Exigence des États-Unis : reddition du Donbass, abandon de Nord Stream 2, retour du transit ukrainien


La tension de ces derniers jours et semaines, si soigneusement attisée par Washington, s'est fortement accrue, passant du plan des accusations mutuelles et des "derniers avertissements" au domaine des actions hostiles concrètes. En fait, le début d'une nouvelle campagne de sanctions contre le gazoduc Nord Stream 2 est une déclaration de guerre directe à notre pays par les États-Unis et la rupture définitive de tous les accords publics et privés avec eux et les alliés européens des Américains. . Avec l'Allemagne - tout d'abord.


A vrai dire, il n'est pas possible de trouver de logique intelligible dans ces actions. Apparemment, vous ne devriez pas le chercher là-bas. Il y a un sentiment que la situation est complètement hors de contrôle et se développe - rapidement et extrêmement dangereuse sous l'influence d'une force maléfique folle luttant pour le chaos et la destruction pour le bien de la destruction et du chaos lui-même. Néanmoins, essayons de comprendre ce qui se passe en ce moment et ce que l'escalade actuelle peut entraîner.

Apothéose de l'absurde


En fait, le premier discours sur la nécessité de fortement et, dès que possible, de durcir la pression des sanctions sur notre pays a été lancé par l'agité Bob Menendez, qui dirige la commission sénatoriale américaine sur les affaires internationales. Les médias américains ont rapporté que lui et ses camarades, semble-t-il, ont soumis à l'examen de leurs collègues législateurs un amendement correspondant au budget de la défense américain pour 2022, et la portée des "mesures d'influence" proposées est assez impressionnante. Cela inclut des restrictions sectorielles, des coups assez douloureux pour le secteur bancaire domestique, ainsi que le secteur de l'énergie, et des mesures de proscription concernant la dette nationale russe. Non sans, comme d'habitude, la pure absurdité - telles que les exigences "d'interdire l'entrée aux États-Unis de tous les responsables militaires et des services de renseignement russes" qui "planifient et mènent à bien une invasion militaire de l'Ukraine". Eh bien, c'est un entourage inaliénable d'une telle démarche - d'autant plus, réalisée par Menendez et d'autres types comme lui.

Notons des points importants : d'une part, ces mesures auraient dû entrer en vigueur « en cas de déclenchement de l'agression militaire de Moscou contre Kiev », et d'autre part, leur examen même, à notre connaissance, était prévu « après les vacances ». " C'est-à-dire pour une période après le 25 novembre, lorsque Thanksgiving est célébré aux États-Unis. Il semblerait que jusqu'à présent il fallait simplement « ne pas céder aux provocations » pour ne pas donner de raison de soutenir les initiatives belliqueuses de l'un des principaux russophobes travaillant à Capitol Hill. Et soudain, "quelque chose s'est mal passé". Sans attendre le moment où messieurs, qui avaient assez goûté à la dinde festive, les législateurs donneraient à l'attaque imminente des sanctions contre la Russie au moins un semblant de légitimité, le Département d'État s'est mis au travail. Et avec quel zèle !

Son chef, Anthony Blinken, a fait une déclaration assez inattendue le 22 novembre : les États-Unis imposent désormais des sanctions contre les deux navires impliqués dans la construction du Nord Stream 2 et la société Transadria Ltd., qui leur appartiendrait apparemment. M. Blinken a mentionné le nom d'un seul navire - "Marlin", et comme la faute de la société qui tombait sous les restrictions de la société, il n'a nommé que "des liens avec la Russie". Il ne s'agit pas seulement d'un non-sens pur et simple, mais d'une sorte d'apothéose de l'absurde. Premièrement, la construction du gazoduc est déjà terminée et il est complètement prêt pour la mise en service (du moins, selon les déclarations de la société de gestion). Aucun travail supplémentaire n'est nécessaire - à terre ou en mer, la seule question est la certification de ce projet d'infrastructure. Qu'est-ce que cela a à voir avec les navires et la compagnie qui les possède, ce qui n'est pas du tout un fait que cela a vraiment quelque chose à voir avec notre pays ?!

