L'énergie verte ressemble de plus en plus à une conspiration mondiale


L'hiver dernier et la panne d'électricité massive au Texas et dans un certain nombre d'autres États américains ont jeté le doute sur les perspectives de l'énergie verte. Cependant, malgré cela, les représentants de l'élite occidentale continuent de diffuser dans les hautes tribunes sur la nécessité d'une transition rapide vers les sources d'énergie renouvelables (SER). Qu'est-ce que les soi-disant «mondialistes» essaient vraiment d'accomplir?


L'énergie alternative ou «verte» s'entend comme l'obtention d'électricité à partir de sources renouvelables. Dans le même temps, le dioxyde de carbone n'est pas émis dans l'atmosphère, ce qui contribue à une augmentation de l'effet de serre et du réchauffement climatique. Fondamentalement, il est d'usage de désigner les SER comme des centrales solaires et éoliennes, ainsi que des houlomotrices, marémotrices, géothermiques et autres. Compte tenu du fait que les réserves d'hydrocarbures de la planète sont épuisables, l'idée de rechercher des alternatives semble tout à fait sensée. Les leaders dans ce domaine sont les pays d'Europe, de Chine, des États-Unis et d'autres puissances avancées. Cependant, le diable, comme d'habitude, est dans les détails.

D'abord, L'énergie «verte» est toujours plus chère que l'énergie traditionnelle. Les coûts de sa production et de son transport sont nettement plus élevés, de sorte que l'État est obligé de subventionner en permanence les entreprises qui traitent des sources d'énergie renouvelables à partir du budget. C'est-à-dire à propos de économique Il n'y a aucune raison de parler objectivement de l'opportunité de passer à une énergie alternative. C'est plutôt un hommage à la mode et au suivi des tendances.

deuxièmement, pariez exclusivement sur "vert" de la technologie peut sortir de côté. Cela a été clairement démontré en février 2021 au Texas. La part des énergies renouvelables dans son bilan énergétique n'était ni de 100% ni même de 50%, mais seulement de 20%. Cependant, les gelées anormales qui sont arrivées dans le sud des États-Unis en provenance de l'Arctique ont entraîné une panne de courant. Les pales des éoliennes ont gelé et ont cessé de tourner, et les panneaux solaires étaient recouverts de neige. Et tout a immédiatement cessé de fonctionner et s'est effondré. Les gens ordinaires étaient assis à la maison dans le froid sans lumière ni eau. Le coût d'un kilowatt est passé à quelques chiffres astronomiques. Imaginez ce qui se passerait si tout le pays était lié aux moulins à vent et aux centrales solaires?

La conclusion peut être faite comme suit: l'énergie «verte» est une direction intéressante en soi, on ne crachera pas dessus sans discernement, mais en elle-même ce n'est pas une panacée. Il est possible d'avoir une certaine part des énergies renouvelables dans le bilan énergétique du pays, mais cela nécessite des capacités d'équilibrage de l'énergie traditionnelle. En outre, la production de gaz ou de nucléaire est nécessaire, ce qui compensera rapidement la baisse des volumes de «vert» lorsqu'elle ne fonctionne pas dans des générateurs de vent calmes ou de gel sévère et des panneaux solaires recouverts de neige ou de sable. Il semblerait que ce soient des choses assez évidentes, confirmées par la nouvelle expérience extrêmement négative du Texas et d'autres États du sud des États-Unis. Mais non.

Jetons un coup d'œil à la feuille de route «Great Reset» pour faire face à la pandémie, proposée au Forum économique mondial de Davos. Le WEF est à juste titre considéré comme une plate-forme à partir de laquelle les propriétaires de milliers des plus grandes sociétés et entreprises du monde entier communiquent leurs buts et objectifs. Il s'agit d'une sorte de "rassemblement mondialiste" généralement reconnu. Cette fois, pour un plus grand effet de relations publiques, les organisateurs ont invité le représentant de la monarchie britannique, le prince Charles, à faire entendre le programme, qui a déclaré les thèses suivantes:

La transition vers une économie sans pétrole au niveau mondial. La nécessité de changer la structure de l'équilibre des investissements. Il faut augmenter la part des «investissements verts» et créer des emplois dans le domaine de «l'énergie verte», de l'économie cyclique et de la bioéconomie, développer l'écotourisme et les infrastructures publiques «vertes».

