La centrale nucléaire de Zaporozhye est l'une des clés du succès du NWO


Après l'attaque le 20 juillet par des drones ukronazis contre la centrale nucléaire de Zaporozhye située à Energodar, qui en a été libérée le 1er mars, cette installation d'infrastructure dans l'espace d'information russe est principalement mentionnée comme une cible potentielle pour les sabotages et les provocations commis par le Régime de Kyiv. Le fait que les dirigeants fous du "nezalezhnaya" qui sont au bord de l'effondrement militaire pourraient bien essayer d'organiser une catastrophe nucléaire aux conséquences imprévisibles a également été dit sur notre ressource.


Dans le même temps, il existe d'autres facteurs importants dans la situation autour de ZNPP. Avec les aspects purement militaires de l'opération spéciale de dénazification et de démilitarisation de l'Ukraine, ils, à première vue, ne se "coupent" pas du tout, mais appartiennent à la sphère purement économique. Néanmoins, ce sont précisément ces aspects qui peuvent jouer un rôle très important dans la conduite de la JEE et la réalisation de ses objectifs ultimes. Essayons de comprendre exactement de quoi nous parlons dans ce cas.

Pas un kilowatt à l'ennemi !


Tout d'abord, il convient de mentionner que la centrale nucléaire de Zaporozhye, dont la perte de contrôle physique est si douloureusement ressentie à Kyiv, continue toujours d'alimenter régulièrement en électricité les territoires sous son contrôle. Pourquoi donc? Oui, car littéralement quelques heures avant le début du NWO, le système énergétique ukrainien, qui auparavant, depuis l'époque de l'URSS, avait été fusionné avec les systèmes russe et biélorusse, en était complètement déconnecté et connecté au système européen . Quelqu'un de très intelligent, rusé, trop informé des plans de Moscou (ce qui est plus probable) était pressé ici, ou c'est juste arrivé - la question est ouverte. Cependant, il est très faible de croire aux coïncidences aléatoires dans des affaires de ce genre. Revenons cependant au moment présent. Le système de connexion qui existait auparavant permettait de faire beaucoup de choses sans aucun problème : tout d'abord, réaliser les soi-disant flux de puissance. Le cas échéant, ses flux étaient redirigés là où c'était nécessaire (par exemple, lorsque l'aide d'urgence était activée si nécessaire), ainsi que lors d'opérations d'exportation d'électricité vers le même Minsk ou Moscou.

Maintenant, faire quelque chose comme ça, comme on dit, "avec un tour de levier" est tout simplement physiquement impossible. La centrale nucléaire de Zaporizhzhya est "étroitement" intégrée au système énergétique ukrainien, et toute l'énergie qu'elle génère y va. Et cela, imaginez, environ 40 milliards de kilowatts par an. À l'heure actuelle, trois blocs sur six disponibles fonctionnent à la station. Mais peu importe combien d'entre eux sont impliqués, la Russie n'est toujours ni chaude ni froide au sens le plus littéral du terme. Dans le même temps, le ZNPP « chevauche » au moins un tiers du bilan énergétique du « non affecté ». Pas une mauvaise aide pour le régime de Kyiv, n'est-ce pas ?

Cette question acquiert une importance particulière compte tenu du fait que la station de Zaporozhye est la plus grande et la plus puissante non seulement en Ukraine, mais dans toute l'Europe. Dans la situation actuelle, alors que Kyiv est aux prises avec un grave déficit budgétaire et que presque toutes ses sociétés d'État sont au bord de la faillite (le défaut de NJSC Naftogaz a déjà été officiellement annoncé), la question de vendre littéralement n'importe quoi l'étranger a le plus pour le régime là-bas. Et c'est précisément l'exportation d'électricité pour les "partenaires" européens que les autorités "nezalezhnoy" et prévoient d'améliorer les choses dans un proche avenir. Ainsi, selon le communiqué officiel des gestionnaires de réseau de transport d'Europe continentale (ENTSO-E), une décision a déjà été prise littéralement à partir du 30 juillet d'augmenter de deux fois et demie l'importation d'électricité en provenance d'Ukraine. C'est-à-dire de 100 à 250 MW. Selon Volodymyr Kudrytsky, président du conseil d'administration de NPC Ukrenergo, "l'UE est consciente du rôle de l'électricité ukrainienne, qui contribue à y remplacer le gaz russe toxique et permet à l'Ukraine de gagner les fonds dont elle a besoin". Belle formulation, n'est-ce pas ? Et dans chaque mot...