Deuxièmement - où est au moins quelque chose, quoique de la manière la plus éloignée, qui ressemble aux motifs de l'introduction de ces mêmes sanctions ? Malgré les cris hystériques qui retentissent aujourd'hui de tous les fers américains, européens et, bien sûr, ukrainiens, rien de tel qu'une "invasion" n'est observé même dans les optiques les plus puissantes et avec l'aide des satellites espions omniprésents ! Sinon, les preuves auraient déjà été reproduites par les médias du monde entier. Mais non ... Si nous prenons les paroles de Blinken lui-même, prononcées par lui il y a quelques jours à peine, le 20 novembre, pour casus belli, alors de réels doutes surgissent quant à l'adéquation de ce mari souverain. Ensuite, la secrétaire d'État a déclaré que "les inquiétudes les plus sérieuses à Washington" sont causées par la rhétorique sur la question ukrainienne, qui est "entendue par les représentants de la Russie et observée sur les réseaux sociaux".

Département d'Etat américain ? Bonjour à vous! De Goebbels...


Je voudrais demander : « Êtes-vous sérieux ? Depuis quand n'était-ce même pas votre « surligner » préféré, mais les potins et les inondations de quelqu'un sur les réseaux sociaux, derrière lesquels personne ne sait qui se cache derrière, sont devenus la base de l'imposition de sanctions ? Est-ce le nouveau sommet de la démocratie américaine ? De plus, dans ce cas, il est impossible de ne pas mentionner le discours du représentant officiel du département d'État américain, Ned Price, prononcé le jour même où l'on a appris l'introduction de restrictions. Lorsqu'un journaliste lui a posé lors d'une conférence de presse une question directe pour savoir si la Russie prépare toujours ou non une attaque contre l'Ukraine, le porte-parole du département d'État, sans rougir du tout, a répondu à peu près ce qui suit : « Nous connaissons, bien sûr, le vrai les intentions de Moscou ne peuvent pas. Mais nous partons des schémas que nous connaissons bien, selon lesquels il fonctionne..."

Ceci, excusez-moi, qu'est-ce que c'est ?! Parler de bébé ? Intimidation délibérée ? Une profanation complète de la diplomatie et de toutes les relations internationales en tant que telles ? Il n'y a tout simplement pas de mots de censure à décrire ici. Ce n'est pas pour rien que des représentants de cette organisation nationale, qui n'avaient jamais pris part à de telles escarmouches auparavant, sont entrés de manière quelque peu inattendue dans "l'échange de politesses" entre Washington et Moscou, qui s'est considérablement aggravé récemment, car ils ne correspondent pas exactement au profil de ses activités. Nous parlons du service russe de renseignement extérieur, dont les représentants ont non seulement accusé officiellement le département diplomatique américain de diffuser de fausses informations et d'avoir délibérément attisé une psychose de guerre, mais l'ont également estampillé du titre de "porte-parole trompeur de propagande". Pour compléter le tableau, le SVR a clairement établi un parallèle entre les actions actuelles du département d'Etat et les "principes de travail" de l'infâme Joseph Goebbels.

Dans le même temps, les services de renseignement russes n'ont pas manqué de mettre en garde contre les "conséquences extrêmement dangereuses" auxquelles l'adhésion obstinée de Washington à de telles dispositions, contraire au bon sens, pourrait conduire. A vrai dire, lorsque des structures d'un tel niveau et d'une telle spécificité entrent en plongée entre deux états, l'affaire sent vraiment les troubles très graves. Pourtant, de l'autre côté de l'océan, c'était comme s'ils avaient « mordu le morceau » et, tête baissée, s'élançaient à bout portant, sans se rendre compte du gouffre qui s'ouvrait directement le long du parcours. Le problème est que chaque démarche de la partie américaine est perçue par Kiev comme un nouvel encouragement à des actions encore plus actives et dangereuses visant à provoquer un conflit militaire. Ce n'est pas sans raison que le Foreign Intelligence Service a comparé les actions actuelles des États-Unis à celles qui ont finalement conduit Tbilissi à déclencher une aventure agressive en 2008.