Il est facile de voir que ces propositions sont pleinement cohérentes avec le "Green New Deal" du Parti démocrate américain, ainsi qu'avec le programme européen de "décarbonisation" de l'économie de l'UE d'ici 2050. Qu'est-ce que les «mondialistes» essaient vraiment d'accomplir? Réduire les émissions de COXNUMX pour éviter le réchauffement climatique?

C'est un sujet très controversé et controversé. D'une part, un certain facteur anthropique négatif est objectivement présent. D'autre part, toute l'humanité émet collectivement environ 10% du CO2 qui pénètre dans l'atmosphère. Beaucoup plus de dioxyde de carbone est émis, par exemple, par l'océan mondial. Dans le même temps, de tous les gaz à effet de serre, le CO2 ne représente que 5 à 26%, selon différentes méthodes de calcul. Par conséquent, on ne peut pas dire que le problème du changement climatique ne concerne que le dioxyde de carbone, et seule la «décarbonisation» peut le résoudre.

C'est plutôt différent. Le CO2 est délibérément exposé comme une sorte de «moulin à vent», pour lutter contre lequel les «mondialistes» ont organisé une nouvelle croisade. Dans ce cas, vous pouvez résoudre plusieurs problèmes à la fois. Tout d'abord, un lobbying actif aidera les fabricants d'équipements et de technologies d'énergie renouvelable. Ainsi, le marché des panneaux solaires est déjà concentré à 80% entre les mains de seulement 10 entreprises, et il est prévu que bientôt 90% seront sous eux. En outre, la consolidation se fera inévitablement par le biais de fusions et d'acquisitions, et il ne restera que 3 à 4 producteurs, qui passeront sous le contrôle de plusieurs sociétés transnationales. On peut en dire autant du marché des éoliennes, dominé par 4 entreprises occidentales. Rien de personnel, juste des affaires.

Mais ce n'est pas tout. Les «mondialistes» imposent de nouvelles normes «vertes» dans l'économie du monde entier. Quiconque souhaite vendre ses produits sur les marchés européen et américain devra soit payer une taxe «carbone» majorée, soit introduire des énergies renouvelables chez lui. Cela signifie la nécessité d'acheter des équipements et des technologies auprès de plusieurs STN occidentales, ainsi que le fardeau des subventions continues aux entreprises d'énergie «verte» sur le budget de l'État. En conséquence, les riches deviendront encore plus riches et les pays pauvres ne feront que s'appauvrir.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Bureau of Land Management / flickr.com
15 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Cyril Офлайн Cyril
    Cyril (Cyril) 17 March 2021 13: 01
    -1
    L'hiver dernier et la panne d'électricité massive au Texas et dans un certain nombre d'autres États américains ont jeté le doute sur les perspectives de l'énergie verte.

    Blackout au Texas a seulement montré que ceux utilisés là-bas, en du sud état, les éoliennes et les centrales solaires ne sont pas adaptées au froid. En fait, ils n'auraient pas dû être adaptés, car le froid y est une rare exception. La seule conclusion à tirer ici est de finaliser la conception des éoliennes et des centrales solaires afin qu'elles ne tombent pas en panne la prochaine fois à cause du gel et de la neige. C'est un problème résoluble.

    Premièrement, l'énergie verte est toujours plus chère que l'énergie traditionnelle. Les coûts de sa production et de son transport sont nettement plus élevés, de sorte que l'État est obligé de subventionner en permanence les entreprises qui traitent des sources d'énergie renouvelables à partir du budget. Autrement dit, il n'est pas nécessaire de parler objectivement de la faisabilité économique du passage à une énergie alternative.

    Compte tenu des coûts de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et des conséquences de leur influence sur l'atmosphère, «l'économie» de l'énergie traditionnelle n'est pas meilleure.

