Turkish Stream s'est transformé en une nouvelle défaite pour Gazprom


Alors que l'attention de tous est tournée vers une autre pause forcée dans la construction du gazoduc Nord Stream 2, les problèmes avec un autre projet d'énergie domestique, Turkish Stream, sont temporairement passés à l'arrière-plan dans le flux d'informations. Néanmoins, la situation dans ce sens, hélas, n'est pas très différente de la «grande construction» définitivement arrêtée en mer Baltique.


En y réfléchissant plus attentivement, on peut arriver à la conclusion que les choses sont encore pires ici. Pourquoi donc? Essayons de le comprendre.

Et le gaz est toujours là ...


Je suis sûr que tout le monde se souvient assez bien des nombreuses frictions qui sont apparues récemment entre Moscou et Sofia en raison de la perturbation de cette dernière de toutes les conditions imaginables et inconcevables de la pose du tronçon bulgare du gazoduc reliant la Turquie et les pays du sud et du sud-est de l'Europe où le "carburant bleu" russe. Je vais clarifier - tous les travaux sur le territoire de ce pays auraient dû être terminés le 31 mai de cette année. Cependant, beaucoup de choses, c'est-à-dire, excusez-moi, le gaz est toujours là ... Le Premier ministre bulgare Boyko Borisov, peut-être, a fait honte aux frères Grimm et à tous les autres conteurs célèbres de la littérature mondiale, en inventant de plus en plus les raisons des tranchées inachevées qui n'ont pas été posées à temps pour les tuyaux et les fosses sur le site des stations de compression, qui auraient dû pomper joyeusement du gaz aux consommateurs pendant longtemps. Le coupable de tout cela, selon lui, était soit la pandémie de coronavirus, à cause de laquelle il n'était pas possible de recruter des ouvriers à l'étranger (les Bulgares eux-mêmes, apparemment, avaient oublié comment construire quelque chose), soit les archéologues, qui ont interdit la pose des tuyaux dans des zones où dans la terre étaient censés être cachés des rappels de l'antiquité, puis autre chose ...

En fait, il était parfaitement clair pour tout le monde que la vraie raison se trouve ailleurs. Borisov, qui s'est rendu à Washington il y a environ un an, y a reçu des "instructions" absolument claires, notamment concernant la participation à des projets énergétiques conjoints avec la Russie. A la Maison Blanche, il a promis de «diversifier» et de «réduire la dépendance du pays vis-à-vis des approvisionnements de Gazprom». Donc, apparemment, il tient consciencieusement ces promesses, malgré le fait qu'elles aient été effectivement données à l'ancien président américain.

Dans le même temps, la Bulgarie elle-même, bien que son ministre de l'Énergie Temenzhuka Petkova, même pendant le voyage américain, ait menacé de «réduire de moitié les achats de gaz russe», reçoit assez régulièrement du «blue fuel» depuis le début de 2020. De plus, elle a réussi à littéralement «faire sortir» de Moscou une remise très décente sur ce vecteur d'énergie, en recourant au chantage élémentaire: «Ne baissez pas le prix, nous nous tournerons vers la Commission européenne avec une demande d'enquête antimonopole». Bref, on ne peut guère caractériser la coopération entre Moscou et Sofia dans le domaine des approvisionnements énergétiques autrement que par le mot «échec». Pour notre pays, bien sûr ... Cependant, Gazprom espérait sincèrement que tôt ou tard, la partie bulgare remplirait néanmoins ses obligations - elle achèverait la construction, la lancerait et la mettrait en service. Ils pensaient: «Nous n'aurions qu'à atteindre la Serbie, mais ce sera plus facile là-bas - le gaz ira en Hongrie, en Slovaquie, dans les Balkans»! On l'a eu ...

Comme on l'a appris la veille, les problèmes concernant la poursuite du Turkish Stream ont commencé avec Gazprom et ses partenaires serbes. Par Dieu, on a le sentiment qu'il y a une sorte de championnat de trahison parmi ces pays qui, dirons-nous, doivent quelque chose à la Russie et sont peut-être les plus «amis» avec elle. (Le même Borisov, personne ne se tirait la langue du «frère aîné» qui «pardonne toujours».) Plus précisément, nous parlons du fait que le président de l'Association serbe du gaz naturel Vojislav Vuletic a déclaré: à propos du lancement de gaz le long du tracé indiqué ci-dessus, prévu pour la construction du gazoduc, avant le milieu de l'année prochaine et il ne peut y avoir aucun doute! La Bulgarie, semble-t-il, est enfin devenue un «arrêt final» pour les vecteurs énergétiques russes. Et pour combien de temps est déjà extrêmement difficile à dire.

