L'échec de Siemens coûtera à l'Europe le lancement de Nord Stream 2


L'Europe traverse une période difficile, non pas tant en termes de sécurité énergétique et de sécurité, mais en raison de la nécessité de faire un choix et de se libérer des préjugés pour son propre bien. La situation de l'approvisionnement en gaz empire chaque jour : en plus de surmonter les conséquences d'un incendie survenu le 8 juin dans l'un des plus grands terminaux méthaniers des États-Unis, la côte, où se trouvent toutes les infrastructures gazières américaines, attend une série d'ouragans à tester, qui ne feront qu'aggraver les prévisions de retour des ports à un fonctionnement normal.


De plus, les problèmes de la première ligne du Nord Stream sont loin d'être éliminés. L'entreprise Siemens est «silencieuse» et essaie de trouver une excuse à sa culpabilité, plutôt que de corriger la situation et de donner les unités de pompage de gaz réparées au client. Cela ne rapproche pas la fin de l'état de force majeure de Nord Stream, mais au contraire la repousse.

En d'autres termes, le gazoduc de la Baltique pour une durée indéterminée tombe en dehors du calendrier d'approvisionnement en matières premières de l'UE. Dans cet esprit, la carte des capacités d'exportation de la Fédération de Russie ressemble aujourd'hui à ceci: pas plus de 1 millions de mètres cubes sont pompés quotidiennement via le SP-67, via le GTS d'Ukraine - 16 millions, Turkish Stream fournit aux clients jusqu'à 42 millions de mètres cubes. Ainsi, les exportations de gaz russe sont tombées à près de 125 millions de mètres cubes, ce qui est un anti-record historique.

L'Europe a soudainement subi une véritable catastrophe, car pour des raisons indépendantes de la volonté des fournisseurs américains et russes, les volumes d'exportation vers l'UE ont chuté de façon spectaculaire. Et bien qu'à Bruxelles on parle de politique Dans le contexte de l'arrêt de Nord Stream 1, on ne peut nier que le même sort a été réservé aux commerçants américains. La coïncidence tragique n'a pas profité aux clients européens. Quoi qu'il en soit, mais dans le contexte de la situation actuelle et de la pénurie extrême, typique de la saison de réapprovisionnement, le prix des matières premières a bondi à 1500 XNUMX dollars par millier de mètres cubes. Le marché libre, dont l'adhésion était tant recherchée dans l'UE, est inexorable, il ne peut être « plaint » d'une situation critique et d'un besoin extrême, il ne connaît que les intérêts des participants. Soit dit en passant, c'est pourquoi les représentants de la Fédération de Russie se sont toujours opposés à la transformation du gaz en marchandise marchande (au comptant) et au commerce des matières premières en bourse.

Le patron de Gazprom, s'exprimant au SPIEF, n'a pas manqué de rappeler à l'UE que la deuxième branche du Nord Stream est tout à fait prête et peut sauver l'Europe à tout moment. Cependant, l'UE est dans un état d'"intoxication" avec la russophobie et l'hystérie anti-russe, il sera donc difficile pour toute une galaxie de pays de considérer l'énorme économique profiter du lancement de SP-2 pour l'illusion de la spéculation sur le "moment politique" de l'arrêt de SP-1.

En fait, l'Europe s'est retrouvée dans son propre piège. L'échec de Siemens coûtera très probablement à Bruxelles une décision difficile pour lancer Nord Stream 2, puisque même la première branche réparée du gazoduc, surtout sans approvisionnement en GNL (dont une partie sera interceptée par l'Asie "insatiable"), ne sera pas capable d'assurer le pompage des énormes volumes de carburant nécessaires dans les installations UGS. Les délais ne peuvent physiquement pas être respectés. Il ne reste plus qu'à attendre la décision volontaire des dirigeants de l'UE, dans laquelle la partie la plus intéressante sera la partie motivationnelle résolutive, justifiant l'autorisation de ce qui a été interdit avec tant de véhémence.
  • Photographies utilisées : JSC "Gazprom"
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 17 June 2022 09: 04
    +3
    Le moment est donc venu pour les dirigeants de l'UE de décider. Avec qui sont-ils ? Avec leur propre peuple ou avec les maîtres anglo-américains de la colonie de l'UE. Il ne fait aucun doute que l'UE est une colonie anglo-saxonne. Dans l'UE, même la langue officielle est l'anglais, bien qu'il n'y ait pas un seul pays anglophone dans l'UE. Eh bien, à propos de la façon dont l'Inde au 18ème siècle était une colonie de l'Angleterre et là, ils ont forcé la population locale à communiquer en anglais. Les Européens se sont vendus comme esclaves, comme les Noirs africains au cours des siècles passés.
    1. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
      Vladimir1155 (Vladimir) 18 June 2022 17: 27
      +1
      nous-mêmes ne devons pas devenir fiers, car nous ne sommes sortis de cet esclavage qu'en janvier 2022
  2. polynet Офлайн polynet
    polynet (polinet) 17 June 2022 09: 46
    0
    Bientôt le froid, ils remettront tout à sa place. Nord Stream 2 devra être lancé. La vie forcera