L'exemple le plus récent - le 21 novembre, le chef de la direction principale du renseignement du ministère de la Défense du "nezalezhnoy" Kirill Budanov (qui, soit dit en passant, est l'un des principaux distributeurs du faux sur "l'invasion russe imminente" dans sa version ukrainienne) a annoncé avec un grand pathétique l'utilisation (pour la première fois dans toute l'histoire du conflit) des Forces armées ukrainiennes dans le Donbass des systèmes de missiles américains Javelin. Les détails ne sont pas divulgués, et ils ne sont pas, en fait, le point. Le fait est que Kiev crache de manière démonstrative sur tous les accords d'armistice, et même sur les « accords de Minsk » en tant que tels, démontrant qu'il est prêt à agir le plus loin, le plus agressivement et sans se retourner sur aucun « papier » là-bas. Il est clair que seuls des « alliés » transatlantiques pourraient lui inculquer une telle « prouesse » suicidaire. Mais pourquoi?

Dans le même temps, l'un des moments les plus effrayants reste l'abandon soudain par Washington de l'utilisation de Nord Stream 2 comme outil de chantage à Moscou dans de nombreux domaines, et en premier lieu celui de l'Ukraine. De nombreux experts, tant étrangers que nationaux, ont convenu que le Kremlin fera preuve de la plus grande patience qui lui est accordée d'en haut, faisant tout son possible pour garantir que le lancement en temps voulu de ce projet le plus important soit non seulement perturbé, mais même interrompu. À en juger par les actions des dirigeants de notre pays, c'est exactement ce qui s'est passé - sa rhétorique par rapport à Kiev de plus en plus impudente a récemment acquis un caractère de plus en plus dur, mais rien de plus. La seule exception ne peut être considérée que le décret présidentiel sur l'aide humanitaire au Donbass, qui s'est avéré être une « gifle » très douloureuse pour le « nezalezhnoy ». De notre côté, l'espoir était dans l'accord entre les États-Unis et l'Allemagne, que les Américains devraient respecter pour ne pas perdre presque les derniers alliés en Europe.

Que se passe-t-il maintenant ? En fait, il n'y a que deux options. Soit la direction du département d'État américain a de très graves problèmes d'une nature spécifique et ils font des choses là-bas, dont ils ne réalisent pas les conséquences, soit ... Les États-Unis ont décidé de "faire faillite" et de gagner d'un seul coup. coup sur coup dans tous les sens : obliger la Russie à rendre le Donbass, à abandonner Nord Stream 2, tout en restituant intégralement le transit ukrainien et dans les conditions les plus humiliantes dictées par Kiev. Et aussi de montrer une fois pour toutes aux "partenaires" européens, qui doutaient de leur hégémonie mondiale, "qui est le patron". Dans ce cas, cependant, l'essentiel reste totalement incompréhensible : sur quelles bases Washington a-t-il imaginé que tout cela fonctionnerait. Peut-être que les Américains pensent avoir des « atouts dans leur manche », avec lesquels ils pourront faire la fameuse « offre qui ne peut être refusée » aux dirigeants russes ? Nous découvrirons sûrement comment tout se passe en fait, et déjà dans un avenir très proche.
28 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 23 novembre 2021 11: 34
    -6
    Exigence des États-Unis : reddition du Donbass, abandon de Nord Stream 2, retour du transit ukrainien

