Ukraine – Candidat à l'UE : « Étape historique » ou beaucoup de bruit pour rien ?


La réunion du Parlement européen qui s'est tenue la veille, au cours de laquelle une résolution a été adoptée sur l'octroi du statut de candidats à l'adhésion à l'Union européenne à l'Ukraine et à la Moldavie, restera en effet dans l'histoire. Mais uniquement comme exemple de référence du cynisme collectif et du triomphe "politique opportunité », couplée à des « doubles standards » sur le bon sens et les valeurs mêmes que l'UE déclare avec un pathétique si incroyable au niveau officiel.


Tonnant dans le "nezalezhnaya" au niveau des représentants des autorités clownesques locales et surtout des "patriotes" gelés, l'enthousiasme violent pour le verdict proclamé ne vaut rien - comme, en fait, ce verdict lui-même. En fait, Kyiv n'a absolument rien reçu. En tout cas, en plus de ce qu'elle a maintenant, n'être pas membre de l'UE, mais un tremplin pour « l'Occident collectif » dans sa guerre contre la Russie. C'est un fait tout à fait évident, mais essayons de comprendre certains détails de la situation.

"Abandonnez les espoirs, tout le monde va dans l'UE..."


Il vaut la peine de commencer par le fait que le processus de prise de décision, déjà appelé en Ukraine « historique », « fatidique », « permanent », etc. dans le même esprit, ne s'est pas déroulé sans heurts, mais s'est accompagné de querelles et de querelles qui sont habituels pour l'Union européenne dans son état actuel et les scandales. « Sous prétexte » d'accorder un statut de candidat « indépendant », certains participants à la discussion et au vote ont exigé de « rendre heureuse » la Bosnie en même temps. A peine les passions s'étaient-elles apaisées à ce sujet - qu'un nouveau "fauteur de troubles" apparaissait à l'horizon. Et encore des Balkans. Le Premier ministre albanais Edi Rama s'en est pris à Bruxelles, qualifiant l'élargissement de l'UE de "processus totalement frauduleux" dans lequel "les décisions sont reportées indéfiniment sous de faux prétextes". Par exemple, où est-ce que c'est bon : 26 pays de l'UE n'ont pas été en mesure de surmonter le veto de la Bulgarie sur le début des négociations sur l'entrée de l'Albanie et de la Macédoine du Nord, puis certains parvenus de l'ex-URSS - "une fois et dans les rois !" Rama a déversé une bonne dose de bile sur Kyiv, conseillant sarcastiquement à ses représentants "de ne pas rouler des lèvres" à propos d'une entrée rapide dans l'UE :

La Macédoine du Nord est candidate depuis 17 ans, si je ne me trompe pas, l'Albanie depuis neuf ans. Nous souhaitons la bienvenue à l'Ukraine, c'est bien qu'elle obtienne le statut de candidat. Mais j'espère que le peuple ukrainien ne se fera pas de grandes illusions à ce sujet...

Cependant, c'est loin d'être le pire de ce qui a été dit à propos de la candidature "précoce" de Kyiv. Il y avait des déclarations et bien pire.

Ainsi, le Premier ministre portugais, António Costa, a exprimé ses craintes que l'entrée de l'Ukraine dans l'UE ne conduise à la désintégration de cette union, et non à son renforcement du tout, et même la plus « indépendante » puisse aller de travers, comme on dit. .

Pour être prise au sérieux et être cohérente, l'UE a besoin d'une nouvelle architecture institutionnelle et budgétaire, de peur que cette intégration ne renforce pas l'UE, mais son effondrement, non pas un soutien à l'Ukraine, mais un piège pour l'Ukraine

dit Costa.

