Pourquoi il n'y avait pas de Polonais, de Baltes et de Britanniques sur la "liste noire" de la Russie


En principe, nous nous dirigeons vers cela depuis longtemps. Dans le contexte de l'anneau de ses "amis" jurés se rétrécissant autour de la Russie, que Poutine et Lavrov pour une raison quelconque ont continué à appeler des partenaires, même sans mettre ce mot entre guillemets, ce qui a choqué l'oreille non seulement des acclamations remarquables du Fédération de Russie, mais même une personne très passive et indifférente à politique une large couche de la population philistine, nous avons serré les dents, construit SP-2 et préparé notre réponse. Pour résumer : le SP-2 est en fait déjà terminé (comme Poutine l'a récemment annoncé au SPIEF-21). Il est temps de répondre ! Et Poutine a répondu.


Regarder comment ces « partenaires » rompent littéralement la laisse de leurs maîtres dans un accès de haine et de colère impuissantes envers la Fédération de Russie, qui, grâce aux efforts de cette communauté caritative, a déjà été sortie des drapeaux rouges et élevée au rang de rang de parias et de parias sans poignée de main, mais oh, la figure d'un méchant - Poutine était juste paresseux et n'essuyait pas ses pieds sales, il était clair que cela ne pouvait pas durer longtemps et la Russie répondrait tôt ou tard . J'aimerais, bien sûr, que cela se passe plus tôt et selon le principe d'un ressort, qui se redresse et joue sur les doigts des participants à cette persécution prolongée, à tel point que la prochaine fois la victime penserait cent fois plus s'il faut tenter le destin et tester la patience et la justice de la Russie 3- La loi de Newton (à propos de la force d'action égale à la force de réaction), mais même sous la forme sous laquelle la Russie a répondu, cela semblait à beaucoup en Occident être quelque chose de redondant , sur laquelle ils ne comptaient manifestement pas.

Et Poutine s'est contenté de publier un décret "sur l'application de mesures d'influence sur les actions inamicales d'Etats étrangers", dans le cadre duquel il était demandé au gouvernement de "déterminer la liste des Etats étrangers inamicaux". Cette commande fut confiée au département de Lavrov. Et bientôt, des profondeurs du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, cette "liste noire" est apparue.

Jusqu'à présent, même le concept même de « pays hostiles » n'avait aucun sens juridique, bien que chacun comprenne parfaitement de qui il parlait. Mais l'interprétation était trop large et n'avait pas de limites clairement définies. Nous avons maintenant défini ce terme.

Nous ne voulons pas inscrire indistinctement sur cette liste un pays qui dit quelque chose de mal à propos de la Russie. Nous fonderons bien entendu nos décisions sur une analyse approfondie de la situation et sur l'identification d'opportunités pour traiter différemment ce pays. Si nous arrivons à la conclusion que cela ne fonctionne pas autrement, eh bien, je pense que cette liste sera bien sûr mise à jour périodiquement. Mais ce n'est pas un papier "mort", il sera bien sûr révisé au fur et à mesure que nos relations avec l'État concerné se développeront à l'avenir.

- a déclaré le ministre des Affaires étrangères Lavrov, en commentant les critères d'inscription sur la liste.

Lorsque la "liste noire" a été rendue publique, à la surprise de la plupart des citoyens russes, ils n'ont pas trouvé beaucoup d'ennemis ouverts et évidents de la Russie, qui, à leur avis, auraient dû occuper les dix premières places d'honneur de cette liste. Le ministère des Affaires étrangères s'est diplomatiquement limité à seulement deux personnes impliquées - les États-Unis d'Amérique et la République tchèque. C'est compréhensible, des mesures d'influence diplomatique ont été appliquées à ces pays en réponse à leurs actions hostiles envers nous. Ils ont évoqué les restrictions à la possibilité d'embaucher des citoyens et des résidents de la Fédération de Russie pour travailler dans leurs missions diplomatiques russes. Que ce soit pour le moment. Mais cette mesure s'est avérée très pénible, croyez-moi, aucun ambassadeur ou consul, dans son temps libre du travail principal, ne sourit même pas pour exercer les fonctions de coursier ou de chauffeur, sans parler du nettoyage des locaux et de la préparation des repas. . Et si les Américains peuvent encore répartir ces fonctions sous la forme d'un horaire de service glissant, alors l'ambassadeur tchèque, resté ici pour cuisiner avec quatre de ses collègues, n'est pas du tout envié.

