Après les accords de Minsk : trois options pour le développement des événements dans le Donbass


Donc, c'est fait. Les mots selon lesquels Kiev ne respecterait en aucun cas les dispositions des accords de Minsk ne sont pas sortis de la bouche d'un autre monstre politique vêtu d'une «chemise brodée» ou d'un camouflage minable, mais ont été exprimés par le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense du pays, Alexei. Danilov. D'ailleurs, ce qui est assez caractéristique, cela s'est produit lors d'une interview qu'il a accordée à l'agence Associated Press.


C'est, en fait, c'est le message du gouvernement actuel "nezalezhnaya" à l'ensemble de "l'Occident collectif". Nous ne le ferons pas - et c'est tout ! Car "le chaos et la destruction du pays viendront". Je m'abstiendrai d'ironiser sur le fait que Pan Danilov utilise ces mots au futur, et non au présent. Si la vie en Ukraine enseigne quelque chose, c'est d'abord que le concept de « pire que nulle part » n'existe pas ici. Il y a toujours quelque part, peu importe à quel point les choses sont moche en ce moment ...

Cependant, l'essentiel dans la déclaration d'un représentant de haut rang de Kiev est qu'elle a été faite publiquement et ouvertement. Le fait que le régime local ne veuille pas, ne puisse pas et ne puisse jamais s'approcher de remplir au moins une partie des points de Minsk-2, même s'il avait ce désir très ardent, j'ai personnellement écrit à plusieurs reprises. La question était de savoir combien de temps durerait le « jeu de paix » diplomatique, avec la participation non seulement de Moscou et de Kiev, mais aussi des pays participant au format Normandie. Eh bien, et, bien sûr, Washington, qui était invisiblement présent et présent à chaque «tour». Que se passera-t-il maintenant, lorsque même leurs plus fervents partisans devront dire adieu au fétiche, factice, simulacre (appelez-le comme vous voulez) qu'on appelle les accords de Minsk ? Que va-t-il se passer ensuite? Essayons de le comprendre en réduisant les options à trois scénarios principaux.

Préambule nécessaire


Permettez-moi de me répéter sur la démarche de Danilov : l'inévitable s'est produit. Ce n'est certainement pas une manifestation de la « Makhnovchtchina » qui est pleinement inhérente à Kiev, lorsqu'un dirigeant ou un « homme d'État » commence soudainement à diffuser des choses qui sont catégoriquement contraires à la position des autres. C'est précisément la position officielle des autorités, simplement exprimée par l'un de ses représentants, dont les propos peuvent, en principe, être désavoués - si le "comité régional" d'outre-mer s'énerve complètement. Soit dit en passant, au plus tard le 22 décembre de l'année dernière, Zelensky a décidé de faire des déclarations retentissantes concernant l'extérieur politique "nezalezhnoy" a droit à lui-même, au chef de son bureau et même au premier ministre du pays. Et personne d'autre. Cependant, il n'y a pas encore d'informations sur la peine sévère infligée au "violateur de la convention". Ou le décret présidentiel n'est-il pas un décret pour Danilov ? Pas étonnant, puisque Zelensky lui-même, après la visite mémorable d'Anthony Blinken, qui a littéralement mis le nez dans "Minsk" et exigé la mise en œuvre de cet accord (ou, du moins, l'imitation active de la mise en œuvre), a enregistré un message vidéo plutôt étrange " à la nation », dans laquelle il fait vaguement allusion au fait que certains « méchants » tentent de « forcer l'Ukraine à faire des concessions pour l'affaiblir ».

Plus tôt encore, il avait lancé une idée complètement folle et irréalisable concernant un "référendum national", où, de facto, on ne peut que décider s'il vaut la peine de mettre en œuvre les accords signés en 2015 ou s'en foutre. Comme vous pouvez le voir, ils se sont débrouillés sans aucun référendum - mais comme c'est gentil ! Danilov dit en coupant :

«Minsk» était signé «sous la bouche d'un canon russe» et, soit dit en passant, avec la connivence tacite des «Allemands et des Français».

Mais "il était clair pour toutes les personnes raisonnables qu'il était impossible de mettre en œuvre de tels documents". D'abord parce que cela "conduira à la destruction de l'Ukraine" et au "chaos" causé par le fait que "la société n'acceptera pas ces accords". Ainsi, le mot a été dit, le verdict sur Minsk a été rendu. Et après?