Ou peut-être avons-nous assez de "flux"?


Et ceci malgré le fait que le début du transit de gaz vers la Serbie et plus était initialement prévu pour le premier semestre de cette année. Les Bulgares ont échoué. Néanmoins, le chef de la société d'État serbe Serbiaiyagas, Dusan Bayatovic, a fait valoir en novembre que les travaux déjà trop longs seraient achevés d'ici la fin de 2020. Ne fera pas. La raison est simple: la partie serbe prévoit de mettre en service la station de compression nécessaire au pompage du «carburant bleu» au plus tôt en mai 2021. Comment? Après tout, le même Bayatovic a joyeusement rapporté que la joint-venture entre Serbiyagaz et Gazprom Gastrans avait achevé la pose des 403 kilomètres de canalisations nécessaires pour assurer l'exploitation de la section serbe, en décembre de l'année dernière! D'une manière générale, ce segment du "courant turc" ne tire en aucune manière la "construction du siècle" - "entrer" dans le pays depuis la Bulgarie dans la ville de Zajecar et se déplacer vers le territoire hongrois à Khorgosh, selon le projet , il devait inclure, en plus des conduites, le nommé ci-dessus la longueur, une station de compression et 4 unités de comptage. Était-ce vraiment impossible à gérer en un an? Démontrant plus qu'une étrange lenteur, Belgrade bloque le transport de plus de 3 milliards de mètres cubes de gaz par an.

Cependant, l’essentiel est que ce sont, dans l’ensemble, les problèmes de la Russie. Les Serbes ne seront pas laissés sans «carburant bleu» - seul Gazprom devra le fournir en utilisant le GTS ukrainien. Beaucoup, je me souviens, ont dit que l’accord de transit conclu entre Moscou et Kiev n’était pas seulement une servitude, mais aussi un piège pour l’avenir. Il semble que leurs sombres prédictions commencent à se réaliser. Permettez-moi de vous rappeler que selon les termes de l'accord, en 2020, la Russie paie "sans argent liquide" pour le pompage de 65 milliards de mètres cubes de gaz. À partir de l'année prochaine, le volume aurait dû chuter à 40 milliards - et précisément grâce au lancement de nos "streams", mais ça n'a pas marché ...

Désormais, pour tout volume supplémentaire passant par les tuyaux ukrainiens, notre pays devra payer un supplément. Il ne fait aucun doute que Kiev, en profitant de cette opportunité, poussera le prix au-delà de toutes les limites possibles. Gazprom sera confronté à un choix désagréable: interrompre l'approvisionnement et payer des amendes, ou remplir les conditions prédatrices de la partie ukrainienne. Et c'est bien s'ils se limitent exclusivement aux exigences monétaires. La situation, qui est assez désagréable en elle-même, semble encore moins attrayante à la lumière des récentes actions de la partie serbe. Comme par exemple le refus de participer aux exercices "Fraternité slave", qui a suivi après le premier cri de Bruxelles, une forte augmentation de la coopération avec les États-Unis et autres. Il est tout à fait possible de supposer que dans ce cas également, le problème ne réside pas du tout dans certains problèmes qui se sont réellement posés avec la construction (d'autant plus qu'il y avait plus que suffisamment de temps pour son achèvement), mais dans les équipes reçues par Belgrade - soit de l'UE, soit des États-Unis. Aussi amer qu'il soit de l'admettre, la partie serbe pourrait bien prouver sa loyauté envers les «nouveaux amis» de cette manière. Oui, en fait, compte tenu de tous les détails, il est difficile de trouver une autre explication. Et si tel est le cas, alors le projet Turkish Stream, dans l'ensemble, peut être abandonné.

Qu'est-ce que la Russie a gagné en réalité de sa mise en œuvre? Livraisons en Turquie? C'est une chose étrange - le volume de «carburant bleu» russe acheté par Ankara est passé de 29 milliards de mètres cubes en 2017 à 15.5 milliards en 2019. La situation avec la Bulgarie est décrite en détail ci-dessus - elle entend également réduire sa consommation et en même temps extorquer des rabais exorbitants. Cela valait-il la peine de construire un jardin? Et les moments décrits ci-dessus sont loin de tout et même pas les principaux problèmes de Gazprom dans la direction Sud. Il y en a d'autres - et bien plus graves.

Alors que les Bulgares et les Serbes dépeignaient "une activité orageuse", en fait, un concurrent est entré dans les rangs du Turkish Stream, l'enterrant discrètement et le discréditant comme tel. Le service de presse du consortium TAP AG a annoncé le mois dernier que le gazoduc transadriatique (TAP) est non seulement techniquement prêt pour le lancement, mais déjà rempli de gaz dans la section allant de la frontière gréco-turque au terminal de réception situé à le sud de l'Italie. Il ne restait plus grand-chose à faire - «l'achèvement des préparatifs pour le lancement des opérations commerciales». Ce gazoduc, d'une longueur d'environ 880 kilomètres, est censé assurer la fourniture dans un premier temps de 10 milliards de mètres cubes de gaz de l'Azerbaïdjan vers l'Europe avec la perspective de doubler ce volume.