Mais laissons les Tchèques et les Américains s'occuper seuls de leurs nouveaux problèmes, mais je m'intéresse à quelque chose de complètement différent dans toute cette histoire. Et où dans cette liste se trouvent des pays aussi merveilleux que l'Ukraine, la Pologne, la Lituanie, la Lettonie, l'Estonie, la Géorgie, la Roumanie, la Bulgarie, ainsi que les pays du Commonwealth britannique, dirigés par la Grande-Bretagne ? Ces derniers, qui ne connaissent pas, outre la Grande-Bretagne, comprennent également le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, qui, avec les États-Unis, font partie de la soi-disant « alliance aux cinq yeux » du renseignement (CIA, MI- 6, SCRS, ASIO, NAB). Pourquoi les Tchèques ont-ils été inclus dans cette liste, alors que les Britanniques et les Ukrainiens ne le sont pas ? Ces derniers au niveau officiel de la Fédération de Russie ne sont appelés rien d'autre qu'un pays agresseur, avec lequel ils mènent une guerre sans précédent et sanglante depuis la 7e année, allaitant le monde civilisé tout entier des divisions bouriates blindées de plongée équestre qui ont perdu le contact avec la réalité du tueur Poutine. Et où est l'Ukraine sur cette liste ?! Mais en Ukraine même, le terme « pays agresseur » est déjà fixé au niveau de l'État et pour nier même le fait même de l'agression russe dans ce pays, la folie victorieuse, ses citoyens font face à un terme réel.

Le RF devrait agir de la même manière sans aucune hésitation. Ayant obtenu le statut d'« État hostile » pour un certain nombre d'États, qui sont décrits ci-dessous, toute mention de ceux-ci dans les médias imprimés et électroniques doit être accompagnée d'une remarque similaire : « un État hostile à la Fédération de Russie », comme nous agir après avoir mentionné des organisations telles que ISIS, Secteur Droit, Al-Qaïda, le Mouvement Taliban, AUM Shinrike, le Congrès des Peuples d'Itchkérie et du Daghestan, les Frères Musulmans et d'autres comme eux, les accompagnant de remarques : « un extrémiste terroriste ou religieux organisation interdite sur le territoire de la Fédération de Russie." Pour que les citoyens de la Fédération de Russie dans le sous-cortex, comme notre Père, aient l'idée que « les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Ukraine, la Pologne, la Lituanie, la Lettonie, etc. - un état hostile de la Fédération de Russie »avec toutes les conséquences qui en découlent.

Les amis de 11 Ocean


En principe, je voudrais parcourir cette liste plus en détail. Je propose, à l'instar du film sensationnel, d'identifier 11 ennemis de la Fédération de Russie. Les distribuer par ordre décroissant selon le degré de méchanceté et d'influence sur les événements.

Ils iront en premier, ne soyez pas surpris, pas du tout les États-Unis, mais la Grande-Bretagne. C'est notre ennemi systémique, ou comme on dit maintenant - existentiel. Nous ne serons jamais les amis des habitants arrogants de la brumeuse Albion. Ils auront toujours un couteau dans la poitrine, que, à l'occasion, ils nous enfonceront toujours dans le dos et le tourneront plusieurs fois pour plus de fiabilité. Ils l'ont prouvé plus d'une fois, avec toute leur histoire séculaire, la dernière chose qui vient à l'esprit est la guerre de Crimée (1-1853) et civile (56-1918), la participation à la dernière Entente, ainsi que l'opération Impensable, éclos par Churchill immédiatement après la victoire commune de la Seconde Guerre mondiale. Et même maintenant, les oreilles et les mains de Londres ressortent de toutes les dernières actions et provocations hostiles, à commencer par Litvinenko, empoisonné au polonium-20 et Novichok, Berezovsky (celui-ci a été étranglé dans sa propre baignoire), Skripals, Navalny et se terminant par la Haute Cour d'Angleterre de Londres, cinq ans l'affaire des 210 milliards de Ianoukovitch, et tente de lier SP-3 et Yamal-EU au Boeing « miné » irlandais, planté par son père à l'aéroport de Minsk.