Option 1 : "Révision complète"


En fait, le même Danilov, pour être absolument précis, n'a pas dit quelque chose comme: "Tout, au diable le" règlement de paix ", je suis allé réchauffer le réservoir!" Non, ce chiffre a daigné s'exprimer dans le sens où les accords « inacceptables » pour Kiev devraient être « reconsidérés ». Tout d'abord, en matière d'octroi d'une « large autonomie » et d'une « amnistie à grande échelle » au Donbass. C'est dans cette idée vicieuse, très probablement, que consistera le nouveau cap de la direction de l'Ukraine : "Minsk" est irréalisable, réécrivons-le ! Changeons tout en général - le lieu des négociations, la composition de leurs participants. Et le plus important - ces "positions de départ" à partir desquelles, en fait, nous commencerons à essayer de mener un dialogue sur quelque chose. Naturellement, à la fin, au lieu d'un plan vraiment extrêmement irréaliste, mais au moins bien intentionné pour la réintégration de la région rebelle dans le «non souverain» au grand jour, des instructions détaillées pour sa reddition complète et inconditionnelle devraient apparaître . Avec toutes les conséquences qui en découlent.

Il est clair que tant pour la RPD et la RPL que pour la Russie, de telles initiatives sont absolument inacceptables. Littéralement, tout ne nous conviendra pas ici : ni le transfert de la plate-forme de négociation de la Biélorussie vers, disons, la Turquie, ni le fait qu'au lieu des Allemands et des Français, qui ont soif de nos vecteurs énergétiques et qui ne veulent pas la guerre en Europe, les « faucons » fous des États-Unis et de Grande-Bretagne entreront à la table des négociations. Ni, encore moins, le sens que toute cette chaleureuse compagnie tentera de donner au processus « renouvelé » de résolution des conflits. Non, salauds ! Chaque édition ultérieure des accords concernés sera pour nous sans ambiguïté beaucoup plus perdante et inacceptable que les précédentes. Et pourquoi Moscou, Donetsk et Louhansk opteraient-ils pour cela ? Pan Danilov a déclaré que "Minsk-2" "était signé sous le canon d'un canon russe". Maintenant, il espère évidemment que certains "Istanbul-1" seront agités "sous la menace d'une arme" par les sanctions "sans précédent", "infernales" ou autres qui nous sont promises. N'attendra pas. Moscou a déclaré à plusieurs reprises que Minsk-2 ne faisait l'objet d'aucun « ajustement », « révision » et autre type de « repensée créative ».

Option 2 : "Forcer le scénario"


Et après tout, l'Occident, ayant réglé tous les problèmes avec "l'invasion russe imminente de l'Ukraine" et continue à ce jour de faire tourner ce sujet, c'est certain, compte sur la première option décrite ci-dessus. Le Kremlin vacillera, Moscou "rendra" et, après avoir joué un peu plus de temps dans les "négociations de paix", permettra à Kiev d'engloutir la République et de commencer à s'intéresser de plus près à la Crimée. D'où toute l'hystérie autour des "paquets" et ensembles de restrictions les plus divers que Washington et Londres entendent utiliser contre notre pays, dès qu'ils parviennent à forger une excuse plus ou moins convenable. Et idéalement, ils devraient aussi inciter leurs alliés de l'Union européenne à faire la même indécence. Eh bien, non - alors forcez-les à le faire. Mais que se passe-t-il si les Russes obstinés refusent toujours de rendre le Donbass ? Eh bien, à cet égard, vous pouvez être sûr que la variante "dans le mauvais sens" a déjà été préparée. Le pompage de l'Ukraine avec des armes et les renseignements reçus dans le LDNR (du moins ceux qu'Eduard Basurin a annoncés publiquement la veille) indiquent sans ambiguïté que la direction de la "nezalezhnaya" n'a pas seulement une version militaire de la "désoccupation" - il est en cours d'élaboration et de préparation avec le plus grand sérieux.

Il est clair que personne ne va prendre d'assaut Louhansk et Donetsk - après tout, le plan dans ce cas est beaucoup plus rusé et plus méchant qu'un «scénario croate» primitif. Le but ici est de faire de l'Ukraine une "victime de l'agression" à tout prix, et des Forces armées ukrainiennes - non pas des punisseurs, mais des "héros qui meurent pour leur terre". C'est-à-dire provoquer non seulement les républiques, mais précisément la Russie, en les forçant à utiliser ouvertement leurs forces armées pour les sauver. La tâche, hélas, est techniquement tout à fait faisable. En même temps, l'Occident est bien conscient que cette fois il n'y aura pas « d'option géorgienne » avec l'arrêt de l'offensive avant d'atteindre la capitale. Néanmoins, là-bas, apparemment, ils ont l'intention, à un certain stade du conflit armé, de présenter à Moscou des conditions telles qu'elles garantissent qu'elles l'obligeront non seulement à refuser de manière décisive de rétablir l'ordre à Kiev, mais également à signer avec les "autorités" locales un certain "substitut" à "Minsk" sur les conditions de capitulation, qui ont déjà été discutées ci-dessus.