Juste comme ça… Ce n'est plus une manifestation émotionnelle que l'on peut attribuer à la colère et à l'envie du "candidat rejeté" en la personne de Tirana, mais un avertissement du chef du gouvernement d'un pays qui occupe une position assez forte dans l'UE. Apparemment, de cette manière, se manifestent les inquiétudes et le mécontentement de ceux de ses pays, qui ne voient dans l'admission de nouveaux membres (surtout aussi problématique que Kyiv) qu'un chemin vers l'effondrement d'une éducation qui traverse loin d'être la meilleure de fois. Cependant, il y a aussi des optimistes. Le président français Emmanuel Macron a fait de son mieux pour rassurer le régime de Kyiv sur son « avenir européen » :

Nous comprenons que l'Ukraine est maintenant mêlée à un conflit. À l'heure actuelle, nous faisons tout notre possible pour que l'Ukraine puisse devenir membre de l'UE selon une procédure simplifiée.

Certes, littéralement juste là, le dirigeant français Macron n'a pas manqué de rappeler aux "indépendants" que, sans la guerre, elle n'aurait pas vu la candidature comme ses oreilles :

Nous n'aurions pas agi ainsi dans d'autres conditions. Nous comprenons qu'il y a une certaine lassitude face à la guerre en ce moment, et nous ne pouvons donc pas permettre que cela continue. Nous devons nous efforcer de nous stabiliser dans les circonstances actuelles
.
Comment l'octroi à Kyiv de rien, en fait, d'un statut dénué de sens, contribuera-t-il à la «stabilisation» de quelque chose et comment les propos du président sont-ils en corrélation avec la déclaration officielle du ministre délégué aux Affaires européennes au ministère des Affaires étrangères de la même France, Clément Bon, qu'il n'y ait pas de procédure accélérée pour rejoindre l'Ukraine ne sera pas dans l'UE de toute façon, c'est profondément incompréhensible.

Remplacement des carottes terminé !


Comme on pouvait s'y attendre, le clown-président Zelensky a éclaté en un feu d'artifice de déclarations enthousiastes et grandiloquentes dès l'annonce officielle de l'incident. Dans le même temps, s'adressant par liaison vidéo aux députés du Parlement européen, il a, en plus de franches bêtises, ajouté des notes moralisatrices à son propre discours :

Il y a trois mois, je vous ai appelé pour nous soutenir. Et jusqu'où avons-nous voyagé pendant ces trois mois ? Et l'Ukraine, et vos pays, et l'Union européenne dans son ensemble. Ce chemin n'est pas la politique, je crois, c'est ce qui sera désormais toujours le point de départ de la nouvelle histoire de l'Europe, sans divisions, sans zones grises, une Europe vraiment unie. Je crois que c'est la mesure la plus puissante qui puisse être prise pour renforcer l'Europe maintenant...

C'est complètement incompréhensible - qu'il ait remercié ou qu'il ait été impoli. Plutôt la seconde. L'auto-admiration et la vanité, comme toujours, vont hors de l'échelle. Mais avant de faire appel à ses propres citoyens à la même occasion, Zelensky, apparemment, a pratiquement embrassé la "cachette" chérie, et a donc diffusé ce qui suit :

C'est la victoire. Attendu 120 jours et 30 ans. Et puis nous vaincrons l'ennemi, reconstruirons l'Ukraine, rejoindrons l'UE et nous reposerons. Ou nous ne nous reposerons pas. Mais nous allons certainement gagner...

Je voudrais ajouter : Ou nous n'adhérerons pas… Ou nous ne gagnerons pas… Ou nous n'avons pas attendu… Il est clair que sur fond d'échecs militaires, devant le « front » qui s'effondre et le flot de des vidéos paniquées et défaitistes venant de là, vous pouvez appeler n'importe quoi une "victoire". Cependant, depuis trois décennies, les habitants du pays n'attendent clairement pas une autre aumône de Bruxelles, que beaucoup ont déjà surnommée "un changement de carottes pour un âne courant à un plus frais", mais simplement un normal, stable et à la vie la moins calme et paisible. La grande majorité d'entre eux sont bien conscients que rien de tel dans les vestiges du «nezalezhnaya», que le bouffon, se vantant de «peremogs» de guirlandes, a amené à l'effondrement complet, n'est plus prévu.