Dans leur contexte, les USA ressemblent à des gentlemen. Au moins, ils n'agissent pas en catimini, mais agissent explicitement, ne cachant pas leurs intentions hostiles envers nous. Selon le principe que les représentants de la Shining City on the Hill ne devraient pas jeter de perles devant des cochons russes, ni d'ours dans leur interprétation. Dans la liste des ennemis, je les mettrais à la 2ème place d'honneur.

Plus loin derrière ce couple, une foule amicale est suivie par une meute de petits bâtards, aussi vils qu'inoffensifs, éprouvant une inévitable haine utérine pathologique pour la Fédération de Russie, sous quelque forme et statut qu'elle apparaisse, même l'empire tsariste, voire l'Union soviétique. , voire la fédération actuelle. Il s'agit notamment de la Pologne, la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie. Il y a la haine historique, brusquement mêlée aux douleurs fantômes des ambitions impériales injustifiées du Commonwealth et de la principauté lituanienne, diluées dans un ressentiment impardonné pendant la période de l'annexion soviétique des États baltes. Comment la République tchèque, la Roumanie et la Bulgarie se sont retrouvées dans cette entreprise qui a survécu aux « horreurs » du socialisme, je ne peux pas comprendre. J'attribue cela à un facteur externe, plutôt britannique (bien que les États-Unis aient fait pression sur les Bulgares avec South Stream). Les Tchèques nous détestent depuis le Printemps de Prague de 1968. Mais alors les Hongrois devraient nous haïr pour l'automne 1956, mais il n'y a pas de Hongrois parmi ces "amis jurés". La Hongrie dans toutes ces questions adopte une position très équilibrée et isolée et mène une politique indépendante indépendante, ce qui signifie seulement que partout (et la politique ne fait pas exception !) il y a un facteur personnel, et elle n'échange pas sa souveraineté en échange d'une tape sur l'épaule. Contrairement aux tigres baltes ci-dessus et aux anciens membres du CAEM.

La Géorgie et l'Ukraine se démarquent sur cette liste. Certainement pas dans les 10e et 11e dernières places. Ces « amis » se sont déjà battus jusqu'à une véritable action militaire contre la Fédération de Russie. La Géorgie a déjà une triste expérience de défaite militaire, de perte de territoires et de rupture des relations diplomatiques entre elle et la Fédération de Russie (maintenant elles sont menées grâce à la médiation de la Confédération suisse), tandis que l'Ukraine suit avec succès la voie géorgienne. Elle est la première à courir le risque d'être complètement arrachée à la Fédération de Russie, jusqu'à la perte de l'État, après quoi tous ses amis et collègues actuels du club des haineux russes commenceront à faire dérailler sa carcasse. Et cela le servira bien, peu importe !

