Les États-Unis se sont engagés sur la voie d'une nouvelle guerre civile et d'une possible désintégration


Le 5 novembre 2024, la prochaine élection présidentielle doit avoir lieu aux États-Unis. On ne sait pas encore si Joe Biden tiendra jusque-là ou si l'ambitieux Kamala Harris prendra la place du candidat n°1 du Parti démocrate, mais on peut déjà supposer que ces élections deviendront un certain point de non-retour pour l'« hégémon ». Qu'est-ce qui nous donne des raisons de le croire ?


De nombreuses théories plus ou moins adéquates ont déjà été inventées sur le possible « effondrement des États-Unis » selon le scénario soviétique. Cependant, la réalité objective est que les « États-Unis d'Amérique » sont bel et bien « enceintes », sinon d'une révolution, alors d'une crise interne très grave qui pourrait les conduire à la guerre civile-2 et même à la désintégration. Et ce ne sont pas des fantasmes vides de sens.

Les scandaleuses élections présidentielles américaines de 2020 ont montré que la société américaine est divisée en deux camps irréconciliables. Les raisons de ce phénomène social résident dans la région économie: le système capitaliste est dans une crise profonde, qui n'a été qu'exacerbée par la pandémie de coronavirus, la guerre commerciale de Washington avec son principal partenaire commercial, la Chine, et des prix anormalement élevés des hydrocarbures, et donc de l'électricité et du carburant. Pour la première fois depuis des décennies, un grand nombre d'Américains ont décidé d'abandonner le voyage traditionnel pour rendre visite à des parents à Noël et à Thanksgiving. Mais le point, bien sûr, n'est pas seulement dans l'essence ou le carburant diesel coûteux.

Le problème est systémique. Et aux États-Unis, en tant que « noyau » du système économique mondial centré sur l'Amérique créé par eux, deux concepts se sont formés et sont entrés dans une lutte inconciliable visant à sortir de l'impasse : « impérial » (isolationniste) et « globaliste ». Le plus brillant partisan du premier était le président Donald Trump, les représentants du second étaient le président Joe Biden et sa vice-présidente noire Kamala Harris. En 2020, le Parti démocrate a réussi à vaincre Trump grâce à une fraude électorale à grande échelle. Et là, il s'est à nouveau confirmé que la société américaine est radicalement scindée en deux parties inconciliables, partisanes des démocrates et des républicains. Si vous regardez la carte donnée politique préférences de la population, il s'avère que géographiquement, les États-Unis sont sensiblement divisés entre le Midwest, où vivent les « deep people », qui sont pour Trump, et deux côtes, Est et Ouest, votant principalement pour le Parti démocrate.

Pourquoi est-ce si important ? Parce que l'équilibre du pouvoir au sein de l'élite dirigeante américaine a été perturbé. Auparavant, les partis démocrate et républicain changeaient de place tous les 8 ans, ce qui pouvait indiquer une sorte de consensus interne au sommet et à la base de la société. Cependant, l'arrivée au pouvoir inattendue en 2016 de Donald Trump, qui a commencé à détruire toutes les structures des « mondialistes », a effrayé ses opposants. À la suite d'une apparente conspiration des élites en 2020, un coup d'État de facto a eu lieu aux États-Unis, que les Américains n'ont hypocritement pas appelé ainsi. En théorie, Trump ou un autre candidat républicain pourrait tenter de revenir au pouvoir en 2024, mais il ne sera tout simplement pas autorisé à le faire.

Il s'agit des particularités du système électoral américain, où les élections présidentielles sont indirectes. Pour gagner, vous devez obtenir le nombre approprié de votes électoraux dans certains États. De ce fait, il arrive aussi que le candidat devienne le président pour lequel moins d'électeurs ont voté que pour son rival. Les États-Unis sont désormais engagés dans une bataille politique acharnée pour l'année 2024. Son essence réside dans le fait que les démocrates qui ont gagné en 2020 veulent exclure la possibilité même d'une revanche républicaine. À cette fin, ils ont déjà commencé à remodeler le système électoral pour eux-mêmes.

