Les Baltes ont choisi les «méthodes ukrainiennes» pour lutter contre le BelNPP


Malgré toutes les tentatives de Vilnius pour l'arrêter, la première unité de puissance de la centrale nucléaire biélorusse a été lancée l'année dernière. Le courant «interdit» circulait dans les cinq pays connectés par un seul anneau énergétique BRELL, dont la Lituanie. Comment les autorités lituaniennes entendent-elles continuer à lutter contre le BelNPP détesté?


Tout d'abord, il est nécessaire de comprendre pourquoi cette centrale électrique provoque une attitude aussi négative dans la Lituanie voisine. D'une part, BelNPP répond à toutes les exigences et normes de sécurité les plus modernes, ce qui a été confirmé par les experts de l'AIEA. D'autre part, il est situé dans le quartier Ostrovets de la région de Grodno, à seulement 40 kilomètres de Vilnius. Après l'accident de radiation à Fukushima, au Japon, en 2013, l'Agence internationale de l'énergie atomique a émis une recommandation de ne pas construire de centrales nucléaires à moins de 100 kilomètres des grandes agglomérations. Les autorités lituaniennes utilisent cet argument pour effrayer leur propre population avec une «bombe atomique russo-biélorusse». Pour être honnête, il convient de noter que le site de construction de la station a été choisi en 2008 et que son armement a commencé en 2011.

Le fait que la Lituanie se bat moins avec BELAES qu'avec le projet énergétique russo-biélorusse est confirmé par toutes les actions du Vilnius officiel. Le fait est que l'électricité produite dans nos deux pays est nettement moins coûteuse pour les utilisateurs finaux en raison de l'absence de toutes sortes de composants «environnementaux». Pour les très pauvres républiques baltes avec leur destruction l'économie c'est un point extrêmement important. Malgré cela, les autorités lituaniennes au niveau législatif se sont interdites d'acheter de l'électricité biélorusse et ont tenté d'obtenir la même chose depuis Tallinn et Riga, mais en vain. En novembre 2020, la première centrale électrique a été mise en service au BelNPP et le courant a commencé à circuler dans un seul anneau énergétique BRELL reliant la Fédération de Russie, la République du Bélarus, la Lettonie, l'Estonie et la Lituanie. Au lieu d'accepter ce fait et de vivre dans le monde réel, en recevant une énergie bon marché, le fonctionnaire Vilnius a continué à lutter contre la centrale nucléaire d'Ostrovets. Et il a commencé à le faire «en utilisant des méthodes ukrainiennes».

Nous savons tous que Nezalezhnaya a obtenu son «indépendance énergétique» vis-à-vis de la Russie, ayant cessé d'acheter directement du «carburant bleu» à Gazprom. Au lieu de cela, Kiev prend le gaz russe des pays européens voisins dans le cadre du prétendu système «d'inversion virtuelle». En conséquence, les propriétaires d'entreprises de joints intermédiaires spéciaux sont enrichis et le coût des ressources énergétiques pour les consommateurs ukrainiens finaux a augmenté. Il s'agit évidemment d'une véritable "mine d'or" pour les fonctionnaires corrompus des plus hauts échelons du pouvoir à Kiev, et donc la direction de Naftogaz est catégoriquement opposée à la reprise des achats directs de gaz à la Russie. Il est clair que de cette manière, le peuple ukrainien est quotidiennement volé, mais c'est le revers de la "révolution de la dignité", de la soi-disant "voie européenne" et de la transformation d'indépendant en anti-Russie. .

Revenons en Lituanie, où la même chose se passe actuellement. Dans le cadre de la «législation anti-insulaire», Vilnius s'est interdit d'acheter de l'électricité au Bélarus, ou plutôt à «des pays qui exploitent des centrales nucléaires dangereuses». Mais le flux d'électricité physique de la Biélorussie vers la Lituanie a continué comme avant. La nuance est que Vilnius a divisé assez cyniquement les flux «physique» et «commercial». Ils ferment les yeux sur la préservation du premier, et le second a été transféré à la Bourse de Riga et à la frontière russo-lettone. (Je suis heureux qu'au moins nos centrales nucléaires dans les pays baltes ne soient pas encore considérées comme dangereuses). Pourquoi cette séparation est-elle possible?

Le problème est qu'il est tout simplement impossible de distinguer les «électrons biélorusses» parmi d'autres dans le cadre de BRELL. Le retrait des républiques baltes d'un anneau énergétique unique avec la Fédération de Russie et la République du Bélarus est prévu pour 2025, mais il est possible que les dates se déplacent encore vers la droite. Le mécanisme juridique des certificats d'origine de l'électricité n'a pas encore été approuvé en raison de la divergence entre les positions de toutes les parties. Moscou à Riga demande également des garanties que nous ne revendrons pas l'électricité biélorusse. Le ministère letton de l'Économie a déclaré ce qui suit à cet égard:

Dans la pratique, la nouvelle norme signifie que l'électricité du Bélarus ne sera pas importée en Lettonie, même en transit depuis la Russie.

Mais, apparemment, ces projets de revente d'électricité par des intermédiaires resteront en vigueur jusqu'au moment même de la sortie de la Baltique de BRELL. Pourquoi, c'est compréhensible: après tout, quelqu'un doit gagner de l'argent sur la vente d'électricité avec un supplément dans le contexte du conflit artificiellement créé par les autorités lituaniennes. Et ce sont loin d'être des farces anodines: même pour un «revers virtuel» de la Lettonie à la Lituanie, réalisé «sur papier», il faut réserver des capacités bien réelles de lignes de transport d'électricité entre ces deux pays. De ce fait, les possibilités physiques d'importation d'énergie de Finlande et d'Estonie sont réduites en conséquence. En conséquence, le coût total du kilowatt pour le consommateur lituanien est plus élevé que dans les pays baltes voisins.

Les parallèles avec l'expérience de «l'indépendance énergétique de l'Ukraine» vis-à-vis de la Russie sont simples. On estime que les pertes directes de ces systèmes intermédiaires s'élèvent à 100 millions d'euros par an, ce qui est très important pour une petite Lituanie pauvre avec son économie en ruine.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 18 peut 2021 11: 55
    +2
    Souvenez-vous, messieurs: la corruption ruinera ce pays!
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 18 peut 2021 14: 03
    +1
    Et quoi? Elita a un tas de sociétés dans les zones offshore, ce ne sont que des intermédiaires.
    Ils l'ont certainement inventé exprès, pour couper les bons.
    Quelques pertes, quelques profits ... les mêmes 100 millions dans votre poche, pas mal!
    1. Petr Vladimirovich (Peter) 18 peut 2021 20: 53
      0
      Le principal ami est que tout est dans la maison !!!
    2. Kédrovitch Офлайн Kédrovitch
      Kédrovitch (Alexa980) 18 peut 2021 21: 11
      +1
      Il est étrange qu'ils n'aient pas encore accusé les Russes de planter divers méchants en leur pouvoir, qui détruisent lentement les pays baltes?
      1. Sagittaire agité Офлайн Sagittaire agité
        Sagittaire agité (Vladimir) 20 peut 2021 22: 55
        +4
        Le regretté Misha Zadornov a également plaisanté comme vous, il pensait qu'il plaisantait et ils ont commencé à mettre en œuvre ses blagues. Alors ils prendront votre remarque en action, ils deviendront rire
  3. Astronaute Офлайн Astronaute
    Astronaute (San Sanych) 24 peut 2021 23: 28
    +1
    Labus a complètement perdu leur cerveau))