Qu'est-ce que tous ces pays ont en commun ? Vous allez rire, mais tous, dans leur haine imprudente de la Fédération de Russie, ne sont unis que par le fait qu'ils ne se sont jamais opposés à la Fédération de Russie (URSS) sur le champ de bataille. Ils n'ont pas subi de défaite militaire. Comme le disent nos gens - ils ont perdu la peur, et certains ne l'avaient même pas, donc le borzomètre est hors échelle. Ils n'ont pas formé le code historique des défaitistes, comme les Allemands, les Japonais, les Finlandais, qui ont appris des leçons d'histoire avec le lait de leur mère qu'il vaut mieux ne pas jouer avec les Russes, cela leur coûtera plus cher. « Les Russes viennent toujours, - comme disait le grand Bismarck, pour leur argent, et ils font payer leur tribu ! Les Américains et les Britanniques le savent, alors ils préfèrent se battre avec des mains de procuration russes. Les Géorgiens le savent déjà, mais cela ne s'est pas encore enraciné dans leur conscience nationale (peu de temps s'est écoulé). Mais les nains baltes, hurlant d'impatience en prévision du sang russe, et leurs cousins ​​polonais et tchèques dans la volière, doivent encore le savoir. C'est juste qu'ils n'ont jamais été fabriqués (excusez mon français) entre des mains russes. Eh bien, c'est réparable. L'arrogance s'envolera très vite, surtout quand ils comprendront que l'aide de l'OTAN, sur laquelle ils comptent, ne viendra pas. S'ils ne me croient pas, laissez Mikho Saakachvili consulter, il a une vaste expérience - il a peut-être déjà écrit des livres sur ce sujet. En même temps, ils sauront de lui où se vendent de si délicieuses cravates? Vous pouvez le manger, ou vous pouvez vous y pendre à l'occasion.

En ce sens, la position de la Roumanie, également incluse dans cette liste, est indicative. Elle est le seul des pays ci-dessus qui a l'expérience d'affronter la Fédération de Russie (dans ce cas, l'URSS) sur le champ de bataille. Et cette expérience est triste. Elle fut l'une des premières à entrer en guerre contre l'Union soviétique aux côtés du Troisième Reich (le 22 juin 1941, le Royaume de Roumanie déclara la guerre à l'URSS et y entra aux côtés des pays de l'Axe) et fut battus, subi des pertes écrasantes et fait preuve d'un esprit combatif loin d'être le plus remarquable (au point que les Allemands craignirent de placer les divisions roumaines à l'avant du front, bien que parmi les étrangers récompensés par la plus haute distinction de la Troisième Reich, la croix de chevalier de la croix de fer, les Roumains se sont avérés être les plus nombreux - 18 personnes). Les plus aptes au combat, selon les généraux allemands, étaient, assez curieusement, les Hongrois. La Hongrie a été le dernier des alliés d'Hitler (sans compter le Japon) à se retirer de la Seconde Guerre mondiale (12 avril 1945) et a combattu là-bas, sans épargner son ventre (la perte des Hongrois s'élevait à 148 XNUMX personnes, parmi les morts se trouvait le fils du souverain du royaume de Hongrie, Horthy).

C'est pour cette raison que la Hongrie n'est pas sur cette liste, et la Roumanie, étant tombée dans ce cordon sanitaire, avec lequel l'Occident collectif essaie de se clôturer de la Russie, et, ayant fourni son territoire pour le déploiement des bases de l'OTAN, s'y comporte de la manière la plus silencieuse et préfère ne plus briller, contrairement aux arrogants Polonais, Lituaniens et Tchèques. J'espère qu'ils auront encore l'occasion de changer d'avis après que les chars russes seront dans les rues de leurs villes (oui, je plaisante, je plaisante ! Mais chaque blague a un grain de vérité, gardez cela à l'esprit, messieurs, provoquant des tirs russes sur eux-mêmes !) ...
32 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Kofesan Офлайн Kofesan
    Kofesan (Valery) 9 June 2021 07: 55
    -6
    Comment Pourquoi? Qui dans notre pays détermine à lui seul la « politique » sur la scène mondiale ?
    C'est vrai, celui qui devrait être interrogé sur la dissonance apparente entre la réalité et la réaction à celle-ci.
    Mais que dira-t-il ?

    "Je ne veux pas me disputer, pour que je ne sois pas empoisonné... ou comment Paul I...?" ,
    "La politique c'est le commerce pour donner l'opportunité de changer d'avis, c'est comme ça qu'on m'a appris...?."

