Comment la guerre américano-turque prendra fin

Le journaliste Konstantin Semin, dans son émission "Agitprop", a posé la question: que doit faire l'Etat dont le taux de change est en baisse? Chaque pays répond à cette question différemment, mais selon l'auteur, la Turquie donne un exemple de la façon de ne pas agir.


Depuis le début de cette année, du fait du refroidissement des relations entre Washington et Ankara et de l'introduction de mesures restrictives américaines, la livre turque s'est dépréciée de 40%. La goutte finale a été la décision du président américain Trump de doubler les droits sur l'acier et l'aluminium turcs. Le dirigeant américain a déclaré que les relations avec la Turquie "ne sont pas très bonnes maintenant".

Le président turc Erdogan qualifie les actions d'un allié de l'OTAN de «coup de poignard dans le dos». Il exhorte les citoyens à échanger des dollars contre des livres turques. Il y a un semblant d'enthousiasme patriotique dans les médias. Les citoyens écrasent des gadgets américains avec des marteaux et versent du Coca-Cola dans les toilettes. Les hommes d'affaires condamnent les Américains "sales" politique jeux »et jure de rester aux côtés du président turc jusqu'à la fin. Les ministres font des déclarations dans un style anti-impérialiste. Il y a des appels pour que la nation oublie ses différences et s'unisse. Et un tireur inconnu a tiré plusieurs balles sur le bâtiment de l'ambassade américaine.

Mais derrière ce patriotisme ostentatoire se cache la réticence à empiéter de quelque manière que ce soit sur les oligarques locaux. Les pauvres paieront pour la crise: des coupes massives dans les employés du secteur public et dans les dépenses sociales sont déjà prévues. Dans ce contexte, les arrestations des opposants d'Erdogan pour commentaires sur les réseaux sociaux ont lieu.

Le journaliste conclut: l'oligarchie turque actuelle ne va pas faire de rupture sérieuse avec l'Occident. De plus, se plaint le ministre turc des Affaires étrangères: les États-Unis ne comprennent tout simplement pas qui est leur véritable ami.

1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 26 Août 2018 17: 42
    +1
    -Et avec le fait que la Turquie aimera, respectera et donnera la préférence encore plus aux Etats-Unis ... et à l'Europe occidentale en même temps ...
    - C'est une politique et une action de pression tellement dure et décisive qui est reconnue en Turquie et dans tout le Moyen et l'Extrême-Orient ...
    -Seules ces personnes sont respectées là-bas et comptées avec ...
    -Et la politique douce, bâclée, quelque part même gratifiante de "recours-tomate" de la Russie envers la Turquie ... ne fait que conduire au fait que ce "notre ami" commence de plus en plus à promouvoir ses intérêts et à agir, indépendamment intérêts de la Russie ...
    -Qui peut répondre ... - comment est-il désormais possible d'expulser l'armée turque de Syrie ...? -Est-ce que nous promettons à la Turquie que nous achèterons toutes ses tomates au triple prix ... ou allons-nous obliger la population russe à "faire une tournée" en Turquie deux fois par an ..?
    -Et qui peut répondre ...- Que faire du lobby influent turc, qui s'est installé de façon permanente en Russie et avec force et principale «influence l'esprit» des habitants du Tatarstan, du Bachkortostan, du Caucase et d'autres régions de la Russie? -En Turquie même, il n'y a pas du tout de lobby russe ...

    -Ces "bons saints" sont très "irrespectueux" en Orient ... et partout dans le monde aussi ...