    - Eh bien, qu'est-ce qu'il y a... y a-t-il... il n'y a rien à dire sur AB...
    - l'Allemagne va "garder" le SP-2 ; ou plutôt, pour empêcher le lancement du SP-2 - autant... - que le disent les Etats-Unis ; malgré le fait que l'Allemagne elle-même ne soit pas rentable ... - Et encore et encore - L'Allemagne commencera à faire pression sur la Russie dans le but de - "continuer à fournir du gaz par un gazoduc à travers l'Ukraine" ... - Et le reste de l'UE - en général - n'émet même pas de bip ...
    1. Bulanov Офлайн Bulanov
      Bulanov (Vladimir) 23 novembre 2021 13: 31
      +4
      Afin de ne pas effrayer l'Allemagne et son industrie automobile, les États doivent détruire ou affaiblir drastiquement l'industrie automobile au Japon et en Corée du Sud, sinon les voitures allemandes à essence chère seront beaucoup plus chères que les voitures asiatiques, qui ne sont pratiquement pas de qualité inférieure. Et puis l'industrie automobile en Allemagne mourra sans gaz bon marché de Russie. L'Allemagne est-elle d'accord ?
      1. Milas Офлайн Milas
        Milas (courageux chéri) 25 novembre 2021 22: 28
        0
        La nouvelle Allemagne accepte déjà tout ce que les États-Unis offriront, cela ne fait aucun doute
    2. Milas Офлайн Milas
      Milas (courageux chéri) 25 novembre 2021 22: 12
      0
      Le plus dégoûtant, c'est que la Russie ne prononce pas non plus un mot. L'auteur écrit à juste titre que

      Les États-Unis obligeront la Russie à rendre le Donbass, à abandonner Nord Stream 2, tout en restituant intégralement le transit ukrainien et dans les conditions les plus humiliantes dictées par Kiev.

