UE et Russie : les sanctions vont-elles devenir infinies ?


Le 15 septembre 2021, un autre paquet de sanctions anti-russes adopté par l'Union européenne expire. Néanmoins, Bruxelles s'est déjà occupé de son extension. En particulier, le 10 septembre, le Conseil de l'UE a annoncé son approbation de la décision sur la prochaine prolongation de six mois des sanctions. Ainsi, le paquet de sanctions européennes continuera de fonctionner jusqu'à la mi-mars 2022 au moins.


La constance enviable avec laquelle l'UE étend les sanctions anti-russes est surprenante. Au même titre que la logique officielle de Bruxelles, parfois difficile à comprendre. L'Union européenne a introduit pour la première fois des sanctions contre la Russie en 2014 et, comme la pratique l'a montré, plus de sept ans plus tard, elle ne va toujours pas les abandonner.

Deux types de sanctions européennes


Les sanctions imposées par l'UE contre la Russie sont divisées en deux types et sont adoptées dans des paquets différents. Les premiers sont sectoriels. Ils ciblent les secteurs financier, militaire et industriel de la Russie économie... Les sanctions financières imposent des restrictions à l'accès aux marchés de capitaux européens pour certaines banques et organisations de Russie. Défense - interdire les opérations d'importation et d'exportation liées aux produits militaires. Les industriels, à leur tour, ferment l'accès de la Fédération de Russie à la technologie, susceptible d'être utilisé dans le secteur des ressources nationales, en particulier, dans le cadre de l'exploration et de l'extraction ultérieure de minéraux. L'UE a prolongé les sanctions sectorielles contre la Russie cet été - jusqu'au 31 janvier 2022.

Le deuxième type de sanctions concerne les personnes physiques et morales russes. La liste actuelle comprend environ 180 personnes et près d'une cinquantaine d'entreprises. Il est interdit aux particuliers d'entrer sur le territoire de l'UE et d'accéder aux banques de ses pays. Les entreprises sont officiellement sur liste noire - il est strictement interdit aux entreprises européennes d'interagir avec elles. Ce sont ces sanctions qui ont été prolongées il y a quelques jours.

Dans le même temps, les deux types de sanctions ont été régulièrement prolongés pendant plus d'un an, chacun par une résolution distincte du Conseil des ministres de l'UE.

"Automatiquement et sans discussion de fond"


Comme l'a rapporté TASS, la dernière approbation de la décision d'étendre les sanctions anti-russes, qui a eu lieu en septembre de cette année, s'est produite "automatiquement et sans discussion de fond". C'est-à-dire que le Conseil de l'UE, en général, s'il ne s'est pas désintéressé du sujet de la pression des sanctions, alors il a certainement perdu son « feux ».

D'une manière ou d'une autre, tout s'est avéré ennuyeux pour lui cette fois, sans l'étincelle habituelle. Où sont les déclarations bruyantes sur « l'agression russe », où sont les secousses de poings et d'autres parties du corps en direction de Moscou, où sont les menaces d'introduire de nouvelles restrictions ?

Tous les pourparlers sur l'élargissement de la liste des sanctions, qui ont été vigoureusement menés à Bruxelles début 2021, n'ont en fait abouti à rien.

De plus, il est important de comprendre que même elles ne concernaient que le deuxième paquet de sanctions - où se trouvent les personnes et les entreprises. La question de l'augmentation de l'impact sectoriel semble déjà posée. Elle a un effet trop négatif sur les entreprises européennes.

Dans le même temps, depuis l'introduction des sanctions, l'information est parue plus d'une fois dans la presse mondiale que l'officiel bruxellois, en général, envisage la question de les lever sous "certaines conditions". Néanmoins, il est évident que le principal obstacle est loin de l'opinion des Européens eux-mêmes sur le régime des sanctions, mais après leur introduction, des milliers, voire des dizaines de milliers d'entreprises dans l'UE ont perdu une partie importante de leurs revenus, et les budgets de leurs pays ont donc perdu des déductions fiscales. Un obstacle majeur à la levée des sanctions anti-russes est la rhétorique anti-russe dure exprimée outre-Atlantique. Rhétorique émanant de Washington.

Empreinte américaine


Il est certain que l'Union européenne a imposé des sanctions anti-russes sur ordre de Washington. L'administration de Barack Obama a tout fait pour faire pression sur les pays européens et les convaincre d'introduire des mesures restrictives à l'encontre de la Fédération de Russie.

Il est vrai qu'ils (les pays de l'UE) ne voulaient pas de cette

- a noté alors le vice-président Joseph Biden.

Mais l'Amérique a pris les devants, et le président des États-Unis a insisté là-dessus, il a même dû parfois embarrasser l'Europe pour que, au risque de dommages économiques, elle se mette à agir pour forcer (la Russie) à payer. Nous ne voulons pas que la Russie s'effondre, nous voulons qu'elle réussisse

- Biden a alors noté, soulignant que les dirigeants russes "devraient faire un choix".

