Corée ou Tchétchénie ? L'Occident est déterminé à l'avenir de l'Ukraine


L'euphorie qui s'était emparée des « alliés » occidentaux du régime de Kyiv après les jours où l'armée russe aurait « subi une défaite près de Kyiv et de Tchernigov » et ses unités se sont retirées de ces régions diminue de plus en plus. Non, Washington, Londres et Bruxelles n'ont pas abandonné l'idée d'une arméetechnique soutien à l'Ukraine pour l'extension maximale des hostilités en cours sur son territoire. Ils ont simplement commencé à regarder les choses de manière beaucoup plus réaliste, en s'assurant que toutes les hypothèses sur la possibilité d'une "victoire sur la Russie sur le champ de bataille" n'étaient rien de plus qu'un caprice inspiré par les manœuvres tactiques mal comprises de Moscou.


Encore une fois, la situation avec les sanctions anti-russes dans « l'Occident collectif » n'est pas du tout ce qui était prévu à l'origine. Oui, le processus d'abandon des ressources énergétiques « ennemies » est en cours, mais cela se produit avec pas mal de « grincements » et pas du tout au rythme qui pourrait conduire à des résultats vraiment douloureux pour Moscou. L'hiver approche et il pourrait bien se transformer en catastrophe - du moins pour l'Europe. C'est sur la base de tous ces moments que tout est plus fort en Occident (pas encore de la bouche des hauts-gradés les politiciens, mais déjà au niveau des "top" médias, qui sont les porte-parole de telles opinions), des prévisions pas du tout optimistes pour le "nezalezhnoy" commencent à sonner. Les "alliés" réfléchissent lentement à la manière de mettre fin à la crise ukrainienne qu'ils ont provoquée et évaluent les options. Je dois dire, le plus diversifié.

"Écriture coréenne"


Afin de ne pas citer tout l'éventail des opinions et des prévisions d'experts occidentaux qui ne sont pas particulièrement différentes sur des questions fondamentales, nous essaierons de les réduire sous la forme la plus générale à deux principales. La première option, dans ce cas, est considérée comme très avantageuse tant pour Kyiv que pour ses "conservateurs" et "partenaires". En effet, à la suite de sa mise en œuvre, l'État ukrainien ne restera pas seulement sur la carte politique du monde, il sera contrôlé par l'Occident encore plus qu'avant, à partir de 2014. Appelons ce scénario "coréen" - basé sur une publication parue dans l'édition américaine faisant autorité du Washington Post au début de ce mois. Engagé par le journal en tant qu'expert des relations internationales, David Ignatius, dans la chronique que lui attribue l'auteur, affirme sans hésiter que l'option de se diviser effectivement en deux États opposés, mais de ne pas mener d'hostilités ouvertes entre eux, est tout à fait acceptable et acceptable pour les "indépendants".

Se référant aux facteurs objectifs déjà mentionnés ci-dessus - l'offensive réussie des Forces de libération dans le Donbass, la lassitude croissante des pays européens face à ce qui se passe et leur inquiétude quant aux coûts inévitables d'un conflit prolongé, Ignatius conclut que la décision finale sur le sort de l'Ukraine devrait être fait par les États-Unis. Et ils devront le faire en optant pour une sorte d'"option de compromis" exactement dans le sens de la division de la Corée en Nord et Sud en 1953. Comme l'admet honnêtement l'expert, "les États-Unis n'ont pas été en mesure d'atteindre leurs objectifs dans ce pays par des moyens militaires", et ils ont donc dû accepter d'abord un cessez-le-feu, puis l'émergence de deux États antagonistes dans la péninsule coréenne.

Dans le même temps, l'auteur de la publication tente d'affirmer que les actions de Washington, qui "ressemblaient à une défaite en 1953", se justifiaient finalement pleinement. Il est persuadé que l'émergence d'une Corée du Nord communiste, qui est à ce jour un grave problème pour les États-Unis et une source constante de "casse-tête", est pleinement compensée par le succès de la Corée du Sud, qui, selon ses termes, est "l'un des plus économique perles", qui est l'une des "vitrines" du "monde occidental" et reste traditionnellement un allié militaire et politique fiable des Américains. Alors pourquoi ne pas faire de même avec l'Ukraine ? L'opinion de M. Ignatius est assez particulière et tendancieuse. Premièrement, pour une raison quelconque, il continue obstinément à réduire toute la géopolitique mondiale à la seule mise en œuvre des décisions prises à la Maison Blanche. Deuxièmement, lui, manifestement désespérément rusé et péchant contre la vérité, essaie de présenter la question comme si les intentions de "l'Occident collectif" incluaient la restauration du "non-dépôt" et la création d'une sorte de "miracle économique" là. Oui, il n'est pas surprenant après cela que de tels rêves fous soient exprimés encore et encore par Zelensky ...