      Eh bien, peut-être que SP-2 sera négocié, pour une promesse de fournir du gaz gratuit à l'Ukraine. La politique défaitiste, autrefois respectée par moi en tant que président, conduit le pays à des conséquences catastrophiques.
      Et nous avons déjà rendu notre peuple dans le Donbass. Quelque chose de silence et de silence sur 37 Russes retenus captifs par ukrov. Ils l'ont fait apparaître, ont exprimé des regrets et ont oublié. Mais comme toujours. Je n'ai même PAS eu le courage d'inclure l'Ukraine dans la liste des pays hostiles et de cesser de lui fournir des ressources. Si imperceptiblement, tout le pays sera rendu... Le sentiment que le pays est gouverné par nos grandes entreprises, dont la patrie est l'endroit où se trouve l'argent. Où est l'argent? Eh bien, vous vous connaissez
  2. AICO Офлайн AICO
    AICO (Vyacheslav) 23 novembre 2021 11: 34
    +2
    Vous cherchez des imbéciles du mauvais côté du globe !!!
  3. Visiblement, Papy Biden a une exacerbation de la psychose bluesy !
  4. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennadi) 23 novembre 2021 16: 42
    +3
    n'oubliez pas que la Russie est toujours une source importante de pétrole, de gaz et de nombreux autres minéraux. Pour les États-Unis, ce n'est pas critique, mais pour l'Europe, ça l'est. Combien de centrales nucléaires en Europe fonctionnent au combustible nucléaire russe ? En Ukraine? Personne, à l'exception des États-Unis et de l'Angleterre, ne peut amener de graves désaccords avec la Russie. La seule question est de savoir dans quelle mesure l'Europe elle-même peut défendre ses intérêts.
    1. savage1976 Офлайн savage1976
      savage1976 24 novembre 2021 10: 40
      +2
      N'oubliez pas qu'environ 50 % de l'uranium enrichi des centrales nucléaires aux États-Unis provient de Russie. Peuvent-ils fermer la moitié de leurs centrales nucléaires ?
      1. Milas Офлайн Milas
        Milas (courageux chéri) 25 novembre 2021 22: 16
        -1
        Et les États-Unis n'auront rien à arrêter. Le nôtre, même en état de guerre (à Dieu ne plaise), fournira tout ce dont eux et tous les autres membres de l'OTAN ont besoin, et respectera les traités, et au-delà des traités, et sur demande, et lors d'occasions spéciales... avoir des doutes? Et en vain, tout va à ça
  5. Héros de Shipka Офлайн Héros de Shipka
    Héros de Shipka (Sergey) 23 novembre 2021 21: 54
    +2
    Quelle bêtise je viens de lire ?! Apparemment, seule la mort complète raisonnera cette zashkvarnya à l'étranger.
  6. Georgievic Офлайн Georgievic
    Georgievic (Georgievic) 23 novembre 2021 22: 45
    +2
    On dirait qu'ils sont d'accord avec les extraterrestres pour les aider et sont sur ce lévrier en colère
  7. Vladimir501 Офлайн Vladimir501
    Vladimir501 (Vladimir) 24 novembre 2021 15: 33
    +1
    Des oreilles d'âne mort avec un appendice en forme de beignet.
  8. Panikovsky Офлайн Panikovsky
    Panikovsky (Mikhail Samuelevich Panikovsky) 24 novembre 2021 16: 03
    0
    Grand-père Biden a raconté à Blinkin son rêve qu'il avait fait un rêve dans les toilettes, et Blinkin, il est Blinkin, pour se rendre compte que son grand-père rêvait d'une crise d'hémorroïde !
  9. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 24 novembre 2021 17: 11
    0
    Les Américains veulent être secourus, sinon ils devront se sauver eux-mêmes, comme lors de la Seconde Guerre mondiale, qui les a sauvés. C'est pourquoi les États-Unis se livrent à l'intimidation et au perroquet. Mais ils n'entreront pas dans la guerre. Il y a tellement de pays qui n'ont plus besoin des États-Unis, parce qu'ils tiennent ces pays à la gorge et de temps en temps serrent la gorge. L'impérialisme actuel mené par les Etats-Unis est un véritable esclavage à l'image de la Rome antique. Ce qu'ils font dans le pays par rapport aux Afro-Américains, c'est comme crier qu'ils ne sont pas des propriétaires d'esclaves, qu'ils sont des démocrates qui ressemblent aux Romains, c'est-à-dire qu'ils mettent les choses en ordre, l'ordre américain. Il n'y aura pas de Rome de ces temps-là, et il n'y aura pas d'USA du temps présent.
  10. tempête-2019 Офлайн tempête-2019
    tempête-2019 (tempête-2019) 24 novembre 2021 22: 41
    +2
    Ceci, excusez-moi, qu'est-ce que c'est ?! Parler de bébé ?

    Il s'agit plutôt d'une politique étrangère indistincte de la Russie, qui, n'ayant pas de stratégie d'action claire vis-à-vis de l'Europe, de l'Asie, des États-Unis et même de ses voisins les plus proches, est obligée de constamment se contracter et de repousser les attaques des États-Unis. et ses partenaires comme d'une meute de chiens de basse-cour.
    L'incapacité du gouvernement actuel à nouer des partenariats à long terme avec les voisins les plus proches et les principaux partenaires économiques européens tels que l'Allemagne, la France et l'Italie a conduit au fait qu'ils se sont tous retrouvés dans le « camp anti-russe ».
    Les actions maladroites et non coordonnées du ministère des Affaires étrangères et de Gazprom n'ont pas permis de "traîner" plus d'un pays européen aux côtés de la Russie, malgré leur dépendance quasi totale vis-à-vis de notre pétrole et de notre gaz....
    Toute l'attention des élites du Kremlin est toujours dirigée vers certains problèmes secondaires tels que la Tchétchénie ou la Syrie, tandis que l'ensemble du ministère des Affaires étrangères a un franc « appel » pour le fait qu'il s'agit simplement « de …. qu'il s'agisse » de l'Ukraine.
    Comment a-t-il été nécessaire de faire venir un ennemi ardent de la république voisine, où près de 100 % parlent russe et près de la moitié de la population est russe ?

