L'Arctique devient une arène de confrontation non seulement entre les États-Unis et la Russie


La démarche éhontée du destroyer de la marine américaine USS John S. McCain, qui a violé la frontière de notre pays dans les eaux de Pierre le Grand Golfe, a été perçue en Russie avec une inquiétude et une indignation tout à fait appropriées dans cette affaire. Cette astuce des "loups de mer" américains est douloureusement similaire à une tentative ouverte de tester la force de nos frontières et, tout d'abord, la fiabilité de la garde de la route maritime du Nord. Pendant ce temps, aux États-Unis même, des représentants de certains cercles se déclarent préoccupés par une question complètement différente, pourrait-on dire, diamétralement opposée.


Ils s'inquiètent de la perspective très possible de réduire l'activité militariste américaine dans la région arctique, qui pourrait se produire en raison de l'arrivée au pouvoir de Joe Biden. Lequel des deux scénarios qui s'excluent mutuellement semble le plus probable, et pourquoi la Russie, si elle veut conserver une position dominante dans ces régions extrêmement prometteuses, ne devrait-elle en aucun cas «se détendre»? Essayons de le comprendre.

Trump: rupture polaire ou érosion de la sécurité?


Le discours de Nick Solheim, considéré comme un bon spécialiste du Grand Nord, publié par l'édition américaine du National Interest, est assez révélateur à cet égard. Dans tous les cas, il est le fondateur d'une organisation telle que «l'Institut de la sécurité dans l'Arctique porte son nom. Henry Wallace », et il ne peut guère être considéré comme un profane dans les matières qu'il entreprend de juger. Ainsi, M. Solheim est très préoccupé par le fait que la série «d'actions brillantes» de Donald Trump dans l'Arctique puisse être interrompue après son départ de la Maison Blanche. Et dans le cadre du placement d'un représentant du Parti démocrate là-bas, toutes les réalisations de son prédécesseur, comme l'expert le craint, pourraient être annulées. Quels sont, en effet, les succès en question dans ce contexte? Solheim assure que "en seulement quatre ans, Trump a fait plus pour renforcer la position américaine dans l'Arctique que n'importe lequel des présidents depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale".

Je veux dire, comme vous pouvez le deviner, tout d'abord l'aspect militaire, et en aucun cas des questions de recherche scientifique ou même de développement économique de la région. En effet, le chef de l'Etat désormais réélu a franchi certaines étapes dans ce sens et tenté de mettre en œuvre autre chose. C'est donc Trump qui a annoncé la construction d'au moins six nouveaux navires brise-glace pour la Garde côtière américaine au cours de la prochaine décennie. Il parlait aussi, je me souviens, d'une rénovation à plus grande échelle de la flotte américaine de brise-glaces, qui, il faut le reconnaître, est dans un état plutôt misérable au cours des dernières décennies. La présence des forces armées américaines lors des nombreuses manœuvres effectuées, principalement dans la «montée» vers l'Arctique, a également été significative, avec les alliés de l'OTAN - Canada, Norvège, Danemark et Suède, qui «les ont rejoints».

Les activités de Washington dans la direction du Groenland n'étaient pas moins animées sous Trump. Des rumeurs persistantes selon lesquelles le président-homme d'affaires, habitué à résoudre toutes les questions importantes en écrivant un chèque avec un grand nombre de zéros, suggéraient que le Danemark, dans la juridiction de laquelle l'île est située, l'achète simplement, ne sont pas des déclarations sans ambiguïté. L'accord n'a pas eu lieu, mais les Américains ont repris les activités de leur propre consulat à Nuuk, au Groenland et ont fait des investissements importants dans le local. l'économie - clairement pas à des fins caritatives. L '«amitié» des États-Unis avec l'Islande, qui est membre de l'Alliance de l'Atlantique Nord, mais qui n'a pas sa propre armée, s'est également intensifiée. Mais situé sous des latitudes très attractives pour Washington ...