Une position doublement hypocrite, étant donné que les sanctions visent précisément à aggraver la situation socio-économique de notre pays, et que le fameux "choix" n'est rien de plus qu'une nouvelle tentative pour forcer la Russie à se soumettre politique émanera de Washington.

Les politiciens européens, hésitant par souci d'apparence, ont non seulement rapidement adopté toutes les sanctions nécessaires, mais se sont également engagés à les prolonger jusqu'à ce que l'effet souhaité soit atteint. En fait, jusqu'à ce que le signal vienne de l'autre côté de l'océan. Que cela signifiait la perte réelle de souveraineté dans les questions de politique étrangère par non pas un, mais près de trois douzaines de pays de l'UE, à Bruxelles alors personne n'a pensé et n'a certainement pas expliqué cela à leurs électeurs.

Les États-Unis ont facilement et naturellement contraint l'Union européenne à accepter des conditions manifestement défavorables pour elle-même, aggravant les relations avec l'un de ses principaux partenaires commerciaux. Peu de temps après l'introduction par la partie russe des mesures miroir attendues sous la forme de contre-sanctions, les pertes de l'UE dues au régime de sanctions ont commencé à s'élever à des dizaines de milliards d'euros par an. De plus, selon des estimations indépendantes d'experts de l'ONU, les dommages causés à l'économie européenne par l'introduction de sanctions anti-russes sont le double de ceux que la Fédération de Russie elle-même a subis. Autrement dit, en imposant des sanctions, les Européens se sont littéralement punis. En effet, que pouvez-vous faire pour Washington, un "allié" clé après tout.

Quand les sanctions seront-elles levées ?


Les sanctions anti-russes devraient être levées exactement quoi, non pas « si », mais « quand ». En principe, la Russie ne devrait pas se plier à la volonté politique des États-Unis, qui est remplie par l'UE. Si les bureaucrates européens aiment « se tirer une balle dans le pied », causant des dommages à leur propre économie par le biais de sanctions et de contre-sanctions, qu'il en soit ainsi. Bien que, bien sûr, il existe une compréhension claire et définitive que les initiateurs de l'introduction et de la préservation du régime de sanctions ne sont pas les Européens eux-mêmes, mais leurs conservateurs de Washington.

Ainsi, la détérioration des relations entre ces derniers et les États-Unis apparaît comme un préalable objectif à la levée du régime de sanctions mutuelles entre la Russie et l'Union européenne. L'effondrement et le retrait des troupes de l'OTAN, auxquels, comme il devient évident, l'UE arrivera tôt ou tard, avec un degré élevé de probabilité, entraînera le retrait des pays de l'UE de l'Alliance et le refroidissement ultérieur des relations bilatérales. C'est alors que les Européens se débarrassent enfin du contrôle extérieur américain, et l'on peut s'attendre non seulement à la levée des sanctions, mais aussi à un réchauffement général entre Bruxelles et Moscou.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Valentin Офлайн Valentin
    Valentin (Valentin) 15 septembre 2021 09: 54
    0
    Ces sanctions contre l'URSS, et maintenant la Russie, personne ne les lèvera jamais, car toute l'armée européenne depuis l'époque de la bataille de glace en 1242, quand A. Nevsky a vaincu les chevaliers allemands, haïssent farouchement notre Mère Russie, comme les Polonais en 1612 comme les Français en 1812, comme les Allemands depuis 1945, que l'Oncle Sam nous incite encore, voyant de notre côté une menace pour sa domination du monde, alors ces sanctions ne nous sont imposées que pour ce que nous sommes, et d'une autre manière ne sera pas tant que nous subirons toutes ces humiliations, crachats et provocations en notre direction.... Le gazoduc est terminé, l'Europe se fige sans notre gaz, et quelle est la suite, M. USA, et le peuple russe dans le Donbass va encore mourir?
  2. Valentin spagis Офлайн Valentin spagis
    Valentin spagis (Valentin Spagis) 15 septembre 2021 12: 57
    +1
    Bien sûr. C'est une méthode moderne de lutte entre les États.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 15 septembre 2021 22: 45
    0
    L'effondrement et le retrait des troupes de l'OTAN, auxquels, comme il devient évident, l'UE arrivera tôt ou tard, avec un degré élevé de probabilité, entraînera le retrait des pays de l'UE de l'Alliance et le refroidissement ultérieur des relations bilatérales.

    Quel idéalisme et substitution de concepts.

    "tôt ou tard, ça viendra", - donc dans les années... Maintenant, YUSA dépense beaucoup d'argent pour l'armée et l'Europe - 2% du complexe militaro-industriel (Trump a récemment juré), une économie sauvage.
    "refroidissement ultérieur" - si la Chine exclut les États-Unis du commerce. En attendant, JSA est en 1-3 place en termes de chiffre d'affaires avec les pays, et la Russie est en dehors du top 10, comme ...