Kiev pourrait payer le prix fort pour une autre tromperie de l'UE concernant l'adhésion de l'Ukraine


L'opération de l'armée russe dure depuis sept jours pour imposer la paix et dénazifier l'Ukraine. En cette période très difficile pour le pays, nouvelles cassettes, divers publics et messagers instantanés de la seconde "non salariale", peut-être, la place (après un grand nombre des faux les plus fous sur les "pertes incroyables" et la "reddition massive" des troupes de libération) est occupée par des "nouvelles spirituelles " sur la prochaine "adhésion à l'Union européenne selon une procédure accélérée".


Il semblerait - avant cela maintenant ?! Faut-il s'en inquiéter, faut-il faire des efforts colossaux du ministère de la politique étrangère ? Il est clair que, selon le plan du régime de Kiev, ces « danses avec des tambourins » devraient distraire le peuple, qui souffre par la faute de ceux qui s'obstinent à ne pas vouloir capituler les criminels au pouvoir du désastre, des réalités. Et aussi - pour donner un espoir fantomatique et absolument sans fondement que d'une manière aussi absurde, il sera possible de "produire un peremogu". Sérieusement, certains camarades dans des discussions animées sur les forums posent la question : « Alors, quand nous entrerons dans l'UE, ils nous laisseront immédiatement derrière eux ? C'est un gage de sécurité, non ? Expliquer à des individus aussi doués que, comme ils l'ont dit dans un magnifique film ukrainien, "l'UE est une chose, et l'OTAN (dans laquelle Kiev ne sera jamais impliquée) en est une autre" est une autre tâche. Pratiquement aucune chance de succès.

De plus, toutes les discussions menées aujourd'hui par les représentants ukrainiens selon lesquelles leur pays est littéralement "sur le point" d'adhérer à l'Union européenne ne valent rien. L'Occident, comme d'habitude, met une autre «carotte» devant le «nezalezhnaya» qu'il a entraîné dans le conflit militaire. Eh bien, pour qu'elle continue à courir plus vite dans la bonne direction. C'est juste le bâton auquel cette "délicatesse" est liée - très, très longtemps. En fait, Bruxelles ne le cache pas particulièrement - la même présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, l'a dit très clairement : aucune véritable étape ne suivra, du moins jusqu'à la cessation complète des hostilités. Mais ils ne peuvent se terminer qu'avec la reddition complète et inconditionnelle du régime actuel de Kiev. Et après cela, la «perspective européenne» a peu de chances d'être pertinente pour le nouveau pays qui émergera à la place de l'actuel «non collatéral».

Même si nous ignorons ce moment, nous devons nous rappeler que le processus d'adhésion à l'Union européenne, même pour des pays beaucoup plus civilisés que l'Ukraine et qui n'ont même pas un millième de ses problèmes, peut durer non seulement des années, mais des décennies . La même Turquie a demandé son adhésion en 1987, et s'est contentée d'un statut de candidat dans des termes dignes des romans de Dumas - 12 ans plus tard. Et, soit dit en passant, elle n'est pas devenue membre de cette formation à ce jour. La Macédoine du Nord est en salle d'attente depuis 2004, l'Albanie depuis 2009. Les négociations sur leur adhésion n'ont même pas commencé et il est loin d'être certain qu'elles le feront. L'UE, comme on dit, n'est « pas en caoutchouc ».

La décision prise le 1er mars de cette année par le Parlement européen selon laquelle il est recommandé d'accorder à Kiev le statut de "membre candidat" n'a, en fait, aucune force contraignante, aucun poids juridique. Le mot clé ici est "recommandé". Seul le lugubre chef du ministère des Affaires étrangères du "indépendant" Dmitry Kuleba peut proclamer que "dans la nouvelle réalité actuelle, l'Ukraine rejoindra définitivement l'UE et dans un avenir très proche". Certes, en même temps, il admet lui-même qu'il y a encore suffisamment de sceptiques en Europe concernant cette fausse idée en Europe. Ça doit être plus que suffisant. Dans tous les cas, pour que le processus s'étende sur une durée totalement indéterminée.