Cependant, il serait complètement faux de dire que tout ce qui précède a permis aux États-Unis de «renverser la situation» dans la région arctique et à ses frontières, ou du moins de modifier sensiblement l'équilibre des pouvoirs en sa faveur. Les analystes du Pentagone (en particulier, le général de l'armée de l'air Terrence J. O'Shaughnessy) ont déclaré au printemps de cette année que l'Arctique ne peut plus être considéré comme un «mur de forteresse» protégeant l'Occident des «empiètements de Russes insidieux». Ils ont évoqué le besoin urgent d'accélérer le développement du potentiel américain, tant militaire que logistique, pour "empêcher l'expansion que Moscou et Pékin poursuivent avec succès dans cette région". À peu près le même point de vue est partagé par leurs collègues d'autres pays de l'Alliance de l'Atlantique Nord, qui considèrent la position de la Russie dans l'Arctique comme dominante.

L'arène de la confrontation non seulement entre les États-Unis et la Russie


Les spécialistes norvégiens de la défense sont moins prétentieux dans leurs évaluations, mais plus précis et précis. Par exemple, lors d'une récente vidéoconférence sur les questions de sécurité, le secrétaire d'État du ministère de la Défense, Tune Skugen, a déclaré sans ambages que «les actions de la Russie dans l'Arctique défient directement l'OTAN dans son ensemble». Selon l'armée norvégienne, les capacités militaires de notre pays dans la région sont telles que, si on le souhaite, il peut facilement "mettre fin à la connexion transatlantique" et aussi, encore plus désagréable, "bloquer la capacité des États-Unis à envoyer des militaires renforts en Europe. " De plus, comme l'a admis Skugen, lors du même récent exercice Ocean Shield, "les Russes ont démontré de manière convaincante leur propre capacité, si nécessaire, à isoler toute la péninsule scandinave".

En général, selon la Norvège, "un confinement fiable et une défense solide des pays membres de l'OTAN", bien sûr, "sont des garanties de paix dans l'Arctique", mais auquel cas l'Alliance n'a aucune chance contre les Russes. Il faut dire que non seulement les Américains, les Canadiens ou, disons, les Scandinaves, ont manifesté une activité accrue dans ce domaine récemment. Ceux-ci peuvent encore être compris dans une certaine mesure. Mais qu'est-ce que les Allemands ont à voir avec cela? Quoi qu'il en soit, mais il s'avère que, en 2019, a vu la lumière d'un document officiel préparé par le gouvernement allemand et portant le nom de «Directions of German politique dans l'Arctique ". Et que personne ne soit trompé par le fait que sur de nombreuses pages de ce programme très volumineux, nous parlons de "protection de l'environnement", de "conservation de la nature" et de recherche scientifique ... Tout cela est suivi d'un aveu extrêmement franc de Berlin qu'il entend "prendre la responsabilité de l'espace arctique". Ce n'était tout simplement pas suffisant!

Lorsque de telles déclarations sont faites par des politiciens allemands, les généraux de la Bundeswehr sont déjà visibles quelque part à proximité. Et bien sûr, la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, a récemment fait preuve d'une «préoccupation arctique» trop vivement pour être considérée comme son initiative personnelle. Le chef du département allemand de la défense, selon les informations disponibles, a à un moment donné entamé une tournée complète des pays scandinaves afin de former une "alliance polaire" anti-russe plus étroite avec la participation du Danemark, de la Suède, de la Norvège et d'autres "intéressés "pays, mais le tout a été ruiné par la pandémie de coronavirus. La militante a dû se limiter à des conférences en ligne et à des publications dans la presse scandinave. Dans tous les cas (notamment lors de visioconférences avec le Joint War Center de l'OTAN à Stavanger, en Norvège), Kramp-Karrenbauer a "promu" la même idée: "Soyons amis contre les Russes!" D'ailleurs, depuis environ un an, ledit centre est dirigé par le contre-amiral de la marine allemande, Jan Christian Kaak, et il y a pas mal de ses autres compatriotes là-bas. La Bundeswehr est également très active dans tous les exercices menés sous les latitudes polaires ou à proximité immédiate de celles-ci. Qu'il s'agisse de Cold Response 2020 dans le nord de la Norvège ou de Dynamic Mongoose 2020 au large des côtes islandaises, les Allemands sont partout. Mais, bien sûr, la Russie est responsable de la «militarisation de l'Arctique» et de «l'escalade de la situation» autour de cette région. Et elle va bientôt le saisir complètement - n'hésitez pas!