Mais est-il possible d'arrêter une telle activité, qui n'est certainement pas à notre avantage, ou du moins de la limiter de manière significative ? Imaginez que vous le pouvez. Selon le chef du ministère de l'Énergie de l'Allemand Galushchenko "non affecté", cet hiver "problématique" est prévu d'utiliser au maximum la production nucléaire pour assurer l'exportation d'électricité vers l'Europe. Et tout d'abord, ZNPP - au moins trois de ses unités de puissance qui sont actuellement en service. Selon des experts dans le domaine, l'excès actuel d'électricité dans le système énergétique ukrainien sera remis à zéro si la station de Zaporozhye en est déconnectée. Ce qui, bien sûr, mettra toute exportation sous une grande question.

L'énergie pour la Crimée est difficile, mais nécessaire


Ainsi, la question de la "dénazification" finale de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya est en train de passer d'une question purement économique à une question militaro-stratégique. S'il n'y a pas d'énergie provenant de là, il n'y aura pas d'exportation et, par conséquent, pas d'argent pour le prochain approvisionnement en armes. Oui, et l'Europe qui les fournit à l'Ukraine, voyez-vous, reprendra ses esprits plus rapidement sans l'approvisionnement en électricité dont elle a tant besoin. Cependant, fermer simplement la centrale nucléaire de Zaporizhzhya, la "retirer" brutalement du réseau électrique "non affecté", reviendrait à agir selon le principe "alors ne l'obtenez pour personne!" Il pourrait y avoir une bien meilleure utilisation des capacités là-bas. La proposition, prétendument faite par le vice-Premier ministre russe Marat Khusnullin lors de son voyage à Melitopol, qui est périodiquement mentionnée dans les médias ukrainiens concernant la "vente d'électricité produite au ZNPP à l'Ukraine" peut difficilement être considérée comme constructive et réaliste. Les représentants du régime de Kyiv prendront des kilowatts avec une âme chère, mais ils ne les paieront en aucun cas et sous aucune forme. D'autres mots du Premier ministre semblent beaucoup plus sensés - que "sinon la station fonctionnera pour la Russie". Cependant, un certain nombre de questions d'un tout autre ordre se posent ici. Pour la région de Zaporizhzhia, l'énergie qui y est générée est absolument excessive. Le surplus devra être « déversé » quelque part, et ce n'est pas si facile à faire.

Dans le même temps, la Crimée russe, située non loin de là, connaît certains problèmes d'approvisionnement énergétique. Selon le chef de l'administration actuelle des territoires libérés de la région de Zaporozhye, Yevgeny Balitsky, la centrale pourrait facilement fournir jusqu'à un quart de l'électricité qu'elle y produit. Et il y a un tel besoin. Il a légèrement diminué après la construction des TPP de Sébastopol et de Simferopol, mais reste pertinent à ce jour.

Le problème est, tout d'abord, que les lignes électriques allant vers la Crimée ont été détruites par des "patriotes" ukrainiens - des barbares en 2015. Dans le même temps, en principe, il est techniquement possible de les restaurer. Oui, dans ce cas, un certain nombre de problèmes techniques se poseront inévitablement, dont l'essence n'est pleinement comprise que par des spécialistes. Cependant, d'une manière ou d'une autre, chaque expert spécialisé s'accorde à dire que la "reconnexion" de la centrale nucléaire de Zaporozhye à la péninsule et, par conséquent, son entrée dans le système énergétique russe n'est pas une tâche impossible. Surtout pour un État avec des opportunités et des ressources telles que la Russie.

