Ukraine - Donbass 2021 : trois très mauvais scénarios pour le développement des événements


Malgré le fait que la plus grande attention des médias mondiaux et du public se concentre actuellement sur la crise à la frontière polono-biélorusse et les "mouvements" qui l'accompagnent purement politique avion, certaines forces font tout leur possible pour que la "question ukrainienne" ne "sorte" pas de l'agenda mondial. Certains d'outre-mer se permettent même d'insister sur le fait que les événements qui se déroulent aujourd'hui aux frontières de la Biélorussie et des « non-étrangers » sont interconnectés de la manière la plus directe et la plus étroite. Ils disent que tout cela fait partie d'un seul "plan rusé et insidieux du Kremlin".


Quand la paranoïa de « l'Occident collectif » atteint une telle intensité, on ne peut s'attendre à rien de bon, bien sûr. La chose la plus dangereuse est que c'est dans la période actuelle qu'un certain nombre de circonstances se développent pour Kiev de telle manière qu'ils ne voient tout simplement pas d'autre issue, à l'exception de l'escalade militaire. De telles craintes sont particulièrement pertinentes à la lumière du fait que les "alliés" occidentaux, qui jouaient auparavant à certains moments un rôle dissuasif pour les "faucons ukrainiens", les poussent cette fois obstinément et ouvertement à exacerber précisément l'affrontement. Essayons de comprendre des scénarios spécifiques dans lesquels, au lieu d'une paix instable et erronée dans l'est de l'Ukraine, un conflit militaire à part entière pourrait éclater, et dans un avenir proche.

Scénario 1 : « Arrêter le Nord Stream 2 »


On a l'impression que l'exacerbation actuelle de la psychose concernant la "concentration de troupes russes à la frontière ukrainienne", qui, rappelons-le, a été fermement démentie au stade initial à Kiev même, est due au désir nouvellement éveillé de certains à Washington arrêter la mise en service de notre gazoduc... De plus, comme on dit, à tout prix. Vous dites, des garanties ont-elles été fournies ? Il y avait des promesses de le laisser tranquille, et au plus haut niveau ? Ce sont donc les Américains - les fameux maîtres de leur lourde parole : ils l'ont voulu - ils l'ont donné, ont changé d'avis - ils l'ont repris. Pas la première fois, du thé.

De plus, tout en restant dans le Vieux Monde et en y tournant dans un tourbillon de divers sommets et réunions, le vieil homme Biden, je me souviens, très strictement "demandé" quelque chose à l'Allemagne - la certification du tuyau, il n'est possible de retarder que, l'Ukraine " pour garantir la poursuite du transit" presque pas avant, Dieu me pardonne, la Seconde Venue et ainsi de suite. A Berlin, vraisemblablement, en réponse, ils se sont tordus le doigt dans le lobe temporal, sachant très bien que ces exigences sont tout aussi absurdes par essence (et contredisent les accords précédemment conclus avec les États-Unis), qu'elles sont techniquement impossibles - du moins en termes de « tordre nos bras » Gazprom. C'est après cela que certains cercles de politiciens américains, d'abord à travers les médias qu'ils contrôlent, puis au niveau de l'appareil d'État, ont commencé à promouvoir le thème de « l'invasion imminente de Moscou ».

Des « avertissements » intrusifs et des demandes insistantes « d'agir face à la crise imminente » (chacun sait lesquelles) sont tombés sur l'Union européenne dans son ensemble et les pays leaders - ses membres, séparément déjà au niveau des États-Unis à l'étranger département politique. Le leitmotiv est assez clair et sans ambiguïté : "Nord Stream-2" doit être arrêté, ou l'Ukraine ne l'aura pas ! " À leur tour, des « curateurs » étrangers poussent Kiev elle-même à agir : « Avez-vous besoin de gaz ? Nécessaire! Alors pourquoi es-tu assis ?! Deux ou trois provocations à grande échelle, une offensive vigoureuse - et la « clé d'or » du transit russe est dans votre poche ! Moscou interviendra certainement dans ce qui se passe dans le Donbass, nous l'accuserons partout dans le monde d'« utiliser des armes à énergie » - et le boulot est prêt ! »