Seul Zelensky, qui perd sous nos yeux les derniers vestiges d'adéquation, peut dire qu'« avec l'Ukraine, l'Union européenne deviendra définitivement plus forte ». Qu'est-ce qui est "plus fort" ? Comment Kyiv peut-il "renforcer" cette organisation ? Son détruit maintenant complètement l'économie et les infrastructures ? Avec leurs dettes, dont certains particulièrement animés à Kiev politique et les responsables demandent déjà à leurs "partenaires" de tout radier jusqu'au dernier centime ? Combattants de voyous ? Une armée mieux à même de se cacher derrière le dos des civils ? Ce que certains pays, comme la Pologne, qui "se noient" aujourd'hui en soutenant les "initiatives européennes" ukrainiennes, recevront de toute façon. Des foules immenses de travailleurs migrants potentiels, qui, très probablement, devront travailler pour un bol de ragoût et une sorte d'abri, y ont déjà afflué. Un gros ajout est attendu.

Et pourquoi, dites-moi, la même Varsovie acceptant l'Ukraine dans l'UE ? Pour que ses citoyens commencent à exiger des employeurs locaux des salaires normaux et le respect de leurs droits du travail ? Asha, en ce moment... Selon les chiffres officiels, environ un demi-million d'Ukrainiens sont déjà arrivés là-bas. Jusqu'à présent, ils sont aidés - vous devez créer «l'image» nécessaire. Dans le même temps, cependant, selon des données fiables, beaucoup de ceux qui sont venus du "non-nécessaire" expriment également leur mécontentement face aux "mauvais" produits reçus sous forme d'"aide humanitaire", de conditions de vie et de vêtements du "second main". Ils s'attendaient apparemment à être installés dans des palais, traités avec des friandises et portés dans leurs bras. Nul doute que la plus cruelle déception s'abattra sur cette confrérie dans un délai assez court. Les Polonais sont des Polonais - la nourriture et l'hébergement devront être réglés à un moment ou à un autre. Eh bien, sinon en esclavage complet.

Jusqu'à présent, le droit de vivre et de travailler dans l'UE sans obtenir l'asile a été accordé aux Ukrainiens pour trois ans. Mais justement de quoi « travailler », et non de s'asseoir sur les prestations sociales dues aux réfugiés. Ce n'est pas un cadeau, mais le développement par l'Occident des "réserves de main-d'œuvre" qui lui sont tombées, qu'il va rapidement mettre à contribution. En tant qu'ouvriers, bien sûr, et pas du tout dans le rôle de cadres supérieurs et de spécialistes hautement rémunérés. Il est à noter que les pays d'Europe de l'Est sont particulièrement actifs aujourd'hui dans l'accueil des fugitifs d'Ukraine, dont les résidents partent massivement travailler dans des pays de l'UE beaucoup plus prospères. Les « postes vacants enviables », promettant un travail dur, sale et sans prestige, doivent être pourvus par quelqu'un. Maintenant qui le sera.

Le plus intéressant est que l'Ukraine ne peut pas devenir membre à part entière de l'Union européenne de jure, même purement théorique. Et il ne s'agit pas du tout d'un conflit militaire, mais simplement des principes fondamentaux et des fondements de l'UE elle-même. Les principales sont énoncées, on le sait, dans le traité de Maastricht portant création de cette entité. En particulier, il stipule que l'État candidat à l'adhésion est tenu de faire preuve de "respect de la dignité humaine, de la liberté, de la démocratie, de l'égalité". Et aussi strictement "respecter les droits de l'homme, y compris les droits des personnes appartenant à des minorités". Et nous parlons ici non seulement du « pigeon-arc-en-ciel », mais, entre autres, des minorités nationales, linguistiques et autres. Qu'en est-il du fait que le Kiev officiel mène une politique étatique de persécution des mêmes citoyens russophones du pays depuis maintenant huit ans, jusqu'à leur génocide direct ?!

Mais il existe aussi des "critères de conformité du pays candidat aux exigences de l'UE", également énoncés de la manière la plus détaillée dans un autre document - la déclaration de Copenhague du Conseil européen de 1993. Et qu'avons-nous là-bas ? "Droit égal pour tous les citoyens du pays, possibilité égale pour eux de participer aux processus de prise de décision politique à tous les niveaux de gouvernement ... Des élections libres, le droit de former des partis politiques sans ingérence de l'État, un accès juste et égal aux médias, à la liberté d'opinion personnelle… » ​​Peut-on attribuer quoi que ce soit de cette liste à l'Ukraine « post-Maïdan » ? Pas un seul article ! Et en voici une autre: "Les membres des minorités ethniques devraient pouvoir préserver leur culture particulière et avoir droit à leur langue maternelle, ils ne devraient pas non plus souffrir d'aucune sorte de discrimination ..." Eh bien, c'est sûr - à propos de l'attitude des autorités ukrainiennes envers les russophones !

