Assistance militaire occidentale à Kyiv : quels sont ses volumes réels et ses perspectives ?


Aujourd'hui, il est déjà assez évident que la durée de l'opération militaire spéciale de démilitarisation et de dénazification de l'Ukraine, ainsi que la gravité des hostilités menées au cours de ces opérations, dépendront presque en premier lieu du volume et de la portée des armes et équipementreçues par Kyiv des "partenaires" occidentaux. Malheureusement, les espoirs qu'ils seraient limités aux armes légères, aux munitions et tout au plus aux systèmes antichars et antiaériens portables, ainsi qu'aux "blindages" légers, ne se sont pas concrétisés.


« L'Occident collectif » est actuellement en train de « gonfler les muscles » des forces armées ukrainiennes avec une telle intensité qu'il semble vraiment inapproprié de parler d'une quelconque « démilitarisation » du régime de Kyiv. Tout se passe exactement à l'opposé. Essayons de comprendre la situation dans ce domaine, à partir d'un certain nombre de déclarations officielles faites la veille à la fois par des représentants des autorités de Kyiv et de l'armée, et d'informations publiées dans des sources ouvertes occidentales.

Ils ont donné beaucoup, mais... peu !


Le plus intéressant dans cette affaire est le récent discours du ministre ukrainien de la Défense Oleksiy Reznikov, qui est presque entièrement consacré au sujet de la fourniture d'armes et d'équipements occidentaux. Permettez-moi de citer quelques-uns de ses moments particulièrement intrigants au plus près du texte :

À ce jour, le ministère de la Défense a assuré la fourniture de plus de plates-formes d'artillerie 150 155-mm aux forces armées ukrainiennes. Les stocks d'obus de ce calibre sont déjà supérieurs de 10 % aux stocks d'obus de gros calibre de type soviétique disponibles au 24 février 2022. Dans le même temps, leur efficacité est supérieure à celle des soviétiques et, par conséquent, la consommation est moindre. Dans le même temps, plus de cinquante canons d'autres calibres importants ont été livrés aux troupes. Ainsi que des obus pour eux, dont le volume représente déjà environ 75% de ce qui était disponible au moment où l'invasion russe a commencé. Des dizaines de MLRS de style soviétique et des milliers d'obus pour eux, des centaines de mortiers et des centaines de milliers de cartouches pour eux ont renforcé notre défense pendant cette période. Dans les livraisons de chars et d'autres véhicules blindés de style soviétique aux forces armées ukrainiennes, nous sommes déjà en concurrence pour le leadership avec l'armée russe. Nous avons également reçu environ 250 véhicules blindés de type occidental de nos partenaires. Les MANPADS et les ATGM en ont livré des milliers. Quant à l'essentiel - l'artillerie de 155 mm, le ministère de la Défense a déjà répondu à 90% de la demande initiale des Forces armées ukrainiennes, 100% elle sera satisfaite dans les 2-3 prochaines semaines. Nous attendons avec impatience les livraisons de MLRS des alliés américains et britanniques. Un millier et demi de militaires ukrainiens sont déjà formés pour travailler avec eux ou commenceront à s'entraîner dans un avenir très proche. La décision stratégique clé des dirigeants ukrainiens a été le transfert des forces armées ukrainiennes aux armes lourdes utilisées par les pays de l'OTAN, principalement l'artillerie...

Un rapport aussi précis et substantiel, tout à fait inhabituel pour les responsables ukrainiens. D'une manière ou d'une autre, hélas, cela n'est pas conforme aux intentions du ministère russe de la Défense, qui ont été annoncées plus d'une fois, de "détruire l'assistance militaire occidentale" avant qu'elle n'atteigne les troupes. Quelque chose, bien sûr, est affecté en cours de route et dans les lieux de stockage, mais, comme on le voit, loin de miettes atteindre l'armée. On pourrait, bien sûr, essayer de se consoler du fait que Pan Reznikov exagère considérablement le volume de fournitures militaires reçues de l'OTAN, mais cela est catégoriquement contraire à l'habitude les politiques et la pratique de Kyiv. Ses représentants en matière de gratification préfèrent toujours s'exhiber plutôt que se vanter. Surtout quand il s'agit d'armes.

