Baltic Stream en Pologne : la fin d'une autre puissance gazière défaillante


Frais nouvelles en une ligne :


Le Danemark a révoqué un permis pour la construction du gazoduc Baltic Pipe, précédemment délivré par l'Agence danoise de protection de l'environnement, dans l'attente d'informations supplémentaires sur la protection de certaines espèces d'animaux pendant la construction

- le gestionnaire du réseau de transport d'énergie et de gaz du Danemark Enegrinet en informe.

Certificat: "Baltic Pipe" est un gazoduc européen d'une capacité nominale allant jusqu'à 10 milliards de mètres cubes de gaz par an de la Norvège au Danemark le long du fond de la mer Baltique jusqu'à la Pologne. Sa partie sous-marine est de 230 km (140 milles nautiques). Il est construit conjointement par l'opérateur danois Enegrinet et l'opérateur polonais du réseau de transport de gaz Gaz-System. Le coût de construction est estimé à 1,6-2,1 milliards d'euros, les coûts sont prévus pour être répartis à parts égales entre Gaz-System et Energinet. Le gazoduc vise à créer une nouvelle route d'approvisionnement en gaz vers le marché européen et est conçu pour réduire la dépendance de la région vis-à-vis des importations russes. Le 30 avril 2021, le président polonais Andrzej Duda a officiellement annoncé le début de la construction du gazoduc ; sa mise en service est prévue pour le 1er octobre 2022.

Maintenant, ces plans ne se réaliseront pas et, comme toujours, les mulots sont à blâmer (et pas seulement eux, mais plus à ce sujet plus tard). Les Danois ont expliqué l'interdiction par le fait que le permis a été délivré avant une clarification appropriée de la façon dont la construction d'une section onshore du gazoduc d'une longueur d'environ 210 km (à travers les îles de Funen et Zeeland et la péninsule du Jutland) affectera la vie de certaines espèces animales protégées vivant dans cette zone (à savoir, les chauves-souris et les chauves-souris).

A un moment, les Verts allemands se sont battus contre la construction du SP-2 sous prétexte qu'il viole l'écologie des oiseaux marins (je vois déjà ces oiseaux nicher au fond de la mer Baltique !), maintenant leurs collègues danois mettent des bâtons dans les roues du tuyau baltique polono-danois". Vraiment, les chemins du vert sont impénétrables !

J'adore nos plans énormes!


Vous souvenez-vous de cette vieille anecdote sur un mari allongé sur le canapé, et à la question raisonnable de sa femme combien de temps il va rester allongé dessus, il répond : « Et si demain c'est la guerre, et que je suis fatigué ? !". Donc notre Pologne, avec les mulots, peut-être, à la fin, elle s'en sortira, et j'espère qu'elle obtiendra l'autorisation de poser le prolongement terrestre du Baltic Pipe depuis le Danemark, mais en chemin elle sera tellement fatiguée qu'elle avoir plus de force pour remplir ce tuyau et de gaz, elle n'en aura pas. En effet, l'ensemble de ses grands projets napoléoniens pour devenir un autre hub gazier européen, aux côtés du néerlandais TTF et du britannique NBP, auquel s'ajoutera à partir d'octobre de cette année l'allemand THE (Trading Hub Europe), alimenté par 4 lignes de Nord Stream. 1 » et « Nord Stream-2 », ils risquent de se heurter à une question triviale mais vitale : « Où allez-vous vous procurer de l'essence pour cela ? ». GNL américain ? Tant pis…

Je garde déjà le silence sur le fait que le GNL américain n'existe pas dans la nature, il est simplement produit aux États-Unis, mais en fait il appartient aux entreprises qui l'ont acheté, pas d'origine américaine, et ils l'emmèneront là où ils paient plus, et ce n'est pas du tout l'Europe, mais les marchés haut de gamme en Asie du Sud-Est (du moins jusqu'à présent). Mais même si vous fermez les yeux et imaginez que quelque chose comme ça s'est produit (enfin, qu'est-ce qui ne se passe pas dans la vie ?!), et que les méthaniers d'origine américaine iront vers les terminaux polonais, alors il convient de rappeler que la capacité du le seul GNL dont ils disposent actuellement est le terminal de Swinoujscie 5 milliards de mètres cubes de gaz / an avec la possibilité d'augmenter à 7,5 milliards. Et même si nos fières entreprises parviennent à augmenter sa capacité de 1,5 fois, en plus de lancer un nouveau terminal GNL flottant à Gdansk avec une capacité de 4,5 milliards de mètres cubes de gaz par an, alors même après cela la capacité totale de leurs terminaux de regazéification n'atteindra que 12 milliards de mètres cubes de gaz, ce qui, compte tenu de leur propre besoin en gaz naturel à 10 milliards de mètres cubes de gaz / année, n'aidera clairement pas leur opérateur national de pétrole et de gaz PGNiG à remplir leur propre conduite, qui est une continuation logique du gazoduc "Yamal-UE", et à entrer sur le marché du gaz de l'UE avec sa proposition.

