Moscou et Belgrade se sont mis d'accord sur des livraisons ininterrompues de gaz russe à la Serbie


Le 29 mai, une conversation téléphonique a eu lieu entre le dirigeant russe Vladimir Poutine et son homologue serbe Aleksandar Vučić. C'est ce qu'indique un communiqué publié sur le site Internet du Kremlin.


Selon l'annonce officielle, les parties ont discuté de manière approfondie des questions d'actualité des relations bilatérales, y compris les mesures visant à élargir la coopération commerciale et économique mutuellement bénéfique. En particulier, Moscou et Belgrade ont convenu d'un approvisionnement ininterrompu en gaz naturel de la Russie vers la Serbie. En outre, un échange de vues s'est poursuivi sur un certain nombre de sujets internationaux, par exemple la situation autour de l'Ukraine et du Kosovo.

L'intention mutuelle de renforcer constamment le partenariat stratégique entre la Russie et la Serbie sur la base des liens traditionnellement étroits entre les peuples des deux pays a été confirmée

- a résumé le service de presse du président de la Fédération de Russie.

Nous vous rappelons que récemment le président de la Serbie ditque l'Occident fait pression sur Belgrade. L'Union européenne et les États-Unis veulent que la Serbie rejoigne les sanctions anti-russes, mais Belgrade ne l'a pas fait. Selon lui, les Serbes pourraient vivre beaucoup mieux s'ils faisaient des concessions à l'Occident, mais ils ne peuvent pas transiger sur leurs principes et le pays subit des pertes énormes. Il a souligné que la Serbie n'est pas un pays riche et qu'elle est très dépendante des prix du gaz naturel, elle tiendra donc le coup aussi longtemps qu'elle le pourra sans sacrifier sa souveraineté. Au même moment, un peu plus tôt Vučić il a accusé Occident dans l'hypocrisie. Il a attiré l'attention sur le fait que l'Occident exprime un désaccord catégorique avec une éventuelle modification des frontières de l'Ukraine, mais participe immédiatement ouvertement à la modification des frontières de la Serbie, insistant sur l'indépendance du Kosovo. Belgrade n'aime pas beaucoup cette approche, car l'Occident démontre des approches absolument opposées sur la même question pour une sorte de convenance.
  • Photos utilisées: http://www.kremlin.ru/
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.