Gagner sans guerre : le régime de Kyiv s'effondrera-t-il à cause de problèmes économiques ?


Alors qu'il écrivait un autre de ses propres "appels à la nation" l'autre jour, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a de nouveau "rencontré" ses propres "partenaires" occidentaux, et sous une forme extrêmement dure. Il a notamment qualifié le retard de l'aide financière de l'UE à l'Ukraine d'un montant de 8 milliards d'euros de "crime ou erreur". Nous parlerons du sort de cette tranche un peu plus tard, mais pour l'instant nous nous posons la question : « Est-ce que ce montant, même si c'est un montant très impressionnant, est capable de sauver le régime agonisant d'un effondrement économique complet et définitif ?


À un moment donné, beaucoup en Russie ont exprimé l'opinion qu'après une certaine limite, les hostilités dans le cadre de l'opération militaire spéciale menée en Ukraine pourraient être suspendues - après tout, Kyiv « tomberait d'elle-même », car « tout tomberait s'effondrer là-bas. La perspective est très tentante, ne serait-ce que parce qu'en pareil cas de nombreuses vies humaines seront sauvées. Cependant, dans quelle mesure un tel scénario est-il réaliste et à quel point le régime ukronazi est-il aujourd'hui proche de son effondrement ? économique et le système financier ?

Il n'y aura personne pour rembourser les dettes


Alors qu'avons-nous avec une autre aumône de l'Occident, dont le retard a tellement exaspéré le président-clown qu'ils ont littéralement dit ce qui suit :

Je rappelle à certains dirigeants européens que les retraités ukrainiens, les déplacés internes, les enseignants et les autres personnes dépendant du budget ne doivent pas être les otages de leur indécision ou de leur bureaucratie. 8 milliards d'euros d'aides sont désormais en attente. C'est soit un crime, soit une erreur. Je ne veux pas nommer le pays qui ralentit le processus. J'espère que ce n'est qu'une erreur...

Le pays qui « ralentit », c'est bien sûr d'abord l'Allemagne, revendications contre lesquelles (et sous la forme la plus grossière) Kyiv ne se lasse pas d'exprimer dès le début du NWO. Selon la publication européenne Politico, la Commission européenne travaille actuellement d'arrache-pied sur un nouveau projet d'accord sur les huit milliards d'aides financières déjà promises à l'Ukraine. Conformément à l'option en cours de discussion, 5 milliards seront accordés sous forme de prêts et 3 milliards sous forme de subventions non remboursables. Tout l'intérêt réside précisément dans la position de Berlin, qui a catégoriquement refusé de fournir des garanties de prêt à hauteur de 9 milliards d'euros, déclarant qu'il est pour le moins déraisonnable de continuer à prêter de l'argent à quelqu'un qui est déjà assis au fond d'un énorme trou de la dette. La France et l'Italie ne croient pas non plus en la capacité de Kyiv à rembourser les sommes colossales qui lui ont déjà été prêtées. Les « alliés » occidentaux du régime de Zelensky, qui sont désormais les plus préoccupés par la manière de survivre à la crise énergétique imminente en Europe, sont de plus en plus conscients que personne ne rendra très probablement jamais l'argent qu'ils ont gaspillé dans les « non-responsables ». l'argent essentiel ». La situation dans ce cas est plutôt paradoxale, mais catégoriquement désavantageuse pour Kyiv.