En tout cas, Nick Solheim, dont j'ai parlé au tout début de notre conversation, effraie les lecteurs d'Intérêt National avec justement de telles perspectives. Il est convaincu qu'à tout moment, lorsque les représentants du Parti démocrate étaient au pouvoir aux États-Unis, le thème de l'Arctique était, comme on dit, «dans le corral». Les indigènes de cette force politique "ont préféré résoudre sans fin les affaires du Moyen-Orient", au lieu de s'occuper de renforcer les "bastions du Nord". Les Etats-Unis n'ont même pas pu profiter de la présidence 2014 du Conseil de l'Arctique, selon Solheim, se retrouvant finalement "sans travail" dans cette région. En fin de compte, comme le prédit l'expert, «celui qui bouge le premier obtiendra l'Arctique». Et, bien sûr, ce seront des Russes. Le plus remarquable de ce raisonnement est précisément la maxime selon laquelle notre pays va «s'emparer» ou «s'approprier» le Grand Nord. Le fait que cette région soit, sans aucun doute, les terres russes primordiales, n'est reconnu en principe ni par les Américains ni par leurs alliés de l'OTAN. Par conséquent, tous les discours essentiellement inutiles sur la "livraison gratuite", "l'égalité des droits au développement", etc.

Cependant, l'Occident a un dernier espoir. À un moment donné, encore une fois, sous Donald Trump, Washington a réagi extrêmement brusquement, comme ils l'ont dit, aux «revendications infondées de la Chine sur le statut de puissance subarctique». Aujourd'hui, de nombreux dirigeants occidentaux espèrent que ces mêmes "revendications" forceront Moscou à chercher un rapprochement avec eux - "afin de bloquer les aspirations d'un Pékin trop affirmé". Selon certains analystes locaux, les Chinois pourront nous concurrencer dans le cercle polaire arctique en 2030-2040. Les représentants de la "communauté mondiale" croient fermement que Moscou "ne tolérera pas une augmentation significative de la présence de l'Empire du Milieu dans la région" et s'opposera aux tentatives de "transformer la route maritime du Nord en route de la soie polaire". Ils espèrent vivement que l'Arctique deviendra enfin une «pomme de discorde», ce qui mettra fin à la coopération des deux puissances, dont l'union à l'Ouest est plus que redoutée. Paradoxalement, ils sont prêts à voir l'Arctique comme un territoire russe plutôt que comme une arène de coopération entre Moscou et Pékin. Evidemment, du fait que rien que dans ce scénario, nos «amis» occidentaux n'auront certainement rien à «attraper» là-bas.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 26 novembre 2020 12: 23
    +3
    Hélas, les États-Unis étaient toujours en retard avec le travail dans l'Arctique. Ils n'ont pas créé les ressources pour cela, et maintenant il n'y a ni temps ni argent. Ils ne sont pas en mesure de maintenir leurs porte-avions en espèces prêts au combat.
    Et sans les États-Unis, le reste des États arctiques resteront tranquillement assis, comme une souris sous un balai.
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 27 novembre 2020 10: 42
    +1
    La Chine ne développera pas l'Arctique sans la Russie. L'Allemagne aurait pu les rejoindre aussi, mais elle a choisi une voie différente. Ils ont décidé de créer le 4e Reich et recherchent des alliés. Ils ont la tête sobre, mais les membres de l'OTAN ne leur permettent pas de parler.