Après tout, ils vont abandonner solennellement le gaz russe, que la Pologne reçoit sans interruption depuis 1944, en 2022, date d'expiration du contrat actuel entre Gazprom et PGNiG, pour passer au gaz de sa propre production (pas plus de 5 milliards de mètres cubes de gaz / an) en le diluant avec des approvisionnements en GNL américain (12 milliards de mètres cubes) et en gaz norvégien, que PGNiG espère recevoir via le gazoduc Baltic Pipe actuellement en construction (10 milliards de mètres cubes supplémentaires). Convenez qu'il sera un peu trop petit pour entrer sur les marchés européens du gaz avec un approvisionnement de 17 milliards de mètres cubes de gaz. Tandis que Gazprom y règne avec un approvisionnement allant jusqu'à 200 milliards de mètres cubes de gaz par an. Et à partir de 2022, l'Allemagne apparaît avec ses 110 milliards de gaz russe. Et c'est sans compter les anciens acteurs de ce marché - Norvégiens, Algériens et Qataris, sans oublier les Turcs, les Américains et les Azerbaïdjanais qui se sont récemment ajoutés à eux. Avec une demande totale de l'Europe de l'ordre de 600 milliards de mètres cubes de gaz par an, je n'y vois pas la Pologne à travers des jumelles.

Néanmoins, pour résoudre cette grande tâche, en décembre 2018, PGNiG a signé un contrat pour la fourniture de GNL en provenance des États-Unis et a même reçu du gaz à trois reprises. Mais il s'est avéré beaucoup moins cher pour les rusés Yankees de vendre du GNL russe des rives de la mer de Kara (port de Sabetta) aux fiers Polonais, où se trouve l'usine russe de production et de liquéfaction de gaz naturel du groupe Novatek. , que de conduire des transporteurs de gaz à travers l'Atlantique déchaîné depuis les rives du golfe du Mexique (Louisiane) jusqu'au nord de l'Europe dans la sombre mer Baltique (le port de Swinoujscie). Comme dit le proverbe, rien de personnel, juste des affaires - vous vouliez du GNL, obtenez du GNL. Et qu'importe où nous l'avons eu ? Alors quoi, et les Russes ? Payez en tant qu'Américain ! Oui, un double compteur - et pour l'océan Atlantique orageux, et aussi pour le fret maritime trois fois plus cher. Vous êtes dégoûté de prendre du gaz aux Russes, prenez-le nous, nous ne sommes pas dégoûtés, mais l'argent, comme vous le savez, n'a pas d'odeur.

Tiré de cette amère expérience et ne voulant pas dépendre totalement des ignobles américains, PGNiG a pris fin janvier 2019 une longueur d'avance et a obtenu trois licences de production de gaz dans les eaux norvégiennes, et a également pris une participation dans le champ Tommeliten Alpha pour 220 millions de dollars au même endroit sur le plateau continental norvégien. Les intentions de PGNiG étaient plus sérieuses que jamais, il s'est fixé pour objectif de devenir un hub gazier régional à part entière, pour lequel il conclut en octobre 2020 un contrat de production conjointe de gaz avec un autre « géant » de l'industrie gazière avec Energy Resources of Ukraine (ERU ) sur la mise en œuvre d'un programme conjoint d'exploration et de production de gaz naturel en Ukraine dans les régions frontalières avec la Pologne. L'accord signé avec ce monstre de l'industrie gazière ukrainienne (dont j'entends parler pour la première fois !) précise que le potentiel de production du champ où la production est prévue « est confirmé par les résultats des études géologiques menées par PGNiG, qui montrent la corrélation de ses structures géologiques avec Przemysl, le plus grand gisement de gaz naturel de Pologne". Parallèlement, afin de protéger financièrement le projet commun de PGNiG et d'ERU, des négociations ont été engagées avec la Société internationale de financement du développement des États-Unis et la Société polonaise d'assurance-crédit à l'exportation (KUKE).