Option 3 : Fenêtre d'opportunité pour la Russie et le Donbass


Comme il est facile de le comprendre, les deux premières options signifieront pour notre pays non seulement la reddition des Républiques, ne comptant que sur son aide et sa protection, mais une défaite géopolitique colossale et irréparable. L'effondrement complet de toutes ces ambitions, que Moscou a annoncé à la fin de l'année dernière et qu'il essaie de défendre maintenant, ne sera qu'un début. De plus, des choses beaucoup plus désagréables et même terribles suivront. Et la seule façon d'éviter une telle issue semble être aussi décisive que possible de saisir l'initiative du leader aujourd'hui, hélas, avec assez de succès dans son propre jeu de "l'Ouest collectif". Et cela peut et doit être fait simplement en utilisant ces erreurs grossières permises par la puissance inadéquate du "nezalezhnaya". Ne respecterez-vous pas les accords de Minsk ? Eh bien, super - dans ce cas, nous avons carte blanche pour toute forme de soutien aux Républiques ! Il est clair que tout doit être fait "selon les règles" et en respectant certaines normes et processus "pour la décence". Voici juste les exigences pour que la déclaration de Danilov soit désavouée par lui-même, ou par le même Zelensky, dans ce cas est totalement insuffisante.

Eux-mêmes ne savent pas ce qu'ils font et disent. Le même président clown, après avoir rencontré le Premier ministre britannique Johnson, a fait un certain nombre de déclarations qui peuvent être interprétées comme une sorte de volonté de "Minsk" de se conformer. Mais exactement ce que "semble être". À sa manière habituelle, Zelensky a ouvertement joué le fou, affirmant qu'il "ne sait pas qui a signé ces accords", et a terminé son discours en disant que les "garçons adultes" (à qui il se considère) "devraient faire quelque chose pour se désoccuper et protéger les États ». L'absurdité d'un fou, mais, cependant, l'absurdité, permettant une interprétation très large. Moscou, profitant du moment, devrait lancer un ultimatum à Kiev - oui, évidemment impossible ! Quelque chose comme l'adoption d'ici le 14 février de l'ensemble du paquet de lois envisagé par Minsk-2. Cela, bien sûr, ne se fera pas - c'est merveilleux! Pour autant que l'on sache, c'est ce jour-là que la Douma d'État de Russie devrait examiner la question de l'appel au président concernant la reconnaissance de la RPD et de la RPL. Le résultat ici devrait être sans ambiguïté.

Il n'y a tout simplement pas d'autres options. Le temps où ils pouvaient être choisis, en essayant de trouver le moins douloureux, est irrévocablement passé. Notre pays doit lancer une offensive, pour l'instant de politique étrangère, par des moyens diplomatiques. La vie après "Minsk" existe - mais cela ne dépend que de la Russie de ce qu'elle sera pour des millions de personnes. Et va...
20 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. shiva Офлайн shiva
    shiva (Ivan) 2 Février 2022 09: 15
    +1
    L'Occident en la personne de Psaki (au fait, consolidons un nouveau mot en diplomatie - il y a des déclarations d'individus, mais il y a des psaki - trompeurs, stupides, malodorants, idiots, analphabètes et même pas une déclaration - un rot ou un pet drôle) Le département d'État américain a publié un autre psaki. Nous utilisons des armes chimiques partout et capturons nos voisins une fois par semaine...
    1. ser-pov Офлайн ser-pov
      ser-pov (Sergey) 2 Février 2022 15: 23
      -2
      Citation: Shiva
      L'Occident en la personne de Psaki (au fait, consolidons un nouveau mot en diplomatie - il y a des déclarations d'individus, mais il y a des psaki - trompeurs, stupides, malodorants, idiots, analphabètes et même pas une déclaration - un rot ou un pet drôle) Le département d'État américain a publié un autre psaki. Nous utilisons des armes chimiques partout et capturons nos voisins une fois par semaine...