    Ne le dira pas. Et n'espère pas.
  2. Igor Berg Офлайн Igor Berg
    Igor Berg (Igor Berg) 9 June 2021 08: 39
    -11
    Des enfants y vivent pour Poutine et Lavrov, et pour beaucoup d'autres aussi. Eux et leurs enfants ne rentrent pas du tout à la maison.
    1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
      Volkonsky (Loup) 9 June 2021 11: 17
      +5
      ce n'est pas le cas et vous le savez !
      1. Igor Berg Офлайн Igor Berg
        Igor Berg (Igor Berg) 9 June 2021 14: 28
        -8
        Qu'est-ce qui ne va pas? Que Poutine et Lavrov ont des enfants qui vivent sur la colline ? Ouais... assurer
        1. Ulysse Офлайн Ulysse
          Ulysse (Alexey) 9 June 2021 17: 32
          0
          Allez... relais

          Je comprends ta réaction.
          A la demande d'un "combattant avec privilèges" qui n'a pas été tué par la vie.. sourire

        2. Kofesan Офлайн Kofesan
          Kofesan (Valery) 9 June 2021 20: 19
          0
          Oui c'est vrai. Malheureusement. Et la réaction « Je ne veux rien voir ni entendre » est tout à fait compréhensible. Sinon, des conclusions assourdissantes suivront...

    2. chemyurij Офлайн chemyurij
      chemyurij (chemyurij) 10 June 2021 14: 12
      -1
      Citation: Igor Berg
      Des enfants y vivent pour Poutine et Lavrov, et pour beaucoup d'autres aussi. Eux et leurs enfants ne rentrent pas du tout à la maison.

      Ce mantra est généralement écrit et dit par des gens sans la présence de matière grise dans la tête, les bombes ne font aucune différence où seront les enfants de quelqu'un, qui, s'ils sont destinés à mourir, mourront, ici de l'ouest là du nôtre, il y en a moins que zéro option. Par conséquent, pour celui dont le doigt est sur le bouton, votre mantra n'est pas du tout ce à quoi cette personne va penser en ce moment.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 9 June 2021 08: 40
    -6
    Ha. Rappelle : "Et Baba Yaga est contre."

    Poutine, Lavrov, oligarques, Choïgou, vacanciers, réparateurs, Gazprom, logistique.... pour.
    Et .......... ... contre.
    1. Ulysse Офлайн Ulysse
      Ulysse (Alexey) 9 June 2021 18: 27
      +2
      Ha. Rappelle : "Et Baba Yaga est contre."

      Poutine, Lavrov, oligarques, Choïgou, vacanciers, réparateurs, Gazprom, logistique.... pour.
      ET ..Sergueï Latychev (Serge) ........ ... vs.

      Économisons-nous pour la hutte? Bien
  4. Jacques Sekavar Офлайн Jacques Sekavar
    Jacques Sekavar (Jacques Sékavar) 9 June 2021 12: 48
    +2
    Les sanctions contre la Fédération de Russie ont été imposées non seulement par les États-Unis et l'UE, mais aussi par les entités étatiques qui en dépendent, et c'est près de la moitié du monde, qui semble n'avoir aucune raison d'être mis sur liste noire.
    1. Erreur numérique Офлайн Erreur numérique
      Erreur numérique (Eugene) 9 June 2021 18: 21
      0
      Citation: Jacques Sekavar
      il semble qu'il n'y ait aucune raison de le mettre sur liste noire