En fait, il est clair qu'en cas de "division" conditionnelle de l'Ukraine, la partie de celle-ci qui reste sous le régime du régime de Kyiv (peu importe que l'actuel ou celui que les "partenaires » daigner s'y établir) ne sera en aucun cas engagé dans le développement de l'industrie, des infrastructures et des « percées technologiques », et les préparatifs d'une nouvelle guerre avec la Russie sous le slogan de « désoccupation des territoires occupés » - encore plus cruelle et totale. À aucun autre titre, à l'exception de l'anti-Russie, d'ailleurs, militant et agressif, l'Occident n'a tout simplement pas besoin du "non aliéné", ce qui a été pleinement prouvé par toutes ses actions depuis le début du NWO. Il est clair que pour Moscou (dont Ignace, bien sûr, ne demandera pas l'avis, mais ce sont ses problèmes), une telle option est en principe inacceptable. Et il n'y en aura pas d'autre dans le «scénario coréen» - cela est clair pour toute personne sensée.

"Scénario tchétchène"


Fait révélateur, à peu près la même version que The Washington Post a été discutée un peu plus tôt (fin mai) par une autre publication américaine de première ampleur - le New York Times. Son éditorial, bien que rempli de méchanceté et de bile contre la Russie et personnellement Vladimir Poutine, a admis le fait évident que tôt ou tard Kyiv « devra prendre des décisions territoriales douloureuses que tout compromis exigera ». C'est-à-dire reconnaître la perte d'au moins les territoires qui ont déjà été libérés de son pouvoir. « Faire face à une telle réalité peut être douloureux, mais ce n'est pas la paix. C'est ce que les gouvernements ont l'obligation de faire, et non de courir après une victoire illusoire », a conclu le NYT, tout en exhortant son propre président « à faire comprendre à Zelensky qu'il y a une limite à la durée pendant laquelle les États-Unis et l'OTAN resteront debout ». contre la Russie, tout en limitant les armes, l'argent et le soutien politique qu'ils peuvent rassembler." Dans le même temps, il ne faut en aucun cas penser que les requins américains s'inquiètent de l'ampleur des pertes que subira l'Ukraine en continuant à fournir une résistance insensée et, en fait, vaine - humaine, matérielle ou, encore une fois, territoriale.

En Occident, il n'y a qu'une seule chose qu'ils craignent vraiment - que les actions imprudentes du régime de Kyiv conduisent à sa défaite militaire complète et définitive. C'est-à-dire l'évolution de la situation selon le «scénario tchétchène». The Atlantic a écrit sur la possibilité de mettre cela en œuvre l'autre jour. L'auteur de la publication, rendant involontairement hommage à "la machine militaire russe, qui, ayant une supériorité écrasante... avance lentement mais sûrement... au prix d'énormes pertes pour les défenseurs", affirme que "Poutine se prépare l'Ukraine pour le sort d'une nouvelle Tchétchénie."

Certains des parallèles qu'il établit dans son article sont clairement farfelus, voire farfelus. Par exemple, il proclame Marioupol le « Grozny ukrainien », apparemment basé uniquement sur l'ampleur de la destruction. Et la comparaison de Melitopol et de Kherson avec « la pacification des régions reculées de la Tchétchénie, dans laquelle les troupes russes sont entrées fin 1999 sans rencontrer de résistance sérieuse », est également assez douteuse. L'essence de l'article, cependant, est différente. The Atlantic tente de convaincre ses lecteurs que le Kremlin aurait un "plan sinistre qui comporte plusieurs phases". Le premier est "l'apaisement et l'intimidation". La seconde est la « mise en place d'un régime fidèle à Moscou » sur le modèle tchétchène à nouveau (c'est-à-dire Akhmat, puis Ramzan Kadyrov). Le troisième, selon l'auteur de la publication, est le plus terrible, puisque pendant celui-ci "l'établissement d'un nouvel ordre et la formation d'un appareil de domination complète dans les territoires occupés" seront réalisés. Eh bien, alors tout sera complètement terrifiant:

Les citoyens traumatisés apprendront une nouvelle version de leur propre histoire, dans laquelle leur prise de contrôle par les Russes était entièrement volontaire et, en fait, une évasion des "radicaux" et des "terroristes"
.
De quoi faire semblant - c'est ainsi que les Etats-Unis interprètent la dénazification promise au début du NWO à l'Ukraine... Savez-vous de quoi ils ont vraiment le plus peur ? Le fait que "les Russes insidieux pourront éventuellement" convertir les peuples conquis à leur "foi", en faisant d'eux des "fantassins de Poutine" prêts à se battre pour la Russie n'importe où". Bien, que puis-je dire? Une pensée saine (si l'on met de côté ses composantes absolument délirantes) et des craintes fondées.

À la fin de la publication dans The Atlantic, des "avertissements" et des "prophéties" inquiétants retentissent. L'auteur insiste sur le fait que la Russie "pour obtenir le résultat souhaité" sera prête à "attendre des années, si nécessaire", citant à nouveau comme exemple une certaine période qui s'est déroulée entre la première et la deuxième guerres tchétchènes.