      Les unités de mesure de la stupidité en psaki ont déjà été - 1,2,3 psaki.
  2. Capitaine stoner Офлайн Capitaine stoner
    Capitaine stoner (Capitaine Stoner) 2 Février 2022 09: 27
    -1
    Comme la Transnistrie, le Donbass restera dans un état suspendu (gelé). Une impasse : personne ne peut gagner, alors ils s'y sont habitués, se sont habitués, se sont adaptés à la situation existante.
    1. Kristallovich En ligne Kristallovich
      Kristallovich (Ruslan) 2 Février 2022 09: 32
      +2
      La Transnistrie est stupide à comparer avec le Donbass. Dans le premier cas, la région est complètement coupée, il n'y a aucun moyen de s'en approcher, uniquement à travers le territoire de pays tiers. Il existe une frontière commune avec le Donbass. Ce problème peut être résolu s'il existe une volonté politique.
      1. Capitaine stoner Офлайн Capitaine stoner
        Capitaine stoner (Capitaine Stoner) 2 Février 2022 21: 11
        -2
        La présence d'une frontière commune avec le Donbass permet d'y envoyer de l'aide humanitaire et d'y envoyer des vacanciers. Il n'y aura pas de volonté politique dans le Donbass, car selon la position officielle de la Russie, le Donbass fait partie de l'Ukraine.

        Celui qui pense qu'il est intelligent est un imbécile et quiconque admet qu'il est un peu fou est un sage.

        Guillaume Musso.
  3. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 2 Février 2022 09: 34
    0
    https://topcor.ru/23660-prinuzhdenie-kieva-k-minsku-2-stanet-ne-pobedoj-a-porazheniem-rossii.html
  4. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 2 Février 2022 10: 26
    -3
    Je me fiche du nombre d'options qu'il y a. Faites quelque chose pour que les gens commencent à vivre, et non à survivre ! Combien de morve pouvez-vous mâcher ! Ils envoient déjà du texte clair et nous devons encore envisager certaines options !
    1. en passant par En ligne en passant par
      en passant par (en passant par) 2 Février 2022 11: 06
      -11
      ceux qui ont fui vers la Russie sont déjà devenus forts et ont pris leur envol. ils commencent à chanter. laissez-les aider leurs proches de Donetsk. La Russie n'est pas une truie avec un tas de seins auxquels n'importe qui peut s'accrocher. Il y a aussi des gens en Afrique et eux aussi vivent mal... Les mêmes "frères" selon Pouchkine.
  5. wolf46 En ligne wolf46
    wolf46 2 Février 2022 12: 33
    0
    Les exigences de la Fédération de Russie envers les États-Unis en matière de garanties de sécurité sont un cas rare, un exemple de la politique étrangère qui doit être poursuivie. Il semble que les diplomates russes eux-mêmes aient eu peur d'une telle démarche et ne sachent pas comment reculer et sauver la face. En général, les réunions, les négociations du dernier mois et demi - des bavardages vides sans la moindre trace de résultat !
  6. Expert_Analyst_Forecaster 2 Février 2022 12: 35
    0
    Quelque chose comme l'adoption d'ici le 14 février de l'ensemble du paquet de lois envisagé par Minsk-2. Cela, bien sûr, ne se fera pas - c'est merveilleux! Pour autant que l'on sache, c'est ce jour-là que la Douma d'État de Russie devrait examiner la question de l'appel au président concernant la reconnaissance de la RPD et de la RPL.

    Pourquoi diriger ces danses rondes ? Zelensky répondra qu'il a besoin de temps pour réfléchir, se préparer, etc.
    Européens, Américains rejoindront et soutiendront l'ancienne Ukraine.

    Il suffit de reconnaître la république. Pas de paperasserie, pas de bavardage vide, pas de danse avec des tambourins.
    Il suffit de reconnaître la république, au moins dans les limites des régions. Et puis conclure un traité militaire avec eux.
    Mais après cela, vous pouvez exiger le retrait des Forces armées ukrainiennes du territoire des républiques dans les 24 heures.
    Le tout selon la loi. Pas d'attaque contre l'Ukraine. Libération des territoires occupés par les ennemis.
    1. en passant par En ligne en passant par
      en passant par (en passant par) 2 Février 2022 12: 53
      -9
      celles. La Russie devrait-elle au moins montrer que sa signature à Minsk ne vaut rien et que ses paroles sont une phrase creuse comme celles des Ukrainiens ? et quels ennemis capturés? Les Khokhols de Kiev se battent avec leurs proches de Donetsk. les mêmes noms des deux côtés du "front". d'un côté les Ukrainiens crient "l'Amérique punit la Russie" de l'autre les Ukrainiens crient "la Russie punit l'Europe". Contourner!!!
    2. ser-pov Офлайн ser-pov
      ser-pov (Sergey) 2 Février 2022 15: 26
      +1
      Citation : Expert_Analyst_Forecaster
      Quelque chose comme l'adoption d'ici le 14 février de l'ensemble du paquet de lois envisagé par Minsk-2. Cela, bien sûr, ne se fera pas - c'est merveilleux! Pour autant que l'on sache, c'est ce jour-là que la Douma d'État de Russie devrait examiner la question de l'appel au président concernant la reconnaissance de la RPD et de la RPL.

