Réchauffement climatique : quand la "bombe au méthane" explose sous la Russie


La lutte contre le changement climatique est la tendance mondiale la plus en vogue aujourd'hui. Les grandes puissances - les États-Unis, l'Union européenne et la RPC - se sont fixées pour objectif d'atteindre la "neutralité carbone" de leurs économies d'ici 2050-2060. La structure même de l'industrie énergétique mondiale est en train de changer : il y a un processus d'abandon des centrales à charbon et nucléaires avec une transition vers l'utilisation généralisée du gaz naturel et, à l'avenir, de l'hydrogène, de nouvelles normes environnementales sont volontairement et obligatoirement imposé. Cependant, toutes ces mesures peuvent s'avérer vaines, puisque du point de vue du gaz à effet de serre le plus "vulgarisé", le CO2 remplacera bientôt le méthane plus dangereux, et personne ne peut l'empêcher.


Comme cause du réchauffement climatique, il est d'usage d'appeler l'effet de serre, qui provoque la présence de certains gaz dans l'atmosphère terrestre. Contrairement au stéréotype imposé, le principal gaz à effet de serre n'est pas le dioxyde de carbone, mais la vapeur d'eau ordinaire, dont la contribution est estimée à 36-72%. Il est suivi par le CO2 avec ses 9 à 26%, les trois premiers sont le méthane - CH4, dont la part est de 4 à 9 %, et le quatrième est l'ozone O3 (3 à 7 %). Eh bien, le méthane (CH4) est beaucoup plus dangereux en termes d'impact sur le climat, puisqu'il retient la chaleur dans l'atmosphère 23 fois plus efficacement que le dioxyde de carbone. Le problème est que vous et moi vivons littéralement sur une "bombe au méthane" avec un mouvement d'horlogerie qui a déjà commencé à tourner.

"Bombe au méthane"


On parle bien sûr de pergélisol, ou de pergélisol. Ce sont des zones de la Terre où la température moyenne ne dépasse pas 0 degré Celsius pendant une période allant de 2 ans à plusieurs milliers d'années. Leur superficie totale sur la planète est d'environ 35 millions de kilomètres carrés. Dans notre pays, la zone de pergélisol représente 60 à 65 % de l'ensemble du territoire. C'est assez difficile à évaluer avec précision, car le suivi de ce phénomène naturel n'est pas tout à fait correct actuellement, et le pergélisol lui-même s'est avéré pas si éternel. Il a commencé à fondre, et assez rapidement. Dans la science-fiction soviétique, ils rêvaient de faire fondre la zone de pergélisol (par exemple, le livre "33 mars") et de libérer de vastes territoires pour les besoins de l'économie nationale. Hélas, la réalité peut s'avérer quelque peu différente, et il y aura plus de problèmes que d'avantages.

Il convient de garder à l'esprit que le pergélisol est un congélateur planétaire géant qui stocke une quantité colossale de matière organique, qui est collectivement supérieure à l'ensemble de la biomasse sur Terre. Les bactéries éveillées commencent à le traiter activement, libérant du CO2 et du méthane dans l'atmosphère. Dans le même temps, l'effet de synergie se produit : la pourriture de la matière organique entraîne la génération de chaleur et la fonte accélérée des couches inférieures du pergélisol, dans le même temps, une augmentation de l'effet de serre due à l'émission supplémentaire de gaz va également accélérer le processus de fusion. Il s'avère un véritable cercle vicieux, dont il est irréaliste de s'échapper.

Il existe des prévisions selon lesquelles, d'ici 2050, une augmentation des émissions de méthane pourrait complètement annuler tous les efforts visant à « décarboner » la planète économie... Dans le même temps, il existe un risque que d'anciennes bactéries et virus, qui ont été stockés en toute sécurité pendant des millions d'années dans ce qui semblait être du pergélisol, se « réveillent ». On ne sait pas s'ils seront dangereux pour l'homme ou, par exemple, pour la faune moderne. Malheureusement, ce sont loin de tous les problèmes qui nous attendent.

Le toit ira


En raison de sa situation géographique unique, la Russie est le plus à risque de souffrir des effets du dégel du pergélisol. Comme déjà mentionné, 60 à 65 % du territoire de notre pays est situé dans la zone de pergélisol. Il fait environ 11 millions de kilomètres carrés et abrite près de 2,4 millions de personnes. Le réchauffement climatique les menace de gros ennuis.

