Carte d'Erdogan : comment la Turquie regarde la moitié de la Russie


Il y a quelques jours, une photo du président turc Recep Erdogan sur fond de carte où près de la moitié de la Russie était peinte aux couleurs du "monde turc" a provoqué un tollé général. Les opinions sur cette question étaient radicalement divisées et l'attaché de presse du président russe Dmitri Peskov, qui s'est avéré être un turcologue certifié, a été contraint de commenter avec condescendance cette carte. Mais vaut-il la peine de traiter si facilement des ambitions du « sultan » turc ?


Selon le président Erdogan, le "monde turc" comprend non seulement la Turquie elle-même, mais aussi l'Asie centrale, une partie des territoires de la Chine, de l'Iran et de la Mongolie, de l'Azerbaïdjan et des Balkans, ainsi qu'une grande partie du territoire de notre pays - le sud de la Russie et la Sibérie orientale, presque 2 dix régions de la Fédération de Russie. Dans le même temps, sur la carte du "Sultan", différentes régions étaient marquées de différentes nuances de couleurs, ce qui, apparemment, aurait dû signifier soit le degré d'influence d'Ankara, soit la proportion de la prédominance de la population de langue turque.


L'attitude vis-à-vis de cet événement était partagée. Certains y ont vu un jeu de politique intérieure inoffensif, auquel le président Erdogan joue à la veille des élections pour attirer à ses côtés les cercles nationalistes d'électeurs potentiels. Dans un contexte d'aggravation des problèmes en Turquie l'économie ça peut avoir du sens. D'autres considéraient la "photo souvenir" comme une sorte de troll amical et de "bonjour" que le "Sultan" envoyait à son ami et partenaire au Kremlin. Dmitri Peskov en réponse a parlé dans le même esprit de trolling politique que le centre du « monde turc » n'est en réalité pas à Ankara, mais dans l'Altaï russe :

Nos partenaires turcs nourrissent l'idée d'unité turque, c'est normal. Moi, la seule chose que je peux regretter c'est qu'il n'y a toujours pas de grosse étoile rouge au centre du monde turc sur la carte.

Mais d'autres encore, issus d'une telle « approche » du « Sultan », tendus, et pas en vain. C'est une chose lorsque certaines cartes sont diffusées à la télévision sur des chaînes de télévision privées, c'en est une autre lorsque le président de la Turquie, connu pour ses ambitions néo-ottomanes et panturques, qu'il soutient non seulement par des paroles, mais aussi par des actes concrets, considère qu'il est possible de prendre une photo sur leur arrière-plan. Ainsi, Recep Erdogan légitime symboliquement les revendications d'Ankara sur une partie du territoire d'autres pays, dont le nôtre. Quelles sont ces peurs vides, ou avons-nous vraiment quelque chose à craindre ? Trouvons-le.

Lorsque les gens commencent à parler de la possibilité d'une « annexion » par la Turquie d'une partie des territoires russes, les gens tombent immédiatement dans le piège de la pensée stéréotypée. D'un côté, il y a une énorme Russie avec un arsenal nucléaire, de l'autre, la Turquie est minuscule par rapport à elle, quelque part là-bas sur la carte. Oui, il a la deuxième plus grande armée de l'OTAN après les États-Unis, mais Ankara n'a pas ses propres armes nucléaires, alors pourquoi en avoir peur ?

Hélas, ce n'est qu'en partie vrai. Oui, militairement, la Turquie n'est pas notre rivale. Quelque part sur le théâtre d'opérations local, les Turcs peuvent vraiment organiser une déroute vers le contingent militaire russe, par exemple, en Syrie ou l'escadre méditerranéenne de Tsushima de la marine russe, mais cela signifiera le début d'une guerre à grande échelle, où toutes les ressources du ministère russe de la Défense seront mobilisées. Cependant, qui a dit que la guerre turco-russe devait nécessairement être directe et « chaude » ? Simulons une certaine situation qui peut se produire avec une probabilité non nulle dans un avenir prévisible.

Guerre civile 2024


Premièrement, il convient de mentionner qu'il existe de nombreuses régions de notre pays où persistent de forts sentiments nationalistes et même parfois latents séparatistes. Il convient également de garder à l'esprit que la Turquie a activement promu la propagande dans certains cercles de la population russe pendant les 30 années qui se sont écoulées depuis l'effondrement de l'URSS, en utilisant la méthode dite du "soft power". C'est-à-dire que certaines unités organisationnelles pourraient bien avoir survécu à ce jour. De plus, il existe une foule libérale très importante d'orientation pro-occidentale, généralement basée dans les deux capitales. Rappelons maintenant qu'il y a quelques jours à peine, le Congrès américain a pris l'initiative de ne pas reconnaître les résultats des élections présidentielles en Fédération de Russie en cas de victoire de Vladimir Poutine, usant de son droit au « zéro ». Beaucoup de nos lecteurs ont pris cela très légèrement, mais complètement en vain. Imaginons ce qui pourrait arriver en 2024.

Disons que Vladimir Poutine s'est néanmoins rendu aux urnes et a gagné, tandis que les États-Unis et tous leurs alliés ont refusé de reconnaître les résultats des élections, les qualifiant de truqués. Washington et Bruxelles imposent un paquet de sanctions sévères contre Poutine et son entourage. Les opposants au régime au pouvoir jettent dans les rues des slogans selon lesquels « le président n'est pas réel ». Il se passe la même chose qu'à l'été 2020 en Biélorussie. Mais compliquons le tableau en ajoutant des régions aux événements politiques à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

Supposons, par exemple, qu'au Tatarstan des manifestants descendent dans la rue en masse et de manière organisée, croyant que les élections étaient malhonnêtes, et que le centre fédéral est désormais illégal et illégitime, et n'a donc plus de pouvoir sur Kazan. Les forces de l'ordre locales tentent de les disperser, mais certaines personnes se retrouvent dans la foule qui provoquent un violent affrontement et l'apparition d'un analogue tatare des "Cent Célestes". Une foule en colère, dirigée par des conservateurs spécialement formés, fait irruption dans l'administration régionale, la capture et proclame l'indépendance de la République du Tatarstan.