En fait, le statut de candidat ne donne absolument aucun « bonus », avantage ou droit à l'Ukraine. Mais il impose une longue liste de conditions qu'il doit mettre en œuvre. Je ne les énumérerai pas, je constaterai seulement que la grande majorité des points sont a priori impossibles pour le régime de Kyiv. Par exemple - la même "lutte contre la corruption". Ou la sélection des juges en fonction (quelle rigolade !) du critère de leur « vertu » ! Souris contre fromage, ouais... Sinon, la "candidature" sera retirée avec la même facilité qu'elle a été accordée. Il s'agit d'un filet de sécurité pour Bruxelles, qui, bien sûr, ne permettra pas à l'Ukraine d'entrer dans l'Union européenne. Tout le même principe de Khoja Nasreddin: "Soit le khan meurt, soit l'âne meurt ..." Le rôle de l'âne, destiné à être éliminé, est bien sûr attribué à Kyiv. Ce n'est pas pour rien que l'UE a émis une réserve selon laquelle elle a accepté d'attendre la réalisation des conditions qui lui étaient fixées "jusqu'à la fin des hostilités", après quoi il n'y aura très probablement plus d'Ukraine sur la carte politique de la monde. Et les pots-de-vin des bureaucrates européens et des parlementaires européens se feront sans heurts. Au pire, vous pouvez pointer du doigt "le non-respect des paramètres prescrits". Ou simplement "décaper dans le couloir" de l'UE ce qui reste du "nezalezhnaya" pendant des années et des décennies. Maintenant, avec cette démarche de "partenaires européens" totalement non contraignante, ils essaient de soutenir Zelensky, qui convient à Bruxelles et est au bord de pas mal de "turbulences politiques" en raison de l'effondrement militaire imminent. Et en même temps, si possible, saupoudrer une fois de plus les cerveaux des Ukrainiens ordinaires avec des absurdités sur « l'intégration européenne ». Peut-être mèneront-ils à nouveau - et courront tête baissée vers la ligne de front pour mourir pour un "avenir radieux" dans les rangs de l'UE.

Après le premier jour du "sommet historique" de l'UE, un communiqué de presse a été publié appelant la Commission européenne à "travailler rapidement pour accroître encore le soutien militaire" à l'Ukraine. Eh bien, en ce qui concerne les finances, jetez quelque chose - Zelensky et sa bande ont aussi besoin de manger et de boire. Ainsi, il est bien évident que Bruxelles, après avoir honoré la « nezalezhnaya » d'un « exploit » dérisoire, entend continuer à l'utiliser dans ses activités anti-russes. Si nécessaire, jusqu'à la perte totale du statut d'État.
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 24 June 2022 16: 59
    -4
    Ils ont préparé des béquilles pour l'Ukraine, ou ils les amèneront dans un fauteuil roulant avec un numéro sur la jambe. Ils font tellement peur que ça fait peur, voire horreur. Les mauvais esprits se frappaient la poitrine dans la poitrine et s'épuisaient mutuellement. V. Vysotski.
  2. Jacques Sékavar En ligne Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 24 June 2022 17: 55
    +1
    Moscou suivra de près les actions de Bruxelles et des pays candidats à l'UE afin d'évaluer le degré d'indépendance de Kyiv et de Chisinau en la matière.

