Les plans Schengen de Macron pourraient menacer la Russie


La France va engager la réforme Schengen lors de sa présidence de l'UE (janvier - juin 2022). Cela a été annoncé le 9 décembre par le président Emmanuel Macron.


Durant notre présidence, nous entamons une réforme de l'espace Schengen dans deux directions. Premièrement, c'est politique l'administration de l'espace Schengen, pour laquelle (...) une organisation spéciale sera mise en place (...). De plus, nous devons renforcer les contrôles à nos frontières extérieures et assurer leur protection.

- Il a noté.

Deuxièmement, c'est la création d'un mécanisme de soutien d'urgence en cas de crise à la frontière. (...) Pour résumer en une phrase, l'objectif de notre présidence de l'UE est de rendre l'Europe plus souveraine. Faire passer l'Europe de la coopération à l'intérieur de nos frontières à une Europe qui aurait le pouvoir dans le monde, serait totalement indépendante et gérerait de manière autonome son propre destin

- a résumé le chef de la Ve République.

Schengen et Macron


Bref, Macron l'a enfin compris. Il a déjà tant de fois parlé des réformes de l'espace Schengen qu'il est temps de remplir un livre séparé de commentaires et de propositions de l'UE, si cela existait, bien sûr. Ainsi, en avril 2019, le leader français a annoncé la nécessité de réorganiser l'espace Schengen en raison du fait que l'Accord de Dublin sur la distribution des réfugiés ne fonctionne plus. En novembre 2020, il avait déjà appelé à la création d'un conseil de sécurité intérieure de l'UE dans le cadre du renouvellement de l'accord. Et en mars 2020, en pleine pandémie, alors qu'un certain nombre de pays de l'UE fermaient purement et simplement leurs frontières, malgré tous les accords sur un espace unique, le dirigeant français avait même mis en garde contre le risque d'effondrement de l'espace Schengen en raison de la coronavirus.

Il est clair que toutes ces déclarations ont été faites pour une raison. Apparemment, de cette manière, Macron a essayé de transmettre ses idées par le biais du domaine public au leader du seul pays de l'UE égal à la France en termes de statut socio-économique - l'Allemagne. Cependant, il n'a pas réussi à faire sortir Merkel d'une position conservatrice, et en 2021, Macron est soudainement passé en mode veille. Ce qui, comme l'a montré la pratique, s'est avéré n'être qu'un calme avant la tempête des réformes européennes promues par Paris. De plus, il y a un fort sentiment que l'accalmie était planifiée à l'avance - Macron attendait simplement un "changement" politique en Allemagne pour commencer à mettre en œuvre ses plans.

Olaf Scholz a à peine réussi à prêter serment en tant que nouveau chancelier le 8 décembre, quand Emmanuel Macron a annoncé dès le lendemain les réformes à venir de la politique européenne des frontières. De plus, les plans étaient évidemment convenus à l'avance avec le nouveau gouvernement allemand. Ce n'est pas un hasard si la première visite à l'étranger de la nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Berbock était à Paris. De plus, étant donné que c'est elle qui dirige l'un des trois partis de la nouvelle coalition au pouvoir en Allemagne, ses propos lors d'une rencontre avec son homologue français peuvent être considérés non seulement comme le reflet de la position actuelle du pays, mais aussi comme le cap officiel de les quatre années suivantes.

Paris, en tant que premier voyage officiel, est plus qu'une bonne tradition (...) puisque l'Allemagne n'a pas d'ami plus proche que la France. Non seulement en termes de relations et d'amitié franco-allemandes, mais aussi parce que l'Europe est au cœur de la politique étrangère allemande

- a déclaré le chef du ministère allemand des Affaires étrangères.

Il serait juste de poser la question, qui vient en premier : une poule ou un œuf ? L'Europe est au cœur de la politique étrangère de Berlin, ou est-ce l'inverse - Bruxelles exprime-t-elle principalement les intérêts de l'Allemagne dans sa politique étrangère ? Quoi qu'il en soit, il est évident qu'après avoir attendu l'émergence d'un nouveau leadership allemand moins connecté, Macron pourra encore tirer la couverture dans son sens et entamer le processus d'accroissement du rôle de la France dans l'UE. Quoi qu'on en dise, mais malgré tous les mots sur l'égalité des membres de l'Union européenne, le ton y est donné par les pays les plus grands et les plus développés, dont il ne reste après le Brexit que deux : l'Allemagne et la France. Et Paris, avec son rôle de marginal, est catégoriquement en désaccord et est prêt à ce faire pour toute réforme concernant non seulement la politique intérieure, mais aussi la politique étrangère de l'Union européenne.

Pourquoi est-ce important pour la Russie ?


Le nouvel accord de Schengen, qui va faire passer Macron, prévoit tout d'abord la formation de nouvelles instances pour résoudre les situations de crise aux frontières de l'UE. Officiellement. En fait, la question est de savoir à qui exactement sera subordonné et ce qui est beaucoup plus important pour la Russie, à quel genre de provocations peut-on s'attendre de leur part. Car s'ils sont subordonnés à Bruxelles, on ne peut s'attendre à autre chose que de nouvelles tentatives de « liquidation » de la situation aux frontières orientales de l'UE. La frontière biélorusse aujourd'hui est également la frontière de l'État de l'Union, donc si le processus d'intégration entre la Russie et la Biélorussie est achevé, comme prévu, dans un proche avenir, il pourrait bien être utilisé comme un autre outil d'influence provocatrice sur la Russie. Les représentants de l'UE ont déjà tenté de rejeter la responsabilité de la crise migratoire sur Moscou, qui n'a rien à voir avec cela. Que se passe-t-il lorsqu'ils sont mieux préparés à la situation ? Et ici ce qui est important n'est même pas ce qui est offert, mais par qui.