La question est : qu'est-ce que Moscou a à faire avec ça ? Envoyer les troupes internes ou l'armée pour réprimer les séparatistes quand il y a des émeutes dans les deux capitales ? Et même s'ils le font, toutes les forces de sécurité seront-elles fidèles au Kremlin si des doutes sur l'honnêteté des élections circulent activement ? Et s'ils vont pacifier le Tatarstan, combien de sang sera alors versé ? Soit dit en passant, il s'agit d'un prologue à la véritable guerre civile elle-même. Et comment se comporteront alors tous les autres acteurs, internes et externes ?

Les élites régionales surveilleront clairement les événements de près, tandis que les élites extérieures, par exemple la Turquie, peuvent aider les « séparatistes » en envoyant leurs militants et leurs armes. C'est-à-dire qu'Ankara ne se battra pas directement avec la Russie, il n'y aura donc aucune raison de faire tomber tout le pouvoir du ministère de la Défense RF, mais dans un format hybride, ce sera facile. Et si Moscou est incapable de faire face rapidement au problème du séparatisme (et comment peut-il être traité rapidement et sans effusion de sang en même temps ?), alors d'autres sujets peuvent suivre l'exemple du Tatarstan, par exemple, ceux qui ont été peints sur le carte aux couleurs "turques". Si le centre montre son impuissance et son indécision, alors les régions du sud et de l'est de la Sibérie peuvent proclamer leur indépendance, détruisant effectivement le pays de l'intérieur. Là, voyez-vous, le Bachkortostan rejoindra, et la "République de l'Oural-2" lèvera la tête, et le Tatarstan recevra un débouché sur la mer, indépendant de Moscou.

Drôle? Rien de drôle. La Fédération de Russie est une structure multinationale assez fragile provenant de régions très différentes. Tout repose sur un centre politique et des liens économiques forts. Mais que se passera-t-il si le centre est gonflé, et les régions sont entraînées sur le côté par nos divers méchants, leur offrant des projets alternatifs d'intégration économique et nationale ? Probablement, vous ne devriez pas traiter les cartes turques si légèrement.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sexe de la Russie pour vous ? Veux-tu une chaussure sur ton nez, Erdogan ?
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 25 novembre 2021 13: 33
    +1
    il y a d'autres cartes

    La possession de Constantinople après la Première Guerre mondiale a été garantie à la Russie par un accord secret entre les trois ministres des Affaires étrangères (Grande-Bretagne, France et Russie ; l'accord dit Sykes-Pico-Sazonov), signé en 1.
    La Russie obtiendrait toute l'Arménie turque.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 25 novembre 2021 13: 49
    +1
    À mon humble avis, la carte n'est pas si précieuse (en fait, la réinstallation des turcophones, de telles cartes en vrac), en comparaison avec le terroriste lui-même et le tueur du pilote Endogan.

    Le danger n'est pas du tout en elle, et pas au Tatarstan, où règnent désormais les amis dévoués du Garant, et la tourmente a déjà été surmontée au début des années 90.
  4. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 26 novembre 2021 11: 17
    +1
    La carte présentée ne montre pas les revendications potentielles de la Turquie sur ces territoires, mais sur l'enseignement public d'un groupe linguistique, d'une religion, de traditions, d'une culture et d'un développement social quelque peu similaires.
    Sinon, cela aurait montré certaines entités étatiques européennes, l'Irak et d'autres territoires qui étaient autrefois sous domination turque.
    L'idée de l'unité turque est basée sur les objectifs politiques et économiques de la Turquie en tant que plus grand enseignement public en termes de population et de développement économique.
    Tout État remplit deux fonctions principales : Externe - s'emparer des territoires et des marchés, et Interne - protéger la classe dirigeante de tout empiétement de la population.
    Des formations d'État uniques, même aussi importantes que les États-Unis, la Chine, l'UE, la RF, s'unissent autour d'elles de plus petites formations d'État, les soi-disant. la sphère des intérêts nationaux des classes dirigeantes - ils divisent le monde en sphères d'influence de différentes manières - de l'économique au pouvoir, et la Turquie ne diffère d'eux que par l'échelle et le potentiel de l'enseignement public, mais pas aux fins de classe, dont l'instrument est l'État.
    La Turquie y est également poussée par la politique à deux faces de « l'Occident », qui n'accepte pas dans l'UE, mais utilise la Turquie pour atteindre ses objectifs au sein de l'OTAN afin de défendre ses intérêts avec les mains de quelqu'un d'autre. Les Turcs ne comprennent pas. Ils décidèrent donc de créer une sphère de Son influence sur la base de l'unité turque, et ce qu'il en adviendra, l'histoire le montrera. Une chose est claire, personne n'abandonnera le sien sans se battre.
  5. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 26 novembre 2021 20: 16
    +1
    La place de la Turquie est dans le tas d'ordures.
    Ce n'est pas qu'elle attrape quelqu'un, elle-même, regarde, elle va s'effondrer.
    La Turquie détient désormais le record mondial d'inflation. Même l'officiel est de 20%. Réel - 40%.
    Pendant la présidence d'Erdogan (depuis août 2014), la livre est passée de 0,47 dollar à 0,081 dollar.
    Selon les évaluations, Erdogan n'est même pas le deuxième, mais le troisième - le quatrième. Et après les rallyes actuels, ça va encore baisser.
    Alors, pas pour grossir...