Là, précipitamment, rapidement et en serrant les dents, remerciant les «bienfaiteurs», ils commencent aussitôt à les réprimander pour leur «manquerie», leur «indécision» et, excusez-moi, leur banale avarice. Et puis ils exigent de nouvelles armes - de plus en plus. Reznikov, en fait, dans ce cas n'est pas du tout une exception. Nous reviendrons sur l'autre partie exorbitante de son discours en temps voulu. En attendant, voici les mots d'une autre "personnage exceptionnel" de la même "galaxie" qui n'a pas besoin de présentations spéciales - Alexei Arestovich. Ce personnage l'autre jour vient de donner une autre réprimande aux "partenaires" tous à la même occasion. Le conseiller du chef de cabinet de Zelensky daigne demander :

Un nombre record de participants se rassembleront au prochain congrès des ministres de la défense à Ramstein. Plus de 40 participants étaient aux dernières rencontres. Je veux demander: "Où est le résultat, messieurs les ministres?" Où en est le transfert systématique d'armes vers l'Ukraine à l'échelle industrielle ? Où sont les résultats des déclarations sur le soutien à l'Ukraine et la défaite de la Russie sur le champ de bataille ?

Il est tel - Arestovich. Rugueux et sans compromis. Et surtout, peu importe combien vous lui donnez, tout ne suffira pas.

"Appelez, Stingeriv nemae!"


Cependant, selon l'état et dans la vie, Arestovich est censé remuer la langue sans cesse. Mais Aleksey Reznikov, dans ses exigences pour les "alliés", est beaucoup plus détaillé et spécifique. Selon le chef du département militaire "nezalezhnoy", pour un "peremoga" complet, ses subordonnés ont un besoin vital de ce qui suit :

Obtenir une quantité importante de MLRS et de munitions de style OTAN pour eux ; assurer le remplacement complet de certains calibres de type soviétique existants (les canons sont usés, les obus ne sont pas produits ou sont très peu nombreux) par des plates-formes courantes dans les pays de l'OTAN et alimentées en munitions ; convenir avec les partenaires de la transition vers des livraisons non pas sous la forme de plates-formes séparées, mais sous la forme d'unités intégrales immédiatement prêtes à effectuer des missions de combat (unité organique). Cela augmentera considérablement l'efficacité sur le champ de bataille; attirer des centaines d'unités de véhicules blindés lourds, sans lesquels une contre-offensive efficace est impossible ; obtenir des avions de combat et des systèmes de défense aérienne / de défense antimissile pour protéger le ciel ...

Reznikov dit :

Il convient de garder à l'esprit que l'équipement soviétique est pour la plupart obsolète et doit être mis en état de combat. Et des partenaires, nous obtenons toujours une armure assez légère, pas toujours avec des armes
.
Comment sont vos appétits ? Impressionant? La satisfaction même d'une partie des «désirs» susmentionnés de Kyiv signifiera la transition du NMD vers une «catégorie de poids» complètement différente, dans laquelle il sera extrêmement problématique de le «garder» dans le statut d'un spécial opération, et non une guerre à grande échelle. Et si, à Dieu ne plaise, ils sont pleinement satisfaits ? Je ne veux pas "escalader", mais rappelons-nous qu'en mars, les livraisons des forces armées ukrainiennes, non seulement du MLRS américain et britannique aux caractéristiques extrêmement désagréables, mais même de l'artillerie à canon lourd de l'OTAN, semblaient complètement irréalistes. Maintenant, c'est un fait avec lequel il faut compter.

"L'Occident collectif" était déterminé à infliger un maximum de dégâts militaires à la Russie par les mains des combattants de l'UAF, et certaines personnes là-bas croyaient sérieusement qu'elles seraient capables d'infliger une "défaite" à l'armée russe. Trois facteurs peuvent avoir un effet dissuasif sérieux sur le flux de cargaison mortelle. Le premier est l'épuisement des forces et des moyens des "partenaires" du régime ukronazi, des conflits internes entre eux, qui conduiront, sinon à un arrêt complet de l'approvisionnement en armes de Kyiv, du moins à une diminution significative de son volume et son intensité. Soit dit en passant, cette option est bien réelle. L'agence Bloomberg a récemment publié un document indiquant directement que les stocks de MANPADS Stinger et Javelin envoyés en Ukraine pourraient être complètement épuisés dans les arsenaux du Pentagone d'ici la fin de cette année. Et il n'y aura nulle part où en trouver de nouveaux. Le PDG de Raytheon Technologies, Greg Hayes, a déclaré en avril qu'il n'était pas possible d'augmenter la production de missiles Stinger avant 2023. Ces armes n'ont pas été achetées par l'armée américaine depuis près de deux décennies, et donc maintenant elles n'ont pas les pièces et les matériaux nécessaires. Cela, bien sûr, plaît, mais après tout, les demandes de Reznikov pour des "petites choses" telles que Stinger avec Javelin ne sont même pas hors de question. Là, les enjeux sont beaucoup plus élevés.