Il faut dire que la mise en œuvre de ce projet, dont les actionnaires sont le britannique BP, l'Azerbaïdjanais Socar, l'italien Snam, le belge Fluxys, l'espagnol Enagás et le suisse Axpo, s'est déroulé sans ces hésitations et retards ennuyeux qui poursuivent obstinément Turkish Stream, devenant , d'ailleurs, à chaque fois, tout est plus irrésistible. Il semble que nous ayons été une fois de plus battus dans la «course» au gaz et il sera extrêmement difficile de faire quoi que ce soit maintenant. Et que peut-on faire ici du tout - à part calculer les pertes inévitables?

Mais ce n’est pas tout. Nous allons être bondés non seulement en Europe. Il n'y a pas si longtemps, le directeur général d'une entreprise aussi sérieuse que Saudi Aramco, Amin Nasser, a déclaré son intention de "fournir" du carburant bleu "à l'un de ses plus gros consommateurs - la Chine. C'est une perspective très réelle, qui peut avoir des conséquences très, très désagréables pour la Russie. Aujourd'hui, malgré tous les efforts consentis dans ce sens, notre pays n'est pas devenu son principal fournisseur du Céleste Empire avec son niveau colossal de consommation de gaz (plus de 300 milliards de mètres cubes par an). Dans le domaine de l'approvisionnement en énergie des pipelines sur le marché chinois, le Turkménistan est en avance sur nous. En termes de GNL, les premiers sont les Australiens. Si l'Arabie saoudite est également impliquée avec ses réserves prouvées de 7 trillions de mètres cubes de «carburant bleu» et une très mauvaise habitude de dumping ...

Tenant compte de tout ce qui précède, ainsi que du désir de la même Union européenne de maximiser sa propre "décarbonisation" économie et l'habitat, qui ne promet pas non plus de perspectives positives pour les exportations nationales d'énergie, il vaudrait probablement la peine de ne pas penser même à après-demain, mais littéralement à ce qui va se passer. Même une défaite peut ne pas être un échec - mais seulement si vous en tirez les bonnes conclusions à temps.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. 123 Офлайн 123
    123 (123) 30 novembre 2020 12: 18
    +1
    Je vais clarifier - tous les travaux sur le territoire de ce pays auraient dû être terminés le 31 mai de cette année. Cependant, une charge, c'est-à-dire excusez-moi, le gaz est toujours là ...

    La construction du gazoduc Balkan Stream est effectivement achevée, la section bulgare du gazoduc est reliée à un gazoduc en Serbie. Cela a été rapporté dimanche à TASS par une source informée impliquée dans la construction du gazoduc.
    Le Balkan Stream est terminé, il est connecté à un gazoduc en Serbie, il n'y a pas d'événement officiel en relation avec l'achèvement du gazoduc en raison de la pandémie de coronavirus, la cérémonie aura probablement lieu plus tard. "

    https://tass.ru/ekonomika/9944053

    Comme on l'a appris la veille, les problèmes concernant la poursuite du Turkish Stream ont commencé avec Gazprom et ses partenaires serbes.

    La Serbie a démenti les informations parues dans les médias selon lesquelles le démarrage de l'exploitation du tronçon serbe du gazoduc Turkish Stream a été reporté au printemps 2021. Selon certaines publications, la construction de stations de compression le long du tracé du gazoduc à travers la Serbie ne retarde en rien le début du transport de gaz. Le PDG de Srbijagas, Dusan Bayatovic, et le Russe Gazprom l'ont confirmé au journal Politics. «L'achèvement de la station de compression est prévu pour le printemps 2021 - selon le plan de construction de la partie serbe du gazoduc. Cela ne peut en aucun cas menacer le lancement du Turkish Stream. Tous ceux qui ont posté cette nouvelle doivent savoir que la station de compression n'est pas liée à la mise en service du gazoduc. Les stations de compression doivent être achevées lorsque le pipeline est complètement prêt. Ainsi, cette station, selon le plan, en Serbie sera achevée d'ici 2021, en Bulgarie - d'ici 2022. L'achèvement de sa construction ne peut en aucun cas remettre en cause le projet de lancement d'un gazoduc par lequel le gaz de Turquie à travers la Bulgarie ira en Serbie et plus loin en Hongrie. De plus, tout l'équipement nécessaire pour achever la construction de la station de compression est situé en Serbie, il n'y a donc aucun obstacle pour terminer les travaux d'ici le printemps, comme prévu », a déclaré Dusan Bayatovic.