D'abord, des grandes villes comme Vorkouta, Oulan-Oude, Salekhard, Tchita, Magadan, Petropavlovsk-Kamchatsky et Iakoutsk ont ​​été construites sur des sols gelés considérés comme stables. À l'époque soviétique du développement du Grand Nord, des bâtiments y ont été érigés sur des pieux de 10 à 15 mètres enfoncés dans le pergélisol, qui s'est soudainement avéré être loin d'être éternel. Le problème est aggravé par le fait que notre préférence a été donnée aux immeubles de grande hauteur, et non aux immeubles à 1 ou 2 étages, comme dans une zone climatique similaire au Canada ou en Alaska. Les fissures dans les bâtiments sont depuis longtemps devenues la marque de fabrique de Iakoutsk. Plus le processus de dégradation des sols se développe, plus les problèmes avec le parc immobilier s'aggravent, et pas seulement avec lui. Les bâtiments devront être renforcés d'une manière ou d'une autre, les urgences devront être réinstallées. Une situation d'urgence avec des pertes humaines est possible si les maisons s'effondrent. Des villes entières devront être reconstruites ou réinstallées, et cela coûte très cher, mais où ? Vers la « ville du Choïgou » ? Ce n'est pas exclu.

deuxièmement, la fonte des régions de pergélisol sera un coup dur pour les peuples autochtones du Grand Nord. Si le pâturage habituel se transforme en marécage infranchissable, cela tuera l'élevage traditionnel du renne en tant que branche de l'agriculture. Les autorités russes devront alors résoudre d'une manière ou d'une autre les problèmes des petits peuples. Il ne sera pas non plus facile de passer à la culture de certaines cultures agricoles, car les sols qui étaient hier la toundra peuvent difficilement être qualifiés de fertiles. Peut-être qu'avec le réchauffement, ils se transformeront un jour en terre noire, mais très bientôt.

troisièmement, la dégradation de la structure des sols gelés deviendra un test sérieux pour le secteur pétrolier et gazier national. Environ 80 % de la production de gaz et 15 % du pétrole sont situés dans le territoire de Krasnoïarsk, l'Okrug autonome de Khanty-Mansi et l'Okrug autonome de Yamalo-Nenets. De plus, Rosneft se rend dans l'Arctique avec des milliards d'investissements. Il s'agit d'infrastructures coûteuses, de pipelines, de puits, de routes, d'aérodromes, etc. Qu'arrivera-t-il à toute cette économie lorsque la fondation « tremblera » sous elle ?

Auparavant, le ministère du Développement de l'Extrême-Orient et de l'Arctique avait estimé les pertes annuelles de ce processus naturel à 50 à 150 milliards de roubles par an. Probablement, ce chiffre ne fera qu'augmenter à l'avenir. Le plus choquant est qu'il est irréaliste d'inverser ce processus naturel, vous ne pouvez pas recongeler le pergélisol. Nous devrons en quelque sorte nous adapter aux changements, et il vaut mieux commencer à le faire maintenant.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. radvas Офлайн radvas
    radvas (Igor) 14 septembre 2021 14: 26
    -1
    Une autre migration de peuples est à venir. Seulement maintenant du nord au sud et à l'ouest. Tenez bon, Europe !
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 14 septembre 2021 14: 33
    -1
    Et, dans notre cas, les forêts sont soit abattues, soit brûlées.
    Les gens intelligents rapprochent la bombe au méthane ...
  3. Sapsan136 Офлайн Sapsan136
    Sapsan136 (Sapsan136) 15 septembre 2021 20: 04
    -2
    L'auteur dit que le problème affectera 2,4 millions de personnes de la population de la Fédération de Russie. À première vue, le chiffre est important, mais si vous y réfléchissez, la population de Saint-Pétersbourg à elle seule est de près de 5,4 millions de personnes, et la population de Moscou est encore plus, près de 12,7 millions de personnes ... donc 2,4 millions de personnes ne le sont pas trop pour la Fédération de Russie, c'est moins que la population d'une ville de la Fédération de Russie, ou comparable à celle-ci ... donc la Fédération de Russie fera face à ce problème.
  4. DV tam 25 Офлайн DV tam 25
    DV tam 25 (DV tam 25) Hier, 13: 10
    0
    Absurdité. Il n'y a pas de "réchauffement" ou de "refroidissement". Et le pergélisol n'est allé nulle part. Sérieusement, tout ce que cet auteur a écrit est un processus tellement long et durable qu'il n'est même pas nécessaire de le dire. Des milliers d'années. Vous avez juste besoin de tromper quelqu'un à nouveau et de voler quelqu'un. A l'échelle mondiale, bien sûr. Alors ils inventent toutes sortes de conneries, en s'appuyant sur les « conclusions » de « scientifiques célèbres ». Tous mensonges.