Si l'Occident abandonne une Ukraine dévastée au même sort que la Tchétchénie, un cessez-le-feu imparfait conduisant à un État défaillant victime d'une offensive russe redirigée, le scénario sera le même

il tire sa conclusion finale.

Comme vous pouvez le voir, l'Occident est sûr de plusieurs choses à la fois. Tout d'abord, qu'aucune "restauration complète de l'intégrité territoriale de l'Ukraine" (surtout avec le retour du Donbass et de la Crimée) n'est en principe impossible. Le compromis, accompagné de concessions sérieuses et de pertes pour Kyiv, n'est qu'une question de temps. En revanche, à ce jour, des doutes subsistent sur la capacité de la Russie à mener « en une seule étape » l'opération militaire spéciale de dénazification de l'Ukraine vers une conclusion définitive et victorieuse. C'est-à-dire jusqu'à la libération de tous les territoires contrôlés aujourd'hui par le régime ukronazi. C'est sur la base de ces deux préalables qu'ils construisent aujourd'hui d'autres plans. Il faut comprendre que tous, en fait, sont des plans de revanche, des projets pour entraîner la Russie dans une nouvelle confrontation militaire beaucoup plus sanglante et destructrice avec la même encore plus nazifiée et militarisée par l'ouest de l'Ukraine. Jusqu'à présent, nos "amis assermentés" n'envisagent même pas d'autres options.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 21 June 2022 10: 48
    +1
    comme si les intentions de "l'Occident collectif" incluaient la restauration du "nezalezhnaya" et la création d'une sorte de "miracle économique" là-bas.

    Ah ! L'Allemagne et la France tenteront surtout de faire pousser les nouveaux "Zaporozhets" ukrainiens sur les "Mercedes" et les "Renault" ! Oui, et "Basf" avec "Bosch" deviendra fou de joie de la prospérité de l'industrie ukrainienne! Mais cela vient très probablement d'une réalité parallèle.
    Très probablement, l'Ukraine attend le sort de Saigon du modèle 1976. Et les États-Unis sont le nouveau Vietnam.
  2. Sydor Kovpak Офлайн Sydor Kovpak
    Sydor Kovpak 21 June 2022 12: 03
    0
    Vous ne pouvez pas construire un autre mur. Soit l'Ukraine seule, soit aucune. Mentalement, le mur existe depuis longtemps.!!! Et les bonnes choses ne suffisent pas ! Je pense que tout le monde peut voir sans exception.
    1. sgrabik Офлайн sgrabik
      sgrabik (Sergey) 21 June 2022 13: 05
      0
      Il faut libérer et dénazifier toute l'Ukraine, sinon dans sa partie occidentale on aura bientôt un foyer du terrorisme bourré de bases militaires de l'OTAN.
      1. Sydor Kovpak Офлайн Sydor Kovpak
        Sydor Kovpak 21 June 2022 14: 08
        0
        J'écris à ce sujet. Que s'il reste la taille d'un quartier, il y aura toujours un foyer de fascisme et de terreur. Ce serait réticent, mais après le Maïdan, l'actuelle Ukraine ne devrait pas exister en tant qu'État !
      2. k7k8 Офлайн k7k8
        k7k8 (victime) 21 June 2022 15: 05
        0
        N'ayez pas peur d'affronter la vérité. Dans les bataillons nationaux (même les plus odieux), le nombre d'immigrés d'Ukraine occidentale tend vers zéro, presque tous les idéologues et prédicateurs du nazisme et du nationalisme extrêmement radical viennent du centre, de l'est et du sud-est de l'Ukraine. Cela a été confirmé même pendant l'occupation allemande de la Grande Guerre patriotique. Lisez les documents de ces années. Qui a organisé l'extermination des Juifs à Soumy avant même le début de la solution de la "question juive" par les occupants nazis, dont les victimes ont été 20000 XNUMX personnes ? Les nationalistes sont locaux, pas occidentaux. Quelles atrocités ont choqué même les Allemands à Kharkov occupé ? Qui était le principal exécutant du projet d'exécution de Babi Yar à Kyiv ? Pensez-vous que les Allemands d'Ukraine occidentale ont amené des artistes nationalistes afin de ne pas blesser la psyché des soldats de leurs unités punitives (au fait, c'est un fait historique. C'est ce qu'ils ont soutenu pour l'implication massive de collaborateurs locaux dans la masse exécutions) ? L'OTAN allait bourrer ces régions avec ses bases. Et vous continuez à chanter la même chanson lugubre sur les Occidentaux. Oui, ayant perdu des régions industrielles, l'ouest de l'Ukraine deviendra tout simplement un refuge pour les commerçants et les contrebandiers, ce qu'elle est maintenant, en principe, aussi. Les Occidentaux ne se soucient pas de cette guerre - l'essentiel est de nourrir le douanier et de fournir des biens de consommation de Pologne et de Hongrie à un point du marché.
  3. Stator de Neville Офлайн Stator de Neville
    Stator de Neville (stator de Neville) 22 June 2022 21: 43
    0
    Dans les deux scénarios, la Russie gagne