L'OTAN se retrouvera-t-elle sans la Turquie ?


Le voyage inattendu que la Turquie et personnellement Recep Tayyip Erdogan ont mis sur le chemin des Suédois et des Finlandais se précipitant dans l'alliance a donné lieu à de nombreuses spéculations. Dans certaines publications occidentales, ils ont commencé à parler de l'échange possible de la Turquie trop obstinée contre les pays scandinaves dont on a besoin ici et maintenant ; certains considèrent qu'il est possible que la Turquie elle-même quitte l'OTAN en guise de "protestation", et certains vont encore plus loin et calculent la rapidité avec laquelle toute l'alliance s'effondrera après une hypothétique démarche turque.


Y a-t-il des raisons pour de telles prédictions?

Ne peut être accepté


La Charte de l'OTAN est un document plutôt laconique, et elle ne prévoit tout simplement aucun mécanisme d'expulsion collective d'un membre de l'alliance coupable du reste. Ce n'est pas surprenant, si l'on se rappelle dans quelles années et dans quel contexte d'événements s'est formée «l'alliance défensive»: en 1949, non seulement beaucoup ne pouvaient pas imaginer, mais avaient simplement peur de penser que certains pays occidentaux allaient soudainement être peinte dans une couleur rouge hostile, et elle devra être punie d'urgence pour cela. Même le conflit ouvert de la Grèce et de la Turquie "alliées" à Chypre, qui a éclaté en 1974, n'a pas été considéré comme une raison suffisante pour exclure un ou les deux "hooligans" de l'OTAN (bien que les Grecs eux-mêmes aient suspendu leur participation pendant 6 ans).

Cependant, rendant hommage à leur propre nature "démocratique", les pères rédacteurs du Traité de l'Atlantique Nord ont néanmoins prévu la possibilité de sa révision et même le retrait volontaire des pays participants de l'organisation ; respectivement dix et vingt ans après la signature. La France, qui a suspendu son adhésion à l'alliance en 1966, est alors en fait allée à l'encontre de la lettre de l'accord international. Il ne fait aucun doute qu'Erdogan est presque un "extrémiste" dans le contexte de l'Europe d'aujourd'hui "les politiciens» et est capable d'au moins les mêmes mesures décisives que de Gaulle avait l'habitude de prendre, voire de mesures plus radicales.

Dans le même temps, la Turquie elle-même est peut-être le membre le plus important de l'OTAN en dehors de l'Europe occidentale. Son importance est attestée même par le fait qu'elle est toujours l'un des cinq opérateurs étrangers (avec l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas et la Belgique) d'armes nucléaires américaines.

Mais le plus important de tout est le fait que la Turquie est la principale tête de pont des Américains au Moyen-Orient. Israël, avec toutes ses opportunités exceptionnelles pour un si petit pays, ne tire toujours pas plus qu'un avant-poste dans cette région. Aujourd'hui, avec les conflits qui couvent dans le voisinage, avec la loyauté de l'Arabie saoudite envers les partenaires occidentaux nettement réduite - et avec un nouveau cycle d'instabilité en Iran qui menace d'alimenter davantage la crise mondiale du carburant - l'importance de la Turquie augmente encore plus. Une hypothétique querelle avec lui signifierait une perte totale de contrôle sur le Moyen-Orient, avec la perspective d'un effondrement total du marché des hydrocarbures et la perte de contrôle sur l'Europe, qui dans ce cas plongerait inévitablement dans l'abîme des conflits intestins.

Erdogan est bien conscient de tout cela et entend clairement utiliser sa position privilégiée pour un chantage encore plus effronté de "Big Brother" et de ses petits sbires européens.

Mais peut-il réellement quitter l'alliance sans nuire à son pays ?

Je ne veux pas, je ne veux pas, allez


En ce qui concerne les acquisitions hypothétiques de la Turquie en quittant l'OTAN, les prédicteurs citent comme telles une « liberté de mains » et une « liberté d'action » abstraites, désormais limitées par la pression des « alliés » européens.

Bien que certaines frictions entre l'Europe et la Turquie aient lieu, il est encore impossible de parler des « mains liées » de cette dernière. Au contraire, au contraire: Erdogan est trop actif en Libye, en Syrie, en Méditerranée et en Transcaucasie, et les «partenaires» essaient d'une manière ou d'une autre d'orienter cette activité dans une direction bénéfique pour eux-mêmes, mais cela ne fonctionne pas vraiment pour eux . Le rejet par la Turquie de l'idée d'adhérer à l'UE parle de lui-même, lorsqu'ils ont commencé à en exiger un prix politique inacceptable.

