon la législation bulgare, toutes les réclamations devraient être adressées exclusivement au consortium italo-saoudien. Pense pour toi même.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. en passant par Офлайн en passant par
    en passant par (en passant par) 17 Octobre 2020 09: 53
    +1
    puis ils finiront de construire premièrement, deuxièmement et troisièmement rire
  2. vit670 Офлайн vit670
    vit670 (Vitaliy) 17 Octobre 2020 09: 53
    -1
    Oui, la Russie compte bien des milliards! Et tout cela grâce à l'arrosoir des gangs de Saint-Pétersbourg, aux "gestionnaires efficaces" Miller and Co. et personnellement à Poutine, bien sûr. Il vaudrait mieux dépenser de l'argent pour la gazéification de l'immense Russie et la construction d'usines de GNL.
    1. vik669 Офлайн vik669
      vik669 (vik669) 17 Octobre 2020 11: 54
      +1
      Et que je suis resté silencieux pendant si longtemps - je l'aurais dit personnellement à Miller et à Poutine, et qu'il aurait lui-même participé à la gazéification de la vaste Russie et à la construction d'usines de GNL - l'expérience est ... vous pouvez le sentir!
    2. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 17 Octobre 2020 20: 03
      +1
      Tout n'est pas si simple, "les ennemis ne dorment pas" ... En ce qui concerne la diversification et le GNL, inutile de déchirer sa chemise et de crier - tout est parti ... le marché fonctionnera, et le gazoduc gagnera ... Certes, il ne sera pas possible de casser les prix, car d'autres pipelines apparaissent - norvégiens, d'Asie centrale et plus tard méditerranéens seront retirés ... Lafa est finie, nos "bons gestionnaires" de GAZPROM devront travailler dur pour leur vie et autres Lukoil ...
      1. Wanderer Polente Офлайн Wanderer Polente
        Wanderer Polente 18 Octobre 2020 14: 08
        0
        parce que le prix principal est le gaz.

        Nous vendons déjà du gaz et d'autres ressources naturelles afin de faire un profit pour les gestionnaires, mais le pays (citoyens ordinaires-contribuables) subit des pertes et l'essentiel ne reçoit aucun avantage politique
  3. greenchelman En ligne greenchelman
    greenchelman (Grigory Tarasenko) 17 Octobre 2020 23: 52
    0
    Taillez l'auteur d'esturgeon! Où obtenez-vous les chiffres que vous publiez? La longueur du gazoduc Balkan Stream en Bulgarie est d'environ 474 kilomètres. De plus, le dernier joint sera terminé en novembre 2020. Qui ou qu'est-ce qui vous inspire tant? Je ne peux tout simplement pas comprendre d'où vous êtes à 747 kilomètres, car la plus grande distance entre les points géographiques extrêmes de la Bulgarie est de 520 km d'ouest en est et de 330 km du nord au sud.