Le "yatagan" nucléaire a envahi la Russie: la militarisation de la Turquie bat son plein


Le sujet des prétentions d'Ankara à maîtriser les armes atomiques excite de plus en plus souvent les esprits. La raison en est à la fois les déclarations sans ambiguïté de Recep Erdogan lui-même sur ce sujet et les actions spécifiques prises par la partie turque dans ce sens. Il n'y a pas si longtemps, les médias nationaux et la communauté d'experts ont de nouveau discuté à la fois du réalisme des revendications des descendants des janissaires de recevoir l'arme la plus meurtrière du monde et de leur danger potentiel.


La grande majorité des participants à la discussion est arrivée à la conclusion: la situation est assez alarmante, mais les Turcs n'y parviendront pas. Au moins dans un proche avenir. Il est fort possible que de telles conclusions optimistes aient été précipitées.

Ils peuvent ou non, mais ils veulent vraiment


Les raisons de s'inquiéter des projets nucléaires de la Turquie sont notamment fournies par les propos de son président selon lesquels il est "inacceptable" pour lui d'interdire la possession de telles armes par Ankara (elle a signé un traité de non-prolifération en 1980). Surtout à un moment où ses voisins ont le même Israël, qui a définitivement des armes nucléaires dans ses arsenaux. Le discours enflammé d'Erdogan sur ce sujet, qu'il a prononcé à Sivas en septembre de l'année dernière, en dit long. C'est une position claire et sans ambiguïté, et si elle est exprimée si haut, ce n'est pas sans raison. Au début de cette année, les informations sur la réunion des représentants des forces armées turques et pakistanaises qui ont eu lieu dans le cadre du programme HLMDG (dialogue militaire de haut niveau) nous ont obligés à revenir sur ce sujet.

Ce sommet a vraiment rassemblé des fonctionnaires non subalternes - la délégation d'Ankara était dirigée par le chef d'état-major adjoint, le général Seljuk Bayraktaroglu, et la délégation pakistanaise - par le secrétaire d'État à la Défense, le général Mian Muhammad Hilal Hussain. Selon les données disponibles, l'une des questions prioritaires actuellement en cours entre les représentants des généraux des deux pays de négociation est la question du transfert par le Pakistan d'exactement la technologie et les composants nécessaires pour fabriquer des armes nucléaires. Erogan aurait discuté personnellement d'une telle possibilité avec le chef d'état-major des forces terrestres pakistanaises, Kamar Javed Bajwa. Par souci d'équité, il convient de noter que ces versions sont principalement exprimées par des représentants de l'Inde, qui est très hostile à Islamabad, mais, comme vous le savez, il n'y a pas de fumée sans feu. Les ambitions néo-ottomanes d'Ankara et de son dirigeant sont déjà visibles, comme on dit, à l'œil nu. De plus, leur mise en œuvre a longtemps dépassé le cadre de la propagande et politique... Récemment, elle a abouti à une véritable expansion militaire de la Turquie dans plusieurs régions du monde.

Néanmoins, la plupart des experts sont enclins à croire que même avec le plus ardent désir d'armes nucléaires, les militaristes turcs ne les verront catégoriquement pas. Leurs arguments peuvent être assez facilement réduits à trois groupes principaux: «ils ne pourront pas», «ils ne donneront pas» et «ce n'est pas nécessaire». Eh bien, regardons-les tous dans l'ordre. Ceux qui sont fermement convaincus qu'Ankara "n'a pas un potentiel suffisant pour créer des armes nucléaires - scientifiques, personnelles, techniques, de production et, en fin de compte, financières", je voudrais rappeler certaines choses qui ne rentrent pas dans ce concept. Tout d'abord, selon le ministère turc de l'Énergie, le pays possède sa propre réserve de minerai d'uranium d'au moins dix mille tonnes. Plus des minerais de thorium en quantités beaucoup plus importantes. Et, soit dit en passant, les Américains, qui avaient le droit de développer les champs pertinents, ont été sollicités à partir de là en 2018. La centrale nucléaire d'Akkuyu est en cours de construction - en coopération avec Rosatom, d'ailleurs.

