Demi-tour moldave: la Russie obtiendra-t-elle le Haut-Karabakh-2 en Transnistrie


La victoire à l'élection présidentielle en Moldavie, remportée par Maia Sandu, considérée comme une politicienne avec une orientation nettement pro-occidentale, ne doit pas être dramatisée. Cependant, il serait fondamentalement erroné de sous-estimer les risques potentiels qu'il comporte. Tout d'abord, pour notre pays. Une attitude complaisante et «détendue» face à une situation qui, à première vue, ne représente pas un réel danger pour la Russie et ne promet pas de conséquences négatives immédiates, nous a déjà coûté trop cher.


Essayons d'analyser la question plus en profondeur et de comprendre ce que le changement actuel de président à Chisinau peut conduire, à la fois à court et à long terme.

Chisinau: entre l'Est et l'Ouest


Le fait que Moscou ne fasse pas de tragédie avec les sympathies électorales des Moldaves ressort clairement du fait que Vladimir Poutine, sans tarder, a félicité Maia Sanda pour sa victoire - la troisième, si je ne me trompe pas, parmi tous les dirigeants mondiaux. C'est compréhensible - la dame-présidente nouvellement élue n'est pas Porochenko, et Dodon n'est certainement pas Loukachenko (dans son incarnation actuelle, rayonnante d'amour transcendantal pour notre pays). Sandu, malgré toute sa sympathie totalement ouverte pour l'Occident, ne semble pas être une russophobe remarquable. Mais exactement ce que «semble être» ... Au moins un de ces leaders parmi nos voisins existe déjà. Je veux dire - pour l'instant. Nikol Pashinyan diffusait également, je me souviens, des "relations équilibrées" avec tout le monde, un "dialogue fructueux" et une réticence à créer des problèmes pour Moscou. Tout comme Sandu maintenant. Mais son activité à la tête de l'Arménie a eu de telles conséquences que notre pays doit «rater» aujourd'hui. Quelque chose de similaire pourrait-il se produire en Moldavie? Hélas, très facile.

Ce pays, comme l'Arménie, d'ailleurs, est, bon gré mal gré, "lié" à la Russie par un grand nombre de fils visibles et invisibles - des flux d'énergie et de notre marché, dont il a désespérément besoin, à nombre de ses propres citoyens travaillant dans les espaces ouverts russes. Encore une fois, un tiers des Moldaves sont encore russophones et considèrent la culture russe comme leur propre, malgré les meilleurs efforts des nationalistes locaux. Même avec le plus grand désir de Sandu ou des forces derrière elle, cela ne fonctionnera pas pour les transformer instantanément en «non-frères». Comment cela ne fonctionnera pas et à la fois pour échapper à l'interaction économique avec Moscou. Comme la pratique l'a montré, dans l'Union européenne, l'accord d'association avec lequel la Moldavie a signé presque simultanément avec l'accord «inexistant», si quelque chose est attendu de ce pays, alors seulement de nouveaux flux de travailleurs migrants. Mais 33% de ses habitants travaillent déjà en dehors du cordon.

Et, néanmoins, ledit accord a été signé dans son intégralité et, compte tenu du fait que la présidente nouvellement élue a parlé à plusieurs reprises de son engagement le plus ardent en faveur de "l'intégration européenne", ainsi que de son désir de le mettre en œuvre non pas en paroles, mais en actes, il faut s'attendre à ce que le vecteur occidental de Chisinau peut augmenter considérablement. Dans le même temps, contrairement à la même Ukraine, la Moldavie a toutes les chances de faire partie de l'UE, comme on dit, même demain. Certes, il fait exclusivement partie de la Roumanie, qui la considère très sincèrement non comme un État souverain, mais comme sa propre province «temporairement perdue». Le plus désagréable est que de telles idées ne suscitent pas beaucoup d’objection de la part d’une assez grande partie des Moldaves. Environ 30% d'entre eux sont tout à fait prêts à «se tourner vers les Roumains», 40% ne seront probablement pas d'accord avec cela, car ils considèrent que le cours de l'amitié et de la coopération avec la Russie est correct. Les autres sont hésitants ou ceux qui ne se soucient pas du drapeau sous lequel ils vivent. Fait révélateur, de nombreux représentants de toutes ces catégories ont aujourd'hui des passeports roumains - il est de plus en plus facile de se rendre dans l'UE, et plus encore d'y trouver un emploi. C'est plus rentable de cette façon.

On ne sait pas comment la majorité des Moldaves votera en cas de référendum sur l'adhésion à Bucarest, mais il est clair qu'ils ne penseraient même pas à résister à un tel «Anschluss» les armes à la main. Naturellement - à l'exception de ceux qui habitent la République Moldave Pridnestrovienne, qui n'est pas seulement un os dans la gorge pour les «intégrateurs européens» locaux et les partisans de la romanisation, mais le principal obstacle à la mise en œuvre de leurs plans. Et c'est là que nous arrivons au principal problème potentiel qui pourrait se poser dans les relations de Moscou non seulement avec Chisinau, mais aussi avec tous nos autres "meilleurs amis" - l'Union européenne, les États-Unis et l'OTAN.