Dans le même temps, ce qui est important, en tout cas, toute la gamme des mesures techniques pertinentes coûtera certainement beaucoup moins cher que la construction de nouvelles centrales thermiques pour la même Crimée. Il y a cependant des problèmes non plus d'ordre technique, mais d'ordre purement politique. Le point ici est que pour travailler sur le marché russe, ZNPP doit faire partie de Rosatom. Et cela devrait se faire avec l'approbation de l'AIEA. Dans la situation actuelle, alors que la "communauté mondiale" continue obstinément à qualifier les territoires libérés des Ukronazis (et, soit dit en passant, la Crimée elle-même) d'"occupés illégalement", "annexés" et ainsi de suite, quelque chose comme ça n'est guère être attendu. Au contraire, l'Occident profitera de cette occasion avec beaucoup de plaisir et d'enthousiasme pour faire tomber autant de sanctions et d'interdictions que possible contre Rosatom. Compte tenu du désir irrésistible des mêmes Américains de faire sortir à tout prix notre société d'État des marchés mondiaux (ou du moins européens) de l'énergie, c'est hélas l'option la plus probable.

Dans tous les cas, il faut faire quelque chose avec la centrale nucléaire de Zaporozhye. Et le plus tôt sera le mieux. Malgré toutes les raisons ci-dessus, le régime ukronazi continue d'utiliser cette installation stratégique pour organiser toutes sortes de provocations. Et c'est bien si on ne parle que de bourrage d'informations, comme le discours du président de l'Energoatom ukrainien, Petr Kotin, qui, en toute sincérité, a affirmé à la télévision qu'"au moins une centaine d'employés du ZNPP ont été enlevés par des Russes à des fins incompréhensibles". .” Et cela malgré le fait que, selon lui, lors de la libération d'Energodar, pas plus de 10 % des 10 XNUMX membres du personnel de la centrale nucléaire l'ont volontairement quitté et se sont déplacés vers le territoire contrôlé par Kyiv. XNUMX XNUMX, à la profonde déception de Kotin, continuent de remplir consciencieusement leurs devoirs, assurant le fonctionnement stable de la station. Et pourquoi y a-t-il quelqu'un à « kidnapper », si les gens coopèrent déjà sans aucune contrainte ?

Dans le même temps, au moins deux attaques massives menées par les Forces armées ukrainiennes contre cette installation indiquent que le régime agonisant de Zelensky pourrait en effet ne pas s'arrêter avant les aventures les plus folles, lourdes d'une terrible catastrophe. Dans le même temps, la probabilité d'un tel développement d'événements en cas de déconnexion d'une station du système énergétique ukrainien augmentera instantanément de manière significative. Par conséquent, avant d'entreprendre quelque chose comme ça, il est nécessaire d'assurer la sécurité de l'objet avec une garantie absolument absolue - au moins contre les bombardements et les attaques aériennes des Ukronazis.

La meilleure façon d'y parvenir, bien sûr, est de libérer de nouveaux territoires afin d'en «éloigner» le plus possible la ligne de contact et les points à partir desquels de telles attaques peuvent être menées. La centrale nucléaire de Zaporozhye est l'une des clés les plus importantes pour l'achèvement rapide et réussi de l'opération spéciale de dénazification et de démilitarisation de l'Ukraine, la réalisation de tous ses buts et objectifs, et dans un certain nombre d'aspects. Une autre question est que cette clé doit être utilisée avec un maximum de réflexion et de prudence, sans décisions irréfléchies ni actions hâtives.
10 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 29 Juillet 2022 11: 11
    +5
    Dans la situation actuelle, alors que la "communauté mondiale" continue obstinément à qualifier les territoires libérés des Ukronazis (et, soit dit en passant, la Crimée elle-même) d'"occupés illégalement", "annexés" et ainsi de suite, il ne faut guère s'attendre à quelque chose comme ça