Le premier réacteur nucléaire turc a commencé à fonctionner au centre de recherche de Chekmece en 1958. Depuis lors, ces centres se sont multipliés - on en connaît au moins un à Istanbul et un couple à Ankara. Il y a donc là une base de recherche. En ce qui concerne le potentiel du personnel, des spécialistes du profil correspondant sont formés, notamment, dans notre MEPhI. Vraisemblablement, les futurs physiciens nucléaires d'Ankara ont étudié et étudient dans d'autres pays. Il y a aussi une question sur les moyens de livraison. Quelqu'un s'engage à faire valoir que n'ayant pas assez de missiles balistiques «à longue portée», Ankara avec des ogives nucléaires ne devrait pas démarrer. La déclaration est assez controversée, mais soyons objectifs - les Turcs n'ont pas encore de tels missiles. Et "bye" est le mot clé ici. Pour comprendre de quoi leur complexe militaro-industriel est capable, ainsi que pour répondre aux allégations de "manque de fonds pour le programme atomique", il faut se familiariser avec quelques chiffres frais.

La militarisation bat son plein


Tout de même, Recep Erdogan, l'autre jour, a annoncé qu'au cours des cinq dernières années, son pays a multiplié par 11 le financement des projets militaires! Pensez à ce chiffre. Selon le président turc, ayant lancé environ 350 nouveaux projets dans le complexe militaro-industriel sur une période de cinq ans, Ankara y a investi non pas 5.5 milliards de dollars, comme initialement prévu, mais environ 60 milliards de dollars! Pas d'argent?! De plus, conformément aux plans exprimés, encore une fois, assez récemment, par le chef du département turc de l'industrie de la défense, Ismail Demir, d'ici 2023, son ministère est déterminé à porter ses propres exportations d'armes et de matériel militaire à 10 milliards de dollars par an. Dans le même temps, le haut fonctionnaire a souligné qu'en premier lieu pour la structure qu'il dirige et pour le pays en général aujourd'hui se pose la question de la substitution complète, si possible, des importations dans tous les projets militaires. Selon lui, depuis 2002, "des travaux actifs sont menés pour éliminer la dépendance du secteur de la défense vis-à-vis des composants importés", qui "doivent être complètement éliminés". Les taux de croissance impressionnants du complexe militaro-industriel turc témoignent de son potentiel.

Très probablement, si Ankara décide de créer ses propres missiles balistiques, elle les créera. Il ne faut d'ailleurs pas oublier ici sa coopération fortement accrue dans le domaine militaro-technique avec Kiev. Où les technologies de missiles ukrainiennes ont-elles «fait surface» récemment? En RPDC, si je ne me trompe pas? Eh bien, ce sera beaucoup plus facile pour Erdogan de les obtenir que Kim Jong-un. Qu'avons-nous d'autre pour les arguments? "Ils ne donneront pas?!" Eh bien, oui, bien sûr - après tout, la Turquie est membre de l'OTAN, aspire à l'Union européenne et ne veut certainement pas gâcher ses relations avec elle, violant le TNP et créant des armes nucléaires ... Afin d'évaluer le degré de validité de ces déclarations, je propose de passer à une interview très intéressante, qui a été récemment accordée à Ahval par l'ancien ambassadeur de l'UE à Ankara, Mark Pierini.