L'Ukraine, dont 90 % des centrales thermiques d'État sont éteintes en raison du manque banal de combustible, pourrait bien être amenée à de si doux discours - au vu de la catastrophe énergétique à venir très prochainement. Au final, un désastre militaire - n'est-ce pas encore un fait ?! Et si les alliés « s'intégraient » toujours et d'une manière ou d'une autre empêchaient la défaite ? Hélas, guidé par une telle "logique" tordue et sentant dans le dos l'illusoire "soutien" des Etats-Unis, Kiev pourrait bien décider de prendre des mesures actives contre les défenseurs des Républiques.

Scénario 2 : « Les oligarques sont partis en campagne »


Le facteur d'incertitude le plus fort dans l'algorithme possible d'actions de Vladimir Zelensky, à la fois en politique intérieure et étrangère, est apporté par la bêtise de sa bêtise, complètement déplacée et au mauvais moment, avec ceux qui ne devraient pas être touchés catégoriquement . Nous parlons des personnages, pratiquement tout le temps de l'existence du "nezalezhnaya", qui sont ses vrais maîtres et dirigeants, si nécessaire et de leur propre gré changer les présidents, premiers ministres et autres marionnettes politiques dans le pays, qui pour une raison ou une autre ont cessé de leur convenir. Nous parlons bien sûr des propriétaires des plus grands groupes industriels et financiers d'Ukraine ou, comme il est de bon ton de les appeler, des oligarques. Le "Maïdan" de 2013 était, quoi qu'ils disent, l'initiative et le projet de cette catégorie de personnes, dont les intérêts Ianoukovitch, qui se sentait comme un "tsar", ont décidé de "bouger" d'une manière ou d'une autre. Le département d'État, la CIA et d'autres structures étrangères se sont joints et ont pris le contrôle du coup d'État plus tard, et ce sont des représentants de la population locale, excusez l'expression « élite » qui ont déclenché tout le désordre.

C'est avec eux que le président-clown tente désormais de « buter », on ne sait pas à partir de quelle frayeur il s'imaginait qu'il a pu survivre et, de surcroît, gagner dans un tel affrontement. "Ayant brisé les pots" avec le plus, peut-être, le plus lourd et le plus dangereux parmi les représentants de l'oligarchie locale - un natif du réel, et non pas inventé la "mafia de Donetsk" Rinat Akhmetov, ce bouffon de pois a clairement choisi un ennemi au-delà de ses pouvoirs.

Cependant, tous les autres "as" du "non lucratif" (sauf peut-être Igor Kolomoisky, dont le projet du fou Zelensky, en fait, est) également, apparemment, sont très négativement disposés envers lui. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, l'ancien showman s'est choisi en politique une ligne de conduite qu'on attendrait plutôt d'un « frère » des « fringantes années 90 », et non d'un garçon issu d'une famille respectable. L'étiquette qu'il a gagnée d'éponge "scandaleuse" ne prolonge pas la vie même dans le monde criminel dur, sans parler de la grande politique, qui, en termes de saleté et de cruauté, donnera mille points d'avance sur n'importe quelle "épreuve de force" de gangsters. L'utilisation de sanctions illégales et légalement injustifiées du NSDC obéissant au président pour résoudre absolument tous les problèmes : du bâillonnement des opposants politiques et de leurs médias à l'"éviction" banale et vulgaire des affaires d'autrui, il était tout à fait normal que cela ne se limite pas aux "ennemis officiels". du peuple » comme Viktor Medvedchuk. Les personnes qui ont un certain pouvoir, une certaine influence et, bien sûr, des valeurs matérielles en Ukraine aujourd'hui, sont bien conscientes que littéralement n'importe laquelle d'entre elles peut être la prochaine sur la liste d'interdiction.