      Pourquoi diriger ces danses rondes ? Zelensky répondra qu'il a besoin de temps pour réfléchir, se préparer, etc.
      Européens, Américains rejoindront et soutiendront l'ancienne Ukraine.

      Il suffit de reconnaître la république. Pas de paperasserie, pas de bavardage vide, pas de danse avec des tambourins.
      Il suffit de reconnaître la république, au moins dans les limites des régions. Et puis conclure un traité militaire avec eux.
      Mais après cela, vous pouvez exiger le retrait des Forces armées ukrainiennes du territoire des républiques dans les 24 heures.
      Le tout selon la loi. Pas d'attaque contre l'Ukraine. Libération des territoires occupés par les ennemis.

      Tout se décidera après les JO.
      1. Expert_Analyst_Forecaster 3 Février 2022 05: 54
        -1
        J'espère que la pause est liée aux Jeux olympiques.
  7. Dimy4 Офлайн Dimy4
    Dimy4 (Dmitry) 2 Février 2022 15: 16
    -7
    Alors, messieurs, le Zaputintsy, votre idole sacrée pro ... a soufflé toutes les opportunités qui se sont ouvertes à lui la 14e année. Et en conséquence, un tel abcès s'est développé et ne peut être ouvert que chirurgicalement. Par contre.
    1. isofat Офлайн isofat
      isofat (isofat) 2 Février 2022 20: 00
      -1
      Citation: Dimy4
      Mettez contre.

      Bravo, vous comprenez vous-même que vous ne méritez pas plus. boissons
  8. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 2 Février 2022 15: 25
    -1
    Il est clair que tant pour la RPD et la RPL que pour la Russie, de telles initiatives sont absolument inacceptables. Littéralement, tout ne nous conviendra pas ici : ni le transfert de la plate-forme de négociation de la Biélorussie vers, disons, la Turquie,

    La Turquie disposera d'une plate-forme de négociation le long du Bosphore et des Dardanelles.
  9. Valentin Офлайн Valentin
    Valentin (Valentin) 2 Février 2022 16: 11
    +1
    Si vous devez reconnaître le LDNR, cela ne devrait être fait qu'à l'intérieur de leurs anciennes frontières jusqu'en 2014, mais en général, il est temps que notre «garant» commence à battre en premier - le combat a déjà commencé et nous devons commencer de toute urgence depuis l'Ukraine , malgré l'hystérie et les cris des chacals européens. Amenez Ianoukovitch à Donetsk, qui, en tant que président légitime de l'Ukraine en exil après le coup d'État nationaliste galicien, est retourné dans sa patrie légitime pour la libérer des envahisseurs Bandera, et pour cela, il demandera l'aide de la Russie, qui, sans traverser la frontière, détruira à distance toute l'infrastructure militaire Les Forces armées ukrainiennes avec tous les moyens dont elle dispose et avertiront nos "partenaires" que ce n'est pas une blague, et la même chose les attend s'ils se contractent.
    Si quelque chose n'a pas fonctionné avec cet "ultimatum", alors nous devons agir de manière décisive, dure et cruelle, est-ce déjà allé à la survie de notre État, ou envoyer Chubais et Kudrin avec une pétition à la Maison Blanche ?
    1. Expert_Analyst_Forecaster 3 Février 2022 06: 02
      -1
      Je ne pense pas que Ianoukovitch soit nécessaire, et je ne serais pas pressé avec des frappes nucléaires.
      Sinon, je suis d'accord avec Valentin.
      Il est nécessaire de changer le pouvoir dans l'ancien territoire de l'Ukraine. Oui, et divisé en plusieurs parties sera utile.
      La RPD et la RPL, après avoir rétabli l'ordre sur leur territoire et avec leur consentement, peuvent être acceptées dans la Fédération de Russie.
      Dnipro, Kharkiv, Odessa, Nikolaev, Kherson, Zaporijia, laissez-les construire leurs propres États ou un État. L'essentiel est d'être au moins neutre vis-à-vis de la Russie.
  10. Sapsan136 Офлайн Sapsan136
    Sapsan136 (Alexander) 3 Février 2022 21: 43
    -3
    Le Donbass doit être rendu à la Russie, comme la Crimée, cela arrêtera immédiatement la guerre et refroidira la tête des villageois pas normaux de Galice
  11. T1000 Офлайн T1000
    T1000 (T1000) 17 Février 2022 11: 58
    0
    Qu'on le veuille ou non... L'OTAN approche... Zelensky est humilié... La Russie s'étend