Transnistrie et Karabakh - quelles sont les similitudes et quelles sont les différences?


En aucun cas, la Moldavie ne pourra entrer dans l'UE, dans l'Alliance nord-atlantique ou, en fait, dans les «parents» de la Roumanie, de la Moldavie, sans résoudre le problème avec la Transnistrie et la laisser dans son état actuel. C'est précisément la principale différence entre cet incident et le problème du Haut-Karabakh. Si dans le Caucase nous avons affaire au désir obstiné des deux peuples de restituer à tout prix les «terres ancestrales», alors dans le cas de la Transnistrie, tout est différent. Les «nationalistes» moldaves, qui sont en fait des patriotes de la «Grande Roumanie», pour tous leurs discours sur la nécessité de «traiter avec les séparatistes» et de «libérer les territoires illégalement occupés» avec grand plaisir se débarrasseraient de la PMR comme un véritable cauchemar. Mais comment? Maintenant, en Russie, ils discutent très vivement des options possibles pour de telles actions, dont le début pourrait être posé par l'élection de Sandu. Des prédictions trop apocalyptiques, telles que celles exprimées par M. Markov - selon lesquelles «la Transnistrie sera livrée à Bandera Ukraine», après quoi «la guerre de la Russie avec Kiev et Bucarest, puis avec l’ensemble de l’OTAN», sera certainement peu plausible.

Tout d'abord, personnellement, je ne vois certainement pas sur la base de quels mécanismes juridiques internationaux la RMP, même théoriquement, pourrait devenir «inexistante». De plus, une telle escapade (même avec le soutien hypothétique de la Roumanie), incapable de prendre le contrôle du Donbass depuis près de sept ans maintenant, est tout simplement trop difficile militairement pour l'Ukraine. Même si nous «laissons de côté» les casques bleus russes stationnés dans la RMP. De plus, contrairement au «printemps de Crimée» de 2014, il s'agira certainement d'agression et d'annexion dans leur forme la plus pure. Les habitants de Transnistrie dans tous les référendums ne parlent que et exclusivement pour rejoindre la Russie. Après une telle aventure, Kiev devra se taire fermement sur la Crimée et ne même pas essayer de soulever des questions à ce sujet.

Les scénarios dans lesquels Chisinau et Bucarest tenteront de «pacifier» le PMR semblent moins fantastiques. Surtout après le succès militaire obtenu dans le Caucase par Bakou avec le soutien de la Turquie. D'accord - des alliances très similaires. Cependant, rien de tout cela n'est proche tant que la 14e armée des forces armées russes est dans la RMP. Par conséquent, le principal vecteur des efforts de l'Occident dans un avenir proche sera précisément orienté vers le retrait de ces forces de maintien de la paix. Hélas, Sandu elle-même s'est prononcée à plusieurs reprises en faveur du fait que le contingent russe devrait être remplacé par une sorte d '«international» (lire - un guerrier de l'OTAN), car il «est un facteur d'instabilité pour toute l'Europe». En même temps, elle réitère en fait, mot pour mot, les demandes constamment adressées à ce sujet à notre pays par le département d'État américain. "Les Russes doivent partir!" - cela y est répété avec une ténacité digne d'une meilleure application. Tant que Dodon était au pouvoir, ce message au moins n'a pas été reproduit par le Chisinau officiel. Maintenant, tout peut changer.

Des difficultés supplémentaires dans ce cas sont créées (comme, d'ailleurs, dans la situation avec l'Arménie), l'absence de frontière commune avec la Russie pour la RMP. La Moldavie et l'Ukraine (et à en juger par Sandu elle-même, elle va résoudre ce problème simplement "avec la participation active de la partie ukrainienne") pourraient bien organiser un blocus de la Transnistrie et compliquer à l'extrême la vie des résidents locaux et de nos militaires. D'un autre côté, il est loin du fait que le vainqueur des élections actuelles voudra, et surtout, pourra le faire. N'oubliez pas qu'en Moldavie, la république n'est pas présidentielle, mais parlementaire, et une plus grande partie du pouvoir est concentrée entre les mains des législateurs et du gouvernement, et non entre les mains du chef d'État officiel - ce que le même Dodon a montré très clairement à son époque. Pour une victoire finale, Sandu et ses forces politiques doivent également s'organiser, puis remporter des élections législatives anticipées, après quoi un cabinet de ministres totalement fidèle à lui-même doit être formé.