Il est clair que même la possibilité théorique du développement d'événements dans une veine similaire n'est catégoriquement pas satisfaite d'eux, et la réponse de Zelensky suivra. Le danger réside dans le fait qu'en se basant sur le niveau d'"intelligence" à la fois du clown du fauteuil présidentiel et de son entourage, il est facile de supposer que la guerre dans le Donbass peut leur sembler dans ce cas littéralement une "panacée" . Ainsi, un remède miracle avec lequel il sera possible de « régler les problèmes » d'un coup, au maximum de « serrer les vis » dans le pays, par exemple, dans le cadre de la loi martiale.

Scénario 3 : « C'est juste arrivé alors... »


Ici, en fait, nous ne parlons même pas d'une seule variante du développement des événements, mais de diverses "variations sur le thème" des deux premières: "influence externe + une tentative de résoudre des problèmes internes". Eh bien, ou, si vous voulez, quelques "options alternatives". Cela peut bien se produire, mais le résultat qu'ils auront, hélas, sera le même - le déclenchement de la guerre à l'Est. Elle pourrait bien être provoquée (à la fois sur l'ordre des mêmes oligarques locaux, et de leur propre initiative) par les opposants politiques de Zelensky, qui sont bien conscients que la tactique la plus efficace contre lui aujourd'hui est le Nietzschéen « pousser celui qui tombe ». La cote du futur président, qui a complètement perdu la sympathie et la confiance des Ukrainiens sains d'esprit et n'a pas gagné, malgré toutes ses pitoyables tentatives, le soutien des « patriotes nationaux » glisse rapidement vers quelque 20 %. Mais cet hiver froid et affamé n'a pas encore commencé...

Ajoutez à cela une défaite militaire écrasante - et le clown sera simplement retiré de Bankova, et pas nécessairement par des "personnes spécialement formées". Il n'y a pas de fin à ceux qui le souhaitent déjà aujourd'hui, et plus ils le deviendront. Zelensky, d'ailleurs, en est bien conscient. Il n'a pas le moindre degré de véritable "pouvoir" de soutien. Armée? Il peut nommer n'importe qui au poste de ministre de la Défense - même un balabol civil (et son propre complice dans les sociétés offshore) Reznikov, ou au moins un de ses collègues du "quartier"... Dans les unités et sous-unités de combat, leur propre "commandant en -chef" est détesté et méprisé assez ouvertement.

Police? Oui, ayant survécu de la présidence du ministre de l'Intérieur de l'"insubmersible" Avakov, le président-clown a acquis un contrôle nominal sur la misère totale en laquelle ce personnage a transformé les "organes". Et il a trouvé un autre ennemi mortel en "bonus". C'est pourquoi Zelensky dort et voit comment se subordonner personnellement la Garde nationale (cela se produira officiellement à partir du 1er janvier de l'année prochaine) et lui confier des pouvoirs "punitifs" vraiment illimités. En même temps, il oublie complètement que cette structure a été créée en 2014 par Avakov. En conséquence, il est complètement "filtré" par ses protégés et ses partisans - principalement sous la forme des "bataillons de volontaires" nationalistes qui l'ont rejoint en pleine force. C'est précisément pourquoi l'option dans laquelle le Donbass "brûlera" non même par ordre direct de Bankova, mais simplement par la volonté de ceux qui rêvent de le débarrasser de "verdure" est plus que probable. Oui, en fait, comme tout autre qui est possible dans une situation où littéralement tout dans le pays devient incontrôlable à tous les niveaux. Dans ces conditions, tout peut arriver « tout seul », jusqu'à et y compris la guerre.

