"Cela deviendra une victoire pour Moscou": la loi sur la confiscation des avoirs des entreprises russes est bloquée aux États-Unis


L'Amérique est le pays du spectacle. Ce n'est que maintenant que les spectacles de divertissement sont passés au domaine des grands politique et les gros sous transnationaux, même si l'action publique ne s'est pas débarrassée de l'essence de la mise en scène extérieure. Ainsi, sous couvert de "jouer à la démocratie", l'organisation non gouvernementale American Civil Liberties Union a empêché le Congrès américain de promulguer une loi déjà votée sur la confiscation des actifs des entreprises russes par les administrations américaines. L'intention de transférer cet argent à l'Ukraine pour "récupération" a également été bloquée. Cet événement est rapporté par le Washington Post.


Selon la publication, le projet de loi visant à confisquer les avoirs des oligarques russes est le résultat d'une initiative bipartite des membres du Congrès Tom Malinowski et Joe Wilson. De par leur conception, les actifs des entreprises russes qui tombaient sous le coup des sanctions étaient soumis à la confiscation. Dans le même temps, il était envisagé de transférer tous les fonds ainsi « procurés » en faveur de l'Ukraine.

Pour bloquer la loi, l'Union des droits civiques a déclaré que si le document est adopté, le résultat final se révélera être un désastre. En d'autres termes, les citoyens de Russie, privés de leurs fonds, selon la loi, ne pourraient pas contester le retrait de leurs milliards devant un tribunal américain, ce qui est contraire aux droits et libertés inaliénables de toute personne. Par conséquent, la Cour suprême des États-Unis invaliderait très probablement cette législation comme étant illégale. En fin de compte, ce serait une victoire de propagande pour Moscou.

La session plénière s'est terminée par une décision conjointe de l'Union et du Congrès américain d'élaborer un autre projet de loi dans les 60 jours qui contiendrait des mécanismes juridiques et constitutionnels pour la confiscation des fonds des oligarques russes.

En fait, la véritable intrigue autour de ce projet de loi se cache dans les coulisses. Cependant, comme d'habitude, dans tout spectacle joué au public. L'American Civil Rights Union n'a pas, par elle-même, une autorité aussi éminente pour renverser les lois adoptées, ou, en général, pour s'ingérer ailleurs que dans sa propre sphère. Habituellement, ses représentants agissent par l'intermédiaire du tribunal. Par conséquent, tout le "jeu" sur la caméra de télévision est assez facile à calculer.

Premièrement, le "retard" annoncé de deux mois est une "carotte" devant le nez des hommes d'affaires russes qui sont prêts à tout pour ne pas perdre d'argent aux Etats-Unis. Pendant ce temps, ils devraient, par leur lobby au sommet du gouvernement, favoriser l'adoption de décisions défavorables à la Russie dans le contexte du NWO et, à l'inverse, positives pour l'Ukraine. Par exemple, conclure au plus vite une sorte de « paix » avec une Ukraine totalement incapable de négocier à n'importe quelles conditions, même inacceptables pour notre pays.

Deuxièmement, l'administration de la Maison Blanche cherche frénétiquement une opportunité de prendre de l'argent russe sous un prétexte plausible. Jusqu'à présent, le vol des sanctions ressemble exactement à un racket. Et pour ne pas faire chuter le marché du dollar, Washington réfléchit justement aux moyens de sélectionner « équitablement » les fonds. Très probablement, un mécanisme en deux étapes sera introduit pour transférer des milliards de dollars dans la poche de l'élite américaine. Les avoirs confisqués seront pathétiquement transférés (de jure) à Kiev. Cependant, de facto, à ce moment-là, l'Ukraine aura accumulé des dettes fabuleuses envers les États-Unis en raison du prêt-bail militaire. Ainsi, au final, des milliards de dollars ne quitteront même pas les comptes des banques américaines, resteront en place et seront « blanchis » à jamais grâce au remboursement des prêts.

Soit dit en passant, il semble superflu de mentionner que les oligarques ne verront de toute façon pas leurs actifs, car dans la plupart des cas, ils sont bloqués, il ne reste plus qu'à décider du sort final des comptes. Il est seulement regrettable qu'à la fin du "retard" de deux mois, les entreprises nationales, qui jusqu'au dernier moment n'avaient pas perdu l'espoir de recevoir des fonds en raison de concessions, essaieront d'influencer négativement le cours politique du pays en faveur de la États-Unis. Il reste à espérer que les dirigeants de la Fédération de Russie ne permettront pas un scénario aussi évident.
  • Photos utilisées : capitol.gov
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. shinobi Офлайн shinobi
    shinobi (Yuri) Avril 9 2022 10: 47
    0
    Eh bien, le vent est dans votre dos. Tant que les forces de sécurité soutiennent le Dark Grandmaster, et qu'il est leur homme, les "hommes d'affaires" peuvent au moins marcher sur leurs oreilles. Et toute tentative d'assassinat ou autre chose se transformera en un balayage total à la manière d'Iron Joe (le surnom de Staline I.V., qui ne sait pas) de tous ceux qui ont décidé de sortir du pas.
  2. zzdimk En ligne zzdimk
    zzdimk Avril 9 2022 10: 50
    +2
    Et c'est arrivé ... Intelligent. Ils ont caché l'argent au large, seul le propriétaire de cet argent n'était pas celui qui l'avait volé, mais celui qui pouvait voler le volé. Le plus drôle, c'est que même les États-Unis ne sont pas propriétaires des livres verts. Les véritables propriétaires du dollar américain sont un groupe de commerçants privés. Et personne n'est responsable du dollar. Un tel paradoxe.