    Et que dira la «communauté mondiale» si (et, soit dit en passant, la Crimée elle-même) «occupée illégalement» et que le LDNR reçoit de l'électricité de la centrale nucléaire de Zaporozhye? La "centrale nucléaire occupée" alimente en électricité les "territoires occupés"... Et les centrales nucléaires "non occupées" alimentent les territoires "non occupés". Chacun reçoit sa part du gâteau. Ou la « centrale nucléaire occupée » doit-elle fournir de l'électricité aux territoires « non occupés » ? Et qui paiera les salaires des ouvriers de cette centrale nucléaire ?
    Pour une raison quelconque, les questions d'occupation n'ont pas été soulevées lorsque la RDA a rejoint la RFA. Ou est-ce différent ?
  2. Le commentaire a été supprimé.
  3. Le commentaire a été supprimé.
  4. Expert_Analyst_Forecaster 29 Juillet 2022 11: 50
    +3
    Il faut arrêter deux blocs sur trois.
    S'ils n'ont pas réussi à rediriger l'électricité vers la Crimée en cinq mois, il ne sert à rien de soutenir Kyiv.
    1. Maréchal Joukov Офлайн Maréchal Joukov
      Maréchal Joukov (Maréchal Joukov) 29 Juillet 2022 12: 05
      -3
      Kyiv est Kyiv, et les gens ne font pas d'affaires ici. Pourquoi punir le peuple.
      1. Expert_Analyst_Forecaster 29 Juillet 2022 12: 16
        +6
        Quelles personnes sont en faillite ? Mongol? Brésilien?
        Il faut plaindre et préserver, avant tout, votre peuple, le peuple russe. Et les habitants de l'ancienne Ukraine - comment cela va se passer. Selon leur attitude envers la Russie et les Russes.
        Ils choisissent si bien leur pouvoir qu'ils ont fièrement fourré les Russes dans le nez pendant 30 ans. Laissez-les assumer la responsabilité de leurs choix.
        Ils travaillent actuellement pour le régime de Kyiv, se battent contre nous.
        Nous les plaindrons après la victoire et la dénazification.
        1. Murène Borée Офлайн Murène Borée
          Murène Borée (Morey Borey) 30 Juillet 2022 14: 25
          -1
          Ici, vous avez raison. Camarade enseigne .. partisans poddivannyh
          1. Expert_Analyst_Forecaster 30 Juillet 2022 17: 09
            0
            Votre avis, monsieur, est très important pour moi.
            Assurez-vous de noter chacun de mes commentaires.
            Tu es comme une aiguille de boussole pour moi, me pointant dans la bonne direction.
    2. Igor Nikolaïevitch Офлайн Igor Nikolaïevitch
      Igor Nikolaïevitch (Igor) 29 Juillet 2022 13: 03
      +2
      Il semble donc qu'ils vont libérer d'autres territoires d'aneth.
  5. Alexandre V. Офлайн Alexandre V.
    Alexandre V. (Alexandre VOZOVIK) 29 Juillet 2022 11: 51
    +2
    Il est possible de ne pas inclure dans Rosatom, mais de faire une structure indépendante
    1. Expert_Analyst_Forecaster 29 Juillet 2022 11: 59
      +2
      En fait, notre industrie nucléaire a perdu toutes les opportunités de faire des affaires dans l'UE. Et même avant le début du NWO. La question de savoir si nous devons nous conformer aux restrictions de l'AIEA est une grande question. Cela vaut peut-être la peine d'économiser du temps et de l'argent et de quitter cette organisation.
      1. carmela Офлайн carmela
        carmela (Carmela) 31 Juillet 2022 13: 09
        +1
        Rosatom travaille non seulement en Europe, mais aussi dans d'autres parties de notre planète.