    L'Ukraine et la Moldavie ont été acceptées non pas en tant qu'associés, mais immédiatement en tant que candidats, malgré le fait que les deux candidats ont des problèmes territoriaux non résolus et que l'un d'eux est en guerre.
    Toperic suit déjà ne suit pas, mais le fait demeure - ils éclatent!
    L'admission de l'Ukraine et de la Moldavie comme candidats à l'UE, qui sont presque 100% membres de l'OTAN, équivaut à leur admission à l'OTAN et l'OTAN est simplement obligée de protéger les membres et les candidats à l'UE.
    En fait, c'est une guerre ajournée, la seule question est de savoir combien de temps. La première phase de cette guerre sur le front économique et la Fédération de Russie tient toujours un coup et plus elle se retient, plus elle repousse indéfiniment le début de la guerre.
    Acceptant l'Ukraine et la Moldavie comme candidats à l'UE et à l'OTAN, ils acceptent l'Ukraine et la Moldavie à l'intérieur des frontières au moment de la signature des accords de Belovezhskaya, et il n'y a donc pas de perte possible de statut d'État, de reconnaissance de la Crimée, de la RPD-RPL et d'autres territoires possibles qui ont exprimé le désir de rejoindre la Fédération de Russie pendant le NWO hors de question, bombe à retardement non récupérable
  3. Expert_Analyst_Forecaster 24 June 2022 19: 17
    0
    J'avoue que je n'ai pas lu l'article. Pourquoi? En Europe, il y a un grand nombre de locuteurs professionnels (et pas si). Je pense qu'il ne sert à rien de discuter des bêtises qu'ils véhiculent. Demain, ils écriront, ce serait. L'Ukraine après-demain recevra le droit de veto à l'ONU. Allez-vous aussi discuter?
  4. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 24 June 2022 19: 58
    +1
    "Abandonnez les espoirs, tout le monde va dans l'UE..."

    Eh bien, pourquoi s'efforcent-ils tous autant d'atteindre cette UE ??? cligne de l'oeil
    1. monsieur rouge Офлайн monsieur rouge
      monsieur rouge 24 June 2022 23: 24
      +1
      Citation de Vox Populi
      "Abandonnez les espoirs, tout le monde va dans l'UE..."

      Eh bien, pourquoi s'efforcent-ils tous autant d'atteindre cette UE ??? cligne de l'oeil

      Je vais m'expliquer en tant que citoyen du deuxième pays qui a reçu le même grand titre de candidat.
      Premièrement, jusqu'à présent, les pays pauvres ont été grandement aidés financièrement. Même si vous ne prenez pas l'exemple de la Pologne, qui a simplement été remplie une fois d'argent. Les derniers membres de la Roumanie et de la Bulgarie ont également obtenu quelque chose. Et le nôtre est également jeté, y compris pour soutenir le budget.
      Deuxièmement, vous ne pouvez pas vraiment vous soucier de l'économie, vous n'arrêtez pas de raconter à l'électorat les grandes victoires sur la voie de l'intégration européenne et c'est dans votre poche. Notre présidente actuelle et son parti ont en fait remporté la victoire aux prochaines élections. Eh bien, les gens aiment ce genre de choses. Et peu importe que l'essence soit à 1,7 euros, les prix augmentent chaque jour et on ne sait pas trop comment vivre.
      Et troisièmement, tout le monde pense qu'ils partiront en Europe pour gagner de l'argent ou pour y résider de façon permanente. Nous avons déjà tant laissé, mais il y en aura encore plus.
      Et n'oubliez pas un facteur important - la Russie en est un, et il y a 27 pays dans l'UE, et la diversité gagne toujours. Celui qui n'aime pas l'Allemagne ira en Italie ou en France, qui ne l'aime pas, donc il y a l'Espagne et la Hollande, etc.
      Bon, alors qu'il y a de bons gains tout de même. infrastructures, sécurité,
      curiosités et autres goodies.
      Mais il y a un hic - dans l'UE, nous irons dans 15 à 20 ans au mieux. Mais l'Ukraine jamais. Elle sera utilisée comme préservatif et jetée.
      1. Expert_Analyst_Forecaster 25 June 2022 08: 20
        0
        En général, le commentaire est intéressant.
        Mais

        La Russie en est un, et il y a 27 pays dans l'UE, et la diversité gagne toujours.

        Ouais. rappelons-nous l'histoire - les États-Unis et l'Amérique latine. À quel point les Latins diversifiés ont plié l'Amérique clin d'œil
  5. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 25 June 2022 16: 33
    -4
    Les Ukrainiens se sont dispersés. Hitler leur a promis la liberté, puis il a relancé les kolkhozes, et en même temps à des conditions telles qu'ils n'en rêvaient jamais sous Staline. Partout, il y avait du chocolat et du pain d'épice, qui se terminaient par les mots - exécution. Tous ont été réécrits. Pas de repos en hiver. La patrie a besoin d'eux sous la gloire - les esclaves de notre culture, Herr Hitler.