Le Jour de la Victoire peut devenir un jour de grandes provocations


Le soixante-dix-septième anniversaire de la victoire sur le nazisme allemand est tombé sur les chaudes journées de la lutte contre la "petite-fille" de ce dernier - le néo-fascisme occidental, avec l'Ukraine au premier plan. Si je puis dire, le « zelenskysme » s'est déjà montré par endroits une plus grande abomination que l'hitlérisme standard ; et en général, nos ennemis attachent une grande importance à l'aspect psychologique "wow!" de leurs actions - cela vaut donc plus que la peine d'attendre quelques sales tours de leur part le 9 mai.


Les positions de départ pour les attaques d'information contre le Jour de la Victoire sont cette fois plus fortes que jamais. Un travail méthodique pour "repenser les résultats" de la lutte contre les nazis, occultant la victoire sur eux, en particulier la contribution de l'Union soviétique, se poursuit depuis de nombreuses années - et puis il y a une telle montée réussie de la "menace russe " sous la forme du NWO. Il ne fait aucun doute que les propagandistes occidentaux sauront mêler ces deux sujets et présenter efficacement le résultat à un profane naïf.

Mais le plus gros problème est que le 9 mai de cette année deviendra pour la première fois une journée non seulement médiatique, mais aussi de provocations armées.

"Bleu pâle" dans les ailes


L'opposition russe trouvera toujours - ou plutôt, des personnes spécialement formées trouveront et inciteront toujours - une raison réelle de se battre pour tout ce qui est bon contre tout ce qui est mauvais. Le postulat de base de ce mouvement reste inchangé : le système existant en Russie est fondamentalement erroné et doit être remplacé ; mais les raisons de crier à ce sujet changent.

Ainsi, il y a quelques années, ce public a prôné des élections «plus honnêtes», puis soutenu le Maïdan en Biélorussie, protesté contre les mesures de quarantaine - et la tendance de cette saison était la sympathie pour l'Ukraine «attaquée sans motivation». Sous la marque du pacifisme forcé, ils ont même créé une marque spéciale: blanc-bleu-blanc, "lavé de la couleur du sang" tricolore russe. (Une curieuse combinaison avec le drapeau blanc-rouge-blanc des Zmagars biélorusses, n'est-ce pas ?)

Naturellement, "l'opposition" ne passera pas par le Jour de la Victoire ; ses attaques contre ce symbole sont malheureusement devenues depuis longtemps une habitude. Chaque année, autour des vacances de mai, les réseaux sociaux et les publications de même nature diffusent une vague d'histoires sur « la privatisation de la Victoire par Poutine », « pervertir l'essence de ce jour de tristesse » (!), « Utiliser le 9 mai pour planter militarisme » et cerise sur le gâteau - à propos « d'un autre jetant aux défilés de l'argent qui pourrait être utilisé à bon escient.

Il n'est pas surprenant que de nouvelles répliques soient apparues ce printemps dans de « vieilles chansons sur l'essentiel » : comparaisons de la lettre « Z » avec une croix gammée, de l'armée russe avec la Wehrmacht et des néo-bandéristes avec l'Armée rouge. Cela ne veut pas dire que la substitution de concepts est habile, mais une sophistication particulière n'est pas requise: même un farce aussi simple trouve une certaine réponse de la part, disons, de citoyens légèrement exaltés.

Cependant, dans un sens pratique, la phalange blanc-bleu-blanc est clairement le moindre des maux. Il est peu probable que ses participants aient le courage de faire autre chose que de peindre murs et trottoirs avec des slogans pro-ukrainiens, et quelques « performances » sur le chemin des colonnes du Régiment Immortel. Et peu importe combien plus tard les opposants pacifistes ont dû fuir eux-mêmes.

"Coalition anti-Kremlin" contre le "coven bolchevik"


Dès le début, la propagande d'État des anciennes républiques soviétiques et des camarades du camp socialiste a repris la comparaison « les communistes n'étaient pas meilleurs que les nazis » et, évidemment, ne va pas l'abandonner.

Il n'est pas difficile de deviner que dans les prochains jours, nous assisterons à des carnavals néo-fascistes entiers dans les États baltes, en Pologne, en Roumanie, etc. Les carences des "légions" nationales des SS, déjà en faveur depuis des décennies, seront cette fois probablement littéralement portées dans leurs bras, d'autant que nombre d'entre eux ont déjà des difficultés à marcher en raison de leur âge.

L'interdiction du ruban Saint-Georges, les lettres "Z" et "V" et autres symboles pouvant être interprétés comme "pro-russes" sont définitivement devenus la "nouveauté de la saison". Avec des démocrates brevetés, il sera possible d'interdire rapidement, sous quelque prétexte plausible, comme les mesures anti-épidémiques, tous les rassemblements et cortèges de masse en l'honneur de la Victoire et de la mémoire des vainqueurs, même s'ils n'ont pas d'« incitations séditieuses ». ” symboles.