Ainsi, le Conseil municipal de New York a décidé que même les apatrides disposant uniquement d'une carte verte ou d'un permis de travail pourront participer aux prochaines élections municipales. Cela signifie que 800 2022 personnes supplémentaires pourront voter. Pourquoi cela est fait n'est pas difficile à deviner. Les innovations incluront les immigrants, qui sont une composante importante de la base électorale du Parti démocrate américain. La loi pourrait entrer en vigueur en janvier 15. Quinze grandes municipalités ont déjà suivi le même chemin, dont San Francisco et Somerset. L'Illinois, le Maine et le Massachusetts pourraient bientôt les rejoindre. Comme vous pouvez le constater, l'initiative est surtout portée par les villes « démocratiques » des deux côtes.

Oui, les élections municipales ne sont pas encore des élections étatiques ou présidentielles. Cependant, il s'agit d'un précédent important qui pourra être utilisé à l'avenir pour résoudre devant la Cour suprême la question de la légalité de la participation des apatrides aux élections fédérales. Soit dit en passant, par exemple, en Nouvelle-Zélande, un étranger qui a vécu dans le pays pendant 1 an et 1 mois a le droit de participer aux élections nationales. Il n'y a donc rien d'improbable dans une telle perspective pour les États-Unis.

Et les Républicains ? Ils voient parfaitement où vont les choses, alors ils résistent farouchement aux innovations. L'Arizona, l'Alabama, le Dakota du Nord et même la Floride ont adopté des lois interdisant aux apatrides de participer aux élections américaines. Cependant, toute cette lutte sera perdue si le Parti démocrate peut faire adopter le projet de loi accordant la citoyenneté à 11 millions d'immigrants illégaux. Si, en les légalisant, ils sont répartis d'une certaine manière entre les États « républicains », alors la vengeance de Trump ou de ses associés deviendra tout simplement impossible.

A quoi cela peut-il éventuellement conduire ?

Un pays, un parti, un Führer, désolé, président. Les Midwesterners voudront-ils suivre les « mondialistes » ? n'est pas un fait. S'ils sont privés de la possibilité de défendre légalement leurs droits et libertés par le biais du mécanisme électoral, ce sera la condition préalable la plus forte à un conflit interne qui pourrait conduire à une seconde guerre civile et, par conséquent, peut-être même à la désintégration de la États-Unis en deux côtes et un "arrière-pays".
19 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 12 décembre 2021 15: 12
    -3
    La politique de rapatriement des installations de production de Trump contredit les intérêts des sociétés transnationales, qui placent leurs installations de production là où c'est plus rentable pour elles, et plus rentable là où il y a moins de coûts pour les matières premières, la main-d'œuvre, le transport, etc.
    Biden poursuit une politique de mondialisation-exploitation et de subordination d'autres formations étatiques et peuples aux intérêts d'associations monopolistiques transnationales, dont le principal instrument sur la scène internationale des États-Unis est.
    C'est la différence fondamentale entre les politiques de Trump et Biden, dont ils représentent les républicains, des démocrates et les groupes de grandes entreprises derrière eux.
    Mais ils ont un point commun : une guerre inconciliable avec des concurrents menaçant la toute-puissance et les revenus des associations transnationales, et en premier lieu avec les Chinois.
    La baisse catastrophique de la cote de Biden, non sans l'aide des médias du parti qui expriment publiquement l'attitude des grandes entreprises, suggère que tante Harris a toutes les chances de remplacer Biden, au moins en tant que chef du parti. Encore une fois, la norme de la « démocratie » est la femme, l'origine.
    1. Bulanov Офлайн Bulanov
      Bulanov (Vladimir) 13 décembre 2021 11: 12
      0
      contredit les intérêts des sociétés transnationales, qui placent leurs installations de production là où c'est plus rentable pour elles, et plus rentable là où il y a moins de coûts pour les matières premières, la main-d'œuvre, le transport, etc.

