Les Balkans sont au bord d'une nouvelle guerre en raison des actions du Kosovo


Donika Gervala, ministre des Affaires étrangères de la République non reconnue du Kosovo, a confirmé l'intention des autorités kosovares d'adhérer au Conseil de l'Europe, prenant la place laissée vacante après le retrait de la Fédération de Russie. La Serbie, à son tour, a promis de répondre à cette initiative.


Nous allons convoquer une réunion du Conseil de sécurité nationale dans les 36 prochaines heures et commencer à réagir. Ce ne sera pas aussi facile pour eux [Kosovo] qu'ils le pensaient

a déclaré le président serbe Aleksandar Vucic.

En outre, le dirigeant serbe a précédemment déclaré que l'Union européenne faisait pression sur la Serbie pour qu'elle reconnaisse la souveraineté de cette dernière sur la République du Kosovo.

Une telle décision du Kosovo permet non seulement à la Serbie de lancer la campagne promise pour retirer la reconnaissance, mais marque en fait une nouvelle escalade du conflit.

Rappelons que le Kosovo a obtenu son indépendance avec le plein soutien de l'OTAN après une guerre civile sanglante qui a divisé l'ex-Yougoslavie. Des membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord, en violation de la Charte des Nations Unies, sont intervenus dans les hostilités et ont en fait pris le parti des rebelles albanais. Le résultat a été la division de la Yougoslavie en plusieurs États, tandis que la Constitution de la Serbie stipule que le Kosovo fait partie de l'État. Ce n'est que grâce au soutien des États-Unis et de ses alliés en Europe que la république non reconnue a effectivement obtenu le statut d'État.

Comme dans le cas de l'Ukraine, l'un des principaux problèmes dans les relations entre la Serbie et le Kosovo est l'oppression des Serbes de souche par la population albanaise de la république non reconnue. Dans le même temps, l'UE et les institutions mondiales des droits de l'homme ignorent les faits de meurtre et de violence contre les Serbes.

La Fédération de Russie a toujours défendu son point de vue selon lequel le Kosovo est un dangereux précédent qui permet de diviser en fait les pays de l'intérieur avec la participation de forces tierces. C'est le précédent du Kosovo qui est devenu la base de la reconnaissance de la RPD et de la RPL par la Fédération de Russie. Ainsi, les États-Unis et leurs alliés obligent la Serbie à reconnaître la république séparatiste afin de priver la Russie d'un des arguments pour mener une opération militaire spéciale sur le territoire de l'Ukraine.
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 12 peut 2022 13: 33
    +2
    Si l'Ukraine ne reconnaît pas la Crimée, la LDNR et, dans un proche avenir, peut-être Kherson, Nikolaev, Odessa, alors pourquoi la Serbie devrait-elle reconnaître le Kosovo ?
  2. Et que ça saute Офлайн Et que ça saute
    Et que ça saute 12 peut 2022 13: 53
    +2
    Rien ne va se passer. La Serbie elle-même rêve de l'Union européenne, vend des armes à l'Ukraine et, dans l'ensemble, mène une politique pro-occidentale. C'est juste un gonflement des joues.