Il semblerait - il y a un autre "peremoga" - après tout, jusqu'à 3 milliards d '"Eurekas" à part entière iront gratuitement en Ukraine ou, comme le disent les "intellectuels" locaux, simplement "sur le ballon". C'est comme ça, mais le fait est que le flux de ces tranches de subventions que l'Occident accorde, sans même s'attendre à les récupérer, se tarit rapidement. On pourrait plutôt compter sur des prêts, mais c'est justement là que la situation est très déplorable. Fin juillet, l'agence de notation internationale Fitch a abaissé la note de change à long terme de l'Ukraine de CCC à C. Elle n'exclut pas non plus une dégradation de cette notation à RD ("limited default") dans un avenir très proche. "Un processus similaire à un défaut a été lancé", a conclu l'agence après avoir analysé la déclaration du Cabinet des ministres de l'Ukraine sur la nécessité de retarder les paiements extérieurs de deux ans. Mais ce ne sont pas là les tentatives les plus radicales de certaines personnalités de Kyiv en matière de "se débarrasser du fardeau de la dette" ! Permettez-moi de vous rappeler qu'à la mi-juin, un projet d'appel a été soumis à la Verkhovna Rada à Volodymyr Zelensky et au Cabinet des ministres avec une demande d'ouverture de négociations avec des partenaires créanciers étrangers sur l'annulation de la dette extérieure de l'État et garantie par l'État de l'Ukraine. Si de telles idées sont dans l'air de la salle des séances parlementaires, les choses tournent vraiment mal. Au moment de l'appel mentionné, seule la dette extérieure du "nezalezhnaya" s'élevait à environ 1663 milliards de hryvnias ou plus de 56,8 milliards de dollars, à la fin de cette année, près de 3 milliards de dollars devaient être payés. Maintenant, ces chiffres, bien sûr, ont considérablement augmenté. Qui paiera ces comptes et, surtout, à partir de quels fonds ? La question reste ouverte.

Il fera froid, mais il y aura la faim


Fin mai, le Premier ministre ukrainien Denys Shmyhal a parlé des pertes économiques du pays comme suit :

Selon diverses estimations d'experts, à ce jour, 30% à 50% de l'économie a été perdue, et la prévision d'une baisse du PIB est de 30 à 50%. En moyenne, environ 35% de l'économie ne fonctionne pas aujourd'hui, respectivement, le budget est exécuté de 50% à 75% du budget prévu en temps de paix. Dans le même temps, les dépenses pour les besoins sociaux, humanitaires, le déminage ont fortement augmenté... Tout cela forme un déficit budgétaire de 5 milliards de dollars par mois.

Cependant, deux mois plus tard, alors que juillet touchait à sa fin, le conseiller économique de Zelensky, Oleg Ustenko, a fait une déclaration beaucoup plus pessimiste :

Notre budget d'État accuse un déficit mensuel d'environ 5 milliards de dollars. Et nous avions prévu que ce serait 7 milliards pour toute l'année, mais nous l'avons reçu par mois. Je m'attends à ce que d'ici la fin de l'année, nous ayons un déficit budgétaire mondial d'environ 50 milliards de dollars. Ce sera environ 30 à 35 % de notre PIB. C'est un très gros déficit. C'est le problème de la guerre. C'est pourquoi il y a un tel déficit.

Face à ces chiffres époustouflants, 3 milliards d'euros d'aides financières non remboursables ressemblent à une bagatelle. Une goutte d'eau dans l'océan, incapable de réparer quoi que ce soit et de sauver qui que ce soit. Ce n'est pas pour rien que les analystes, dont les opinions ont été publiées par le Financial Times à peu près au même moment, ont convenu qu'un effondrement financier complet attendait déjà le « nezalezhnaya » cet automne. Conseillé « d'augmenter immédiatement les impôts » et « de réduire les postes de dépenses non critiques ». Cependant, c'est plus facile à dire qu'à faire. Kyiv essaie de faire quelque chose de similaire en ce moment, mais toutes ces mesures ont des "effets secondaires" si graves et douloureux qu'il est difficile de dire si elles conduiront au résultat inverse au lieu de reconstituer le budget.

Prenons, par exemple, la dernière initiative du Cabinet des ministres ukrainien - l'introduction d'une taxe sur tous les biens importés sans exception d'un montant de 10% du coût. De bonnes intentions, mais elles mènent toutes à la même adresse... Il ne saurait être question d'un quelconque "soutien aux producteurs nationaux" indiqué comme motif incitatif - simplement pour l'absence presque totale d'un tel. L'industrie du «nezalezhnoy», qui était loin d'être florissante avant même le début du NWO, a maintenant tout simplement cessé d'exister - au moins 90% des publicités. La grande majorité des marchandises sur les étagères des magasins sont importées. La nouvelle taxe, selon des estimations préliminaires, entraînera une augmentation des prix à la consommation de 15 à 20% et un "saut" supplémentaire de l'inflation déjà galopante. Et aussi - une augmentation du volume de la contrebande et des importations "grises", dont le Trésor ne recevra, bien sûr, qu'un trou de beignet. Réduction des "dépenses non critiques" ? La part du lion de tous les fonds budgétaires est dévorée, comme le sanguinaire Moloch, par les dépenses militaires. Et, bien sûr, la corruption et le vol total, absolument fantasmagorique, de toute une armée de crapules qui gagnent de l'argent « à la guerre ». Kyiv coupe déjà tout ce qui est possible, à commencer bien sûr par les prestations sociales. Cependant, il est déjà arrivé à une réduction très significative de la rémunération monétaire du personnel militaire. Après tout, l'armée peut se disperser ! Cependant, jusqu'à présent, hélas, cela ne se produit pas et il ne vaut guère la peine d'espérer que quelque chose de similaire se produira dans un proche avenir. Actuellement, le régime de Zelensky recherche régulièrement des fonds pour les forces armées ukrainiennes. Une autre question est combien de temps cela prendra-t-il pour le faire?