      Afin de ne pas faire de cauchemar, comme l'a dit un jour l'inoubliable Dmitry Anatolyevich. Il existe une version selon laquelle "Winter Cherry" a brûlé juste à cause de cela - il était interdit aux inspecteurs des incendies de "cauchemar" l'entreprise plus souvent que l'entreprise n'en avait besoin. Besoins de l'entreprise - jamais. Et, il me semble, la "guillotine réglementaire" est à peu près la même (ce n'est pas SanPiN, mais l'atavisme soviétique, guillotine-le).
  5. Artyom76 Офлайн Artyom76
    Artyom76 (Artem Volkov) 9 June 2021 15: 04
    +2
    Tout était excellent, Vladimir. Ni soustraire ni additionner. Tout en essence. Comme si je me creusais la tête... clin d'œil
  6. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 9 June 2021 15: 34
    +2
    C'est juste que pour le pays et pour le Kremlin - les ennemis sont différents. Pour le pays, par exemple, la Grande-Bretagne est l'ennemi principal, tissant toujours des intrigues et organisant des provocations, mais pour nos autorités, c'est la patrie principale. Ils ont tout là-bas. Seul le FSB ne peut rien savoir à ce sujet (apparemment il leur est interdit de le savoir).
    1. Igor Berg Офлайн Igor Berg
      Igor Berg (Igor Berg) 9 June 2021 17: 23
      -5
      Dites 100% vérité. Et les moins ici sont très probablement des robots qui sont soit attachés à la mangeoire des voleurs des impérieux, soit même dépendants d'une manière ou d'une autre des Tchékistes. Au moins pour des raisons de décence, nous serions allés dans les petites villes du nord, en Transbaïkalie, en Extrême-Orient. Et vous verriez à quoi ressemblent les slogans forts, honnêtes, intelligents et justes des autorités en réalité.
      1. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
        Petr Vladimirovich (Peter) 9 June 2021 19: 43
        +2
        Ensemble israélien standard.
        + 7-977-664 neuf trois 07. Toc, nous échangerons des photographies de la vie du retraité.
      2. Akuzenka Офлайн Akuzenka
        Akuzenka (Alexander) 11 June 2021 10: 36
        +2
        Citation: Igor Berg
        Dites 100% vérité. Et les moins ici sont très probablement des robots qui sont soit attachés à la mangeoire des voleurs des impérieux, soit même dépendants d'une manière ou d'une autre des Tchékistes. Au moins pour des raisons de décence, nous serions allés dans les petites villes du nord, en Transbaïkalie, en Extrême-Orient. Et vous verriez à quoi ressemblent les slogans forts, honnêtes, intelligents et justes des autorités en réalité.

        Vous n'avez pas besoin de voyager si loin pour le faire. Il n'y a rien à dépenser de l'argent du budget. Un maximum de 150-200 km de toute grande ville, loin des autoroutes centrales et de la Fédération de Russie dans toute sa splendeur apparaîtra comme des villages appauvris, la dévastation de tout et le désespoir complet dans l'avenir.
    2. alexey alexeyev_2 Офлайн alexey alexeyev_2
      alexey alexeyev_2 (Alexey Alekseev) 9 June 2021 17: 42
      +2
      Quant à la patrie des autorités, vous êtes allé trop loin, même Roma Abramovitch a été obligé de demander refuge en Israël, donc on ne les attend pas vraiment là-bas. clin d'œil
      1. Kofesan Офлайн Kofesan
        Kofesan (Valery) 9 June 2021 20: 21
        -2
        Allez. N'avez-vous pas vu à la télévision comment Matvienko a qualifié Abramovich de « héros de notre temps » ? Juste l'autre jour.
        1. alexey alexeyev_2 Офлайн alexey alexeyev_2
          alexey alexeyev_2 (Alexey Alekseev) 10 June 2021 04: 20
          +3
          La langue russe est grande et puissante. Vous blâmez l'intonation avec laquelle ces mots ont été prononcés. Je ne supporte pas le balka de verre. Si quoi que ce soit... compagnon
          1. Kofesan Офлайн Kofesan
            Kofesan (Valery) 10 June 2021 05: 02
            -2
            Eh bien, pareil. Je veux dire, une créature dégoûtante. Malgré le fait qu'il parle parfaitement le russe. Et loin d'être stupide. J'ai écouté attentivement une fois qu'elle structurait son discours à la Douma.