    C'est un sujet très controversé et controversé. D'une part, un certain facteur anthropique négatif est objectivement présent. D'autre part, toute l'humanité émet collectivement environ 10% du CO2 qui pénètre dans l'atmosphère. Beaucoup plus de dioxyde de carbone est émis, par exemple, par l'océan mondial. Dans le même temps, de tous les gaz à effet de serre, le CO2 ne représente que 5 à 26%, selon différentes méthodes de calcul. Par conséquent, on ne peut pas dire que le problème du changement climatique ne concerne que le dioxyde de carbone, et seule la «décarbonisation» peut le résoudre.

    L'erreur des «climatosceptiques» réside dans une compréhension simplifiée de ce qu'est le climat et de sa formation. Le climat mondial est un système autorégulé qui a été «reconstruit» au cours de millions d'années. Oui, les océans du monde et d'autres sources naturelles émettent collectivement plus de dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre que l'humanité ne le fait dans leurs activités. Mais ces «émissions naturelles» sont compensées par les mêmes mécanismes naturels d'absorption et d'utilisation - par exemple, les forêts. En conséquence, le système est dans un équilibre relativement stable mais fragile.

    L'humanité bouleverse cet équilibre. Même ces 10% d'émissions anthropiques peuvent provoquer de graves déséquilibres. Les mécanismes naturels d'utilisation ne peuvent plus faire face, à la suite de quoi l'effet de serre se produit.

    C'est comme une bulle de savon ou un ballon gonflé. En eux, la pression d'air interne est compensée par l'élasticité du savon ou du film de caoutchouc. Mais il suffit de toucher légèrement ou de pousser légèrement avec une aiguille pointue pour les faire éclater. L'impact est faible, mais suffisant pour perturber l'équilibre délicat.

    C'est plutôt différent. Le CO2 est délibérément exposé comme une sorte de «moulin à vent», pour lutter contre lequel les «mondialistes» ont organisé une nouvelle croisade.

    Non, Sergei, pas comme ça. En climatologie, le CO2 est un gaz à effet de serre «de référence» à travers lequel est calculé l'effet de serre des autres gaz à effet de serre. C'est ce qu'on appelle «l'équivalent carbone». Par conséquent, quand on parle de «décarbonisation», il s'agit de la lutte contre les autres émissions de gaz à effet de serre, dont le volume est simplement calculé à travers cet équivalent carbone même.

    Mais ce n'est pas tout. Les «mondialistes» imposent de nouvelles normes «vertes» dans l'économie du monde entier. Tous ceux qui souhaitent vendre leurs produits sur les marchés européens et américains devront soit payer une taxe «carbone» majorée, soit introduire des sources d'énergie renouvelables dans leur propre pays. Cela signifie qu'il est nécessaire d'acheter du matériel et des technologies auprès de plusieurs STN occidentales,

    Nous ouvrons le classement des 10 plus grands fabricants de panneaux solaires en 2020 - https://solarpanel.today/proizvoditeli-solnechnih-paneley/

    Sur les 10 entreprises, 4 sont chinoises, 2 japonaises, 1 norvégienne, 1 américaine, 1 canadienne, 1 coréenne et 1 germano-coréenne. On ne sait pas de quel genre de domination des «STN occidentales» parlons-nous.

    Peut-être une telle domination est-elle observée chez les fabricants d'éoliennes? Nous regardons la note pour 2017 - https://renen.ru/biggest-wind-energy-equipment-manufacturers-2016/

    En premier lieu est la société danoise, dans la seconde - l'américain, dans le troisième - les chinois, dans le quatrième - l'espagnol, dans le cinquième - l'allemand, dans le sixième - l'allemand, dans le septième - le chinois , dans le huitième - l'allemand, dans le neuvième - le chinois, dans le dixième - chinois.

    Au total, 10 des 4 plus grands fabricants d'éoliennes sont à nouveau chinois. De plus, l'un d'entre eux fait partie des trois premiers.