    Plusieurs hommes politiques américains compétents, ayant investi moins de 5 milliards de dollars dans "l'achat" des élites dirigeantes de l'Ukraine, ont laissé notre ministère des Affaires étrangères et toute la Russie dans le pétrin, malgré le fait que c'est la Russie qui a effectivement investi dans l'Ukraine. économie sur 20 ans, selon diverses estimations, de 200 à 300 milliards de dollars de remises et de bénéfices pour les ressources énergétiques, souvent au détriment de leurs propres intérêts économiques.
    Ceux qui n'ont pas leurs propres règles sont toujours obligés de jouer par des inconnus...
    1. Milas Офлайн Milas
      Milas (courageux chéri) 25 novembre 2021 22: 19
      +2
      Qu'est-ce que tu as raison ! Et comme c'est amer et douloureux pour le pays !
      1. gorénine91 Офлайн gorénine91
        gorénine91 (Irina) 26 novembre 2021 04: 11
        -1
        milas (mila brave) Hier, 22:19
        Qu'est-ce que tu as raison ! Et comme c'est amer et douloureux pour le pays !

        - Oui - c'est amer et douloureux pour le pays ! - Et aussi très très honte - très honte de voir comment ils humilient et ce qu'ils font à la Russie - toutes sortes de choses désagréables - "des choses désagréables politiques, économiques et morales" ... - C'est une honte de voir comment la Russie danse et s'humilie devant la Chine, qui a longtemps pris tout cela pour acquis...
        - Déjà le berger Hutsul Moldavie - quoi qu'il veuille, il se rallie à la Russie !!! " - Allez, Russie, gaz... - mais attends ! - Tu paies quoi d'autre - quand je veux - alors je paierai !!! - Et si tu fais du bruit - je ne paierai rien du tout ! !!!"
        - Mes plus - à tous vos commentaires, Mme milas (mila bold) ...
  11. pilote En ligne pilote
    pilote (Pilote) 26 novembre 2021 14: 14
    0
    La face des États-Unis sera-t-elle fissurée ?
    1. zenion Офлайн zenion
      zenion (zinovy) 2 décembre 2021 22: 21
      0
      Vous ne semblez pas savoir. Où est conservé l'argent volé au peuple russe. Ça y est, ils vont bombarder, mais pas les États-Unis et pas l'Occident. Ils bombarderont les leurs, pour que les ennemis aient peur.
  12. vladislavgololobov Офлайн vladislavgololobov
    vladislavgololobov (Vladislav Gololobov) 27 novembre 2021 05: 26
    0
    Comprenez-vous qu'il s'agit d'une option 100 % gagnant-gagnant pour Budanov ? La Russie va attaquer (je sais que c'est un non-sens, mais quelqu'un le croit ?) - Budanov, comme, a raison. N'attaquez pas - mais ne vous en souciez pas ! Elle avait peur de la publicité mondiale et des dures conséquences des gars formidables ... Rappelez-vous comment dans la blague?

    - Pourquoi tu applaudis tout le temps ?
    - Je fais peur aux crocodiles !
    - Mais il n'y a jamais eu de crocodiles ici ???
    - Donc ce n'est pas ça, que j'applaudis tout le temps...
  13. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 29 novembre 2021 16: 40
    0
    Il peut également abandonner Stalingrad et le Koursk Bulge. Et aussi d'admettre que les Américains ont pris Berlin.
    1. zenion Офлайн zenion
      zenion (zinovy) 2 décembre 2021 22: 19
      0
      Stalingrad est parti depuis longtemps, mais faites un demi-cercle avec l'arc. Les Américains ont pris Berlin et les Russes ont bombardé le Japon avec des bombes atomiques.
  14. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 2 décembre 2021 22: 17
    0
    Il y a une blague:

    Staline parle au peuple. Il dit que vous devez commencer par tirer sur les traîtres, accrocher les riches et peindre le mur autour du Kremlin vert. Les gens, pourquoi peindre le mur en vert ? Donc tout est correct, seule la peinture du mur est incompréhensible.