            C'était aussi gravé dans ma mémoire, comme ça, il y a 7-8 ans, soudainement de tous les canaux (mais pas pour longtemps) a commencé à haleter "Pierre, Pierre...", signifiant Poutine. Vous saviez probablement quoi « prendre » ? Et dans la situation avec Abramovich, j'ai raté "l'intonation". Probablement parce que je suis déjà "inattentif". J'avoue. Éclairer?

            Et il a demandé parce que les « mots » étaient prononcés comme « pour tout le monde » comme un « guide » pour l'action. Et l'intonation...? Dans ce cas particulier ?
            1. Miffer Офлайн Miffer
              Miffer (Sam Miffer) 10 June 2021 08: 37
              +2
              1. Kofesan Офлайн Kofesan
                Kofesan (Valery) 11 June 2021 23: 17
                0
                Merci, bien sûr, Miffer (Sam Miffers) Hier 08:37. Mais, je l'avoue, je n'ai pas exprimé explicitement ma pensée. Je ne suis pas intéressé par "l'intonation" avec laquelle le "verre" a chanté son discours. Ou, appelons-le comme ça - "Soufflé en fanfare" ...

                Vous voyez, mon opinion est que même leur intonation est un moyen. Faux. À propos des mots - restez généralement silencieux. Il est vain d'essayer de deviner ce qu'elle voulait transmettre à son entourage (et ce que c'est... dans sa compréhension, le « entourage » dominant)

                sachant que l'hypocrisie est au moins de niveau 50.

                J'étais intéressé par votre avis en général, ou votre avis alexey alexeyev_2 (alexey alexeyev) Hier, 04: 20

                rapport à "l'événement". Mais... apparemment pas le destin. Ça arrive!
  7. Ulysse Офлайн Ulysse
    Ulysse (Alexey) 9 June 2021 17: 52
    +3
    L'article est un signe plus, même si je ne suis pas d'accord avec toutes les thèses.
    Il y a, il y a encore là où l'auteur cherche.
    Route allant à pied.
  8. Erreur numérique Офлайн Erreur numérique
    Erreur numérique (Eugene) 9 June 2021 18: 56
    0
    selon le principe d'un ressort, qui se redressait et jouait sur les doigts des participants à cette persécution prolongée, à tel point que la prochaine fois la victime penserait cent fois plus s'il faut tenter le destin

    Hmmm... Qui a signé la loi pour relever l'âge de la retraite ? Qui a voté ? Nous attendons le printemps pour se dérouler en septembre ressentir

    la validité de la 3ème loi de Newton (à propos de la force d'action égale à la force de réaction)

    Cela ne fonctionne que dans un référentiel inertiel. Le "consensus de Crimée" et le "contrat social" après avoir relevé l'âge de la retraite d'autres lois "souveraines" ne fonctionnent plus.

    Nous fonderons bien entendu nos décisions sur une analyse approfondie de la situation et sur l'identification d'opportunités pour traiter ce pays d'une manière différente.

    En bref, s'il y a beaucoup d'affaires russes là-bas ou des intérêts de transit d'exportation de l'État, alors il y a des opportunités, sinon assez - dans la liste noire.

    Ayant obtenu le statut d'« État hostile » pour un certain nombre d'États, qui sont décrits ci-dessous, toute mention d'eux dans les médias imprimés et électroniques doit être accompagnée d'une remarque similaire : « un État hostile à la Fédération de Russie »

    Et chaque reportage de Russia Today, en raison de la disponibilité de financements étrangers, doit être accompagné d'un badge "média-agent étranger", comme l'exige la nouvelle loi (égale pour tous), n'est-ce pas ?

    s'arracher à la Fédération de Russie dans son intégralité, jusqu'à la perte de l'État, après quoi tous ses amis et collègues actuels du club des ennemis de la Fédération de Russie commenceront à derban sa carcasse