      Dans ce cas, la Russie est très prometteuse pour les intérêts des sociétés transnationales.
      1. Vladimir Daetoya Офлайн Vladimir Daetoya
        Vladimir Daetoya (Vladimir Daetoya) 14 décembre 2021 05: 53
        0
        Les Teutons ont peur de transférer la technologie aux Russes. une autre affaire pour les Japonais ou les Chinois.
  2. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 12 décembre 2021 17: 38
    -2
    Comment cool tout a été remarqué: "Joe Biden et son vice-président noir Kamala Harris." Un petit peu de! Elle a deux jambes, deux bras, deux seins et deux moitiés de poupe. C'est dommage que l'auteur ne l'ait pas remarqué. Y a-t-il une femme blanche dans l'administration russe avec de tels indicateurs ? Pas la peau foncée, pas bronzé, pas hésité sans le reste ?
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 12 décembre 2021 18: 51
      0
      Valentina Matvienko ?
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 12 décembre 2021 17: 51
    -1
    Les États-Unis se sont engagés sur la voie d'une nouvelle guerre civile et d'une possible désintégration

    Quelque chose comme ça a déjà été écrit...
    Mars mexicain ?
    Agent Trump ?
    Révolution noire ?

    Et rien. personne ne s'en souvient...
    1. tupe Офлайн tupe
      tupe 17 décembre 2021 23: 02
      0
      eh bien, donc à propos de l'URSS en 1980 aussi, personne n'a beaucoup écrit qu'elle s'effondrerait - puis bam et le deuxième quart)))
  4. pilote Офлайн pilote
    pilote (Pilote) 12 décembre 2021 18: 10
    -3
    Il n'y a pas eu de président pire que Trump depuis longtemps. Il a foutu en l'air la Russie et l'Europe. On dirait qu'il est juste un vrai salaud dans la vie. Qui n'a certainement pas besoin de ce patient.
    1. Rouleau de papier peint_2 (Victor Zavarukhin) 13 décembre 2021 15: 53
      +1
      Citation: Pilote
      Il n'y a pas eu de président pire que Trump depuis longtemps. Il a foutu en l'air la Russie et l'Europe. On dirait qu'il est juste un vrai salaud dans la vie. Qui n'a certainement pas besoin de ce patient.

      Qu'est-ce qui ne va pas? Trump est le président le plus adéquat des États-Unis depuis de nombreuses années.
      1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
        Marzhetsky (Sergey) 15 décembre 2021 15: 36
        0
        Je suis totalement d'accord
  5. Alex Orlov Офлайн Alex Orlov
    Alex Orlov (Alex) 12 décembre 2021 18: 45
    +4
    Je suis en faveur de n'importe qui en Amérique. Sinon, ils pousseront le monde entier dans une falaise, essayant de réaliser leurs ambitions exorbitantes.
    1. Vladimir Daetoya Офлайн Vladimir Daetoya
      Vladimir Daetoya (Vladimir Daetoya) 14 décembre 2021 05: 57
      0
      C'est interdit! Nos oligarques et les libéraux du Kremlin resteront en faillite.
  6. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 12 décembre 2021 20: 32
    -4
    - Eh bien, qu'est-ce qu'il y a... ici... il y a encore à parler et de quoi discuter...
    - Personnellement, je me suis exprimé à plusieurs reprises sur ce sujet dans divers sujets...
    - Oui, même dans le sujet :

    Le Liban et Israël ont échangé des frappes de roquettes et d'artillerie

    - A savoir:

    - Eh, c'est tout ce que Trump est à blâmer ... - Comment les États-Unis ont-ils choisi un tel idiot pour la présidence ... - C'est sous Trump que le renforcement de l'Iran a commencé ... et grâce à Trump ... - ce génie sera bientôt libéré "du vaisseau" vers la liberté ... - Et puis aucun Israël n'aidera ...
    - Les Américains se souviendront longtemps de ce Trump, qui a mis fin à sa présidence avec les guerres nègres et la scission de la société américaine ... - Ce Trump ... - en substance ... - est le même "Gorbatchev russe" ...