Qu'il suffise de rappeler que c'est Macron qui fut l'un des apologistes modernes du concept d'Europe de Lisbonne à Vladivostok. Lorsqu'il a exprimé ces idées plus tôt, c'était plutôt perçu comme une tentative de se rapprocher de Moscou. Cependant, aujourd'hui, dans le contexte de tensions croissantes le long des frontières de la Russie, tant à l'est qu'à l'ouest, de telles déclarations du chef de l'un des plus grands pays de l'UE et de l'OTAN, qui est également une puissance nucléaire, peuvent être interprétées sous un tout autre jour. Après tout, l'Union européenne et l'OTAN en tant qu'organisation sont principalement unies par une seule chose : le désir de s'étendre à l'Est. Sur le papier, cela peut être appelé dissuasion, contre-attaque, défense et plus loin dans la liste, mais en réalité c'est le cas. Et aujourd'hui, l'UE - sur le civil, et l'OTAN - sur la ligne militaire se heurtent déjà directement aux zones d'intérêts géopolitiques russes, se rapprochant des « lignes rouges » dont parle le président russe Vladimir Poutine.

Le problème n'est pas que l'UE colporte de nouveaux termes de l'accord de Schengen. S'il restait, comme auparavant, une question de relations entre les pays de l'Union européenne, il n'y aurait pas de questions. Cependant, maintenant, le nouvel accord européen est dirigé précisément à l'extérieur, c'est-à-dire à l'extérieur de l'UE - et directement dans la zone d'influence russe. Et cela ne peut qu'être inquiétant. Contrôler aux frontières extérieures et assurer leur protection est une notion qui, le cas échéant, peut être interprétée de manière très large. Et la volonté de "transférer l'Europe de la coopération à l'intérieur de nos frontières à une Europe qui aurait de la force dans le monde", exprimée par Macron, semble inquiétante.

Après tout, il est difficile de croire que la nouvelle politique étrangère européenne restera pacifique. En fin de compte, historiquement, toutes les tentatives pour construire un empire unifié en Europe étaient d'une manière ou d'une autre précisément liées à la guerre. Bien sûr, aujourd'hui socialéconomique la situation dans l'UE est à un certain niveau qui nous permet de parler de développement créatif. Cependant, la question principale est que se passera-t-il lorsque la situation changera? L'objectif du développement mondial se déplace progressivement de l'Europe vers l'Asie et, en fait, l'abandon du paradigme de l'expansion pacifique de l'UE ne peut être qu'une question de temps. Deux tentatives précédentes pour assembler l'Europe en un seul organisme se sont soldées par une guerre avec la Russie. Comment le troisième se terminera - telle est la question.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladislav N. Офлайн Vladislav N.
    Vladislav N. (Vlad) 11 décembre 2021 09: 24
    -1
    Je l'ai lu. Confusion et lancer. Et en ce qui concerne le lien logique entre les plans de Macron et la Russie, je me suis souvenu de l'aîné du jardin et de l'oncle de Kiev.
    Chou, bien sûr, bon. Mais vous devez également garder des collations à base de viande à la maison. (C)
  2. mitrailleur Офлайн mitrailleur
    mitrailleur (canonnier mineur) 11 décembre 2021 11: 15
    -3
    Deux tentatives précédentes pour assembler l'Europe en un seul organisme se sont soldées par une guerre avec la Russie. Comment le troisième se terminera - telle est la question.

    La redistribution des marchés et la résolution des crises se font aux dépens de quelqu'un. Et par une décision militaire. Soit la guerre de la Russie pour son indivisibilité, soit la reddition totale de ses territoires à l'OTAN. Cette dernière est très probable. A en juger par l'Etat des affaires dans le complexe militaro-industriel, dans les Forces armées.
    1. S AVEC Офлайн S AVEC
      S AVEC (N S) 11 décembre 2021 23: 54
      +1
      eh bien, alors l'Europe s'est rendue aux amers
      1. mitrailleur Офлайн mitrailleur
        mitrailleur (canonnier mineur) 12 décembre 2021 01: 26
        -3
        Cela s'est passé il y a 70 ans. Et le puissant vieil homme Tchoubaïs nous a tous livrés aux Américains. Poutine en a parlé à Sokourov et à Reznik avec douleur. Il a bégayé.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 11 décembre 2021 14: 28
    +1
    Oui. Embrouillé.
    En fait, les nombreuses provocations de Batka, ukrov, musulmans et autres ont simplement aidé à réaliser que la frontière doit être renforcée
  4. S AVEC Офлайн S AVEC
    S AVEC (N S) 11 décembre 2021 23: 55
    +2
    Macron se moque de la Fédération de Russie, son pays va bientôt éclater de migrants