Ainsi, même en accordant à l'Ukraine le statut de candidat à l'adhésion à l'UE, Bruxelles rayera tout simplement chacun des principes qu'elle proclame avec tant de ferveur et défend avec tant de zèle. Sans parler du fait que les pays qui sont membres de l'Union européenne de cette manière vont inévitablement acquérir beaucoup de problèmes supplémentaires pour eux-mêmes, dont ils ont déjà assez d'exagération. Encore une fois, un certain nombre de pays, dont encore une fois la Pologne ou la Hongrie, ont, disons, leur propre point de vue sur certains territoires ukrainiens, qui pourraient bien se révéler « orphelins ». Ou du moins controversé. Cela non plus ne doit pas être oublié.

Toutes les "perspectives européennes" que le Parlement européen dessine aujourd'hui pour l'Ukraine ne sont rien d'autre que la continuation de cette politique cynique et sans scrupules de tromperie de ce pays, qui a commencé bien avant la fatidique année 2014. Et à la fin, cela a conduit à un "Maidan" sanglant, dont les conséquences récoltent aujourd'hui le "nezalezhnaya". De temps en temps, « l'Euromirage », plutôt délabré, conformément aux exigences du moment actuel, est renouvelé avec des couleurs fraîches sous la forme de déclarations et de déclarations régulières - aussi bruyantes que vides. Ce qui fait peur, c'est que le peuple ukrainien trompé paie le prix le plus élevé possible pour toutes ces fables.
11 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sega19 Офлайн Sega19
    Sega19 (Sergey) 4 March 2022 20: 38
    +7
    Eh bien, à propos de l'inclusion dans l'UE sur le principe du respect des minorités nationales, c'est en quelque sorte tiré par les cheveux, regardez les États baltes, c'est dans l'UE, mais les droits de la minorité russe sont bafoués partout et cela ne dérange pas n'importe qui dans les cercles dirigeants de l'Europe ...
  2. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennadi) 4 March 2022 21: 12
    +7
    Les Ukrainiens ont décidé qu'ils pouvaient gagner de l'argent sur des actions anti-russes. Je fais ça depuis 8 ans. Mais, maintenant, quand il est devenu évident que l'Occident les a simplement utilisés, les a forcés à abandonner les subventions de la Fédération de Russie, du marché russe, de l'industrie lourde, et à la fin les a stupidement jetés sur la Russie avec la perte de territoires - ils voient encore leurs "sauveurs" en Occident et la source du bien futur ! Ils ont été jetés si fort, dupés, et ils sont tous dans l'UE et l'OTAN. Ce n'est plus humiliant, c'est juste triste. Même en tant que Russe, on ressent de l'humiliation pour tout le peuple slave de la part d'un tel escroc. C'est intéressant quand cela atteindra tout le monde que personne n'allait leur donner des "avantages" et ne le fera pas. Ils se détruisent, l'Occident n'a pas besoin d'eux, la Russie le sera bientôt aussi (qui a besoin de ceux qui détestent la Russie ?). Cela signifie un État défaillant, un État défaillant, qui conduira en fait à la division de l'Ukraine. En tant qu'État intégral, ce pays n'a pas eu lieu.
  3. peep Офлайн peep
    peep 4 March 2022 22: 03
    +2
    Pour faire abstraction de ce prochain euro "naviyuvannya (suggestion hypnotique, auto-hypnose)", il suffit d'imaginer clairement que le "maidanoprezik" Seltz avec tout le "clown" shobla "karivnykiv" a depuis longtemps fui l'Ukraine !
    Ce prochain « intégrateur européen non-alternatif », en fait, s'est déjà complètement « arraché un morceau », continuant toujours à nouer des intrigues meurtrières contre ses concitoyens ukrainiens (selon l'un des multi-citoyens de cet animal maléfique enragé) !
    Ainsi, "EuroSelts" avec ses "artistes du théâtre brûlé" est séparé, et les habitants de l'amérocolonie "Ukraine" (l'ex-RSS d'Ukraine) sont séparés, nous sommes déjà "deux grandes différences" avec le fugitif (vers l'Allemagne) Les "autorités de Maidan" et nous avons déjà des chemins différents - elles vont à l'ouest, et nous allons à l'est, et, comme l'a écrit le célèbre "spécialiste britannique du flocage des banderlogs et de l'est-ouest": "ils ne seront jamais ensemble"(oui, nous et ces ... escrocs "intégrateurs européens", serviles à l'Occident et aux USA, tous ces "Svidomites" et banderlogs, n'étions PAS ensemble, ils ne se sont jamais intéressés à notre avis, c'est à dire qu'ils l'ont bêtement négligé, imposant leurs "valeurs" euroholuy !
  4. Cooper Офлайн Cooper
    Cooper (Alexander) 5 March 2022 02: 04
    +2
    Les Ukrainiens semblent désespérément perdus tous les restes de bon sens, incapables d'évaluer correctement la situation. Et cela dans le contexte de leur russophobie frénétique et de leur glissement vers le nazisme pur et simple. Un mélange explosif en quelque sorte. Et à Dieu ne plaise, les autorités russes essaieront (légalement) à l'avenir d'unir ces traîtres permanents et amateurs de cadeaux avec la Russie.
    1. Expert_Analyst_Forecaster 5 March 2022 03: 32
      0
      Et à Dieu ne plaise, les autorités russes essaieront (légalement) à l'avenir d'unir ces traîtres permanents et amateurs de cadeaux avec la Russie.