    Dans l'ensemble, l'article ressemble à une tentative de justifier le retard de la Russie dans le domaine de l'énergie verte. D'où la conspiration tente de tisser une sorte de «conspiration des élites occidentales». La Chine est-elle aussi une «élite occidentale»? Et le Japon? Et la Corée?
    1. Evgeny Popov Офлайн Evgeny Popov
      Evgeny Popov (Evgeny Popov) 19 peut 2021 14: 12
      0
      Le Japon avec la Corée porte les États-Unis. Ils feront ce qu'ils disent.
      La Chine est une usine mondiale, ce dont on a besoin, c'est ce qu'elle produit.
      1. Cyril Офлайн Cyril
        Cyril (Cyril) 24 peut 2021 16: 52
        -1
        Le Japon avec la Corée porte les États-Unis.

        Sûr. C'est pourquoi les Japonais et les Coréens à un moment donné ont presque détruit l'industrie automobile américaine, écrasé les fabricants américains d'électronique grand public sur le marché américain :)
    2. Evgeny Popov Офлайн Evgeny Popov
      Evgeny Popov (Evgeny Popov) 19 peut 2021 14: 17
      0
      Toute votre logique est en train de s'effondrer à la suite du récent virage des États-Unis vers l'énergie nucléaire.
      1. Cyril Офлайн Cyril
        Cyril (Cyril) 24 peut 2021 16: 50
        -1
        L'énergie nucléaire n'affecte pas le climat mondial. Il a ses inconvénients, mais dans ce cas, il est inoffensif.
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 17 March 2021 13: 25
    +1
    Et s'il n'y a pas autant de gens prêts à vendre leurs produits sur les marchés européen et américain? Après tout, cela ne représente que 10% de la population mondiale.
    Et pourquoi la Fédération de Russie n'augmente-t-elle pas la production d'éoliennes? Cela peut facilement. Il vaut mieux investir à la fois de nouveaux emplois et de l'argent ici qu'aux États-Unis et leurs éoliennes!
    1. Cyril Офлайн Cyril
      Cyril (Cyril) 18 March 2021 16: 03
      -1
      Et s'il n'y a pas autant de gens prêts à vendre leurs produits sur les marchés européen et américain? Après tout, cela ne représente que 10% de la population mondiale.

      Seuls ces 10% sont les plus solvables.

      Quel est l'intérêt de trader avec ceux qui n'ont pas d'argent?
  3. Vladest Офлайн Vladest
    Vladest (Vladimir) 17 March 2021 15: 34
    0
    Et même la Russie mord cette conspiration. Et déjà, les Allemands ont promis à la Fédération de Russie beaucoup d'argent qu'elle commençait à fournir de l'hydrogène à l'UE au lieu du méthane.
    Lorsque la ZE capturera le globe entier, ce sera sûrement une "conspiration". La chose la plus intéressante dans cette conspiration est que les États-Unis et la Chine y sont unis.
    Seuls les amateurs de contes de fées peuvent croire que tout se passe immédiatement et bien. Le développement de GE est en cours. Son efficacité augmente, ses méthodes de production et d'application sont améliorées. Les prix baissent et la fiabilité augmente.
    Les premières voitures n'étaient guère plus fiables et moins chères que HORSES. Si l'auteur de cet article avait vécu à cette époque, il aurait écrit un article «Sur la conspiration mondiale du moteur à combustion interne». !!!
  4. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 17 March 2021 18: 49
    +3
    Citation: Cyril
    D'où la conspiration tente de tisser une sorte de «conspiration des élites occidentales». La Chine est-elle aussi une «élite occidentale»? Et le Japon? Et la Corée?

    Que sont les sociétés transnationales? Cela leur importe-t-il dans quel pays la société est enregistrée et située? TNK est-elle capable d'acquérir une entreprise qui lui plaît?
    Le message, j'espère, est clair.
    1. Cyril Офлайн Cyril
      Cyril (Cyril) 18 March 2021 14: 02
      -1
      C'est drôle que ce soit vous qui avez appelé les STN «occidentales», et maintenant vous dites, et maintenant vous dites que l'appartenance n'a pas d'importance.