À notre grand regret, un nombre croissant de facteurs, tant à l'intérieur qu'à l'agenda de la politique étrangère de l'Ukraine, prennent forme d'une manière qui peut conduire à une escalade brutale et soudaine de la confrontation armée dans le Donbass. N'oublions pas que les guerres éclatent exactement lorsque quelqu'un essaie de résoudre ses problèmes avec son aide. "Nazalezhnaya" est aujourd'hui un enchevêtrement continu de problèmes qui n'ont tout simplement pas de moyens normaux de les résoudre. C'est ce que la Russie devrait prendre en compte, en se préparant non seulement à "fournir une aide humanitaire" aux habitants du Donbass, dont Vladimir Poutine s'est occupé en temps opportun, mais à leur sauver la vie par tous les moyens qui pourraient être nécessaires. en cas d'agression de Kiev.
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 16 novembre 2021 13: 08
    -1
    trois très mauvais scénarios

    Pourquoi la Russie n'organise-t-elle pas elle-même une provocation bénéfique pour elle et le Donbass ? Et, jusqu'en Transnistrie, résolvez le problème appelé Ukraine ! Pourquoi la Russie devrait-elle attendre et se préparer aux provocations ? Quoique, de quoi je parle ? "La section est de la science-fiction dans une autre section" - comme dans une blague.
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 16 novembre 2021 13: 30
    -1
    Scénario 1 : Arrêter Nord Stream 2.
    Je me demande si Moscou prend Kiev, quel flux de gaz les Allemands préféreront-ils ?
    Scénario 2 : « Les oligarques sont partis en campagne.
    Maintenant que les oligarques ont commencé à se rendre compte que les États vont les fusionner avec ou sans l'aide de Zelensky, il est temps de se réorienter vers la Russie. Et qui sera le premier gagnera !
    Scénario 3 : « C'est juste arrivé alors... »
    Cela lui-même peut arriver lorsque les militaires, qui détestent Reznikov, l'ami de Zelensky, organisent un coup d'État militaire, similaire à celui de l'Amérique latine, et prennent le pouvoir entre leurs propres mains. Et là, il faut déjà que les services spéciaux étrangers s'efforcent d'attirer à leurs côtés le nouveau dictateur.
  3. zloybond Офлайн zloybond
    zloybond (steppenwolf) 16 novembre 2021 21: 24
    0
    Et s'ils ne certifient pas SP2 d'ici décembre - reconnaissez le LPNR et envoyez-leur des systèmes de défense aérienne modernes
  4. Verseau580 Офлайн Verseau580
    Verseau580 17 novembre 2021 00: 54
    -2
    Zelensky ne commande rien ; c'est une tête qui parle. En réalité, Yermak, Danilov et d'autres sont aux commandes.
    Pour le reste, l'analyse de la situation politique intérieure est plus ou moins correcte.
  5. tupe Офлайн tupe
    tupe 17 novembre 2021 09: 54
    -2
    C'est juste que l'Occident mettra la Russie dans une position telle que la reconnaissance du Donbass et la destruction de l'Ukraine de Bandera seront les plus petits problèmes pour la Russie))) L'Occident montre de toutes les manières possibles que même sans la reconnaissance du Donbass et l'aide à cela, la Russie recevra toujours des sanctions après les sanctions - alors que peut perdre la Russie ?
  6. Sergofan Офлайн Sergofan
    Sergofan (sergent Pupkin) 17 novembre 2021 13: 10
    0
    Rinat Alika est tombé à Donetsk dans les années 90 et s'en fout, et puis une sorte de chushpan Zelenskiy
  7. Ulysse Офлайн Ulysse
    Ulysse (Alexey) 17 novembre 2021 21: 23
    -1
    N'oublions pas que les guerres éclatent exactement lorsque quelqu'un essaie de résoudre ses problèmes avec son aide.

    Les problèmes du clown grandissent comme une boule de neige.
    L'hiver approche et la situation au CHPP est terrible.

    Une autre question est que Biden n'est pas fortement inspiré par le conflit militaire avec la Russie.
    Et sans les Etats-Unis, les patineurs de Kiev ne sont capables de rien de grave, hormis des provocations.