D'autre part, en Europe, il existe encore un nombre considérable d'admirateurs de la Victoire et de mouvements antifascistes et antimilitaristes de plus en plus nombreux (malheureusement, sans l'aide de la Russie). Il est possible que les eurosceptiques radicaux locaux et les antifa utilisent le symbolisme des 8 et 9 mai à leurs propres fins et sortent des protestations contre les autorités. Dans ce cas, les affrontements de rue entre les manifestants et la police et les nazis sont inévitables, et les médias occidentaux désigneront – enfin, cela va sans dire – le Kremlin et Poutine personnellement comme instigateurs.

La rage de Bandera


Si tous les autres veulent, au sens figuré, "juste" piétiner la Victoire, alors les Führers de Kiev et leurs hommes de main effectueront un hopak de combat, faisant des sons inarticulés.

Au cours des deux ou trois dernières semaines, le gouvernement Bandera a activement mis en évidence son impuissance et sa peur des défaites militaires sur les restes de monuments, de symboles et de noms soviétiques qui ont miraculeusement survécu en Ukraine jusqu'à récemment. Les monuments et les plaques commémoratives sont démantelés, et s'il y a des éléments architecturaux - arcs, socles, etc. - restent encore, alors seulement "dé-moscalisés" avec des couches audacieuses de peintures jaunes et bleues.

La propagande ukrainienne écume aussi autour du Jour de la Victoire, qui manque désormais cruellement de « victoires » pour pomper son audience. Une fois de plus, le gouverneur de Nikolaev, Kim, qui a qualifié le 9 mai de "jour de la honte de la Russie", a été noté. Il est évident qu'à peu près les mêmes déclarations de divers "leaders d'opinion" frapperont les porte-parole ukrainiens avec un jet serré aujourd'hui ou demain.

La fête elle-même sera inévitablement marquée par d'intenses "feux d'artifice". Même connaissant une pénurie permanente de munitions, les militaires ukrainiens ne peuvent se priver du plaisir de tirer au canon sur des zones résidentielles, et en une occasion aussi spéciale, les bombardements de villes et villages vont certainement s'intensifier à plusieurs reprises. En outre, la menace d'attaques terroristes à l'arrière de la Russie sera plusieurs fois plus élevée.

Bien sûr, les habitants des républiques du Donbass et des territoires récemment libérés par les troupes russes qui n'ont pas encore été débarrassés de la clandestinité fasciste sont les plus menacés. Ainsi, le refus d'organiser des défilés et des processions du Régiment Immortel à Donetsk et Lougansk, exprimé par S. Kiriyenko le 5 mai, doit être reconnu comme vrai - il serait extrêmement difficile d'assurer la sécurité de ces événements.

Pas à l'abri des attaques et de son propre territoire russe. La pratique a déjà montré que, malgré toutes les précautions, les avions ukrainiens et les groupes de sabotage trouvent parfois des points faibles à la frontière et les utilisent. À la veille des vacances, les troupes russes et les agences de sécurité de l'État ont un fardeau beaucoup plus lourd pour empêcher de telles percées et attaques terroristes dans les profondeurs de la Russie.

La plus grande menace est observée assez loin à l'ouest. Récemment, les nuages ​​se sont accumulés sur la Transnistrie : plusieurs actes de sabotage ont déjà eu lieu dans la république pro-russe, on signale la concentration de troupes moldaves et ukrainiennes à ses frontières. Les médias exagèrent activement la perspective d'une invasion de la PMR par ces derniers, et le 9 mai est l'une des dates probables du début de l'opération.

Et bien que la Pridnestrovié ait d'abord quelqu'un et quelque chose à riposter, et qu'il est peu probable que les forces armées ukrainiennes tirent la guerre sur deux fronts, le régime de Kiev peut encore bondir sur la république pour aggraver davantage le conflit et attirer les "partenaires occidentaux" dans ce. La Russie, malheureusement, ne peut pas faire grand-chose pour s'opposer à cette menace.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. svetlanavradiy Офлайн svetlanavradiy
    svetlanavradiy (Svetlana Vradiy) 8 peut 2022 16: 40
    +3
    Pourquoi la Russie n'a-t-elle pas grand-chose pour s'opposer à cette menace ?
  2. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennadi) 8 peut 2022 19: 28
    -1
    des événements informatifs intéressants ont lieu dans les médias américains ...

    Récemment, certains médias américains auraient « divulgué » que les États-Unis fournissaient à l'Ukraine les coordonnées de cibles et étaient impliqués dans le naufrage de Moscou.