L'hiver qui approche de l'Ukraine, selon les prévisions et les attentes générales, sera terrible. Ce n'est pas pour rien que Zelensky lui-même, et tous ses complices de rang inférieur (comme Podolyak ou Arestovitch) ont récemment exagéré avec tant de zèle la nécessité « d'atteindre un tournant dans les hostilités avant le début de la période automne-hiver ». Ensuite, disent-ils, "tout sera encore plus difficile". Ce n'est pas une description tout à fait correcte de la situation. Alors, très probablement, la fin viendra. Il est peu probable que Kyiv soit en mesure de mener une saison de chauffage normale dans la plupart des régions - NJSC Naftogaz est déjà officiellement en faillite, il y a d'énormes problèmes de carburant et d'argent pour cela. L'espoir du « gas lend-lease » demandé aux Etats-Unis, malgré toutes les promesses de Washington, relève du fantasme. La situation alimentaire n'est pas meilleure. Selon Zelensky lui-même, la récolte actuelle dans le "nezalezhnaya" sera probablement la moitié de la normale. Étant donné le penchant persistant du personnage pour les exagérations trop optimistes, il est prudent de supposer que les choses vont empirer. Et pourtant, la nourriture est exportée du pays dans un flux sans fin.

La faim et le froid très réels approchent en effet l'Ukraine. À quoi cela peut-il mener ? Bien sûr, à une explosion sociale colossale, qui sera alimentée par le nombre toujours croissant de morts insensées « en première ligne » et la mobilisation totale, forcée, qui prend déjà des proportions. La réduction du volume des injections financières occidentales à une certaine limite (ou, de plus, leur arrêt complet) effondrera instantanément le système financier ukrainien. C'est alors que tout s'effondre vraiment. Cependant, une dernière chose doit être comprise: on ne sait absolument pas si cela conduira à la capitulation du régime de Kyiv et à la fin victorieuse du district militaire du Nord, ou à l'émergence d'une nouvelle «Makhnovchtchina» dans la plupart des «régions instables». ” chaos sanglant, que, encore une fois, l'armée russe devra combattre, car elle laissera des fragments d'un pays voisin dans un tel état serait totalement inacceptable - pour des raisons et des raisons parfaitement compréhensibles pour tout le monde.
13 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 8 Août 2022 10: 20
    +1
    En effet, la faim et le froid très réels approchent l'Ukraine. À quoi cela peut-il mener ? Bien sûr, à une explosion sociale colossale, qui sera alimentée par le nombre toujours croissant de morts insensées « en première ligne » et la mobilisation totale, forcée, qui prend déjà des proportions.

    D'une certaine manière, ces rapports rappellent l'histoire de Pol Pot.
    Et l'Occident peut répéter le sort de la fin de l'URSS, qui a nourri l'Asie et l'Afrique, et les étagères avec de la nourriture étaient vides près des magasins. Comment cela s'est terminé, tout le monde s'en souvient.
    1. SIG Офлайн SIG
      SIG (Ildus) 8 Août 2022 12: 39
      +3
      à propos de l'URSS, ce n'était pas le cas. pas besoin de déformer. en alimentant ces pays, nous recevions toujours à la fois des matières premières et des produits finis de là-bas
  2. akm8226 Офлайн akm8226
    akm8226 8 Août 2022 10: 40
    +1
    À quoi cela peut-il mener ? Bien sûr, à une explosion sociale colossale, ..