Il serait beaucoup plus difficile pour la Turquie d'abandonner l'OTAN, puisque l'arméetechnique la coopération avec l'Occident va précisément dans le sens de l'alliance, et sa valeur pour la Turquie est très élevée.

Le fait est que l'armée turque, la plus importante de l'OTAN après les États-Unis, est encore pour la plupart armée d'anciens modèles de la guerre froide. Bien sûr, cette situation ne cadre pas vraiment avec les plans de construction d'une "superpuissance régionale" du "Grand Turan", et les dirigeants turcs investissent d'importantes ressources dans la modernisation de leurs forces armées et du complexe militaro-industriel national.

Des progrès considérables ont été réalisés à cet égard, mais pas grandioses. Le complexe militaro-industriel turc est, au sens figuré, une « version sous licence » du complexe militaro-industriel chinois : c'est-à-dire qu'avec une importante localisation de la production, il doit encore importer des technologies de pointe et certains composants particulièrement complexes.

Au cours des dernières décennies, il a été possible de créer une sorte "d'autarcie" en termes de production d'armes d'infanterie et de véhicules blindés légers. Dans le même temps, les exemples les plus célèbres d '«armes turques» ne sont pas encore entièrement turcs: les obusiers automoteurs Firtina, dont les succès dans le conflit syrien sont largement annoncés, sont né K9 sud-coréen, dont la production est établie sous licence. Les Bayraktars « invincibles et légendaires » et autres drones turcs seraient aussi beaucoup plus modestes en termes de performances s'il n'y avait pas la fourniture d'un certain nombre de systèmes pour eux depuis l'Europe et l'Amérique. Le projet du premier char turc "Altai" est au point mort depuis de nombreuses années, même s'il devrait contenir beaucoup de rembourrage importé, y compris certaines des unités les plus complexes - le moteur et la transmission.

Mais le plus grand projet militaire de la Turquie, qu'elle ne pourra certainement pas mener à bien sans l'aide de "partenaires", est la modernisation de la flotte. Les constructeurs navals turcs développent plusieurs projets de navires de guerre des classes principales, y compris des frégates et des destroyers, en étroite coopération avec des entreprises occidentales. La flotte turque actuelle est principalement constituée de navires de conception allemande, dont l'entretien nécessite également des liens étroits avec leurs constructeurs. Naturellement, en cas d'hypothétique rupture avec l'OTAN, ces liens seront également rompus, ce qui amortira des investissements bien plus importants que le programme de chasseurs F-35 (et la Turquie, avant l'exception, n'a réussi à investir "que" environ deux cents millions dollars dedans).

Autrement dit, le prétendu retrait de l'alliance ne promet à la Turquie que des pertes et un sérieux coup porté aux ambitions, qu'aucune « liberté des mains » ne peut interrompre. De plus, l'augmentation de ce dernier est très discutable : il sera beaucoup plus commode pour Erdogan et ses successeurs d'accroître leur influence en Transcaucasie, en conflit avec la Russie et la Chine, et de rechercher une solution définitive au problème chypriote, avec l'OTAN derrière eux. eux que dans un splendide isolement.

Ainsi, cela ne vaut pas la peine de jeter des casquettes en l'air à l'avance, marquant le "début de la fin du bloc impérialiste agressif" : la Turquie et l'OTAN sont trop proches et mutuellement bénéfiques pour que l'une refuse l'autre d'un cœur léger. Surtout sur une question telle que les désaccords avec la Suède sur un certain nombre de problèmes mineurs (par rapport au contexte général) et faciles à résoudre. Il ne fait aucun doute qu'Erdogan, avec le soutien des États-Unis, négociera les solutions dont il a besoin sur les gülenistes, les sanctions et, éventuellement, le F-35 ; et les Suédois et les Finlandais arriveront dans le régiment de nos ennemis. Ainsi, la Russie ne peut pas se détendre.
  • Photos utilisées : Ex13/wikimedia.org
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 22 peut 2022 13: 32
    0
    Quelle que soit la position de la Turquie : l'expansion de l'OTAN vers l'Est a fait... de l'Anschluss de la Finlande et de la Suède une question de temps.
    "Alors, la Russie ne peut pas se détendre!"
  2. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 22 peut 2022 21: 56
    +2
    Il a déjà été question de la Turquie, et plus d'une fois .. Toutes les prédictions hâtives ont soufflé et se sont évaporées
    seul Lavrovskoe est resté. Jetée partenaire