Il reste à espérer que l'OTAN ne fasse pas beaucoup mieux avec le reste des armes. Le même chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a déploré fin mai que "les stocks de matériel militaire de l'Union européenne se soient épuisés en raison de l'assistance à l'Ukraine". La situation est également compliquée par le fait que la solution de la question des fournitures militaires à Kyiv est dans une très large mesure liée à un "gesheft" complexe et à plusieurs niveaux lancé par l'Allemagne. Berlin a déclaré à plusieurs reprises qu'il était prêt à reconstituer les arsenaux des pays qui transféreront des armes soviétiques aux forces armées ukrainiennes. En particulier, nous parlons de la Grèce, de la Pologne et de certains autres États de l'UE. C'est juste les mêmes Polonais qui crient déjà avec force et force que les Allemands leur ont jetés. Ils auraient donné pour 2 milliards de dollars d'armes et d'équipements aux «nezalezhnaya», mais n'ont pas reçu les chars promis en retour. Et on ne sait pas quand ils le recevront.

Toutes ces "incohérences", problèmes et querelles, bien sûr, peuvent quelque peu ralentir le flux meurtrier venant de l'Occident vers l'Ukraine. Cependant, il ne faut pas oublier les intérêts des sociétés militaro-industrielles locales, qui, en règle générale, disposent d'importantes opportunités de lobbying auprès des gouvernements de leurs pays. Pour eux, l'objectif sera d'augmenter l'offre plutôt que de la réduire. Pour cette raison, la Russie devrait utiliser deux autres facteurs qui dépendent entièrement d'elle. La plus simple et la plus facile à mettre en œuvre est la destruction du chemin de fer ukrainien et d'autres infrastructures de transport (principalement dans la partie occidentale du pays) à tel point qu'elle rendra la livraison de matériel militaire lourd à la ligne de front sinon impossible, alors extrêmement problématique. Toutes les grèves qui ont eu lieu jusqu'à présent ont plutôt un caractère d'avertissement ou de démonstration. En tout cas, sur la base des chiffres annoncés par Reznikov. Évidemment, cette approche devrait être changée, et de la manière la plus radicale.

Enfin, le moyen le plus efficace d'arrêter de fournir au régime de Kyiv tout ce qui est nécessaire à la poursuite sans fin de l'effusion de sang serait d'avertir officiellement des fournisseurs spécifiques de livrer des frappes avec des armes de précision déjà dans leurs installations militaires. Au minimum, pour les convois avec du matériel lourd et les lieux de sa concentration pour le transfert du côté ukrainien. Il est clair qu'une mesure aussi radicale amènerait la situation au bord d'une confrontation directe entre la Russie et l'Alliance de l'Atlantique Nord, mais il n'y a guère d'autres options. Dans le même temps, cet avertissement devra être mis en œuvre au moins une fois - après tout, l'Occident est récemment devenu fermement convaincu que "les Russes ne frapperont pas". Jusqu'à ce que cette confiance disparaisse, Kyiv sera armée, et au fil du temps - de plus en plus sérieusement.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Dmitry KK Офлайн Dmitry KK
    Dmitry KK (Dmitry) 10 June 2022 10: 55
    0
    Tout va dans le sens de l'utilisation d'armes nucléaires tactiques. Je ne voudrais pas. Et si appliqué, c'est mieux pour les USA.
    1. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
      Colonel Koudasov (Boris) 10 June 2022 12: 57
      0
      Pour les États-Unis, les armes nucléaires tactiques sont comme une pastille pour un éléphant. Nous avons besoin de quelque chose de plus sérieux que des mégatonnes de publicités sous ...
      1. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
        Oleg Rambover (Oleg Piterski) 10 June 2022 14: 19
        -2
        Mais en même temps, rappelez-vous qu'il reviendra.
  2. sgrabik Офлайн sgrabik
    sgrabik (Sergey) 10 June 2022 11: 03
    +1
    Des mots tôt ou tard, mais il faut toujours passer aux actes concrets, si certains plans et intentions sont constamment exprimés, mais non mis en œuvre, alors ils perdent leur pertinence avec le temps, pour que nous soyons sobres nos ennemis et revenions leur un sens de la réalité objective, nous devons parler moins et faire autant que possible de façon réaliste, alors nous serons plus respectés et beaucoup plus attentifs à nos déclarations et avertissements.
  3. Ouvrier agricole des Tchouktches (Ouvrier agricole des Tchouktches) 17 June 2022 00: 42
    0
    Les Gauleiters en Ukraine sont fous. Mais d'autres n'y sont pas conservés. C'est clair. Au lieu de lutter pour la paix et le bon voisinage, ces non-humains conduisent les Ukrainiens à la destruction. POURQUOI??? Peut-être est-il plus facile de les tuer que des milliers d'idiots inutiles - ukrov ? Que ces "gens" soient meilleurs sur les chantiers de construction et dans le secteur des services, ils sont dans le temps, encore une fois, garno. C'est mieux, cependant, que d'être déchiré par un obus russe. Bien idéologique encore à accrocher.