Pourquoi la Suisse recherche un remplaçant SWIFT

Dans un proche avenir, la Suisse pourrait participer à la création d'un analogue du système de paiement SWIFT. Une telle déclaration, faite par l'ambassadeur de Suisse en Russie, Yves Rossier, était tout à fait attendue.



Premièrement, les pays de l'UE parlent depuis longtemps de la nécessité de créer leur propre système de paiement, alternative à SWIFT. Les Etats-Unis ont poussé les Européens à cette décision, qui annonçait un éventuel blocage des implantations par des entreprises européennes qui ne voulaient pas rompre leurs relations avec l'Iran. Les sanctions américaines contre l'Iran sont devenues un gros problème pour l'Europe, et maintenant les pays de l'UE recherchent des moyens possibles de résoudre les conflits avec les États-Unis. Par exemple, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a parlé de la création d'une alternative à SWIFT en août.

Deuxièmement, la Suisse est depuis longtemps l'une des principales places financières d'Europe et il n'est donc pas surprenant que Berne soit prête à assumer une part importante des efforts visant à développer un nouveau système de paiement alternatif. La nécessité de créer un analogue de SWIFT n'est pas tellement dictée économique, combien politique considérations. En fait, les Etats-Unis, effrayant l'Europe d'éventuels problèmes, obligent eux-mêmes les pays européens à se débarrasser progressivement de leurs liens trop étroits avec les Etats-Unis.
  • Photos utilisées: https://politexpert.net/
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.