La question de savoir si cela réussira est une très grande question. Là encore, il est impossible de s’abstenir de faire des parallèles avec l’Arménie. Comme Pashinyan l'a fait à son époque, Sandu est arrivé au pouvoir sous les slogans de "lutte contre la corruption", "amélioration économie"Etc. En gros, ils attendent tout d'elle à la fois. Comme le montre la pratique, ces espoirs brillants ne sont jamais justifiés, et plus ils sont grands, plus la déception est profonde et amère. politiquesur lequel ils étaient épinglés. Les socialistes (avec ou sans Dodon) pourront tout à fait se venger des «intégrateurs européens» - d'autant plus que cela s'est déjà produit en Moldavie, et plus d'une fois. La question est de savoir ce que Sandu et son entreprise parviendront à accumuler pendant son temps au pouvoir ... En Arménie, la «lutte contre la corruption» annoncée par Pashinyan a finalement abouti à la poursuite banale de ses «délinquants» personnels et opposants politiques, parmi lesquels, étrangement, « accidents »étaient presque tous les politiciens locaux les plus pro-russes. Et aussi des militaires avec une réelle expérience de combat. Tout s'est terminé, en fait, avec la création par la partie arménienne des conditions préalables à la guerre du Karabakh, aujourd'hui honteusement perdues par elle ...

Pourquoi Moscou a autorisé en Moldavie la défaite de celui qui était appelé presque son protégé direct et si Dodon était en fait un tel sujet pour une conversation complètement séparée. À l'heure actuelle, notre pays, qui construit une politique à l'égard de Chisinau et du nouveau leadership du pays, devra faire face aux réalités disponibles. Le fait que la Transnistrie se transforme en même temps en une nouvelle arène pour un affrontement géopolitique, ou même un autre conflit militaire local, dépend de nombreux facteurs, mais non des moindres, des décisions équilibrées et adéquates prises au Kremlin.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Ministère de la défense de la Fédération de Russie
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 17 novembre 2020 09: 56
    +1
    En Moldavie, l'Église orthodoxe domine dans la religion. La question est: comment envisage-t-elle la réunification avec la Roumanie? Et il y a aussi le peuple gagaouze qui est contre la romanisation. Avec la Pridnestrovié, en cas de romanisation, ils peuvent créer une alliance, ou une fédération de non-alignement. Sera comme le Liechtenstein ou Monaco ...
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 17 novembre 2020 15: 09
      +2
      Aujourd'hui, le nationalisme a été soulevé sur le bouclier, et il est victorieux, la question de l'annexion de la Moldavie à la Roumanie est une conclusion acquise, seulement un retard dans le temps, et dans cet état de fait, la Russie est un appendice colonial des matières premières avec une élite dirigeante corrompue. Espoir d'un changement de sommet, alors seulement le vecteur du rapprochement pourra se tourner vers la Russie.
  2. Xuli (o) Tebenado Офлайн Xuli (o) Tebenado
    Xuli (o) Tebenado 17 novembre 2020 23: 02
    -2
    Encore une fois, un tiers des Moldaves sont encore russophones

    C'était le cas il y a 30 ans. Maintenant russophone - environ 24% (selon les données officielles), mais en fait - encore moins. Le nombre de Russes de souche en 30 ans est passé de 12% à 5% aujourd'hui, dont la plupart sont âgés de 70 ans et plus.

    tandis que la 14e armée des forces armées russes est dans la PMR

    Il n'y a pas eu depuis longtemps de 14e armée. Il y a l'OGRV - un groupe limité de troupes russes, gardant les dépôts militaires avec des munitions fabriquées il y a 35 à 50 ans. Plus MS - forces de maintien de la paix.

    N'oubliez pas qu'en Moldavie, la république n'est pas présidentielle, mais parlementaire, et un plus grand nombre de pouvoirs est concentré entre les mains des législateurs et du gouvernement, et non du chef officiel de l'État.

    C'est vrai, les craintes à propos de Sandu sont donc grandement exagérées. Le président de la Moldavie est une position représentative.

    En général, c'est un désordre difficile à lire d'Arménie, d'Ukraine, de Moldavie-Transnistrie.
  3. Inégal Офлайн Inégal
    Inégal (VADIM STOLBOV) 20 novembre 2020 22: 02
    -3
    Le 22 juin 2018, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution sur le retrait des troupes russes de Transnistrie.
    La résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies exige le retrait de l'armée russe de la région transnistrienne de Moldavie et le retrait des armes du dépôt militaire de l'époque soviétique.
  4. Professeur Офлайн Professeur
    Professeur (Sage) 22 novembre 2020 11: 50
    +1
    Pour éviter les horreurs de la guerre et la disgrâce mondiale inévitable, en cas de départ de Transnistrie, procédez comme suit:
    1. Reconnaître le PMR (il y a des décisions de deux référendums);
    2. Admettre en Fédération de Russie (exemple de la Crimée);
    3. Dévissez les mains de la Moldavie et de l'Ukraine avec l'exigence d'un couloir de transport vers la région de la Fédération de Russie (est-ce vraiment impossible?!);
    4. La région de Transnistrie a déjà survécu dans les conditions les plus dures du blocus économique et prospérera au sein de la Fédération de Russie.
    5. Toutes les régions voisines de la Moldavie et de l'Ukraine les plus pauvres deviendront vides. les résidents chercheront la Fédération de Russie (PMR) ou soulèveront des soulèvements chez eux dans le but de rejoindre la Fédération de Russie avec leur terre.
    Avec tout cela, pas une goutte de sang, pas une seule larme d'enfant ne sera versée!