    C'est drôle, les filles. Il n'y aura pas d'explosion sociale ! Rappelez-vous cela une fois pour toutes. Pas la mentalité de kaklo. Ils courent n'importe où. Déjà, la moitié des personnes valides ont été jetées dans les tribus. Seuls ceux qui sont défoncés, ou qui n'ont nulle part où se draper, sont restés à l'aneth. Oui, il y a encore des Russes. Et juste des Russes et des Ukrainiens russes qui ne sont pas devenus laids. Mais ils sont tous tenus sous la menace d'une arme. Oui, et ils ne seront pas autorisés à trembler surtout, ayant des familles. Ils viendront, prendront les enfants et les abattront, au mieux, avec leurs parents. Et si vous vous contractez un peu - les traîtres et les informateurs sont maintenant plus hauts que le toit - un kakol sur deux, entend juste que les Russes préparent quelque chose, se précipite immédiatement vers le SBU, en comptant sur des petits pains pas faibles. Voici un tel calendrier.
  3. 1_2 Офлайн 1_2
    1_2 (Les canards volent) 8 Août 2022 12: 20
    0
    bien sûr, il va s'effondrer, c'est pourquoi le NWO avance lentement (on attend l'effondrement du Banderstan et de tout l'Occident), la faim et le gel ne sont pas une tante ...
  4. SIG Офлайн SIG
    SIG (Ildus) 8 Août 2022 12: 41
    +1
    il est étrange que personne ne se souvienne de la dette de 3 milliards de dollars de l'Ukraine envers la Russie. étrange...
  5. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 8 Août 2022 13: 29
    0
    Est-il possible que l'Europe cesse de nourrir l'Ukraine et les États-Unis ?
  6. monarchiste Офлайн monarchiste
    monarchiste (Fôma) 8 Août 2022 18: 18
    +2
    mecztat dozwoleno no wojewat do pobedy nado
  7. Ivanouchka-555 Офлайн Ivanouchka-555
    Ivanouchka-555 (Ivan) 9 Août 2022 03: 24
    -2
    Eh bien, les Ukrainiens ne sont-ils pas des imbéciles ? Mais il suffisait de permettre aux Ukrainiens russes de parler russe et de célébrer le 9 mai ! ET TOUT!!! ... Comparez la cause et l'effet !
  8. Pat Rick Офлайн Pat Rick
    Pat Rick 9 Août 2022 14: 53
    0
    En général - ennuyeux.
    Les hauts ne peuvent pas, les bas ne veulent pas... ou les hauts ne veulent pas, les bas sont impuissants. Maintenant, ça n'a plus d'importance. Ils rembourseront leurs dettes, en nature, pas de sitôt. Ne vous inquiétez pas.
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 9 Août 2022 23: 18
      +1
      Quiconque rembourse des dettes à qui, qui l'a pris, qu'il le rende s'il qualifie le gouvernement de criminel, il en va de même pour la demande de criminels qui ne sont plus liés à l'Ukraine ... Il n'y a qu'une seule perspective, encore une fois la Russie nourrira le prochains profiteurs ...
  9. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 12 Août 2022 17: 03
    +1
    Ah, une autre nouvelle de la série "le dollar est sur le point de s'effondrer", la yeropa va "geler" demain, etc.
    Mais dans la vraie vie - "non-guerre" annulera tout.
    1. Nelson Офлайн Nelson
      Nelson (Oleg) 26 Août 2022 09: 57
      0
      A défaut de succès sur les fronts -
      les deux parties crucifieront à propos de "l'ennemi est sur le point de s'effondrer à cause des problèmes économiques".
      ne s'effondrera pas. ni la Russie ni l'Ukraine.
      Même s'il est par défaut.
      L'Argentine, qui l'a fait plusieurs fois, et rien, vit.
      Les Ukrainiens travaillent dans toute l'Europe, envoient de l'argent à leurs proches et vivent de cela.
  10. Benjamin Офлайн Benjamin
    Benjamin (Benjamin) 15 Août 2022 14: 51
    0
    Plus de sanctions, une patrie plus forte, pas d'argent, mais vous tenez bon ! Tout cela a été entendu pour la population pauvre