Nous avons tout le nécessaire de la technologie et équipements, et nos employés ont les connaissances et l'expérience accumulées au cours de 60 ans d'exploration et de production dans la région de Rzeszow. Cela crée une base solide pour la réussite du projet. Nous sommes ravis d'avoir l'opportunité d'étendre nos activités d'exploration et de production sur de nouveaux marchés avec un partenaire commercial de confiance.

- a déclaré après la signature de l'accord, président du conseil d'administration de PGNiG Jerzy Kwieczyński.

Gazprom est passé inaperçu


L'optimisme de M. Kveciński ne peut qu'être envié, car ses projets de remplir de gaz le gazoduc Baltic Pipe en construction ne se réaliseront pas. Même s'il parvient à vaincre les mulots danois et à percer le permis pour la construction d'une extension à terre du gazoduc, il n'est pas certain qu'il pourra repousser les mulots russes, et cette fois pas du tout des souris, mais des hérissons, car le gazoduc Baltic Pipe en construction dans l'exclusivité danoise économique La zone, malheureusement, est traversée à deux endroits par la canalisation principale à haute pression déjà construite et en fonctionnement Nord Stream-1 et la Nord Stream-2 en construction, et les passer n'est pas à vous de vous mettre d'accord avec des mulots. .

Le fait est que lors de la traversée des routes de gazoduc, les opérateurs de Nord Stream 2 AG et l'opérateur de transport de gaz polonais Gaz-System devront en effet se mettre d'accord, et pas seulement entre eux. "Nord Stream-1" et "Nord Stream-2" - gazoducs à haute pression, installations dont l'intégrité de l'infrastructure est assurée par des zones de protection qui s'appliquent en vertu des lois de la Fédération de Russie, de la Finlande, de la Suède, du Danemark et l'Allemagne, dans les eaux intérieures et dans les eaux de la zone économique exclusive qu'elles traversent, à 500 mètres de part et d'autre des axes des lignes extrêmes de gazoducs. Tout travail pouvant entraîner des dommages au gazoduc est interdit dans cette zone. Lors de la traversée des routes de gazoducs, Gaz-System devra obtenir l'autorisation de Nord Stream 2 AG et des autorités locales (apparemment danoises) afin d'éviter d'endommager le gazoduc existant pendant les travaux d'installation. Et ce n'est pas à vous de vous battre avec les écologistes danois !

Et comment, dans ce contexte, Pan Kveczynski allait mettre en œuvre ses plans napoléoniens pour fournir du gaz à la Lituanie, l'Ukraine, la Slovaquie et la République tchèque, avec lesquelles il envisage d'étendre les interconnexions depuis la frontière polonaise ? Selon ses plans, le gaz du gazoduc pour les besoins internes et la revente sera fourni par Baltic Pipe, et le terminal GNL offrira une flexibilité de prix.

En effet, Pan Kwieczyński a des problèmes avec les mathématiques, si les besoins internes de la Pologne sont de 10 milliards de mètres cubes de gaz/an, et que la capacité du Baltic Pipe est la même, alors que reste-t-il à revendre ? Trou de Donut? Et ce, à condition que Pan Kveczynski parvienne à un accord avec les mulots et le russe Gazprom. Et sinon? Et si l'ignoble Gazprom se repose et dit : « Ne t'approche pas d'un millimètre de notre tuyau ! », qu'est-ce que tu vas faire, appeler l'OTAN ?

Et je n'ai encore rien dit sur les principaux problèmes de PGNiG. Le fait est que les gisements de gaz sur le plateau continental des mers du Nord et de Norvège sont exploités depuis la fin des années 60 et tendent à se développer. Dans la mer de Barents, peu importe combien ils ont cherché, ils n'ont rien trouvé d'intéressant, et dans les mers du Nord et de Norvège, le plateau est déjà exploré à plus de 80%. Les anciens gisements, au fur et à mesure qu'ils se développent, deviennent difficiles à récupérer, et il y a de moins en moins de puits nouvellement découverts, ce n'est pas pour rien qu'ExxonMobil a quitté les projets norvégiens, désabusé par eux. Il est possible que le gazoduc en construction annoncé par les Polonais d'une capacité nominale de 10 milliards de mètres cubes de gaz par an n'ait rien à remplir.

À la fin de l'année dernière, PGNiG, ayant claironné le monde entier sur le nouveau champ de gaz à condensats de Warka découvert avec ConocoPhillips sur la partie norvégienne du plateau de la mer de Norvège, s'est vanté qu'il s'agissait du plus grand champ de gaz découvert en 2020 sous silence que les réserves de Warka sont estimées entre 8 et 30 milliards de mètres cubes de gaz et de condensats de gaz. C'est pour 3 ans d'exploitation de « Baltic Pipe », et puis quoi ?