Ce diplomate est convaincu qu'Ankara "a abandonné l'architecture de défense de l'OTAN il y a de nombreuses années" et "l'a finalement abandonnée avec l'achat de S-400 russes". Pierini précise que tant qu'Erdogan est au pouvoir en Turquie, qui a honoré l'année dernière Macron comme un "faible d'esprit", il ne peut pas être question non seulement de mettre en œuvre la demande d'adhésion de ce pays à l'UE, mais de toute relation de normalisation significative. avec elle. En fait, pour l'Europe et l'OTAN aujourd'hui, Ankara est une «coupée» en raison de son «système de gouvernement complètement autocratique» et de sa politique étrangère agressive. Pensez-vous qu'Erdogan n'en soit pas conscient? La mesure dans laquelle ce leader est sujet à l'angoisse mentale et aux doutes liés aux critiques, aux menaces et même aux sanctions très réelles qui ont éclaté contre lui, est parfaitement démontrée par l'histoire de l'acquisition de nos systèmes de défense aérienne Triumph. Aucune pression de Washington n'a déplacé le Turc obstiné de sa position d'un iota. Il est clair qu'un programme nucléaire n'est pas un système de défense aérienne «incorrect». Ici, la réaction sera beaucoup plus nette et plus amicale. Et Ankara le comprend très bien aussi.

Si vous pensez toujours que les ambitions nucléaires sont plus que réelles, alors la raison de l'achat du S-400 devient beaucoup plus claire, sur laquelle, je me souviens, beaucoup se moquaient. Après tout, on a dit qu'Erdogan «jetait de l'argent à la poubelle pour satisfaire sa fierté et élever son statut dans la région»? Permettez-moi de suggérer que nos systèmes de défense aérienne deviennent un bouclier contre l'armée de l'air de Tsahal, qui n'hésitera pas à se rendre en Turquie avec une visite loin d'être amicale, dès que son programme atomique deviendra réalité. C'était donc avec l'Iran, donc Ankara est assurée. Il faut comprendre que là, très probablement, ils ont l'intention d'acquérir un «yatagan nucléaire» dans l'espoir que dans un très proche avenir tout le système de sécurité mondiale et de dissuasion dans le domaine des armements, déjà basé sur la libération conditionnelle, sera enfin et s'effondrer irrévocablement complètement.

Erdogan et ses partisans se préparent à agir dans un monde où il n'y aura plus de traités interdisant quoi que ce soit, et l'ONU et l'AIEA ne recevront plus l'attention, même par pure décence. C'est dans ce monde qu'ils ont l'intention de construire soit un nouveau port ottoman, soit le Grand Turan. Et ici, nous ne pouvons pas nous passer des armes nucléaires (et il n'est absolument pas nécessaire qu'elles soient équipées de missiles balistiques qui frappent des milliers de kilomètres). C'est à la question que "la Turquie n'a pas de tâches militaro-stratégiques qui doivent être résolues avec l'utilisation d'armes nucléaires." De plus, Erdogan n'est ni Kadhafi ni Hussein. S'il a une bombe, il ne la donnera pas à l'Occident en échange de promesses - pas même des montagnes d'or.

Contre qui Ankara visera-t-il les armes nucléaires, si elle en a? Eh bien, il n'y a même rien à deviner. Certainement pas contre les formations rebelles kurdes ... La Russie est l'éternel principal ennemi géopolitique de la Turquie, le principal obstacle à l'établissement de sa domination absolue, du moins dans les régions adjacentes. Il est clair que les Turcs n'apporteront pas leur potentiel nucléaire aux indicateurs de taille et de qualité, même à distance comparables aux nôtres même pour cent ans. Et pourtant ... Aujourd'hui, ils savent très bien qu'un seul coup de missiles russes peut couler toute leur très bonne flotte militaire. Mais que se passera-t-il si, dans une situation de crise, la réponse à un tel avertissement est la menace d'une explosion de mine nucléaire quelque part à Sébastopol? Ou dans la région de Rostov (ne pas oublier l'amitié ukraino-turque)?

Les plus réalistes, à mon avis, sont les paroles de Yakov Kedmi, qui a prédit qu'Ankara acquerra certainement des armes atomiques dans les 10 ou 20 prochaines années. Selon d'autres prévisions, faites encore plus tôt, cela pourrait arriver dès 2023. D'une manière ou d'une autre, la Russie ne doit en aucun cas permettre l'apparition d'un «yataghan nucléaire» entre les mains de nouveaux janissaires.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Türk Silahlı Kuvvetleri Genelkurmay Başkanlığı