    https://balkanist.ru/vse-idyot-po-planu-v-serbii-oprovergli-sluhi-o-zaderzhke-zapuska-turetskogo-potoka/

    À mon avis, quelqu'un a "tort" cligne de l'oeil Qui pensez-vous? sourire
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 30 novembre 2020 12: 20
    0
    Et plus tôt, il était écrit - que tous ces flux sont les grandes percées de la Russie. La Chine est également une percée.
    Nous avons surpassé tout le monde ...
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 30 novembre 2020 13: 22
    +4
    Désormais, pour tout volume supplémentaire passant par les tuyaux ukrainiens, notre pays devra payer un supplément.

    - Et pas besoin de pomper des volumes supplémentaires! Il est temps de procéder à la gazéification complète de notre propre pays, où avec des tuyaux, et où avec du GNL. Il est nécessaire de s'assurer que les produits de qualité fabriqués dans la Fédération de Russie deviennent beaucoup moins chers que ceux fabriqués dans l'UE. Il vaut mieux utiliser le gaz russe sur les serres que de payer des amendes aux Polonais, etc. ...
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 1 décembre 2020 08: 08
      -1
      Citation: Bulanov
      - Et pas besoin de pomper des volumes supplémentaires! Il est temps de procéder à la gazéification complète de notre propre pays, où avec des tuyaux, et où avec du GNL. Il est nécessaire de s'assurer que les produits de qualité fabriqués dans la Fédération de Russie deviennent beaucoup moins chers que ceux fabriqués dans l'UE. Il vaut mieux mettre du gaz russe sur les serres que de payer des amendes aux Polonais, etc.

      Mots d'or
    2. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 1 décembre 2020 12: 15
      0
      C'est le seul problème avec le gaz, où que vous le jetiez, il y a un coin partout dans la Fédération de Russie. Il n'y a donc rien à espérer, car les dirigeants au pouvoir ont leurs propres problèmes et richesse aux principaux, seulement des promesses aux esclaves. et toujours insatisfait ...
  4. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 30 novembre 2020 14: 04
    0
    Je pense que le résultat doit être jugé par le résultat. Nord Stream -2 et Power of Siberia étaient également ravis, et lorsqu'ils ont été avertis, ils ont dit que quelqu'un ne parlait pas de quelque chose. Dans de tels cas, vous ne pouvez pas le comprendre sans 0,5. J'ai donc soutenu avec un fan en mars que SP-2 ne serait pas construit d'ici la fin de l'année. Donc, je pense qu'il ne discutera plus avec moi. Cela veut dire que si notre gouvernement pensait davantage à son peuple, alors ces «flux» seraient «à la poubelle» pour nous. Et donc je sais que plus le gouvernement vend, plus les prix sont élevés et plus le salaire est bas!
  5. Forrest Gump Офлайн Forrest Gump
    Forrest Gump (Forrest Gump) 30 novembre 2020 15: 01
    +1
    En Russie même, même dans la région de Moscou, un grand nombre de villages sont encore chauffés avec du bois de chauffage, le prix de l'approvisionnement en gaz est ridiculement inabordable, même s'il était plus logique pour Gazprom de subventionner la gazéification des résidents et des petites industries russes, au lieu de vendre ses ressources minérales pour une bouchée de pain à des ennemis étrangers comme une république bananière. En général, une image triste, je vais couper du bois
  6. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 30 novembre 2020 17: 13
    -1
    Turkish Stream s'est transformé en une nouvelle défaite pour Gazprom

    - Que voulez-vous dire ??????????????????????????
    - Non ... eh bien, je ne veux tout simplement pas rappeler, exposer tous mes commentaires sur les erreurs monstrueuses, les pièges monstrueux dans lesquels Gazprom (encouragé par nos dirigeants) s'est volontairement grimpé en raison de sa politique économique analphabète, incompétente et non professionnelle ... - Personnellement, j'écris à ce sujet depuis deux ans maintenant ...
    - Tout cela ne concerne pas seulement le Turkish Stream; mais aussi SP-2; ainsi que tous les «flux» vers la Chine, qui existent déjà et qui doivent encore être construits avec des fonds russes (fonds des travailleurs et retraités russes) ...
    - Beaucoup de "chaussures changées" ... - ceux qui m'ont donné des inconvénients et ont fait l'éloge de tous ces flux ... - maintenant ils ont déjà commencé à critiquer tous ces flux ... - c'est ce que signifie garder le nez dans le vent. .. - Hahah .. ...