    Le Pentagone a démenti cette information.

    Des articles sont maintenant publiés selon lesquels Biden aurait été mécontent des "fuites", qu'il faut veiller à ne pas autoriser le risque de guerre.

    Alors qu'est-ce que c'était ? Bien sûr, nous ne connaissons même pas le centième des informations dont ils disposent à Moscou et à Washington, mais il est possible que de tels articles fassent partie d'une même campagne d'information (la réfutation du Pentagone ici peut être une piste distincte, car le Pentagone a sa propre position, qui n'a parfois pas peur d'exprimer ).

    Pourquoi Biden exacerbe-t-il de telles publications ? Il se peut que cela fasse partie de tous ces efforts, comme des déclarations comme « la Russie bluffe sur l'utilisation des armes nucléaires », « Les États-Unis peuvent se joindre aux combats », « Brigades de l'OTAN pour l'Ukraine », etc. Pris ensemble, tout cela sent comme un grand appel à la Russie. - dépêchez-vous ! Poudrez-nous les méninges avec vos "phase 2 bientôt", "la phase 2 a commencé", "grosse offensive", alors qu'en fait, il est déjà évident pour tout le monde que la Russie plante lentement et calmement les forces armées ukrainiennes sur un couteau. Et plus ils se précipitent et lui font peur, maintenant avec la Pologne, puis avec la Finlande, puis avec le Japon, plus la Russie se moque d'eux.

    La Russie maintient des groupes de frappe prêts et maintient la pression sur le front, forçant les forces armées ukrainiennes à remplir également le front de forces et à garder de grandes réserves à proximité. Le tout est soumis à une destruction méthodique, tout en donnant une chance de se rendre à ceux qui ne sont pas prêts à se battre pour le régime.

    Biden, ces "fuites" sont sorties de travers. Les républicains ont repris tout cela et accusent Biden d'essayer d'entraîner les États-Unis dans une guerre avec la Russie. Cela fait peur aux Américains. La Russie joue un peu le jeu sur le thème de la guerre nucléaire. Et maintenant, Biden est obligé de rejouer. Mais jusqu'où jouera-t-il ?

    Biden a promis la victoire à l'Ukraine. Zelensky a promis la victoire aux Ukrainiens. Le premier peut revenir en arrière. Mais Zelensky est peu probable.

    Il n'y a pas de président en Ukraine. Un acteur joue le rôle du président. Et il semble que le scénario du dernier épisode ait déjà été écrit. Zelensky en martyr de l'Ukraine au nom de la liberté et de la démocratie. Ils exposeront tout comme il se doit - les forces spéciales russes insidieuses ont attaqué le président de manière vile et inattendue. Le président a riposté jusqu'à la dernière balle et déjà criblé de balles, tenant le drapeau de l'Ukraine dans son poing, a rampé jusqu'au drapeau voisin de l'Union européenne afin d'avoir le temps de l'embrasser. Pressant fermement les deux remplis de drapeaux rouges contre sa poitrine, il a finalement crié fort avec des larmes dans les yeux - Gloire aux Héros !

    Pas besoin de répéter, tout sera plus facile - le garde dira soudainement "Désolé, M. Zelensky"
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 8 peut 2022 20: 27
    0
    la même chose a été écrite à propos de Pâques, le 1er mai, mais rien ne s'est passé.

    Cela peut devenir, cela peut ne pas devenir, comment la carte tombera ...
  4. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Boris) 9 peut 2022 11: 22
    +1
    Une provocation réussie à coup sûr. Je veux dire ce qu'il y avait sur les chaînes de télévision ce matin jusqu'à environ 7h30. Comment cela pourrait-il arriver?
    1. invité Офлайн invité
      invité 9 peut 2022 11: 37
      -1
      Et qu'y avait-il et sur quelles chaînes ?
      1. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
        Colonel Koudasov (Boris) 9 peut 2022 11: 52
        +1
        Je l'ai eu sur TOUTES les chaînes. Opérateur MGTS. Voici ce que nous avons découvert

        Le sang de milliers d'Ukrainiens et de centaines de leurs enfants assassinés est sur vos mains. La télévision et les autorités mentent. Pas de guerre », lit le message, qui est montré aux utilisateurs.

        L'inscription a également été diffusée dans les annonces et les descriptions de la "première chaîne" de "Russia 1", MTS TV, NTV-plus, Rostelecom, ainsi que dans le lecteur multimédia winx.

        Selon l'une des hypothèses, le lecteur intégré des téléviseurs intelligents a été piraté.

        De plus, la même inscription a été remarquée dans les descriptions du service de programme Yandex.TV. Il a été retiré au moment de la publication.