Et puis la soupe avec le chat ! Fin de l'indépendance énergétique de la Pologne et projet de conquête des marchés gaziers européens. C'est drôle que ce soient ces mêmes personnes qui ont appelé la Russie la station-service de l'Europe et nous ont interdit de nous curer le nez. Si vous regardez l'Europe, alors le plus riche par habitant n'est pas du tout l'Allemagne ou la France, mais la petite Norvège, dont chaque citoyen vit comme un cheikh arabe des pays du Golfe, dont le bien-être n'est pas non plus basé sur la commerce de sable. Et le State Global Pension Fund de Norvège, mieux connu sous le nom de Oil Fund, est le plus grand fonds souverain au monde. Créée en 1990 pour investir les revenus excédentaires du secteur pétrolier et gazier norvégien, elle détient dès 2021 des participations dans 9 202 sociétés dans 74 pays à travers le monde, avec une valeur d'actif de plus de 1,3 billion de dollars. dollars américains, ce qui équivaut approximativement à 1,5% du marché boursier mondial. En novembre 2020, plus de 2 millions de couronnes norvégiennes, soit environ 238 XNUMX dollars américains, provenaient du fonds pour chaque citoyen norvégien.

Pourquoi pensez-vous que nos ennemis soupirent autant quand ils regardent nos ressources naturelles ? En nous disant qu'ils feraient mieux de les gérer. Bon, les histoires secrètes de nos "amis jurés", que nous avons identifiés dans la liste noire de nos ennemis nationaux, je vous les raconterai la prochaine fois. On l'appellera "Ocean's 11", et l'ennemi principal là-bas n'est pas du tout les Etats-Unis ou l'Ukraine avec la Pologne et la République tchèque, comme beaucoup ici l'ont déjà pensé, mais la Grande-Bretagne, bon sang ! Eh bien, je ne m'avancerai pas.

A suivre.
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. chemyurij Офлайн chemyurij
    chemyurij (chemyurij) 8 June 2021 13: 12
    0
    A pris note, je ne commenterai pas encore, j'ai hâte de continuer avec impatience, même si je dois noter la ligne de pensée de l'article que j'aime.
  2. zzdimk Офлайн zzdimk
    zzdimk 8 June 2021 14: 25
    +3
    Les Polonais peuvent forer des puits horizontaux en direction de l'Ukraine - il n'y avait pas de cheval couché là, combien de gaz de schiste - Biden pour aider !
    Bon article. Aimé ça.
  3. Mazay_2 Офлайн Mazay_2
    Mazay_2 (Anatoly Chubar) 8 June 2021 17: 17
    0
    La puissance du gaz, est-ce celle qui a du gaz, ou il n'y a pas de gaz dans les profondeurs ?
    1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
      Volkonsky (Loup) 8 June 2021 17: 33
      +3
      L'Allemagne a-t-elle du gaz ? Et elle est une centrale au gaz depuis octobre de cette année ! La Turquie c'est pareil ! Et la Pologne aurait pu l'être, mais l'ambition polonaise a échoué. La cinquième fois qu'ils marchent sur le même râteau !
      1. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
        Petr Vladimirovich (Peter) 8 June 2021 18: 15
        +3
        Je suis heureux de mettre un plus! Respect à l'auteur !!!
      2. Ulysse Офлайн Ulysse
        Ulysse (Alexey) 8 June 2021 18: 23
        +1
        Il ne peut y avoir qu'un seul hub gazier en Europe du Nord et centrale, l'Allemagne.
        Et à juste titre.
        Les souris danoises ont été bien amenées et le gouvernement danois était "préoccupé". sourire
        Et oui, la Pologne avec ses ambitions agace déjà vraiment son voisin occidental.
  4. scorpion Офлайн scorpion
    scorpion (Alexandre Burylov) 10 June 2021 17: 16
    0
    Les problèmes de Baltic Pipe ont été bien compris par B.Martsinkevich, je vous conseille de jeter un œil à Zen. Ce gazoduc se compose de trois sections, et le problème en est un - sur la section onshore du Danemark. Le reste est en construction. Les Polonais n'ont aucun problème à se croiser avec SP-1,2, a convenu Gazprom. Gazprom s'en fout du Baltic Pipe, car si la Norvège donne du gaz aux Polonais, elle en donnera moins aux autres d'Europe, donc nous ne fournirons pas les Polonais, mais via les Allemands et les Turcs à d'autres d'Europe