      Bien que même dans les STN occidentales conventionnelles, une part importante des actions appartient aux mêmes Chinois, Japonais, Coréens et même, oh mon Dieu, aux Russes.
      1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
        Marzhetsky (Sergey) 28 March 2021 09: 05
        0
        Ces STN sont d'origine occidentale. Ils possèdent des entreprises dans tous les pays du monde.
        1. Cyril Офлайн Cyril
          Cyril (Cyril) 28 March 2021 13: 57
          -1
          J'ai déjà cité des notations ci-dessus, dans lesquelles, en plus des STN occidentales, il y avait du chinois, du japonais et du coréen.
  5. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 17 March 2021 19: 07
    -1
    haha.
    Comme l'a dit Poutine, vous devez vous réjouir. Puisque leur économie devient «chère et inefficace», la nôtre, selon la normale, devrait devenir «efficace et bon marché». Sinon, alors - des nouilles.

    Et, surtout, les russes, confirment vraiment le CO2 dans le réchauffement, et ne pensent pas aux super-revenus des oligarques d'hydrocarbures ...
  6. aciériste En ligne aciériste
    aciériste 17 March 2021 20: 23
    -2
    L'énergie verte est une technologie de pointe. L'article ne suggère même pas pourquoi ces technologies sont si peu développées en Russie. Fedorov:

    La Russie, en tant que colonie, n'a pas le droit d'avoir une entreprise nationale.

    Voici la réponse.

    Ces dernières années, selon les données officielles (annexe 9), de 23 à 24 XNUMX formes diverses d'organisations avec la participation de capitaux étrangers ont fonctionné sur le territoire de la Russie. Ces entreprises emploient environ

    3,5 millions de personnes, leur chiffre d'affaires annuel est d'environ 43 trillions. frotter

    https://studme.org/340885/ekonomika/predpriyatiya_inostrannym_kapitalom_territorii_rossii

    Le député de la Douma d'État, Yevgeny Fedorov, a déclaré dans une interview à la chaîne de télévision Pravda.Ru que «toutes les entreprises privées en Russie, à l'exception des petites et moyennes entreprises, doivent s'enregistrer dans une juridiction étrangère et être contrôlées par les États-Unis. Vous ne nommerez pas un seul grand homme d’affaires russe qui serait un homme d’affaires russe de jure.

    https://www.dairynews.ru/news/komu-prinadlezhit-krupnyy-chastnyy-biznes-rossii.html
    La Russie n'est tout simplement pas autorisée à développer ces technologies. Personne n'a besoin de concurrents.

    Quiconque souhaite vendre ses produits sur les marchés européen et américain devra soit payer une taxe «carbone» majorée, soit introduire des énergies renouvelables chez lui.
  7. Kofesan Офлайн Kofesan
    Kofesan (Valery) 24 March 2021 23: 06
    0
    Mais ce n'est pas tout. Les «mondialistes» imposent de nouvelles normes «vertes» dans l'économie du monde entier. Tous ceux qui souhaitent vendre leurs produits sur les marchés européens et américains devront soit payer une taxe «carbone» majorée, soit introduire des sources d'énergie renouvelables dans leur propre pays. Cela signifie qu'il est nécessaire d'acheter du matériel et des technologies auprès de plusieurs STN occidentales,

    Qu'en est-il des prix du marché de l'énergie verte? Oui, ils (les prix) baissent. Mais ils sont beaucoup plus élevés que les sources traditionnelles. De plus, en raison de la pression ciblée et de la fiscalité indirecte sur le pétrole et le gaz, en faveur de «l'énergie verte», les prix des minéraux sont tout simplement pressants. Et pour être plus précis, ils les renversent. Et ils tombent. Vers le bas bien sûr. Ainsi, les subventions indirectes et la promotion de "normes vertes" entraînent des pertes pour les pays exportateurs de matières premières et une augmentation de la demande pour les produits des pays des "mondialistes", y compris pour les éoliennes inutiles et d'autres sources d'énergie renouvelables ...