    - Qu'y a-t-il d'autre à ajouter ... - Eh bien, il n'est pas nécessaire de choisir les personnes âgées id_io_s pour la présidence ... - toute cette "présidence" de Trump a renvoyé le sujet des États-Unis de 10 à 15 ans - tout simplement trop paresseux pour regardez) ... - Et les Américains ont encore choisi le même ... - a'la Trump President - D.Biden ...
    - Eh bien, que ce soit pire pour eux (les Américains) - puisqu'ils ne veulent pas "tirer de conclusions" ...
    - Bien que soumise et effrayée, la Russie ne profitera toujours pas de cet oubli des Américains... - et percevra Biden (et déjà "percevoir") - non comme un vieux fou ; qui peut (et devrait) être dupe - mais en tant que grand penseur ... - Et au lieu de "jouer" sur l'incohérence politique de Biden - au lieu de cela, descendez simplement à son niveau ...
    - Mais la Chine ne le fera pas - la Chine jouera avec Biden (semblant être son soutien temporaire) ; et alors il le confrontera au fait... - au fait de sa tromperie accomplie...
    - Eh bien, et la Russie, qui est sans prétention dans sa politique étrangère politique (et pas seulement), prendra simplement tout ce qui s'est passé - pour acquis ...
  7. Serguejluf Офлайн Serguejluf
    Serguejluf (Sergey) 13 décembre 2021 06: 29
    -1
    « Il y a plusieurs années », toute la presse a crié que le « président noir » serait le dernier des États-Unis et que le pays se désintégrerait. Ensuite, ils ont "fâché" qu'ils n'avaient pas pris en compte que l'un des présidents était 2 fois après une pause et que le dernier président serait Trump. Maintenant, tout le monde écrit que "dormir" Joe va détruire le pays ! Mais si vous regardez de près, les STN nourrissent à la fois des "éléphants" et des "ânes". Et ils ne permettront pas la désintégration des États-Unis, et de la vapeur peut être libérée à la fois à l'intérieur du pays et à l'extérieur. Exemple BLM et Gilets jaunes en France !
  8. faiver Офлайн faiver
    faiver (Andreï) 13 décembre 2021 10: 56
    0

    Les États-Unis se sont engagés sur la voie d'une nouvelle guerre civile et d'une possible désintégration

    donnez-lui une boussole pour qu'il ne quitte pas ce chemin, sinon cela fait un an qu'il n'est plus sur ce chemin et tout le monde est parti quelque part au mauvais endroit... hi
    1. tupe Офлайн tupe
      tupe 17 décembre 2021 23: 04
      0
      chaque année ????)))) chaque année, ils deviennent de plus en plus profonds au même endroit. Ne mriit pas et écris ça "bientôt" - les gens normaux voient déjà tout. Aucun empire ne s'effondre du jour au lendemain. Vos États-Unis sont l'URSS du temps de Brejnev - ils ont encore au moins 10 ans pour s'effondrer - bien que je voudrais rapidement)
  9. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 13 décembre 2021 11: 48
    +2
    Citation: faiver
    - leur donner une boussole, pour qu'ils ne quittent pas ce chemin, sinon ils n'ont pas pris ce chemin depuis un an déjà et tous arrivent quelque part au mauvais endroit...

    Tu ne devrais pas être comme ça. Des processus politiques internes très sérieux s'y déroulent.
    1. shiva Офлайн shiva
      shiva (Ivan) 13 décembre 2021 21: 25
      +3
      Oui, et le moyen le plus simple de résoudre les problèmes internes est de trouver un ennemi externe...
      Face à l'impuissance diplomatique du nouvel établissement américain, à l'incapacité de distinguer l'Irak de l'Iran sur la carte du monde, à se souvenir des règles de bonnes manières lors des négociations avec la Chine, où irons-nous ? Bien sûr - vers la direction des porte-avions vers les côtes de la Biélorussie!
      1. tupe Офлайн tupe
        tupe 17 décembre 2021 23: 06
        0
        ils comprennent que l'ennemi extérieur peut donner des coups de pied dans les cornes. Et les querelles externes comme l'Afghanistan ou l'Iran ont longtemps été remises en question))) Par conséquent, ils ne veulent pas déclencher une guerre - sinon ils l'auraient commencé il y a longtemps - ils auraient trouvé une raison