    Pensez-vous vraiment qu'après la perte de l'État à la suite des actions de la Fédération de Russie, les ennemis de la Fédération de Russie, et non de la Fédération de Russie, "s'arracheront" à l'Ukraine ? ))) Et quel sera le profit de la Fédération de Russie dans ce cas en échange de "sanctions infernales" - pour punir les "Natsiks?" Je vous en prie, ce n'est même pas drôle... Vladimir, pour des raisons techniques (je ne peux pas insérer vos citations de l'article, car l'écran de l'android TV est terminé et les options disponibles à l'utilisation ne sont plus visibles, et le zoom ne ne fonctionne pas, mais poussez de la paresse de la télécommande) Je ne peux pas discuter davantage avec vous, bien qu'il y ait quelque chose. Je n'ai pas lu un tel... (ordre ?) de vous. Hourra le patriotisme est contagieux, s'il vous plaît faites attention à cela ...
    1. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
      Petr Vladimirovich (Peter) 9 June 2021 19: 37
      0
      Hourra le patriotisme est contagieux
      Oh! Et c'est quoi?
  9. Moine Офлайн Moine
    Moine (Énoch) 9 June 2021 20: 13
    0
    "Nous n'abandonnons pas les nôtres..."
  10. RFR Офлайн RFR
    RFR (RFR) 9 June 2021 21: 35
    -2
    Il n'y a pas d'autres pays, car nos gros bonnets n'y ont pas de biens immobiliers, et leurs enfants y vivent et y étudient...
  11. Miffer Офлайн Miffer
    Miffer (Sam Miffer) 10 June 2021 08: 26
    -2
    Ils iront en premier, ne soyez pas surpris, pas du tout les États-Unis, mais la Grande-Bretagne. C'est notre ennemi systémique, ou comme on dit maintenant - ennemi existentiel. Nous ne serons jamais amis avec les habitants hautains de la brumeuse Albion. Ils auront toujours un couteau dans la poitrine, qu'à l'occasion, ils nous enfonceront toujours dans le dos et le retourneront plusieurs fois.

    https://ftimes.ru/234370-za-chto-rossijskie-oligarxi-lyubyat-london.html

    Je pense qu'il y a un lien direct entre le bien-être matériel et le sentiment d'amour (haine) pour la Grande-Bretagne : plus le sujet est « affamé », plus il voit souvent un couteau britannique entre ses côtes saillantes. A l'inverse, plus une personne est riche, plus elle est attirée par les valeurs démocratiques traditionnelles.
  12. Sergey Saprykin Офлайн Sergey Saprykin
    Sergey Saprykin (Sergey Saprykin) 11 June 2021 08: 52
    +1
    L'essentiel n'est pas d'être conservé dans des pique-assiettes par amitié, et le métis britannique a toujours été de tout temps un ennemi de la Russie, s'est parfois servi de la Russie pour s'affaiblir dans les grandes guerres en tant qu'allié.
  13. Olbert Офлайн Olbert
    Olbert (Albert) 15 June 2021 07: 01
    +3
    Количество прямых военных нападений, когда иностранные войска оказывались на российской территории и наоборот:

    Англия на Россию - 2
    Россия на Англию - 0
    Франция на Россию - 3
    Россия на Францию - 0
    Швеция на Россию - 9
    Россия на Швецию - 3
    Италия на Россию - 2
    Россия на Италию - 0
    США на Россию - 1
    Россия на США - 0
    Германия на Россию - 2
    Россия на Германию - 0

    Но агрессор все равно Россия?
    1. Canich-dotoshnii Офлайн Canich-dotoshnii
      Canich-dotoshnii 15 June 2021 15: 23
      0
      Идёт плановая подготовка вторжения саксов в Россию.
  14. Canich-dotoshnii Офлайн Canich-dotoshnii
    Canich-dotoshnii 15 June 2021 15: 20
    0
    «США, Британия, Украина, Польша, Литва, Латвия и т.д. – недружественное РФ государство» со всеми вытекающими отсюда последствиями.

    Тогда получится, что в Госдуме и в правительстве РФ сидят граждане вражеских государств.
    https://rusmonitor.com/spisok-deputatov-senatorov-ministrov-rf-s-grazhdanstvom-stran-nato.html

    https://terranist2012.livejournal.com/1039076.html