    Tout est donc clair, mais pourquoi gazer via l'Ukraine ?
  15. kurilovaleksei1941 Офлайн kurilovaleksei1941
    kurilovaleksei1941 (Alexey Kurilov) 3 décembre 2021 16: 49
    0
    C'est la Russie toute ennemie et agresseuse. Et la Russie n'a pas d'ennemis, seulement des partenaires. Comme Lenya Golubkov avec MMM
  16. BABR1950 Офлайн BABR1950
    BABR1950 23 décembre 2021 12: 32
    0
    La Russie a plus de 1000 ans. Les États-Unis sont plus jeunes que notre théâtre Bolchoï. Le monde a existé pendant des milliers d'années avant l'émergence des États-Unis et existera pendant des milliers d'années après leur disparition. La civilisation chinoise a plus de 5000 ans. Les Américains devraient être plus modestes. L'orgueil est le pire des péchés mortels.
  17. Boris Podolko Офлайн Boris Podolko
    Boris Podolko (Boris Podolko) 28 janvier 2022 09: 01
    0
    Que ferais-je maintenant à la place du président, surtout celui qui a promis de nationaliser notre élite ? Je reconnaîtrais tout de suite la LDNR, ET DEMARRE LA PROCEDURE DE REUNION. Cela provoquerait inévitablement une vague de sanctions, touchant en premier lieu nos riches Pinocchio, je veux dire leurs comptes et l'immobilier au-dessus de la colline, où nos têtes violentes forgent des haches, nous serons aussi coupés du dollar, mais ce sera dans tous les cas , donc perdre il n'y a rien. Mais pour cela, nos oligarques seront obligés de placer et d'investir tous leurs revenus supplémentaires chez nous, créant bon gré mal gré de nouvelles productions, nous fournissant du travail, et non quelqu'un là-bas en Angleterre ou à l'étranger. Les ateliers abandonnés de notre usine dans notre petit centre de district recommenceront à fonctionner, ce qui produisait du matériel informatique avant la putain de perestroïka, et qui se tient maintenant avec des fenêtres brisées et un toit effondré par endroits. De plus, si nous ne montrons pas vraiment les dents, nos "partenaires" finiront par être convaincus que nous n'en avons pas, que des dessins animés de propagande, et encore une fois ils repartiront en guerre contre nous, confiants du fait de l'indécision de nos actions que nous n'oserons pas recourir à des mesures extrêmes.
  18. а67 Офлайн а67
    а67 (Alex) 28 janvier 2022 17: 03
    0
    Je ne comprends pas le sujet du transit ukrainien
    J'vois pas la politique ici, pour moi tout devrait reposer sur les frais de transit
    les bienfaiteurs de l'Ukraine veulent qu'il soit dépensé, qu'ils le paient eux-mêmes par tous les moyens))
    mais il me semble que les Yankers profiteront de toute cette histoire - l'Europe achètera du GNL à des prix exorbitants par solidarité, par malchance nous conduirons du gaz aux Chinois à moindre coût ...
  19. alex-sherbakov48 Офлайн alex-sherbakov48
    alex-sherbakov48 23 Février 2022 17: 49
    0
    Après la fuite honteuse d'Afghanistan, le siège sous Biden a un peu chancelé, puis la Russie, pour la deuxième fois après Obama, a frappé les États-Unis dans le nez, ne leur cédant pas sur la question d'assurer une sécurité égale. L'Ukraine s'est glissée dans l'ordre du jour, dans lequel les États-Unis ont gonflé tant d'argent de ses contribuables, et la Russie a suivi et n'a pas suivi l'exemple des États-Unis. La chaise sous Biden a encore plus chancelé - après tout, les élections aux organes législatifs sont sur le nez, et les choses vont très mal pour Biden - vous pouvez perdre les élections, puis la chaise présidentielle. Alors il s'efforce de faire en sorte que les contribuables ne lui demandent pas : « Où est notre argent, où l'avez-vous gonflé, que l'Amérique n'a que honte.