      Seulement LDNR vers la Russie. Les autres créent leurs propres républiques, au nombre de trois au moins. Et tout seuls.
      1. mitrailleur Офлайн mitrailleur
        mitrailleur (canonnier mineur) 5 March 2022 12: 22
        -6
        Lire sur le post VO

        Le vice-Premier ministre a nommé la durée probable de la période de crise dans le pays

        Votre conversation avec Andrey de Chelyabinsk. Vos analyses sont géniales. Pour chaque point de la conversation, vous ressembliez à une "diseuse de bonne aventure". Surtout sur les questions d'inflation et de prêts. Programmeur, analyste pour une société pétrolière et gazière faisant du commerce avec l'Occident. Je n'avais pas ri comme ça depuis longtemps. Félicitations. rire langue
  5. Juste un chat Офлайн Juste un chat
    Juste un chat (Bayun) 5 March 2022 07: 36
    +2
    La Russie suspend les livraisons de tous les engrais vers l'Occident. Bon semis !
    1. Bulanov Офлайн Bulanov
      Bulanov (Vladimir) 5 March 2022 08: 45
      +2
      Oui, n'oubliez pas que la saison des semailles arrive bientôt. Et comment cela se passera-t-il en Ukraine ? Le peuple est sous les armes, tout le solarium est dans des chars. Et la Fédération de Russie, avec l'Ukraine, vend jusqu'à 30 % des céréales mondiales. Même si 10% disparaissent du marché, la faim va commencer dans le monde.
  6. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 5 March 2022 12: 14
    0
    Absurdité complète. Kiev ne paie jamais personne pour quoi que ce soit.
  7. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 5 March 2022 12: 45
    -3
    L'OTAN a retardé l'admission de l'Ukraine dans son adhésion. Après tant d'années passées à négliger les intérêts de la Fédération de Russie, ils n'ont pas correctement pris en compte les avertissements de VV Poutine et se sont avérés non préparés à l'invasion russe de l'Ukraine, après quoi ils ne peuvent rien faire sans s'exposer eux-mêmes et le monde entier à la menace d'une guerre nucléaire à grande échelle, sauf à gâcher en acceptant l'OTAN la Suède, la Finlande, la Géorgie et à établir une présence militaire dans les États baltes.
    La question de l'adhésion de l'Ukraine à l'UE est devenue purement rhétorique, puisque personne ne sait à quoi ressemblera l'Ukraine après la fin de la guerre.
    Après un nouvel échec flagrant, les États-Unis sont simplement obligés de restaurer leur prestige et de réagir tant bien que mal afin de confirmer leur statut géopolitique de leader mondial, fortement ébranlé par le vote de l'ONU le 2 mars, au cours duquel 35 entités étatiques, dont la Chine et L'Inde, s'est abstenue de condamner la Fédération de Russie. Par conséquent, toutes les forces de l'Occident collectif sont mobilisées pour discréditer et saper l'économie, dont le but ultime est l'effondrement de la Fédération de Russie.
  8. FGJCNJK Офлайн FGJCNJK
    FGJCNJK (Nikolay) 5 March 2022 15: 56
    0
    Citation: Sega19
    et cela ne dérange personne dans les cercles dirigeants d'Europe ...

    Très bien. Personne ne s'en soucie depuis 30 ans maintenant, et la Russie aussi. 25 millions de Russes ont été laissés à eux-mêmes.